Mon témoignage de graphiste parisienne

PhotoBooth dumb
Mon blog n’est pas de ceux qu’on range dans la case « Lifestyle », même si j’ai souvent des choses à écrire sur plein de sujets différents.  Je ne le fais juste pas car je préfère d’une manière générale, partager des photos et pas mes réflexions. J’ai donc longtemps réfléchi avant de rédiger cet article.
D’abord j’ai sondé un peu celles qui me suivent sur ma page Facebook et à mon grand étonnement, cela a suscité beaucoup d’intérêt : mon métier, mes études, mes emmerdes.

Suite à plusieurs mails plein de questions, reçus de la part de lectrices de mon blog se questionnant sur leur avenir dans la branche du graphisme, je me suis dit qu’un petit point ici ne serait pas de trop.
Depuis 5 ans, je suis graphiste et webdesigner à Paris. Où nous sommes environ 78 943 125 graphistes ;) Pour environ la moitié à la recherche d’un emploi…
Je vous laisse faire le calcul en fonction du nombre de candidatures qu’un recruteur peut recevoir quand une annonce potentiellement intéressante paraît sur les sites d’offres d’emplois pour graphistes.
Je ne déconne pas, futurs étudiants en arts appliqués et autres BTS de communication visuelle : préparez vous à avoir de la concurrence. Même si on est d’accord que c’est le truc le plus insupportable à vivre.

Avant de s’engager dans ces études vachement plus attrayantes et « cool » que d’autres, sondez votre motivation propre.
Êtes-vous honnêtement faits pour ça? Avez-vous réfléchi à tous les aspects bien moins « cool » de cette voie? Aimez-vous passer des heures carrées devant un ordinateur (prévoyez une bonne Mutuelle qui rembourse bien les verres et montures de lunettes), à ne pas toujours faire des design sympas pour des agences branchées?
Non, être « fort » en dessin ne fait pas de vous un(e) graphiste potentiel(le). Je me permets, suite au nombre élevé de cas sociaux, échoués dans notre classe et qu’on a dû se coltiner pendant deux ans de BTS. Inaptes à étudier quoi que ce soit d’autre, mais sachant « dessiner », les parents les avaient collés là depuis le BT (équivalent de la Seconde dans la voie générale) à 5 000€ l’année, il sont nombreux à ne pas avoir obtenu leur BTS (5 ans d’études à 5 000€ l’année…Beau fail!!)
Je ne suis pas bêtement condescendante, mais réaliste : sur une classe de 20, nous sommes 8 à avoir obtenu le BTS. Les autres n’auront pas assez bossé ou n’étaient juste pas assez motivés ou « à leur place » : ça n’est pas être une raclure que d’analyser la chose comme ça.
Il faut aussi avoir en tête qu’être graphiste c’est pouvoir ravaler son orgueil et remballer ses maquettes trop « in » et « chébran » pour parfois proposer des choses très simples, voire vieillottes, à des clients « old school » ou pas ouverts au style « 2.0″.

Autre paradoxe assez amusant, ou gouffre intersidérale entre l’école et le travail : le temps passé sur un boulot.
A l’école, on peut y passer des semaines, voire des mois entiers : peinture, feutres, collage/ découpage, on s’amuse, on régresse, on se lâche comme à la maternelle et les profs sont contents. On se sent une âme d’artiste.
Au travail, le temps est compté. Parfois à la minute près : le doc doit partir en impression ou au client directement, et la pression est mise. Plus de possibilité de recherches crayonnées sur un format raisin (50×65 cm) mais du concret, rendu « chiadé » et prêt-à-servir immédiatement.
On a parfois envie de pleurer et on rend un truc moyen qu’on ne mettra pas dans son Book.

Ah oui : le Book!
Recueil papier de travaux terminés et approuvés (par les profs, le client content, soi-même…) et servant de « carte de visite » montrant nos capacités créatives en print et/ ou web.
Ce Book est présenté à un jury lors de l’oral final du BTS : autant l’avoir bossé et en être fier (c’est mieux pour valider son diplôme).
Il sera remanié en profondeur lors du passage à la vie active : les recruteurs n’en ont légèrement rien à cirer de vos gribouillis de peinture et les découpages-collages qui ont servis à la préparation d’un logo qui sera présenté terminé.
Je l’ai appris par moi-même, suite à divers entretiens pour des stages; ma présentation de Book avait prit un temps infini, je me suis dit que c’était chiant pour tout le monde. J’ai trié.

