Métropolitain

♪♫♪ Emanuel Santarromana – Métropolitain ♪♫♪

Ce n’est pas vraiment une histoire de métro, juste des bouches de métro et des jolis panneaux indiquant la présence d’une station. En parisienne pure souche, je ne me lasse pas de la diversité des styles et époques de ces panneaux, très photogéniques. D’ailleurs, je ne me lasse pas de Paris tout court; cette ville est une pépite. On n’en finit pas de se s’étonner de ce qu’on peut y voir, y découvrir, y trouver, y manger… Bref, j’adore vivre ici et avoir la chance de pouvoir m’émerveiller de son architecture, de ses petites rues cachées, de ses toits et cheminées qui me fascinent, ainsi que de ses monuments incontournables.
Pour rallier mes destinations « intra muros », je ne me déplace principalement qu’en métro, en bus ou à vélo. Le week-end dernier, j’ai publié des Stories sur Instagram, montrant que j’étais passagère dans la Mini Austin vintage familiale. Vous avez été plusieurs à sembler surprises que je ne conduise pas… cela dit, en n’ayant pas le permis, il vaut mieux ! haha ^^
Il y a six mois, j’ai troqué mon Pass Navigo auquel j’étais abonnée depuis plus de quinze ans, contre des carnets de tickets. Plus économiques, car je ne prends plus le métro deux fois par jour, comme à l’époque où je travaillais comme graphiste/ webdesigner.
Pour shooter cette tenue, nous sommes allés devant la bouche de métro Bourse, où le panneau Métropolitain est très graphique sur sa plaque noire. Juste à côté, il y avait seize photos grand format de la chanteuse Barbara, exposées sur les grilles du palais Brongniart. Comme je suis toujours en décalé ici (désolée) l’expo s’est terminée le 10 janvier dernier, mais vous aurez néanmoins un tout petit aperçu ici.

Je portais mon cardigan tricoté « Knit your love » (« tricotez votre amour ») avec ses boules en forme de cœurs, tellement pris d’assaut qu’il a été très vite victime de son succès, mais heureusement remis en vente dans cette teinte ivoire. Dépêchez vous, il est de nouveau disponible dans toutes les tailles ! Il existe également aussi en rouge bordeaux, en rose pale, en mauve et en vert kaki. En dessous, un pull doudou acheté cet automne, ce jean brodé de perles et mes derbies vegan que j’adore. Enfin, telle la cerise sur le cupcake, mon béret à pompon XL orné de broches d’origine. Un look plus que confortable, twisté par des détails inattendus et fun. Bref, je suis toujours un peu empotée à expliquer mes looks, disons que je m’habille au feeling et je sais que je fais des mix and match improbables pour certaines ! ha ha. N’empêche, j’adore quand vous m’écrivez en messages privés que je ne m’habille pas comme tout le monde. C’est un compliment qui me touche sincèrement, car depuis toute petite je n’ai jamais été une « copycat » dans ma façon d’être et de m’habiller. Se conformer aux tendances et aux autres ne me plaît pas, alors si je peux au moins vous inspirer un tout petit peu avec mes associations tantôt bizarres ou inspirantes (rayer ce que vous préférez) c’est tant mieux.

SHOP MON LOOK :

Cardigan « Knit Your Love » dispo ici (pris en taille S/M)
Pull H&M
Jean dispo ici
Derbies « Solstice » via Minuit sur Terre
Béret Scotch & Soda (Sold Out)
Sac Proenza Schouler (old)
Rouge à lèvres n°23 « Chocolat Corset » Rouge Edition Velvet de Bourjois

SHOP MON LOOK :

