à Bicyclette

♪♫♪ Yves Montand – La Bicyclette ♪♫♪

Quel cycliste êtes-vous ? Utilisez-vous un vélo quotidiennement ? Uniquement le week-end ? Pendant vos vacances d’été ? Jamais ? Les pistes cyclables vous rassurent-elles ou bien sont-elles sources de maints obstacles et dangers ? Quoi qu’il en soit, je suis persuadée que chacune aurait une anecdote à partager sur le sujet du vélo. Personnellement, j’ai mille histoires sur le sujet. Aujourd’hui, Rouler à vélo est très agréable dans Paris… surtout au mois d’août !!! ha ha.
Challenge ambitieux : Les Parisiens aiment tellement le vélo qu’ils ont décidé que leur ville en serait la capitale mondiale d’ici 2020, une initiative forte et audacieuse à l’image de ses cyclistes.

Par ailleurs, j’ai récemment pu rencontrer 7 d’entre vous, mes chères lectrices de blog et chacune possède son vélo. Notre petit atelier de customisation de panier de vélo avec des pompons a été le prétexte idéal pour papoter de notre passion du deux roues écolo ! Cela a pu se faire grâce au BHV MARAIS, dans le cadre de leur grande opération printanière « À Bicyclette » ! Elle a lieu du 13 avril au 27 mai prochain, dans ce grand magasin préféré des Parisiens, situé rue de Rivoli à la station « Hôtel de Ville » (lignes 1 et 11).

Explorez le BHV MARAIS dans son intégralité, une très belle scénographie dédiée au vélo dans l’ensemble du magasin, en vitrines et sur la façade, une exposition de photos « Les stars à vélo » dans l’Observatoire au 5ème étage, des pop-up mode et lifestyle (Solex, Ines de la Fressange, Lee, Dockers,…) et évidemment : des ateliers de customisation.  Pour découvrir toutes les animations A Bicyclette au BHV MARAIS : http://www.bhv.fr/actus/a-bicyclette/

Pour vous présenter cette jolie opé à laquelle je participe, j’ai eu la chance que le BHV MARAIS me fasse confiance. J’ai été très honorée d’être partenaire en tant que blogueuse parisienne à vélo, car je roule à vélo surtout le week-end avec mon amoureux, à Paris et ailleurs. Ce mode de transport green et sportif nous correspond totalement et cela m’enthousiasme énormément d’être assimilée au vélo.
De plus, j’ai eu la géniale opportunité de pouvoir porter du Inès de la Fressange qui vend en exclusivité une ligne de vêtements pour « À Bicyclette ». J’ai choisi des pièces fortes : colorées, imprimées, très gaies. J’adore pouvoir vous présenter du contenu inattendu ou original, après toutes ces années à tenir mon blog. Bientôt 9 ans et je m’amuse peut-être même encore plus qu’au début. C’est simplement grâce à vous. Merci pour ça !
Une jolie célébration du vélo arrive le dimanche 27 mai devant le BHV MARAIS, tout le monde est invité et je serai présente.  Je vous en reparle très vite !