L’important quand on cherche un boulot, c’est le résultat, la présentation pro, claire et concise : savoir expliquer concrètement pourquoi ce logo précisément représente cette enseigne et les avantages qu’a l’enseigne d’avoir cette identité visuelle (créée par vous :) ).
Savoir expliquer pourquoi on est le candidat idéal pour cette boîte de com., multiplier les stages, les expériences pros, et pour ma part, ce gros plus qui a souvent fait la différence : tenir ce blog.

J’aimerais conclure car je n’aime pas trop les laïus, les blogs tartines indigestes, que je ne lis pas.
Loin de moi l’envie de me poser en « Moi, les p’tits jeunes, j’ai roulé ma bosse, écoutez Tatie Valou! » au contraire.
J’ai déjà songé à plusieurs reprises à changer de voie, à tout envoyer bouler. Le chômage c’est moyen drôle mais je suis faite pour travailler (même si, une fois, un macho pédant de Directeur Artistique en entretien final de CDD m’a sorti « Tu sais, je ne sais pas si tu es faite pour travailler. Ma femme elle, reste à la maison à s’occuper de nos quatre enfants et ça lui convient très bien« . Texto! J’en suis restée coite.)
J’aimerais dire à ce prétentieux nullissime en rapports humains, que je suis moi-même D.A à l’heure où je vous écris : comme lui,  les leçons données aux autres en moins.
Et même que les gosses c’est pas encore au programme, j’ai un peu plus d’ambition pour le moment que faire femme au foyer, car je préfère travailler et gagner mon argent plutôt que d’être entretenue (JE PARLE ICI D’UN CHOIX DE VIE : qui n’est pas le mien. Je ne prétends pas qu’être graphiste c’est MIEUX ou MOINS BIEN que d’élever des enfants. Merci de ne pas résumer tout mon article à cette phrase  ;)

P.S : Gardez toujours une bonne estime de vous-même, malgré les donneurs de leçons et les critiques non constructives : message « Girl Power » *off*.

Comments

  1. Jusqu’ici, je suis d’accord avec tout ce que tu dis.
    D’ailleurs, un truc qui me travaille en ce moment c’est « est-ce que je tente cette formation qui va me coûtait une fortune, alors que je ne sais pas encore si ce métier va me convenir au quotidien? ». Parfois, le pris dissuade énormément…
    D’ailleurs, je reprends les cours en novembre, et je suis en grosse période de doute…
    Merci pour ton témoignage Valentine !

  2. Reste un dernier point dans ce parfait résumé : les salaires. Non seulement les places sont chères, et elles le sont tellement qu’il ne faut pas compter gagner un salaire décent les 3 premières années. Mais ca reste un métier génial, créatif et pas répétitif, la persévérance est notre meilleure amie.
    Bon courage pour ta carrière Valentine 🙂
    Victoire.

  3. Je reste un peu sur ma faim en lisant ton témoignage.
    Je ne connais pas du tout le métier de graphiste (je suis ingénieure, mon domaine c’est plus la mécanique :)) et je pensais en apprendre plus sur ton métier, ce que tu fais concrètement toute la journée !
    Ce témoignage servira surement à celles et ceux qui pensaient déjà se tourner vers des études de graphiste (ce qui était surement ton but en l’écrivant), mais pour les autres plus dé détails pourraient être intéressants (enfin c’est mon point de vue mais je ne suis peut-être pas la seule, c’est pourquoi j’écris ce commentaire !)

  4. Bon, et bien c’est pas gagné moi le métier de Graphiste !

    Je me retrouve dans beaucoup de tes descriptions…

    Je trouve ça vraiment dommage dans ce métier de ne pas pouvoir réellement laisser libre cours à son imagination. C’est très triste de ne pas pouvoir exposer « son art » comme on le voudrait.

    C’est vraiment LE truc qui me chagrine. Passer ma vie à réaliser des travaux pour des gens n’ayant aucun intérêt pour le style qui nous est propre… Ce n’est pas l’idéal quoi.

    Moi je chercher encore, même si au fond de moi je sais très bien que je ne serais pas totalement comblée.

    C’est un métier bien difficile mais tellement génial quand il nous est propre.