Abbesses

♪♫♪ Birdy Nam Nam – Abbesses ♪♫♪

Récemment, j’ai réalisé que je me baladais trop rarement à Montmartre. Ce quartier a un charme fou (surtout en semaine, quand il y a un peu moins de touristes) on dirait un village. Le film Amélie Poulain lui rend d’ailleurs parfaitement justice ! Nous avons prévu de le revoir très vite, cela fait longtemps que je l’ai regardé pour la dernière fois. La bande son est d’ailleurs une pépite.
J’adore prendre le temps de redécouvrir Paris avec mon père; il est à la retraite depuis peu et c’est pourtant le plus (hyper)actif de la famille ! Il est toujours partant pour m’accompagner pour me faire des photos, qu’on se pose dans un café et qu’on papote.
Ce jour là, près de la station Abbesses, l’une d’entre vous m’a reconnue et est adorablement venue me parler. J’adore ces moments, un peu suspendus, durant lesquels j’ai l’impression de tomber sur une copine. Vous êtes des filles géniales, je regrette beaucoup le côté très virtuel de mon blog mais je trouve peu évident d’arriver à toutes vous rencontrer.
Ce jour là, j’étais entièrement habillée en noir, ce que je rejette de plus en plus. L’hiver est la saison que je hais le plus (je radote, je sais) et le noir est LA solution de facilité. Tout le monde porte du noir ou du gris, c’est d’un sinistre…. Mon dressing n’est pourtant pas rempli de vêtements noirs, mais je constate avoir énormément shoppé et reçu du prêt-à-porter noir, ces dernières années. Désormais, même si ce n’est pas une résolution, j’ai pris la ferme décision de m’habiller le plus possible avec de la couleur. Croyez moi, en ce moment je lutte pour ne pas attraper mon jean noir avec un pull gris, assortis de mes boots noires adorées (que je porte sur ces photos). C’est difficile de sortir d’une routine terne, alors mes dernières acquisitions sont prune, rouge, orange, rose pale et vif, moutarde : des tons chauds ! J’en ai besoin, il me semble que mon inconscient cherche à faire passer à message à mon moral ! 😉

SHOP MON LOOK :


Fedora Lack of Colors
Manteau long Zara (acheté il y a deux ans)
Blouse Topshop (ancienne collection)
Robe SheIn
Boots Zara (achetées à l’automne 2017)
Boucles d’oreilles via &otherstories

SHOP MON LOOK :


L’Afrique du Sud, safari au Kruger Park

Il me tardait de poster au sujet de nos vacances en couple ! En 2017 il ne nous a pas été possible de partir au printemps, période à laquelle nous voyageons habituellement. Cela nous a laissé plus de temps pour réfléchir à notre destination.
Nous avons pas mal hésité, mais c’est l’Afrique du Sud qui nous a finalement attirés. Comme nous connaissions déjà bien le site Voyage Privé, nous avons épluché leurs offres de belles destinations et avons craqué pour ce combiné : Afrique du Sud + île Maurice. Une semaine pour chaque. On rêvait depuis longtemps (ok, surtout moi je l’avoue) d’aller faire un safari photos en Afrique. Je voulais vraiment voir des animaux sauvages dans leur milieu naturel.
Ce rêve de longue date est devenu réalité, entre fin octobre et mi novembre. Comme après chaque voyage, il m’a fallu du temps pour rédiger cet article, afin de mieux vous le raconter. Je publie évidemment sur Instagram et Facebook en quasi direct, d’où que je sois, mais rédiger un post complet ici nécessite un peu de recul. D’ailleurs j’ai eu du mal à démarrer la rédaction de ce compte-rendu, tant ces vacances ont très certainement été celles qui nous ont le plus marquées.

De l’Afrique du Sud nous avons vu : le Kruger Park (réserve naturelle protégée d’une superficie de 20 000km² où les animaux sauvages locaux vivent en totale liberté) Hazyview, Blyde River Canyon (cela sera l’objet d’un second post de blog) et notre hôtel près de l’aéroport de Johannesbourg (haha, moins intéressant je vous l’accorde). Notre combiné de voyages ne nous a pas laissé de temps pour visiter la ville de Johannesbourg, nous avons filé ensuite direction l’île Maurice.

