France

Retour sur l’île de Ré

♪♫♪ Chinese Man (ft. Youthstar, Illaman) – Blah! ♪♫♪

Ces vacances datent de juillet 2017… Oups ! Throwback !!! J’ai donc un an de retard mais tant pis. Je me suis rendu compte que je n’avais pas posté d’article sur l’île de Ré depuis 2015 ! Or j’y pars tous les ans en famille, à la même période (de fin juin à la mi juillet). Je m’en veux terriblement d’avoir laissé passer tout ce temps, par manque de courage de m’atteler au tri de milliers de photos. Oui, vous m’avez bien lue ! J’ai été particulièrement assidue dans les shootings durant ces vacances et j’avais pas mal de clichés sympas à partager avec vous.
Tant pis si je n’ai plus les cheveux longs, tant pis si c’est très en décalé avec le timing habituel et tant pis si ce que je porte n’est plus dispo en boutiques. Cette année, je compte prendre moins de photos (je tiens même à ce que ce soit une résolution ferme et définitive) MAIS je m’engage à poster rapidement après coup. On a un deal ? Gimme five les filles !
Je vous ai demandé sur Instagram si un article aussi en décalé vous intéresserait quand même et vous êtes quand même pas mal à partir vous aussi sur l’île de Ré (souvent pour la première fois). De ce fait, voici un article un peu plus axé sur les endroits que l’on aime, où l’on retourne chaque année et où vous aurez des choses à voir/faire/manger. La base, quand même !
Pour rappel, l’île de Ré est formée de dix communes, qui forment le Canton de l’île de Ré. Ces dix communes sont, par ordre alphabétique :

  • Ars-en-Ré
  • Le Bois-Plage-en-Ré
  • La Couarde-sur-Mer
  • La Flotte
  • Loix
  • Les Portes-en-Ré
  • Rivedoux-Plage
  • Saint-Clément-des-Baleines
  • Saint-Martin-de-Ré
  • Sainte-Marie-de-Ré

Toutes les photos sur lesquelles j’apparais ont été prises par mon père. J’ai pris toutes celles sur lesquelles je ne suis pas. 🙂

Comment on y va ?

Mes parents y vont chaque année en voiture. Ils emmènent Boston avec eux (leur chat) et ont besoin d’apporter pas mal de choses. Notamment des affaires liées à ma nièce, depuis la première année où elle part avec nous. Un bébé a besoin de teeeeellement de choses que la voiture n’était pas de trop pour tout déménager ! Bon, ok, j’avoue que je leur avais confié la boîte de ma bouée coquillage, au passage ^^ Ma sœur et moi y allons et en repartons souvent en décalé, en TGV. Départ de la Gare Montparnasse, arrivée à la gare de La Rochelle. Le trajet ne dure que 2h30/ 3h.
Sur le parvis de la gare de la Rochelle, il y a des bus navettes “Les Mouettes”. Il en part un assez régulièrement en période estivale, il faut juste repérer lequel vous emmène sur l’île de Ré. Le ticket coûte 5€ et vous pouvez ranger votre valise dans la soute du bus. Les chauffeurs sont très rarement aimables mais l’essentiel est que vous arriviez à bon port. Le bus s’arrête près de chaque commune, mais je descends toujours à “mon” arrêt qui est relativement au début de l’île, donc je ne sais pas où il stop pour les autres communes.
Notez qu’en période estivale, il m’est arrivé de ne pas avoir de place dans le bus qui partait pour l’île de Ré, car il était bondé (fin juin)… J’ai attendu le suivant environ une demi heure plus tard.

Où loger ?

Nous résidons dans une maison à Sainte Marie de Ré, depuis maintenant cinq ans que nous y allons. Je n’ai personnellement aucun bon plan ou conseil pour se loger : tout dépend de ce que vous recherchez (plutôt camping, chambre d’hôte ou chambre d’hôtel) à combien vous voyagez, où vous souhaitez résider dans l’île et surtout de votre budget. Tout ceci est personnel donc je ne peux pas vous aiguiller vers quelque chose en particulier. Il existe en tout cas énormément de locations différentes !
Voyez également où cela vous tente plus de résider, sachant que les plages les plus agréables (sable fin) sont essentiellement sur la côté Sud-Ouest, vers La Couarde-sur-Mer, Sainte-Marie-de-Ré, mais surtout Le-Bois-Plage-en-Ré.

On se déplace comment ?