  5. @Charlotte : Effectivement, le but de cet article était de répondre avant tout aux mails que je reçois et auxquels je ne peux plus répondre au cas par cas.
    Je ne souhaite par ailleurs pas trop dévoiler mon quotidien, c’est plutôt privé et je pense que ça n’intéresserait pas grand’ monde.
    Je fais du webdesign et c’est surtout créatif, donc je suis ravie 😉

  6. Ah ça c’est clair, être dessinateur n’a rien à voir avec être graphiste, pourtant les gens confondent souvent les 2… Moi qui bosse sur des films animés, quand on vient me parler typo ou mise en page etc je comprends absolument que dalle -__-
    (le plus drôle c’est quand on me demande quand sort mon livre alors que je bosse sur des films XD)
    Faut pas avoir peur de pointer à Paul emploi aussi avec ces métiers là (toute une formidable aventure…). Que de réjouissances en perspective ^^
    Bref faut s’accrocher, et moi je trouve ça intéressant ce genre de petits textes ^^
    Faudra faire un texte sur les commandes moisies aussi, où le client te demande des retouches horribles et au final ton truc ressemble plus à rien, loul XD

    Ah tiens je repense à cette bd à ce sujet, sur ce lien:
    http://www.stoufetjeanouf.net/archives/2010/05/11/17866465.html

    C’est tellement ça que tu devrait le rajouter à ton article héhé!

    Bref, des bisettes 😉
    Pandore

  7. je suis d’accord sur bcp de points mais attention les boniches ont aussi de l’ambition donc ne tombons pas dans le cliché!
    bravo pour ta persévérance, d’autres auraient lachés!

  8. Oulala! Je suis tellement d’accord avec toi! Étant graphiste également je ne peux être que de ton avis. C’est exactement les réflexions que je me faisais ces derniers jours… si on me demande mon avis ce n’est une voie que je recommanderai ( à part bien sûr si on est hyper motivé pour galérer ;)) Moi aussi j’ai été frustrée de devoir faire des trucs moches (à mes yeux)…
    Moi aussi j’ai pensé plus d’une fois à changer de métier. Mais pour faire quoi? Car malgres tout ça, c’est avant tout une histoire de passion et heureusement!
    Merci, je me sens moins seule 😉

  9. Merci , je suis en terminale et je m’apprête à postuler en mise à niveau en arts appliqués et je sais que cela ne fais pas tout d’être une bonne dessinatrice (d’ailleurs j’en suis pas une) c’est aussi pour ça que j’ai décidé de faire un bac ES sans critiquer les autres filières mais j’aimerai juste savoir pourquoi ton BTS t’as couté 5000€ l’année , il n’existe pas de BTS plublic ? bonne journée 🙂

  10. @Anonyme (tu aurais pu écrire ton prénom en signature 😉 : J’ai omis ce point important.
    Il y a 4 écoles d’arts appliqués publiques dans Paris.
    J’ai suivi une filière « classique » avec un Bac L option anglais renforcé.
    Pas d’art/dessin dans mon cursus, donc je n’ai pas été prise dans ces écoles publiques.
    Mes copines de BTS et moi avions rencontré et longuement parlé avec une élève de Duperré (une des 4 écoles publiques citées) : nous avons halluciné sur leur NON préparation au BTS, qui était dans 2 mois à l’époque…
    Elle en était encore à l’étape de « concept » de son projet professionnel de fin d’année, quand nous finalisions notre logo.
    Un gouffre entre nos préparations et il nous a semblé qu’ils étaient encore moins bien préparés que nous à la vie active qui nous attendait…
    Il y a de très bons profs dans le privé, qui bossent en agence et sont aussi compétents que des profs dans les écoles publiques 😉

  11. je ne bosse pas du tout dans ce milieu mais en ai vu effectivement l’autre aspect du :on bosse dans une agence avec de super projet, dans une super ambiance, tout le monde est pote et on fait des aperos la soir..mais qui dit apero le soir, dit boulot et charrette jusqu’a tard parfois (souvent)…
    et tu a strès bien décrit la difference à faire entre sa volonté de bosser dans un milieu « arty » et « fashion » et les contraintes que le client peuvent te donner en te refrenant toutes ardeurs creatives! :o))

    les mutuelles, charcutiers, et vendeurs de couches ont aussi parfois besoin d’un site ou de pub.. :o))

  12. Ouille moche ce que t’as dit le D.A… Mais bref, certains se croient tout permis parfois !
    J’ai bien aimé cet article, plus long qu’à la normal, mais j’ai lu. Je suis moi-même graphiste en recherche d’emploi et j’ai trouver dans ton billet un peu de réconfort. Je me bas pour trouver du travail, alors merci pour ce super article !

    Mimis à toi ! Et je te souhaite plein de bonne choses dans ta carrière professionnelle comme dans ta vie privée !