J’ouvre le bal directement avec le parc Kruger, que nous avons rallié le lendemain de notre arrivée en Afrique du Sud. Via Voyage Privé nous avions comme logement une maisonnette type case circulaire, au Skukuza Camp, le plus grand camp du parc. Ce camp dispose d’une réception où on check in et check out, mais aussi où l’on réserve des safaris encadrés par des rangers locaux. Il y a aussi un camping, un supermarché, un restaurant, un spa et une piscine (où nous sommes allés nous reposer deux fois, entre des safaris).
Une fois arrivés, à peine le temps de jeter (littéralement) nos valises dans notre chambre, nous nous sommes dépêchés de rejoindre le « Sunset safari » prévu dans le tarif du voyage. À bord d’un 4×4 ouvert, d’environ 20 places, nous avons eu un premier aperçu de ce qu’allaient être nos 3 prochains jours sur place : au milieu de l’immense réserve qu’est le parc, des centaines de routes différentes sillonnent la brousse. Au hasard de leurs déplacements, on a alors la chance (ou non) d’apercevoir des animaux sauvages. Lors de cette première fin de journée, nous avons vu des rhinocéros blancs, des girafes, un serpent niché dans un arbre, plein d’impalas et… deux guépards.
Notre seule petite déception de ces trois jours inoubliables : ne pas avoir vu du tout de lion. Apparemment, la chaleur en journée les obligeait à se cacher à l’ombre de la végétation. Ils devaient peut-être se mouvoir et s’approcher des routes désertes la nuit. J’aurais adoré en voir, même de loin !

En prévision de ce safari photos, la marque Nikon m’a adorablement prêté deux objectifs pros, dont un téléobjectif absolument indispensable (à mon sens) si vous planifiez ce genre de voyage. J’ai reçu en prêt le réflex D7500 et j’ai essentiellement utilisé l’objectif 200-500 mm, qui permet d’obtenir de belles photos d’animaux situés à plus de 50m. J’ai été littéralement hystérique en recevant ce matériel haut de gamme en prêt, car sans cela je n’aurais pas du obtenir de beaux clichés ! Avoir l’opportunité de prendre en main ce boîtier et cet objectif a été une immense joie et source de pas mal d’émerveillement. Ce que vous voyez à l’œil nu peut être parfois très frustrant, surtout quand il s’agit d’animaux sauvages rares, que vous ne serez peut-être amenés à ne voir qu’une fois dans votre vie. Observer ces magnifiques créatures dans le viseur d’un appareil photo doté d’un méga zoom et pouvoir les scruter de très près…. pffffiou, je n’ai pas les mots pour décrire ce que j’ai ressenti !
Je crois que je pourrais parfaitement me lancer dans le dur métier de photographe animalier 🙂 C’est passionnant d’avoir en face de soi des êtres vivants d’une beauté à couper le souffle, mais qui peuvent éventuellement vous tuer en deux secondes. ha ha

Je vous laisse découvrir ma sélection de photos (la plupart prises avec le Nikons D7500 et le télé objectif 200-500mm, et certaines avec mon Olympus PEN E-PL7) :