{article sponsorisé}

Ma petit robe éthique et green by LES SAUVAGEONNES

Article mode, axé éthique et green : on continue ! Aujourd’hui je vous présente LES SAUVAGEONNES et plus précisément ma jolie robe « Isidore », cousue sur commande dans une popeline 100 % coton BIO certifié GOTS et fabriqué en France. GOTS signifie Global Organic Textile Standard. Le référentiel GOTS intègre toutes les étapes de transformation textile : la fibre brute doit être certifiée en agriculture biologique et tout le processus de transformation doit respecter des critères environnementaux et sociaux.
Si vous me suivez depuis un petit moment, vous n’aurez pas manqué de noter ce petit virage pris début 2018. Je souhaite me recentrer sur des marques plus green et engagées. D’ailleurs, cet article arrive à point nommé durant la #fashionrevolutionweek.
J’adore les vêtements, mais je ne souhaite vraiment pas que des gens souffrent en travaillant dans des conditions déplorables. C’est pour cela que j’ai crée une Story « MODE ÉTHIQUE » mise  à la une, sur mon compte Instagram, que vous pouvez consulter à loisir. J’y parle de différentes marques, à différents moments. J’explique pourquoi je fais ces choix et même si cela soulève heureusement une majorité de réactions positives, je reçois immanquablement des critiques ou messages de sceptiques m’invitant à la prudence sur l’engagement réellement éthique de certains… C’est un vaste sujet, compliqué, opaque. J’essaye de faire au mieux, mais comme je vous le répète inlassablement : je ne suis pas parfaite et ne cherche pas à l’être.
Quand je lis que vous avez craqué pour un vêtement issu d’une marque que je soutiens en la mettant en avant, cela me fait plus que plaisir. Vous entendez mon message et petit à petit, cela s’ancre dans les mentalités : consommer mieux, consommer moins, consommer sans produits issus des animaux (cuir, fourrure…). Je suis touchée qu’à ma petite échelle, je contribue à quelque chose de positif pour la planète et ses habitants. Merci de me suivre et d’entendre ce que je relaye !

LES SAUVAGEONNES est une jeune marque de prêt-à-porter féminin, éco-responsable, fabriqué en France, au style épuré. Léa, la créatrice a créé son enseigne en faisant ce constat simple : celui d’un gaspillage perpétuel. Surconsommation, produits de mauvaises qualités, ou encore modes éphémères sont autant de causes qui expliquent que la plupart de nos vêtements finissent au fond des placards ou à la déchetterie. La solution est la « Slow Fashion », c’est- à-dire ralentir nos modes de consommation sans arrêter de se faire plaisir. Revenir à l’essentiel, voilà notre objectif.
Léa, la créatrice, raconte la création et le  concept de sa marque : « J’étais surnomée dès l’enfance « sauvageonne » par ma mère en raison de mes cheveux dans les yeux. En créant LES SAUVAGEONNES, j’ai imaginé une femme à la fois douce et espiègle, très active et entourée. Quand je pense LES SAUVAGEONNES, je vois mes amies, et toutes les facettes des femmes libres et engagées par des valeurs fortes. La cause environnementale et animale me touche énormément, c’est pourquoi j’ai souhaité inclure à mon projet une dimension éco-responsable.
Les pièces sont créées en éditions limitées ou sont des pièces uniques. De la conception à la confection, elles sont toutes réalisées à la main, à Paris. FABRICATION FRANÇAISE, MATIÈRES ÉTHIQUES. Les matières sont sélectionnées avec soin pour répondre à l’éthique de la marque : tissus made in France, bio certifié GOTS ou encore issus de surplus de grandes maisons de couture.
 »

Cette robe Isidore, Léa me l’a cousue quasi sur mesure. Elle l’a faite plus courte car je mesure moins d’1,60m et j’assume cette « longueur ». Le modèle standard est légèrement plus long, mais n’hésitez pas à la contacter pour toute demande : c’est ça le gros plus de commander auprès d’une créatrice accessible, qui travaille en toutes petites quantités.
J’espère que ce type de post vous plait, car j’ai prévu d’en poster d’autres sur le même thème « engagé ». Cela me tient à cœur de soutenir des créatrices qui se battent pour inverser les dégâts causés par l’industrie du prêt-à-porter. Il n’y a pas de planète B, ne l’oublions pas.

Trench Pimkie (old)
Robe « Isidore » via LES SAUVAGEONNES
Babies à talons en simili Zara (old)
Boucles d’oreilles Zara
Sac à main « Zoé » vegan via Flore et Line
Lunettes de soleil dispos ici

[article sponsorisé]

Un week-end dans les Cabanes des Grands Chênes – Éco-domaine luxueux

♪♫♪ The Beach Boys – God Only Knows ♪♫♪

Début mars, nous avons fait la réouverture du domaine des Grands Chênes, dans l’Oise. Un peu tôt en saison pour vraiment profiter du soleil et de sa chaleur, je vous l’accorde. ^^ Nous avons été conviés Adrien et moi par Coucoo, à dormir dans une de ces cabanes grand luxe, perchées en haut d’un arbre.
En effet, contrairement aux autres cabanes du même type que nous avons pu tester (en 2011 en Mayenne et en 2015 dans l’Oise également) celles-ci disposent toutes de l’eau courante, de l’électricité et même d’un bain nordique extérieur, sur la terrasse de la cabane ! Le luxe, donc.