  13. C’est cool de pouvoir lire des témoignages comme çà! n’oublions pas que tout les métiers dit « artistiques » et même « culturels » sont dans la même situation. Il y a plus de trois ans, j’ai terminé des études dans l’évènementiel culturel et j’ai même un concours en poche depuis peu, mais depuis ces trois ans je n’ai pas décroché un seul contrat de travail dans ma branche et ce n’est pas faute de persevérer! j’ai donné énormément pour le bénévolat et le volontariat mais aujourd’hui j’ai un taf purement alimentaire et je suis complètement perdue. L’idée de se reconvertir mais dans quoi quand tout ce qui nous plait touche au créatif?!
    Il y en a qui cherchent encore et encore, il y en a qui sont pistonnés et d’autres non, il y en a qui sont débrouillards et d’autres moins mais je crois aussi qu’il y a une grande part de chance dans tout ça…
    Quand au boulot de graphisme, pour en avoir fait un peu en milieu associatif, je rajouterai qu’il faut savoir garder son calme avec les clients chiants, qui ne savent pas ce qu’ils veulent et qui te font modifier un truc 50 fois…
    En tout cas bravo pour ton parcours et bonne chance aux amis du pôle emploi…

  14. EXTRAIT: « Je me permets, suite au nombre élevé de cas sociaux, échoués dans notre classe et qu’on a dû se coltiner pendant deux ans de BTS. Inaptes à étudier quoi que ce soit d’autre, mais sachant « dessiner », les parents les avaient collés là depuis le BT (équivalent de la seconde dans la voie générale) à 5 000€ l’année, il sont nombreux à ne pas avoir obtenu leur BTS (5 ans d’études à 5 000€ l’année…Beau fail!!) »

    La classe! Là où je salue l’envie de faire partager ton expérience, je suis assez déçue de constater que tu es toujours aussi condescendante. Toi qui est suivie par tant de personnes qui se passionnent pour ton blog et partagent ta vision de la Mode, je m’attendais à plus d’humilité et de tolérance. Se croire au dessus du panier est lassant pour les personnes comme moi qui prennent d’habitude plaisir à te lire mais qui n’ont surtout rien à apprendre de toi. Être dans l’oeil du public appelle à davantage de retenue et de respect pour autrui. Imagine ces mêmes personnes qui s’avèrent, qui sait, être des lecteurs fidèles de ton blog sans que tu le saches et que tu vexes en les traitant de cas sociaux débiles qui gâchent l’espace! Tu redonnes une toute autre définition à l’expression « belle à l’extérieur, mais à l’intérieur……. »

  15. Chouette article!
    Je suis en 4eme année dans une école d’architecture intérieur et je me retrouve dans tout ce que tu dis! Il y a en effet un gouffre comme tu dis entre les études et le monde pro (j’ai pu m’en rendre compte lors de divers stage)! Mais il est vrai que les études d’arts appliqués (peu importe sa spécialité) sont très épanouissantes, après dans la réalité il est fréquent d’être déçu au début!! En tout cas ce sont des métiers-passions et si celle ci n’est pas là c’est dur de s’accrocher! Autre point important, il me semble qu’il faut avant tout aimer les gens, les comprendre, les charmer. Si vous avez des difficultés à vous exprimer ou à « vendre » votre travail, ça ne sera pas évident de percé!
    Belle et longue carrière à toi valentine!

  16. Coucou!
    je corrige un ptit truc si tu veux bien car je me sens concernée au sujet du BT (Brevet de Technicien) que j’ai obtenu en musique et sans payer einh. Ce n’est pas un niveau seconde générale… c’est un niveau bac qui te donne accès à des études supérieures et de ton choix en général en lien avec la spécificité de ton brevet mais pas obligé. Je n’ai eu aucune difficulté à suivre à la fac puis dans une école supérieure après l’obtention de mon BT.Ce diplôme n’est donc pas inférieur au niveau du bac général et donc les personnes qui obtiennent ce diplôme ne sont pas obligatoirement décérébrés…tu n’as juste pas eu de chance des les rencontrer dans tes études…vive le BT!!! c’était la parole du jour!
    Au sujet du graphisme pour avoir deux amis dans ce secteur tu décris bien ce qu’ils vivent la plupart du temps surtout au niveau des délais…A bientôt!

  17. @Pauline : Dans notre classe de BTS, il y a avait deux filles qui s’amusaient de filmer et enregistrer en cachette une autre fille qui savait à peine lire, et qui devait faire la lecture à voix haute en cours d’Histoire de l’Art.
    Ou des nanas qui s’amusaient à nous faire des croches-pieds, car on était un peu plus à notre place qu’elles, dans ce BTS…
    Je pense qu’en ne me connaissant pas, tu tires tes propres conclusions et je ne t’en blâme pas.