L’île fait presque 25km de long mais elle est PLATE et ça c’est quand même royal pour pédaler !!! Pas de côtes, aucune difficulté, de la piste cyclable séparée des voitures sur les grands axes entre les communes : que demander de plus ?! C’est tout simplement le bonheur pour faire de la bicyclette. Toutes les familles se déplacent en vélo, mêmes les jeunes enfants.
La maison où nous logeons, dispose de deux vélos de ville classique et d’un VTT. Cet été en revanche, nous comptons en louer car nous serons avec ma nièce et le conjoint de ma sœur. J’ai très envie de tester le tandem avec un membre de ma famille (je n’en fais qu’avec Adrien) ou alors un vélo cargo électrique, pour transporter ma nièce dedans. Quoi que l’on loue, cela risque d’être vraiment amusant et nouveau ! Pour info, il y a au moins un magasin de location de vélos par commune, mais cette année nous allons nous rendre chez Holland Bikes à La Couarde. Je vous expliquerai ça en détail dans mes Stories Instagram le jour J. 😉 Si vous venez en train ou en voiture et tenez à apporter votre propre vélo, c’est possible.
Renseignez-vous pour le faire transporter dans le bus navette à la Rochelle, ou faites comme Adrien : venez en pédalant depuis La Rochelle avec vos affaires dans un sac à dos ! L’aventure !!!
Sachez que contrairement à ma sister, qui est la personne la moins sportive sur terre (désolée Poupoule ^^) je n’ai jamais parcouru l’île dans sa longueur. Cela ne représenterait environ “que” 50km aller-retour (d’une pointe à l’autre). Mais l’occasion ne nous en a pas été donnée et pour être sincère, nous ne nous sommes jamais motivés. Les paysages sont néanmoins très jolis, entre champs de fleurs sauvages, forêts ombragées et marais salants, au Nord.

Saint-Martin-de-Ré, capitale historique de l’île et passage incontournable

Saint Martin est la plus grande commune de l’île, donc forcément la plus vivante. C’est là que vous trouverez le plus de boutiques, restaurants, cafés, pharmacies… Les jolies ruelles cachées où poussent les roses trémières ne manquent pas ! Il faut se promener et se perdre entre les maisons aux volets peints dans des camaïeux de tons froids (charte obligatoire sur l’île : seules les nuances de vert, bleu, gris sont autorisées, pour une agréable harmonie). Cette année là, nous sommes montés dans le clocher de la ville pour admirer la vue. C’était je crois moins de 5€ par personne et cela valait le coup de gravir les marches en bois un peu branlantes, car on voit jusqu’à l’océan; c’est à faire !
Chaque année, nous déjeunons sur le port, dans un des restaurants. Il n’y en a pas spécialement un que je vous recommande plus qu’un autre : laissez vous tenter par votre envie du moment ou par le Menu qui vous attire le plus. Les serveurs sont vraiment très gentils partout et on mange bien (salades, fruits de mer pour ceux qui aiment ou plats de brasserie typiques).
Une fois le centre ville découvert, vous pouvez continuer de vous promener en longeant les remparts le long de l’océan; la ville a été fortifiée par Vauban au XVII ème siècle. On aperçoit distinctement cela sur les photos ci-dessous :

Le Bois Plage, La Couarde, La Flotte et Ars-en-Ré : nos incontournables

Nos vacances sur l’île de Ré sont synonymes de trois choses : repos absolu, balades tranquilles et dépaysement total. Pour parfaire ce programme, nous ne manquons jamais d’aller déguster une glace faite maison chez La Martinière (deux spots possibles : le port de Saint-Martin ou le port de la Flotte). Nous faisons essentiellement le marché de la Flotte, qui est vraiment charmant et où il y a tout. C’est d’ailleurs là que tous les ans, se trouve le stand de la créatrice de bijoux en pierre semi précieuses. Elle vend aussi des pierres seules et j’ai commencé à m’intéresser à la lithothérapie il y a cinq ans, la première fois que j’ai découvert ce qu’elle vendait. Dans chacune de ces communes, vous trouverez de chouettes restaurants. Je n’ai pas d’adresse 100% végétariennes à partager avec vous, car je ne sais même pas s’il en existe. Mais partout où nous allons manger, il y a forcément des possibilités végé. Pas d’inquiétude à ce sujet, donc 😉
Notre petit coup de cœur commun : la Crêperie “L’Océane” d’Ars-en-Ré, sur la place de l’église. On y mange vraiment très bien, le service est adorable et les prix tout à fait corrects. Il y a d’ailleurs beaucoup de chouettes restaurants dans le coin, nous ne les avons pas tous testés.