« Fondées en 2015, les cabanes Coucoo Grands Chênes ont trouvé refuge dans l’Oise, sur le domaine du Golf et du Château de Raray, rendu célèbre par Jean Cocteau dans son film de « la Belle et la Bête ». Un décor fantasmagorique à seulement 60 km au Nord de Paris, pour une escapade inoubliable. Le site compte 17 cabanes discrètement implantées dans des chênes bi-centenaires exceptionnels, cachées des greens et loin, très loin du tumulte de la ville ! Elles sont toutes équipées d’eau, d’électricité, de salle de bain et certaines d’un bain nordique privatif sur la terrasse pour un moment de bien-être à l’état sauvage ! »
Coucoo est donc le nom qui regroupe 4 différents domaines, basés sur le même concept, à différents endroits en France :

  • Coucoo Grands Chênes, dans l’Oise (là où nous sommes allés)
  • Coucoo Grands Reflets, sur le territoire de Belfort, près de l’Alsace
  • Coucoo Grands Lacs, en Franche-Comté
  • Coucoo Grands Cépages, au cœur de la Provence

L’accueil y est chaleureux, attentionné, on peut se procurer des produits locaux artisanaux réalisés par des passionnés (miel, biscuits, bière, jus de pomme…) et quasiment tout ce que vous pouvez déguster au sein de votre cabane est local. Mention très spéciale au petit déjeuner, absolument parfait ! On nous a conduit en voiturette électrique jusqu’à notre cabane, à travers un chemin boisé. Elle est située à 1km du parking; nous avons fait le retour à pied le lendemain, en nous baladant, à la découverte des autres cabanes. Nous étions absolument seuls ce jour là, nous ne nous serions évidemment pas permis de monter voir s’il y avait eu des gens à l’intérieur 😉
Température extérieur ce week-end là ? Environ 5°… Le bain nordique a donc été plus qu’idéal pour profiter de l’extérieur de la cabane, en ayant chaud ! On nous avait préparé le bac avec une eau à 38-40° : tout simplement parfait !!! Pour en profiter pleinement : maillot de bain obligatoire. L’eau du bac n’est pas changée entre deux visiteurs, mais elle est bien filtrée régulièrement grâce à un système autonome. D’où le « éco-domaine » : il n’y a pas de gâchis d’eau, équipement basse consommation pour l’électricité (les éclairages d’appoint sont eux, alimentés par des panneaux solaires) nourriture locale et de saison, le bois des cabanes est français, le domaine participe au tri sélectif…

Le seul point négatif ? Ces cabanes sont victimes de leur succès : toutes les nuits de samedi à dimanche sont bookées jusqu’à des mois à l’avance. Il ne vous reste qu’à faire comme nous : venir un vendredi, pour y passer la nuit; ou mieux : venir en semaine et être absolument seuls et tranquilles 😉 Notez que l’on n’a fait qu’apercevoir de loin une ou deux cabanes depuis la notre : la cabane Spa Étoilée. C’est donc en toute quiétude que vous pouvez profiter de votre terrasse personnelle, sans aucun vis-à-vis (d’autant plus quand la nature est luxuriante : les feuilles des arbres vous dissimulent parfaitement).
C’est à tester au moins une fois dans sa vie, pour peu que vous soyez un minimum aventureux, que vous aimiez le contact avec la nature et que l’idée de dormir à plus de 8m au-dessus du sol ne vous effraie pas. Je n’ai pas du tout eu de sensation de vertige : la terrasse est entièrement protégée par une barrière et les arbres autour empêchent toute sensation de « vide », à mon sens. Alors, prêts à tenter l’expérience ?