    Retenir uniquement ça de mon blabla prouve que tu t’attaches uniquement au négatif, ce que je fuis par-dessus tout.
    La vie est trop courte pour ne pas voir le positif.
    Je doute grandement que les cancres de mon ancien BTS me suivent, et quand bien même : je pense qu’ils n’ont pas eu besoin d’attendre cet article pour percuter que ces 5 années furent un énorme FAIL pour eux comme leurs parents.

    Avec mon prêt étudiant que j’ai trimé à rembourser, je connais la valeur des choses et je reste humble, crois-le ou non.

  18. L’article que j’attendais plus qu’un autre! Cela à bien « complété » mon mail, et j’avoue que c’est vraiment démoralisant… Après, on peut se dire que si tu y es arrivée, pourquoi pas nous? Mais c’est vrai qu’en y réfléchissant bien, je ne pense pas être faite pour ce métier en fait, je ne pense pas avoir le mental pour. Mais en tout cas j’admire ton parcours, vraiment! Alors je te souhaite bon courage pour la suite! Et je te remercie encore une fois d’avoir prit le temps de répondre à mon mail il y a deux semaines.

  19. Pas faux tout ça, je voudrais ajouter : un BTS com visuelle c’est bien (j’en ai fait un) en public c’est dur d’y rentrer quand on est passé par un bac général, j’ai du passer par une manaa en 1an (avec un concours assez sélectif). Et SURTOUT, un BTS dans 90% des cas, ça ne suffit pas!!! J’ai eu la chance d’être prise dans une école d’art et de design (publique toujours), où j’ai continué 2ans, là le niveau monte d’un cran (dans mon book y a plus aucun boulot de bts 😉 )donc en tout 5ans d’études de graphisme, et malgré cela 1 an après mon diplôme je ne trouve toujours pas de travail…. Et avec seulement le BTS c’est encore plus difficile, en témoignent les 3/4 des élèves de ma classe qui galèrent. Perso j’ai du faire un autre boulot pendant 1 an, là je suis au chômage et y a pas d’offre (je suis à bordeaux). Tout ça pour confirmer ton article : c’est pas si facile en effet, déjà d’entrer dans le public (oui j’insiste), les études en elles-meme (les règles de typographie,…) et surtout de trouver un boulot après. (par curiosité, tu as passé combien d’entretiens avant d’être prise?)

  20. C’est fou, ton discours ressemble beaucoup à celui d’un de mes amis graphiste. Lui a carrément pris un petit boulot à temps partiel en tant que vendeur dans le prêt à porter pour pouvoir avoir « le luxe » de choisir ses projets. Il n’en pouvait plus de bosser sur des trucs pourris qui lui pompaient beaucoup plus d’énergie parce que comme tu le dis fallait rendre le projet avec une échéance et quand l’inspiration ne vient pas, elle ne vient pas. Mais fallait bien bouffer et payer son loyer ! Donc voilà, aujourd’hui il a l’air assez content, il arrive à faire les deux et a un salaire fixe au moins…
    En ce qui me concerne, je suis une grosse frustrée de la branche artistique, mes parents m’ont envoyé faire du droit, alors que mon rêve était de faire du design d’objet (j’en fait mon passe temps du coup). Alors, bien sûr il y a le côté rassurant, j’aurai un diplôme dans une voie plutôt « ouverte » (mais qui ne me mènera pas forcément autre part qu’au pôle emploi). En attendant, je continue à encourager tous les gens autour de moi qui ont la chance de faire ce qui leur plait, on arrive pas à ses fins sans beaucoup d’embûches et de difficultés. Mais quand on aime ce qu’on fait, ce doit être possible d’y arriver. Et la volonté se nourrit aussi des mauvaises expériences ! Soyez courageux et n’abandonnez pas ! On a besoin de créativité dans ce monde de m****.
    Des bisous à toi Valentine

  21. Hi Valentine!

    Je ne suis pas sûr que j’ai tout compris parce que j’ai utilisé un traducteur en anglais! J’espère que ce que j’écris a un sens en français! 🙂

    Je reconnais que quand vous avez parlé de design graphique étant beaucoup de travail et très différent de ce que vous avez fait pour la pratique à l’école. Je suis une artiste et créatrice de bijoux pour mon travail à temps plein. beaucoup de gens pensent que c’est facile, mais il n’est pas! il est si difficile. Je travaille tous les jours, tous les jours et je dois produire .. faire de nouvelles choses tout le temps. être un artiste ou designer graphique est un travail difficile. Il est parfois difficile de livrer exactement ce que veut le client lorsque l’on ne peut pas lire son esprit et il ne peut pas expliquer!

    de toute façon, je voulais juste dire que je suis d’accord .. que tout le monde est découpé pour ces travaux. parfois, l’école ne fournit pas une bonne compréhension de la façon dont le travail sera facilité.