Adrien en plein shooting. Concentré et efficace. Nous nous sommes réparti les photos, en fonction de qui était le mieux placé par rapport aux animaux (côté droit ou gauche de la voiture). Je suis ravie de notre travail en duo, reconnaissante d’avoir un partenaire de vie et de voyage avec lequel tout est si évident et drôle.
J’aimerais ne voyager qu’avec lui, mais son métier de webdesigner  en CDI est un énorme frein à cela, malheureusement.Au coucher du soleil, deux guépards dans les hautes herbes, à environ 50m de la route, parfaitement immobiles.
« (…) selon une étude parue fin décembre 2016 dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences, ces félins ne seraient plus que 7100 dans la nature contre 100 000 au début du 20e siècle. Désormais, ces animaux sont confinés sur un territoire représentant seulement 9 % de celui qu’ils couvraient auparavant. » (source)
Autant dire que nous avons eu une chance inouïe et que ce moment suspendu reste gravé dans ma mémoire. Il étaient majestueux. D’ailleurs, cet adjectif convient à absolument toutes les espèces croisées lors de nos trois jours de safari. Les impalas sont les mammifères que nous avons le plus vu au Kruger Park. Ils sont très nombreuses, se déplacent en groupe et sont très peu farouches. Elles se méfient assez peu des voitures et nous ont à chaque fois observé en retour 🙂 Le jour où nous avons croisé ce troupeau de zèbres, nous les cherchions justement…. Le parc faisant 20 000km², nous avons poussé plus loin que prévu, prenant des routes jamais empruntées au delà du Camp Skukuza. Le soleil déclinait doucement, quand Adrien les a aperçus, de loin dans la végétation. Une fois le moteur de la voiture éteint, nous avons attendu qu’ils s’approchent, ce qu’ils ont fait tranquillement. Je crois n’avoir pas été aussi émue de tout le voyage. J’étais au bord des larmes, tant ils étaient proches de nous. Leurs rayures ont ce je ne sais quoi d’hypnotique, de magique. Ils sont d’une beauté à couper le souffle, vous ne trouvez pas ? Sur le chemin du retour au Camp, un attroupement de voitures et de 4×4 nous indique qu’il se passe quelque chose… C’était en effet l’heure de s’abreuver pour les éléphants ! Je n’arrive pas à m’étendre et j’en suis navrée, je trouve que les photos « parlent » pour elles. Rien que de revoir ces photos me bouleverse. ^^ Nous avons été subjugués par ces rencontres, toujours impromptues, avec les animaux. Facétieux babouins au sein du Camp Skukuza…. Ici on leur donnerait le bon Dieu sans confession ! 😉
Le dernier jour, quand nous sommes rentrés de safari photo, nous avons retrouvé notre cuisine privative (extérieure à la case) pillée. Les babouins avaient ouvert le placard et le frigo, dévoré notre pain, cassé une bouteille de vin rouge local non entamée et mis sens dessus dessous l’intégralité de la nourriture qu’ils avaient trouvé.
Nous n’avions pas pensé à locker le placard et le frigo, pourtant il aurait fallu ! Les gens du camp (gardien et femmes de ménage) ont été adorables et ont très rapidement tout réparé et nettoyé, avec notre aide. Je vous invite donc à la plus grande vigilance si vous stockez de la nourriture : pensez à fermer son accès avec un cadenas. Heureusement, que des dégâts « nourriture », rien de grave au final.

Nous avons eu beaucoup de chance avec les éléphants ! Nous en avons vu quasiment tous les jours. Il étaient toujours en groupe, plus ou moins dense, mais jamais seuls.
Grâce au télé objectif, nous avons pu obtenir de très beaux clichés d’eux, et parfois de très près ! Ils sont impressionnants, très imposants,  avec un regard très doux. Leur attitude placide était un spectacle qui nous a laissés immobiles durant de longs moments, silencieux.
Les plus beaux et lointains voyages que nous ayons fait ensemble et qui ont été magiques (certains bookés via Voyage Privé, d’ailleurs) :

Voilà pour le récap des articles que vous auriez pu louper, sinon simple rappel de nos beaux voyages passés.

La suite de notre voyage arrive très vite ici !

 

7 Things #76

Voici 7 choses que j’ai aimées récemment…
P.S : Dès que vous vous demandez d’où vient tel vêtement ou telle paire de chaussures que je vous présente, ayez le réflexe de consulter ma page « Shop » ou « Soldes ». J’y répertorie toutes mes nouvelles acquisitions, mais vous pouvez également shopper dans ma « Wishlist » !