En revanche, je déteste parler du négatif mais je suis obligée de vous raconter notre mauvaise dernière expérience à la Crêperie de notre commune : “Le Tilleuls” à Sainte-Marie-de-Ré. C’était véritablement notre QG familial : nous y allions régulièrement, au moins deux fois par séjour, ces dernière années. Notre dernier dîner ensemble l’année dernière a été désastreux : bondé donc service lent (ce que je peux comprendre). En revanche, les plats étaient tous ratés et disons-le, pas bons. Pizza dont la pâte était brûlée, galette insipide… Nous n’y retournerons pas cette année, ce qui est dommage car c’est un restaurant au cadre hyper sympa et à la déco originale. Mais la nourriture n’est plus à la hauteur de ce qu’elle a été.

Nous avons également notre petit “rituel” de vacances en famille : aller voir le dessin animé de l’année, au cinéma de La Couarde. Nous y avons vu Vice et Versa, Monsters University, Le Monde de Dory… On ressort toujours de la séance le sourire aux lèvres et ravis d’avoir passé un bon moment ensemble !

J’espère que cet article récapitulatif dans les grandes lignes de ce que nous aimons faire sur l’île vous aura plu. Vous connaissez l’île de Ré ?
Si vous y partez pour la première fois, n’hésitez pas à me faire un retour ici, dans un commentaire : j’adorerais savoir ce que vous en avez pensé et si vous avez été, comme moi, sous le charme de ce spot hyper tranquille et charmant.
Retour sur l’île de Ré, demain…. ! Suivez mon compte Instagram et plus précisément le hashtag #ValentineVoyage pour ne rien rater 😉

Un week-end dans les Cabanes des Grands Chênes – Éco-domaine luxueux

♪♫♪ The Beach Boys – God Only Knows ♪♫♪

Début mars, nous avons fait la réouverture du domaine des Grands Chênes, dans l’Oise. Un peu tôt en saison pour vraiment profiter du soleil et de sa chaleur, je vous l’accorde. ^^ Nous avons été conviés Adrien et moi par Coucoo, à dormir dans une de ces cabanes grand luxe, perchées en haut d’un arbre.
En effet, contrairement aux autres cabanes du même type que nous avons pu tester (en 2011 en Mayenne et en 2015 dans l’Oise également) celles-ci disposent toutes de l’eau courante, de l’électricité et même d’un bain nordique extérieur, sur la terrasse de la cabane ! Le luxe, donc.

Fondées en 2015, les cabanes Coucoo Grands Chênes ont trouvé refuge dans l’Oise, sur le domaine du Golf et du Château de Raray, rendu célèbre par Jean Cocteau dans son film de “la Belle et la Bête”. Un décor fantasmagorique à seulement 60 km au Nord de Paris, pour une escapade inoubliable. Le site compte 17 cabanes discrètement implantées dans des chênes bi-centenaires exceptionnels, cachées des greens et loin, très loin du tumulte de la ville ! Elles sont toutes équipées d’eau, d’électricité, de salle de bain et certaines d’un bain nordique privatif sur la terrasse pour un moment de bien-être à l’état sauvage !
Coucoo est donc le nom qui regroupe 4 différents domaines, basés sur le même concept, à différents endroits en France :

  • Coucoo Grands Chênes, dans l’Oise (là où nous sommes allés)
  • Coucoo Grands Reflets, sur le territoire de Belfort, près de l’Alsace
  • Coucoo Grands Lacs, en Franche-Comté
  • Coucoo Grands Cépages, au cœur de la Provence

L’accueil y est chaleureux, attentionné, on peut se procurer des produits locaux artisanaux réalisés par des passionnés (miel, biscuits, bière, jus de pomme…) et quasiment tout ce que vous pouvez déguster au sein de votre cabane est local. Mention très spéciale au petit déjeuner, absolument parfait ! On nous a conduit en voiturette électrique jusqu’à notre cabane, à travers un chemin boisé. Elle est située à 1km du parking; nous avons fait le retour à pied le lendemain, en nous baladant, à la découverte des autres cabanes. Nous étions absolument seuls ce jour là, nous ne nous serions évidemment pas permis de monter voir s’il y avait eu des gens à l’intérieur 😉
Température extérieur ce week-end là ? Environ 5°… Le bain nordique a donc été plus qu’idéal pour profiter de l’extérieur de la cabane, en ayant chaud ! On nous avait préparé le bac avec une eau à 38-40° : tout simplement parfait !!! Pour en profiter pleinement : maillot de bain obligatoire. L’eau du bac n’est pas changée entre deux visiteurs, mais elle est bien filtrée régulièrement grâce à un système autonome. D’où le “éco-domaine” : il n’y a pas de gâchis d’eau, équipement basse consommation pour l’électricité (les éclairages d’appoint sont eux, alimentés par des panneaux solaires) nourriture locale et de saison, le bois des cabanes est français, le domaine participe au tri sélectif…