  22. j’aime beaucoup ton article, ça me fait penser à la communication, tout le monde veut faire de la communication en ce moment… tout ça parce que c’est cool et in mais très peu y arrive au final (et encore y arriver … ce n’est pas un emploi stable)…

    mais quand tu dis ça » Et même que les gosses c’est pas au programme, j’ai un peu plus d’ambition que faire femme au foyer 😉
    Je vous en souhaite aussi avec une dose de courage en rab’. » il y a des femmes au foyer qui ont beaucoup d’ambition et qui ne s’occupe pas que de leurs enfants.

  23. Pour Pauline:

    Enfin, Valentine, tu sais bien qu’on ne dit pas « cas sociaux débiles profonds » mais « apprenants en succès différé »! Tss tss, quelle condescendance!

  24. Hello !

    Ton article est vraiment touchant et très bien écrit 🙂

    Mais attention cependant quand tu termines en disant que tu as plus d’ambition que d’être femme au foyer. Bien que je me doute que cela soit écrit sur le ton de la plaisanterie, saches que pour beaucoup de femmes au foyer, l’être est un grand honneur (ce qui est discutable bien sur mais un peu de « respect » s’impose si j’ose dire). Par exemple, si ma mère tombe sur cette phrase je sais qu’elle hurlerait ^^
    Mais il faut aussi ajouter que beaucoup de femmes au foyer ont tout a autant d’ambition que toi 🙂
    (et penses aux femmes au foyer qui ne peuvent pas faire autrement, partout dans le monde, et qui rêveraient tenir un blog comme le tien, avoir un peu de liberté et de reconnaissance).

    Juste une petite mise au point mais je ne te juge absolument pas, je te suis tous les jours et j’aime ta façon de voie la vie, la Mode et de nous faire partager tout ça 🙂

    Bises !

  25. salut, merci pour ton article 🙂 même si la dernière phrase me fait un peu tiquer. Etre femme au foyer a s’occuper de ses enfants ect… c’est aussi un métier, à temps plein! C’est une autre forme d’ambition qui n’est peut être pas valorisé par la société actuelle mais je trouve que c’est aussi respectable que d’être D A ou tout ce qu’on veut…
    Non ?

  26. Bonjour Valentine,
    J’aime beaucoup ton blog et je le visite souvent. Merci pour ces « posts » supers! Tu fais un travail excellent. Ton témoignage est excellent aussi. Merci, car je pense qu’il aidera plusieurs personnes dans leur voie. Les étudiants qui passent le bac ne savent pas vraiment ce qui vient après les études. Souvent aussi les post-bac n’ont jamais rencontré de personne active dans leur métier rêve. Peut-être ton article leur aidera à réfléchir sur tout cela et à prendre des décisions! Thank you & bon courage!

  27. Voilà : rien que la vérité, toute la vérité !! Je l’aime ton article !! Et j’adore surtout le fait que tu sois aujourd’hui DA !! Tu dois tellement savourer au vu de tous les mois de galère !!
    En tout cas, c’est comme ca que je le sens !
    Je suis trop contente pour toi !! 🙂
    bisous

  28. Ahhh le saint graal!

    Enfin pas vraiment car je me doutais de toutes ces réalités, et je n’en suis pas moins décidée à en faire ma carrière. On a rien sans peine ! Au passage, « heureuse » de constater que la déception est commune car bien souvent le client retient un projet vieillot (et s’invente graphiste de surcroit…)
    Je me demandais seulement si un BTS en école publique n’étais pas plus reconnu sur le marché car l’inscription tiendrait plus du dossier que du porte monnaie… mais loin de moi le déni de talent en école privée, je connais une personne admirablement douée à ECV.

    Merci pour avoir témoigné, il faut avoir conscience des déboires du métier avant de se lancer.

    XX

  29. Je suis chargée de communication dans un théâtre et graphiste pour la compagnie qui occupe ce théâtre, autrement dit, je suis du côté branchouille comme tu dis, j’ai pas non plus d’enfant, mais au nom de toutes les femmes au foyer qui viennent sûrement de se sentir insultée en lisant tes derniers mots j’ai envie de te dire : MERDE !

    Je trouve qu’il faut plus d’ambition pour élever un enfant que pour devenir D.A !

    Attention aux formulations employées, c’est la moindre des choses, surtout que certaines mères aux foyers lisent peut être ton blog, se sont aussi des femmes hein avant tout !

    Et avant que tu ne le dises OUI JE SAIS je vois que le négatif.