Je portais :
Bikini via Dolphin Love Swim
Parka imperméables via Boden
Pull H&M Conscious (old)
Jean via Closed
Baskets vegan Vans
Bonnet Asos (old)
Lunettes de soleil dispos ici

Coucoo Grands Chênes
4 rue Nicolas de Lancy
Château de Raray
60810 Raray

Infos réservation:
03 44 58 39 08
info@cabanesdesgrandschenes.com
cabanesdesgrandschenes.com
Cabanes perchées : 17 dont 14 duo et 3 familiales (de 3 à 5 personnes)
Tarifs : de 180 € à 325 € la nuit, petit déjeuner inclus

A faire : Practice de Golf mais aussi parcours 9 et 18 trous, promenade dans les jardins du Château de Chantilly, visite du musée du Château de Compiègne, vol en Montgolfière pour continuer de prendre de la hauteur, vélo…

Gotta keep those lovin good vibrations

♪♫♪ The Beach Boys – Good Vibrations ♪♫♪

Je suis dans ma période « Beach Boys » en ce moment; je ré écoute en boucle toute leur discographie. Petite anecdote folle, en 1967 mon père était à Londres en vacances avec son cousin. Ils sont allés au club « The Marquee » un soir, il y avait une scène. Un présentateur a annoncé dans le micro la présence « d’un petit groupe tout droit venu de Californie : « The Beach Boys ». Mon père a eu la chance incroyable de les découvrir en live par hasard, lors de leur première représentation à Londres !!!! Complètement dingue. Je suis extrêmement envieuse de cette époque durant laquelle mes parents étaient jeunes. Comme je vous le répète souvent, je n’écoute presque pas l’actualité musicale, je ne connais quasi rien, je suis « has been » total en ce qui concerne les groupes des années 2000. La musique des années 60, 70 et 80 restent mes références absolues, vous ne trouverez que ça dans mon téléphone. Mon copain se fout de moi. Il appelle ça « mes vieux tubes poussiéreux du grenier », mais je sais qu’il adore quand même quelques groupes de jadis 😉 Nos trajets en voiture sont les seuls moment où l’on écoute de la musique ensemble. Je peux vous assurer que c’est assez drôle, quand j’adore la chanson, je chante fort (et faux) et il réinvente les paroles en chantant des bêtises. Quand c’est sa playlist, c’est plus du rock/punk plutôt récent et j’adore The Interrupters, Brody Dalle, The Dropkick Murphys, Flogging Molly… J’adore nos univers très différents !
Je trouve que la chanson qui accompagne cet article colle bien avec mes lunettes en forme de cœur ♥♥ Quand je les porte, les gens que je croise ont immédiatement le sourire (ou me regardent avec curiosité, je dois leur sembler immature à souhait, haha). D’ailleurs, il paraît que la chanson préférée de Sir Paul Mc Cartney est « God Only Knows » des Beach Boys. Je ne sais plus où j’ai lu ça, mais je peux totalement le croire.
Quant à la combi au décolleté plongeant, vous avez pu la découvrir ici et ma petite poitrine et moi assumons totalement 🙂
J’ai shooté ces photos seule, avec mon Nikon D5500, mon objectif 50mm 1,4 Sigma ART et le 16-80mm prêté par Nikon (pour les photos grand angle).