Le seul point négatif ? Ces cabanes sont victimes de leur succès : toutes les nuits de samedi à dimanche sont bookées jusqu’à des mois à l’avance. Il ne vous reste qu’à faire comme nous : venir un vendredi, pour y passer la nuit; ou mieux : venir en semaine et être absolument seuls et tranquilles 😉 Notez que l’on n’a fait qu’apercevoir de loin une ou deux cabanes depuis la notre : la cabane Spa Étoilée. C’est donc en toute quiétude que vous pouvez profiter de votre terrasse personnelle, sans aucun vis-à-vis (d’autant plus quand la nature est luxuriante : les feuilles des arbres vous dissimulent parfaitement).
C’est à tester au moins une fois dans sa vie, pour peu que vous soyez un minimum aventureux, que vous aimiez le contact avec la nature et que l’idée de dormir à plus de 8m au-dessus du sol ne vous effraie pas. Je n’ai pas du tout eu de sensation de vertige : la terrasse est entièrement protégée par une barrière et les arbres autour empêchent toute sensation de “vide”, à mon sens. Alors, prêts à tenter l’expérience ?

Je portais :
Bikini via Dolphin Love Swim
Parka imperméables via Boden
Pull H&M Conscious (old)
Jean via Closed
Baskets vegan Vans
Bonnet Asos (old)
Lunettes de soleil dispos ici

Coucoo Grands Chênes
4 rue Nicolas de Lancy
Château de Raray
60810 Raray

Infos réservation:
03 44 58 39 08
info@cabanesdesgrandschenes.com
cabanesdesgrandschenes.com
Cabanes perchées : 17 dont 14 duo et 3 familiales (de 3 à 5 personnes)
Tarifs : de 180 € à 325 € la nuit, petit déjeuner inclus

A faire : Practice de Golf mais aussi parcours 9 et 18 trous, promenade dans les jardins du Château de Chantilly, visite du musée du Château de Compiègne, vol en Montgolfière pour continuer de prendre de la hauteur, vélo…

Chez Monet, à Giverny

♪♫♪ Claude Monet – Giverny “Les Nymphéas” ♪♫♪

Nous avons profité d’un week-end pour aller à Giverny (Fondation Claude Monet), à environ une heure de Paris. Il s’agit de la propriété du peintre impressionniste Claude Monet, où se situent sa maison et ses jardins qui lui ont inspiré ses fameuses toiles “Les Nymphéas”, entre autres. Les jardins sont “séparés” en deux : le jardin d’eau (bassin aux nymphéas et pont japonais) et le jardin de fleurs (Le Clos normand). Pas besoin de vous préciser que c’est une vraie merveille. On peut évidemment visiter la maison ainsi que les jardins, tous les jours de 9h30 à 17h30 du 24 mars au 1er novembre.
Giverny comprend aussi le musée des impressionnistes, d’autres galeries d’art, de deux boutiques souvenirs, d’un charmant petit village où se situe un restaurant… Je vous recommande vraiment d’aller vous y échapper le temps d’une journée, tout en ayant réservé à l’avance votre billet coupe-file (ce que nous n’avons pas fait). ^^


We took advantage of a week-end to go to Giverny (Claude Monet Foundation) about an hour from Paris. It was the property of the impressionist painter Claude Monet, where his house and gardens are located, which inspired him his famous paintings “Les Nymphéas” among others. The gardens are “separated” in two : the water garden (basin with water lilies and Japanese bridge) and the garden of flowers (Le Clos Normand). Needless to say, it’s a real wonder. You can of course visit the house as well as the gardens, every day from 9:30 am to 5:30 pm from March 24th to November 1st.
Giverny also includes the Museum of Impressionists, other art galleries, two souvenir shops, a charming little village where a restaurant is located… I really recommend you go to escape there for a day, while having reserved in advance your cut-file ticket (what we didn’t do). ^^

Je porte une robe Manoush (très ancienne collection)
Espadrilles dispos ici
Panier via Sook Paris
Chapeau Lack of Color