    Adeline

  30. Bonsoir je suis etudiante en graphisme et ton article me conforte dans mon choix.Je me permet une petite question >< est-ce que les stages que tu as effectué durant tes études t’ont permis de décrocher un emploi dans les entreprises ou tu as réalisé ces stages?
    Merci d’avance.

  31. @ Toutes les femmes au foyer qui me lisent : Je n’ai jamais dit qu’élever des enfants non-stop n’était pas un réel boulot en soi!!
    Je n’ai rien dénigré, mais je faisais echo aux propos débiles de ce gros porc suffisant de Directeur Artistique avec qui j’ai bossé, et qui m’a tout simplement rabaissée plus bas que terre.
    Non, POUR MA PART, je ne ME vois pas à la maison à élever des mômes sans rien faire d’autre.
    C’est MON avis, et je respecte celles qui font ça, moi ça ne me fais juste pas rêver ni envie.

    @Mathilde : J’ai passé tellement d’entretiens d’embauche depuis que je suis sortie de l’école, que je ne tiens plus les comptes.
    En tout cas, j’y vais en sifflotant désormais, car un entretien n’est pas une épreuve stressante.
    Pour moi c’est un simple rendez-vous pour apprendre sur la boîte qui recrute, et savoir si mon profil les intéresse.
    Il faut se « vendre » uniquement si le poste et tout ce qui va avec en vaut la peine 😉

    @A Lost Feather : Je suis réellement touchée que tu aies pris le temps de traduire mon article et de FAIRE L’EFFORT d’y répondre en français!!
    Merci beaucoup! 🙂

    @Laetitia : Entre créatives, on se serre les coudes et on se comprend!!! ♥
    Je suis ravie pour toi aussi que tu aies enfin trouvé 😉

    @Morgane : Je ne sais pas si un BTS en école publique est plus reconnu sur le marché du travail car l’inscription tiendrait plus du dossier que du porte monnaie.
    Je sais juste que ça n’a fait aucune différence pour moi, et qu’on ne me l’a jamais reproché nulle part.
    J’ai un Book bien fourni, des expériences à gogo et une bonne formation : le porte-monnaie de la Banque n’y a rien changé je pense 😉

  32. @Sarah : Très bonne question!!!
    Eh bien pour ma part, non, jamais!
    Tout simplement car je n’ai jamais eu l’envie de me rendre indispensable dans les boîtes où j’étais stagiaire : sale ambiance, collègues parfois insupportables, boulot nul, exploitation totale…
    On m’a même reproché une fois, lors de mon « ciao! » d’un de mes stages non rémunérés (sur les Champs Elysées…lol) de préférer un stage rémunéré ailleurs!!!
    Bah oui, l’argent c’est tellement surfait et inutile de nos jours!
    On hallucine très souvent.
    Bref, jamais un stage ne s’est transformé en CDD ou CDI pour moi, car je ne me suis pas décarcassée : j’étais là pour apprendre et j’étais comme tout stagiaire Kleenex : JETABLE.
    🙂

  33. Bonjour,

    Etant moi-même DA et graphiste freelance à Bruxelles, je vois là où tu as raison dans ton texte et aussi là où tu as tort, selon moi bien sûr. En effet, ce qu’il y a de bien dans le graphisme, c’est qu’on fait ces études parce qu’on les aime, on est passionné. En revanche, on n edevient un bon graphiste pour les même raisons, mais aussi parce qu’on est surmotivé pour faire ce métier « cool » que certains nous envient. Grâce à ma motivation et beaucoup de travail, aujourd’hui j etravaille à mon compte comme je l’ai toujours voulu et je travaille pour des clients que je choisis. Ce qui est un luxe. Mais ce fut un travaill de longue haleine comme tu le dis et ça il ne faut jamais l’oublier.

    Julia.

  34. Je suis très contente que tu es fais une petite note la dessus , je suis en pleine formation ( première année de bts com vis’) ça me plaît beaucoup mais je crois que dans ce genre de milieu on ne pas s’empêcher de se poser des questions sur nos capacités nos « talents » , c’est le mauvais dans le secteur artistique , c’est tellement aléatoire..
    En même temps dans n’importe quel secteur aujourd’hui on a l’impression que c’est saturé ! alors autant faire quelque chose qui nous plaît malgré les galères qui viennent aprés :S
    En tout cas merci de ta note c’est franc et réaliste et ça montre aussi que même si c’est difficile il faut s’accrocher !
    Bon continuation à toi 🙂

  35. Arf, en lisant le titre de ton billet, je m’attendais à plus de détails !! Je sais que tu as récemment changé d’agences, où travailles-tu ?? Quelles sont tes nouvelles tâches ?? Tu es DA donc combien de personnes as-tu à diriger ??
    Exerçant moi-même ce métier (j’ai moins d’ancienneté et suis donc encore Junior) j’aurais aimé – même si je sais qu’en France particulièrement, c’est hyper tabou de parler argent – que tu nous parles de ton salaire, ou au moins avoir une fourchette de prix ? Comment tu as réussis à négocier ton salaire ? J’ai tellement peur de me faire léser quand je compare avec d’autres amis dans la profession, c’est super dur de s’imposer quand on a peur de pas être retenu.