Here are 7 things I’ve loved lately

♪♫♪ France Gall – Musique ♪♫♪

Faire un peu de teasing autour d’un joli projet créatif que je vais très bientôt pouvoir vous dévoiler…. Vous connaissez sûrement ma passion pour les kimonos ? Eh bien cette fois j’ai eu l’opportunité de contribuer à entreprendre une belle collaboration avec Olivia de la marque BubbleMood ! Ces tissus sont un petit aperçu de ce qui vous attend…. Il me tarde de vous montrer !

Que ma photo prise dans un Photomaton soit validée pour mon nouveau passeport (valable jusqu’en 2028). Vous aviez été quelques unes à émettre votre avis sur le fait que cette photo « passe » car on ne voit pas mon oreille droite et que je souris légèrement. Mon dossier a dû tomber sur une personne sympa au service concerné 😉 Pour une fois que je ne me trouve pas trop moche sur une photo d’identité, cela fait totalement partie des choses que j’ai aimées récemment !

Capturer ce moment avec mon téléphone (le Asus ZenFone 4, reçu en cadeau de la marque). Je prenais des photos de la Tour Eiffel, quand cette gracieuse mouette s’est intercalée entre le sujet et mon objectif. J’ai adoré avoir la surprise en regardant mes photos, sur le coup je n’ai pas du tout vu !

Utiliser ma Dymo pour étiquetter nos bocaux dans la cuisine. Ce qui a fait beaucoup rire Adrien quand il a découvert mon petit DIY 😛 Effectivement, les bocaux sont transparents donc cela peut sembler inutile, mais je trouve le rendu très chouette. J’ai envie de tout étiquetter maintenant. hahaha !

Mes magnifiques boucles d’oreilles tournesols dorés achetées sur Rock N Rose. Je porte cet eyeliner, mon sweat à capuche moutarde est lui disponible ici, quand à mon manteau c’est un très ancien IKKS. Ma bague portée à l’index est un cadeau de Coucou Suzette et celle portée au majeur est ce modèle par Agnès de Verneuil.

Prendre le thé chez mes parents, en compagnie de Boston, leur magnifique chartreux (alias mon petit frère de moustaches). ^^

Porter mes lunettes de vue (en fait spéciales pour l’ordinateur) offertes par Jimmy Fairly. Le modèle est « Terracota » en écaille foncé, les verres sont à ma vue. Chez Jimmy Fairly, pour une paire achetée, une paire est offerte à quelqu’un en ayant besoin. Mes boucles d’oreilles sont les « DRAMA » par Elise Tsikis.

« I have decided to stick with love. Hate is too great a burden to bear. »
{quote by Martin Luther King, Jr.}

TUTO : comment je boucle mes cheveux avec un fer à lisser

Vidéo demandée un grand nombre de fois, alors la voici enfin !
J’ai les cheveux naturellement bouclés, frisottant presque par temps humide ou si je ne les sèche pas à l’aide d’un sèche cheveux. Sur la vidéo, j’avais délibérément lissé mes cheveux avec une grosse brosse ronde pendant leur séchage, afin de partir d’une base bien nette. Ainsi, les boucles ressortent mieux, le résultat est plus « visuel » pour vous. Je ne laisse pas sécher mes cheveux naturellement d’une part car ils mettent beaucoup de temps (et peuvent rester humides plus de 24h après… en hiver c’est moyen agréable).  D’autre part car j’aime avoir une coiffure définie et des boucles dessinées, là où je choisis de les placer.
Vous pouvez vois mes cheveux au naturel sur mes photos de vacances ou voyages au soleil, quand ils sont humides : boucles et pointes qui rebiquent à gogo !