À bicyclette sur la Véloscénie

♪♫♪ Douce France – Charles Trenet ♪♫♪

Cet article est très long, aussi je vous recommande de vous caler confortablement avec un verre de ce que vous aimez à portée de main, pour l’apprécier comme il se doit.
Début mai dernier, j’ai eu la chance d’être conviée en blog trip à vélo ! Une invitation très bien ciblée, comme vous vous en doutez 🙂 De plus, j’ai également pu venir accompagnée de mon amoureux, qui est à l’origine de mon goût pour la bicylette ! Au programme ? Vélo, découvertes et gastronomie locale, tout au long de la Véloscénie.
La Véloscénie est un itinéraire cyclable (voie verte et véloroute) longue de 450km, entre Paris et le Mont-Saint-Michel. Nous n’avons pas roulé non stop, mais avons alterné entre vélo et minibus avec une moyenne de 20km de vélo par jour. Le but de ce voyage était de visiter les splendeurs des territoires traversés, mais également partir à la découvertes de producteurs locaux, participer à des ateliers, visiter des musées et des châteaux, etc. Moi qui regrette de trop peu voyager en France, j’ai été enchantée par ces 4 jours, riches à tous points de vue !
Entre pistes aménagées, voies vertes, petites routes balisées et chemins forestiers, ce parcours cyclable nous a emmenés au coeur de la vallée de Chevreuse, dans le Perche et le bocage Normand. Nous avons pu visiter le château de Maintenon -vide de tout autre visiteur- la Cathédrale de Chartres de nuit, admirer la dentelle d’Alençon et enfin, terminer par la Baie du Mont Saint Michel avec visite privée de l’Abbaye ajoutée à l’ascension jusqu’au plus haut point de vue possible, dans le clocher (!!!!) Le programme était très riche, pour ne pas dire chargé, mais j’ai vraiment tout adoré de bout en bout.

Tous ensemble, avec Pascal, Julie, Jenny, Ingrid et Lauriane, nous avons embarqué dans un minibus au départ de Notre Dame de Paris, direction la Vallée de Chevreuse, les vélos à l’arrière. Adrien et moi avons pris le parti de ne pas utiliser les vélos électriques proposés, mais d’embarquer nos propres vélos (avec 3 vitesses chacun). Je peux vous assurer que dans les nombreuses côtes de la Véloscénie, on a bien bossé nos mollets et nos cuissots !!! Pourquoi ce choix d’avoir nos vélos à nous ?  Parce que je savais à l’avance que même baissée au plus bas, la selle des vélos électriques serait trop haute pour moi; j’ai eu raison. 🙂 Je ne sais pas et ne peux pas me hisser sur la selle en montant sur les pédales pour démarrer, ni reposer mes pieds au sol en freinant s’ils ne le touchent pas déjà, pour m’arrêter. 36 15 Vis ma vie de Minipouce.
Je vous emmène en balade à travers notre beau pays ?

Jour 1
Voie royale des Yvelines à L’Eure-et-Loir

Nous avons pu fabriquer notre propre sirop bio, sans colorants ni conservateur et l’emporter ensuite en bouteille. Grâce à Marc, l’artisan créateur siropier de l’Alchimiste à Chevreuse, nous avons décidé d’un commun accord de mélanger dans la marmite : de l’ananas, du citron vert et du gingembre ! Un délice. Depuis, nous en mettons dans de l’eau, sur un sorbet fruité (citron vert, mangue ou framboise) ou encore dans un yaourt (sans lactose, vegan). Cela se marie très bien ! J’ai acheté plusieurs sirops en guise de cadeaux et nous ai pris le sirop d’estragon pour nous deux, qui relève parfaitement les vinaigrettes de salades que je prépare avec du vrai estragon en plus. Miam !
Ensuite, déjeuner au Clos de Chevreuse suivi d’une balade à vélo au coeur de la verdoyante Vallée de Chevreuse, jusqu’au Domaine de Rambouillet. Fin de journée dans les jardins à la française du Château de Maintenon, avec visite guidée des appartements de Mme de Maintenon (Nommée secrètement – puis ouvertement après leur légitimation – gouvernante des enfants naturels de Louis XIV et de sa maîtresse Madame de Montespan. Elle devint ensuite secrètement son épouse, après la mort de la reine Marie-Thérèse en 1683). Moi qui ai adoré “L’Allée du Roi” de Françoise Chandernagor, j’ai été enchantée de cette visite privée.
Nous avons dormi à la Villa Saint Pierre, ravissante chambre d’hôte, après avoir dîné au Café Bleu, situé en face de la cathédrale de Chartres.
Le point fort et final de cette journée déjà riche en découvertes : la visite nocturne très insolite et spirituelle de la crypte romane de la cathédrale… Entre 22 et 23h, la cathédrale était entièrement pour nous, plongée dans le noir complet. Nous avions chacun une bougie pour éclairer à 2m devant, et notre guide était très inspirant, alternant entre anecdotes anciennes et chants a capella, se répercutant mystiquement le long des très hauts murs. Je n’ai pas pris de photo, il faisait réellement trop sombre. Mais c’était un moment vraiment incroyable, dont je me souviendrai très longtemps.
Chartes en lumières, de nuit :