I am in my « Beach Boys » period right now; I listen on a loop to all their discography. A crazy little anecdote, in 1967 my father was in London on vacation with his cousin. They went to the club « The Marquee » one night, there was a scene there. A presenter announced in the microphone the presence of « a small band coming straight from California : « The Beach Boys ». My father had the incredible luck to discover them live, by chance, during their first performance in London !!!! Totally crazy. I am extremely envious of that time when my parents were young. As I often say, I do not listen to music news, I know almost nothing, I am « has been » total for groups of the 2000s. The music of the 60s, 70s and 80s remain my absolute references, you will find only that in my phone. My boyfriend does not care about me. He calls it « my old dusty tubes from the attic », but I know he still loves some old bands 😉 Our car trips are the only time we listen to music together. I can assure you that it’s quite funny, when I love the song, I sing loud (and off-tune) while he reinvents the lyrics by singing nonsense. When it’s his playlist, it’s more recent rock / punk and I love The Interrupters, Brody Dalle, The Dropkick Murphys, Flogging Molly… I love our very different worlds!
I think that the song that accompanies this article fits well with my heart-shaped glasses ♥♥ When I wear them, people I cross immediately smile (or look at me with curiosity, I must look quite immature, ahah ). Besides, it seems that the favorite song of Sir Paul Mc Cartney is « God Only Knows » by Teh Beach Boys. I don’t know where I read that, but I can totally believe it.
As for the plunging neck jumpsuit, you could have discovered it here and my small boobs and I totally assume 🙂


SHOP MON LOOK
:

Manteau Soldes Mango (hiver 2017/2018)
Combi-pantalon via Missguided (similaire ICI et )
Boots en simili Asos (old)
Bandeau dans les cheveux : ceinture d’une combi-short
Lunettes de soleil dispos ici
Montre « La Garçonne » via Cluse
Collier médaille dispo ici

SHOP MON LOOK :

Cheveux : comment j’entretiens mon balayage

Qu’ils soient longs ou courts, j’entretiens mes cheveux avec soin. Compléments alimentaires anti-chute et densifiant, shampoings et soins sans Sulfates, Parabènes et Silicones, un masque nourrissant après chaque lavage (même sur cheveux courts, oui oui). Je les chouchoute car en vieillissant je sens et vois bien qu’ils perdent en densité, ce qui est normal. De plus, une fois par trimestre depuis bientôt 4 ans, je me rends dans un salon de coiffure pour refaire mon balayage. Un balayage a tendance à dessécher la fibre capillaire, d’où la nécessité de les hydrater au maximum. Pour entretenir ces mèches blondes, sur ma base de cheveux châtains (dixit mon coloriste -on a toujours tendance à se croire plus foncée qu’on ne l’est réellement-) je dois utiliser des produits spécifiques.
Aussi, c’est avec une immense joie que j’ai découvert les produits capillaires vegan et Made in France Patrice Mulato. Coiffeur de profession, Patrice Mulato prend rapidement conscience des risques de santé auxquels les professionnels de la coiffure sont quotidiennement exposés. Lui même allergique à certains produits colorants, il décide en 2007 de lancer sa propre marque afin de proposer une alternative aux colorations classiques à base de soins repigmentants naturels. La marque est aujourd’hui disponible pour les professionnels et accessible également pour le grand public. Distribuée par plus de 800 grossistes en France, les produits de la marque sont également commercialisés en vente directe dans plus de 2000 salons de coiffure. Les produits sont aussi disponibles directement depuis la boutique en ligne.

La marque se base sur des principes simples qui font sa philosophie :

  • Naturalité : la marque tire ses inspirations au cœur des plantes, des fruits, de la mer et de la terre les plus respectueuses pour les cheveux comme pour la planète.
  • Efficacité : l’idéal beauté de Patrice Mulato se base sur l’alliance d’une marque professionnelle naturelle qui prend soin de tous les cheveux, les abîmés, les fourchus, les bruns, les frisés, les longs et ceux des tout-petits.
  • Sensorialité : le rituel de soin des cheveux doit avant tout être un moment de détente et de plaisir, les produits mêlent ainsi senteurs délicates et des textures voluptueuses, optimisant l’efficacité des formules.
  • Solidarité : La marque s’inscrit dans une logique associative en établissant sur le long terme une étroite collaboration avec l’ADAPEI : Association Départementale de Parents et amis de personnes Handicapées mentales, qui assure le conditionnement et gère la logistique de toutes les gammes de produits.