Je récapitule les étapes AVANT de démarrer les boucles (hors vidéo) :

  • Sur cheveux propres et secs (très important, ne jamais utiliser de fer à boucler ou lisser sur cheveux humides, cela les brûlerait !) je vaporise ce spray thermo protecteur vegan à la noix de coco, au jojoba, cactus et agave. Il sent très bon et je l’utilise aussi sur cheveux humides avant le sèche cheveux.
  • Je branche le Digital Sensor de Babyliss et règle sur le température minimum : 180° en activant le mode « Protect ».
  • Puis je démarre les boucles par les mèches les plus courtes, en dessous, en remontant. Je termine par les mèches qui encadrent le visage : celles qu’on voit le mieux.

Video asked a lot of times, so here it is finally!
I have naturally curly hair, almost frizzy in wet weather or if I don’t dry them with a hair dryer. On the video, I deliberately « straightened » my hair with a big round brush while drying, to start from a clear base. Thus, the curls stand out better, the result is more « visual » for you. I don’t let my hair dry naturally because it takes a lot of time (it can remain wet more than 24 hours… in Winter it’s not really nice). But mostly because I like having a defined hairstyle and pretty curls.
You can see my natural hair on my pictures of trips in the sun, when it’s wet : rebel curls all over my head!

I summarize the steps BEFORE starting the loops (out of video):

  • On clean and dry hair (very importantly, never use curling iron or smooth on wet hair, it would burn them!) I spray this vegan protective spray with coconut, jojoba, cactus and agave. It feels very good and I also use it on damp hair before the hair dryer.
  • I plug the Babyliss Digital Sensor and set the minimum temperature : 180° by activating the « Protect » mode.
  • Then I start the culs with the shortest strands, underneath, going up. I end with the locks that frame the face : the ones we see best.

Enfin, APRÈS avoir terminé de les boucler :

  • J’éteins mon fer (et le dépose loin d’un accès à mes chats)
  • Je passe mes mains dans mes cheveux pour déstructurer les boucles et les rendre moins « sages »
  • J’utilise très occasionnellement un peu de laque (environ trois fois par an) si je veux que le mouvement tienne mieux. Autrement je laisse mes cheveux vivre leur vie après les avoir mis en forme. Les boucles retombent légèrement toutes seules, au fil du temps.
  • Le sur-lendemain, il m’arrive parfois d’utiliser un peu de shampoing sec aux racines, surtout devant. Comme pour la laque, j’en fais un usage occasionnel.

Mes boucles tiennent parfaitement pendant trois à quatre jours, puis je lave mes cheveux et je recommence. 😉 Je peux également utiliser un fer à boucler, le résultat est quasiment similaire. C’est juste une question d’humeur et d’envie, en ce qui me concerne.
J’espère que ce court tuto vous aura été utile ?


Finally, AFTER I finish curling my hair:

  • I turn off my iron (and remove it from access to my cats)
  • I put my hands in my hair to disrupt the curls and make them less « wise »
  • I use very occasionally a little hairspray (about three times a year) if I want the movement to hold on. Otherwise I let my hair live its life after having it in shape. The curls fall slightly on their own, over time.
  • The next day, I sometimes use a little dry shampoo on the roots, especially in front. As forhairspray, I make occasional use.

My curls fit perfectly for three to four days, then I wash my hair and start again. 😉 I can also use a curling iron, the result is almost similar. It’s just a matter of mood and envy, as far as I’m concerned.
I hope this short tutorial has been helpful?

Fer à lisser Babyliss Digital Sensor, reçu en cadeau de la marque. (Fer à lisser SIMILAIRE)
Blouse via New Look (Petite) Sold Out (SIMILAIRES ici)
Boucles d’oreilles dispos ici
Eyeliner vegan dispo ici
Rouge à lèvres mat « Chocolat corset » n°23 Rouge Édition Velvet Bourjois (teinte similaire teinte n°27 « Black Cherry », teinte « Naughty by Nature » ou teinte « Disturbed »)

Mes archives de Tutos sur mon blog

Follow @hellovalentine on Instagram

Copyright © 2018 · Theme by 17th Avenue