Jour 2
En ordre de balade de L’Eure-et-Loir à l’Orne

En route pour les collines du Perche à vélo, de Thiron-Gardais au château de Nogent-le-Rotrou, suivi d’un massage du dos et des jambes, en duo avec Adrien, au Spa Pom à Condeau. Détente totale. Nous avons ensuite pu faire une brasse dans la piscine couverte mais lumineuse du Spa, situé en plein coeur du Perche dans les dépendances du château Villeray. Déjeuner au Domaine de Villeray, puis flânerie à la Ferme de l’Absoudière où nous avons pu caresser de superbes chevaux percherons. En fin d’après-midi, rencontre avec Grégoire Ferré, producteur passionné, à sa ferme cidricole des Mares. J’ai adoré les vergers de pommes et poires, et déguster ce qu’ils fabrique (personellement, je préfère le Cidre pas trop brut, légèrement sucré).
Installation pour la nuit à l’Hôtel du Tribunal à Mortagne-au-Perche et dîner chez Pigmallion (pas mon adresse préférée : ils proposent essentiellement des choses autour de la viande de cochon… Pas tellement une adresse “végé friendly”) 😉 C’est ma seule petite déception du voyage.
Il y avait une brosse qui trainait, il était un peu cracra…. C’est mon côté Monica Geller, ça. ^^

Jour 3
“L’en vert” du décor dans l’Orne

Nous avons démarré la journée par la visite fort intéressante du Musée de la dentelle, à Alençon. “Mon Dieu, cette dentelle! Mais regardez-moi cette dentelle! La finesse du point. Oh la la !” (seules celles qui connaissent leurs classiques sauront). 😉
S’en est suivi un déjeuner au restaurant bistronomique Rive Droite, toujours à Alençon. Je vais faire une parenthèse ici car la superbe déco de ce lieu mérite qu’on en parle. Ce restaurant français raffiné, dispose de différentes salles colorées au décor hétéroclite évoquant une maison. En me rendant aux toilettes, j’ai découvert l’existence du carrelage métro argenté… Et ai passé plus de dix minutes à prendre des photos des murs sous tous les angles. J’étais littéralement en extase, la lumière est sublimée et renvoyée de mille façons différentes, façon pierre semi précieuse. Sachez que ce type précis de carrelage existe à la vente et que LE carreau coûte 4€ pièce. Tout est dit. Par conséquent, je compte lancer une cagnotte en ligne pour me permettre de récolter des fonds afin de faire poser ce carrelage chez nous, dans la salle de bain. hahaha !
Trêve de plaisanterie douteuse, il était temps de remonter en selle et de pédaler de l’Eglise de Colombiers à la Roche Mabile. Cet itinéraire ne représentant que 11km, nous nous sommes motivés à continuer jusqu’au château de Carrouges; soit 23km au total. J’estime qu’il y a eu approximativement 20km de montées. On les sent BIEN passer au niveau des cuisses, je vous assure !
Pour la nuit, nous avons résidé à l’Hôtel le Gayot et nous y avons également dîné.

Jour 4
Journée en Baie du Mont Saint-Michel

Dernier jour et dois-je le préciser : le gros point fort de ce blog trip. Direction le Mont Saint-Michel !!! 15km de vélo depuis la Pointe de la Roche Torin, puis pique-nique une fois arrivée sur place. Première fois que je m’y rendais, avec beaucoup d’excitation de le voir enfin ! C’est donc accompagnés d’un guide excellent et hilarant, que nous avons gravit les milliers de marches emmenant au point culminant de l’édifice. Nous avons également pu voir les anciens cachots : de par sa situation, le Mont est une prison naturelle idéale. C’est d’ailleurs ce qu’elle fut pendant de nombreuses années, du XVème siècle à la Révolution française. Le guide nous a fait la blague de nous enfermer à clé tous ensemble dans un petit cachot sans fenêtre… Malaise garanti d’imaginer ce que cela pouvait être de croupir ici !
Si j’ai un seul conseil à vous donner, si vous planifiez de vous rendre au Mont Saint-Michel : fuyez la foule de touristes et prenez un guide privé, qui vous fera découvrir les recoins cachés du public, avec explications intéressantes en sus.