En ce qui me concerne, j’utilise donc à chaque lavage des produits bleus, pour neutraliser les reflets oranges qui ont tendance à apparaître au fil du temps, là où mes cheveux ont été décolorés. Ces soins aident à modifier, intensifier et sublimer la couleur sur cheveux colorés, méchés ou naturels.

Pour parfaire le tout, ces produits sont :

  • Sans ammoniaque
  • Sans eau oxygénée
  • Sans résorcine
  • Sans paraben
  • Sans silicone

et comme je vous l’ai précisé plus haut, vegan : aucun produit d’origine animal dedans et ils n’ont bien évidemment pas été testés sur les animaux.
J’ai choisi le Shampoing Repigmentant Terre Bleue composé à 92% d’ingrédients d’origine naturelle et du Soin Crème Cendreur composé à 96% d’ingrédients d’origine naturelle. Pour savoir quels produits vous conviendraient le mieux, par-rapport à votre couleur naturelle ou votre coloration, rendez-vous sur le nuancier de la marque.

Comme vous êtes très nombreuses à me demander ce que je fais précisément comme couleur, c’est très simple. D’abord si je vais dans un salon où je ne suis jamais allée auparavant, je montre des photos issues de ma board Pinterest spéciale cheveux. Cela permet au professionnel de savoir ce que j’attends et qu’il me dise ce qui sera possible comme résultat sur moi. Nous avons tous une base différente et une nature de cheveux différente. De ce fait, maintenant que j’ai trouvé mon salon et mon coloriste attitré, il sait ce que je souhaite. Cela ne nous empêche pas d’en discuter de nouveau à chaque trimestre, en fonction de pas mal de petits détails.

Ce qui peut varier selon les coloristes, si comme moi, vous faites un balayage : qu’ils crêpent les racines des cheveux ou non. Les crêper permet un résultat plus « fondu », mais la différence est subtile quand on ne me les crêpe pas. Je ne peux donc pas vous affirmer que cela est absolument nécessaire. Mes mèches sont  décolorées dans un blond miel, et une fois sur deux, j’ai une patine qui permet de « fondre » le tout avec mes cheveux non méchés. Le meilleur conseil que je puisse vous donner si vous envisagez d’aller chez le coiffeur : montrez des photos d’inspiration. Un bon coloriste ou coiffeur aura à cœur de communiquer avec vous pour bien comprendre vos attentes et réaliser ce que vous attendez.

Enfin, mes derniers petits conseils pour le quotidien : je lave mes cheveux tous les trois voire quatre jours. Plus vous les lavez, plus ils regraissent vite aux racines; essayez d’espacer votre shampoing d’un jour si vous le pouvez, en utilisant une à deux fois par semaine un peu de shampoing sec. Soyez douces avec vos cheveux : ne tirez jamais dessus en les démêlant, pré-séchez les doucement avec une serviette éponge avant de les sécher avec un sèche cheveux intelligent (le mien est génial, je vous ai déjà parlé ici).
Pour finir, à raison d’une fois tous les quinze jours environ, j’enduis mes longueur d’huile de coco ou d’huile d’argan, et je laisse poser toute la nuit (avec une serviette sur mon oreiller). Le lendemain matin, je les shampouine deux fois d’affilée pour retirer toute l’huile. Cela nourrit la fibre capillaire en profondeur et rend les cheveux hyper doux et brillants !
Avez-vous d’autres conseils à partager ?

Code promo -20 % sur tout le site Patrice Mulato : hellovalentine2018
Jeu concours  sur mon Instagram → lot : A GAGNER 3 lots de 2 produits (de la même gamme). Soit 3 gagnantes au total !

Je porte cette blouse à pois
Salopette Topshop
Boucles d’oreilles via Loveless Bijoux
Chat noir et blanc hyperactif, ne veut pas rester pour la photo ^^

{article sponsorisé}

Follow @hellovalentine on Instagram

Copyright © 2018 · Theme by 17th Avenue