Nous avons ensuite pu faire une randonnée insolite accompagnés d’un guide, autour du Mont, à la découverte des sables mouvants. Changement de tenue pour cela : short obligatoire, chaussures dans le sac à dos. La première partie fut épique dans de la glaise très très glissante, à tous manquer de tomber avec notre appareil photo à la main. Ingrid a été prise d’un fou rire monumental, très communicatif !!! Ensuite direction les sables mouvants, à environ 2km du Mont. Je me suis rapidement laissée distancer par le groupe, occupée à prendre des photos, mais surtout parce que j’ai des mini pattes et que mon sac pesait environ 15kg. haha ! ATTENDEZ MOUAAAAA !
Mais quelle vue, quel moment… j’ai adoré chaque minute de cette dernière journée, et ce voyage reste bien ancré dans mes souvenirs. C’est à faire, je vous assure !



Comme Julie l’a si bien écrit sur son blog, je me permets de reprendre son excellent récapitulatif :

  • Il est possible d’emmener son propre vélo et d’organiser son parcours en autonomie mais il est également possible de se faire accompagner par France à Vélo pour la location de vélo et le transport des bagages le long du parcours.
  • Tous les monuments visités sont considérés comme vélofriendly puisqu’ils possèdent tous des équipements pour attacher les vélos à proximité du lieu de visite. De même les hébergements ont un kit de réparation vélo à l’accueil.
  • Il est tout à fait envisageable de ne faire que des tronçons du parcours grâce à la proximité de gare TER le long du parcours. Pourquoi pas vous faire un week-end Véloscénie par exemple ?
  • Pour retrouvez tous les parcours balisés, les durées des circuits et les conseils d’hébergement, rendez vous sur le site : veloscenie.com

J’ai eu la chance de parcourir un peu de cet itinéraire vélo grâce à l’invitation des départements des Yvelines, de l’Eure-et-Loir, de l’Orne et de la Manche qui sont traversés par l’itinéraire de la Véloscénie. Un grand merci à eux ainsi qu’à Pascal pour cette belle opportunité !

Un long week-end aux Sybelles

♪♫♪ The Chainsmokers & Coldplay – Something Just Like This ♪♫♪

Après RisoulCourchevel, Gstaad – et sans compter réellement Font Romeu dans les Pyrénées et la Plagne, où je suis partie avant d’ouvrir mon blog – c’est cette fois à la Toussuire, une des six stations des Sybelles (les “six belles”) que j’ai eu la chance d’être conviée.
Les Sybelles ce sont six stations de sports d’hiver de Maurienne, La Toussuire, Les Bottières, Le Corbier, Saint-Sorlin-d’Arves, Saint-Jean-d’Arves et Saint-Colomban-des-Villards.
Je vous l’ai dit sur Instagram et Facebook, si jamais je dois retourner skier j’irai sans aucun doute possible à la Toussuire. J’ai littéralement a-do-ré skier là bas (même si ce fut bien trop court pour progresser… ha ha). Le domaine skiable y est incomparable : on peut réellement prendre du plaisir à skis avec un niveau débutant, ce qui est mon cas. De plus, nous avons eu un superbe soleil non-stop durant ces quatre jours et très peu de monde sur les pistes; un luxe ! Ceci dit, nous y étions hors période de vacances scolaires.
Ma chambre à l’hôtel Les Soldanelles était grande, car normalement destinée à une famille de 4 personnes. J’ai adoré avoir un balcon d’où j’ai admiré les montagnes, le coucher et le lever du soleil et même fait bronzette une petite heure… Avoir une vue aussi magnifique est une chance incroyable, en plus du fait que cet hôtel 3 étoiles comportait une piscine (couverte en hiver) et un petit spa ! Une idée lumineuse de profiter du hammam après le ski : zéro courbatures le lendemain grâce à cela.

Après une première soirée et un dîner au restaurant “Le Chamois” à La Toussuire, puis une bonne nuit à l’hôtel, nous avons chaussé nos skis pour une grosse matinée sur les pistes. J’étais plus que ravie de faire équipe avec Perrine car nous avons sensiblement le même niveau (Team pistes bleues !) Nous étions accompagnées de Martin, moniteur de l’ESF. Petite parenthèse sur Martin, à ce jour le moniteur le plus drôle jamais côtoyé. Il a été adorable car il  accepté de porter mon sac à dos rose Fjällräven (il s’est fait chambrer par tous les autres moniteurs que l’on a croisés… le pauvre !) ainsi que de porter et d’être responsable de mon appareil photo Nikon. J’avais trop peur de tomber et d’abîmer, voire de casser mon réflex. Il a vraiment géré car il a shooté non-stop durant nos descentes de pistes, grâce à lui j’ai plein de chouettes photos de Perrine et moi ! De plus, les stations disposent d’espaces dédiés aux apprentis skieurs : enfants comme adultes (tapis et téléskis adaptés). Je vous l’ai dit : c’est la station parfaite pour les skieurs débutants et confirmés car il y a de quoi prendre du plaisir quel que soit notre niveau.

SHOP TA TENUE DE SKI :


Ce soir là, avant de dîner dans un restaurant de la station Le Corbier, nous avons pu tester la motoneige!!! Alors, n’étant pas du tout familière avec les engins motorisés (dois-je rappeler que je n’ai toujours pas le permis de conduire ?) j’ai préféré monter derrière quelqu’un. Il se trouve que ce quelqu’un a été le “moniteur” ou plutôt le foufou de la vitesse qui connaît bien les pistes, même la nuit.
Nous étions donc la motoneige en tête et il a régulièrement tapé des pointes de vitesse à m’en renverser mon casque en arrière….
Les autres n’arrivaient pas trop à suivre le rythme, et je peux les comprendre parce que piloter de nuit, sans aucune autre lumière que les phares de la motoneige, euh…. Compliqué !
Ce fut une expérience frigorifiante, musculairement pénible (mes bras, crispés sur les poignées arrières s’en souviennent encore, haha) mais très forte en adrénaline ! J’ai adoré, mais à refaire de jour, pour mieux profiter des paysages que nous n’avons absolument pas vus.

Le lendemain, direction Saint-Sorlin-d’Arves pour faire une petite balade en chiens de traineau ! Nous sommes arrivés à hauteur des chiens attachés et ils nous ont fait fête, très contents d’avoir des câlins et des gratouilles. On sent que leur maître les aime vraiment beaucoup, il m’a cité les noms de chacun à ma demande, mais je n’ai pas pensé à les noter… Je me souviens juste de Sherpa, qui était le chien de tête dans l’attelage et de Choco, la jolie maman de plusieurs chiens de l’élevage.
Nous sommes montées en premier, à deux, Perrine et moi dans le traineau. Les chiens avaient une pêche d’enfer et ont foncé dès qu’ils le pouvaient. Je me souviens qu’on a ri, on a tellement ri, tout le long de cette courte balade énergique !!!! Ca secouait beaucoup, mais parce que c’était leur première sorie du jour et qu’ils avaient besoin de se dégourdir les pattes. Les deux autres petites balades pour les autres ont été bien plus calmes apparemment 🙂

Nous avons eu la chance de monter dans une dameuse et d’accompagner l’équipe de nuit du domaine de Saint-Sorlin-d’Arves dans le début de leur travail sur les pistes. C’est très impressionnant : à la queue leu leu, les dameuses se suivent et refont proprement les pistes de ski, pour le lendemain. La neige a tendance à s’éparpiller sur les côtés, il faut alors la rassembler au milieu et l’aplatir.
Une fois de plus avec Perrine, qui a fait rire tout le monde en félicitant les travailleurs grâce au talkie walkie, à l’issue de notre balade. ^^

La fin du voyage approche, on rend les skis au magasin de location et Perrine et moi profitons de la dernière matinée pour nous promener à pied au-dessus de la station, dans la poudreuse.
La vue sur le domaine de La Toussuire est à couper le souffle, la lumière changeante avec les nuages, mais superbe. L’air pur et les jolis chalets de bois donnent vraiment envie de revenir ici plus souvent !
Je portais :
total look noir de ski Décathlon (parka pour homme, mais on s’en fiche complètement)
Parka imprimée Roxy chez Décathlon (Soldes hiver 2016)
Masque de ski Oakley (Soldes hiver 2016)
Pull gris brodé Zara (Sold Out)
Moonboots en faux daim et fausse fourrure Minelli (Soldes hiver 2013)
Sac à dos Fjällräven Kanken rose
Bonnets Asos (Sold Out)
Lunettes de soleil via Shein (déjà vues ici)


Un très grand merci à l’agence Pop Spirit pour ce super blog trip, ainsi qu’à Sophie, Martin et à toutes les personnes adorables sur les domaines où nous sommes allés.
Une bise à Perrine, Jessica et Didier et un coucou aux journalistes adorables qui faisaient partie de ce voyage !

SHOP TA TENUE DE SKI :

Follow @hellovalentine on Instagram

Copyright © 2018 · Theme by 17th Avenue