    Mais je peux très bien comprendre que tu ne puisses pas répondre, tu as peut être des collègues qui te lisent aussi …

  36. Salut Valentine,
    cet article m’a beaucoup intéressée car, je travaille en agence de com, mais côté « chef de projet » et, même si mes collègues graphistes se confient parfois, je n’avais jamais eu cette vision si authentique du métier. Ce que je constate c’est que, malgré les critiques, les périodes de chômage et les DA décourageants, tu as conservé ta créativité et c’est tout à ton honneur!
    Je te rassure, du côté des chefs de projet, c’est loin d’être rose aussi.
    Mais avec le recul, je constate que nous avons des métiers créatifs, parfois vraiment fun et extrêmement variés. Ce qui n’est pas donné à tout le monde!
    A bientôt!

  37. Merci!
    Je suis en train de passer un Bts de communication visuelle par correspondance, et je me demande si j’ai bien fait. Je sors d’une licence en arts plastiques et même avec une bonne dose d’heures passées en salle d’infographie, je ne suis pas assez formée. Mais le fait est que j’adore ça. batailler, rebatailler, découvrir des logiciels, les décortiquer, faire, refaire des choses, voir le résultat, faire des recherches sur les visuels actuels, ce qui a de l’impact d’une culture à l’autre… J’adore. Après à moi de me démerder dans cette mare aux requins! Mais le jeu en vaut la chandelle, et te voir réussir, ça donne de l’espoir!

  38. Bonjour Valentine,

    Je lis ton blog depuis environ un an maintenant. Au début, je regardais surtout les photos et j’ai toujours beaucoup aimé ton look. Pourtant, plus je te lis, plus je te découvre, plus tu m’es antipathique. Cet article me dégoute encore plus, tes raccourcis sur les femmes au foyer, tes insultes sur tes anciens camarades… Je ne sais pas si tu comme ça dans la vraie vie, mais tu renvois vraiment une image de peste sur ton blog. Ce commentaire passera sûrement inaperçu, je ne pense pas que les critiques t’intéressent plus que ça.. Enfin, si parfois tu pouvais être un peu condescendante…
    Ela

  39. @Ela : Quel emportement! Mon article te dégoûte?? Eh beh, ça va loin comme sentiment! Personne ne te force à me lire que je sache.
    Tu ne me connais effectivement pas dans la vie, libre à toi de te baser sur le miroir déformant qu’est internet.
    C’est drôle que tu me reproches de me pas faire preuve de condéscendance, un commentaire + haut me reproche de l’être, condéscendante.
    Bref, je pense que ta leçon de moral est risible et à côté de la plaque.
    Les gens qui ne supportent pas qu’on dise ce qu’on pense et que tout offusque et dérange me fatiguent.
    J’accepte les critiques venants de mes proches qui me connaissent, pas d’une inconnue qui voit le mal partout et ne retient que ce qu’elle veut retenir d’un témoignage qu’elle n’était pas contrainte de lire. Et encore moins de commenter.

  40. @Marie-Laure : Wow! Que de questions assez indiscrètes…Permets moi juste de t apprendre ceci : on peut être D.A sans personne sous ses “ordres”. Je bosse comme Auto-Entrepreneur dans une startup : la boite demarre donc n’est pas encore riche.
    Je ne souhaite pas divulguer où je travaille ni combien je gagne, certainement pas sur mon blog et même si je n’ai aucun collègue que ça pourrait indigner 😉
    Désolée de ne pouvoir étancher ta curiosité légitime.
    Bises

  41. coucou valentine !!

    très bel article qui nous fait partager un peu plus ton univers!!!
    cela fait tjs plaisir d’en savoir un peu plus sur nos blogueuses oréférées !:)
    Néanmoins, moi je ne suis pas mère au foyer, mais je m’occupe des enfants des autres(je suis auxiliaire de puériculture en pouponnière) et pourtant je suis une fille ambitieuse, sisi, je t’assure!!et je pense avoir réussie ma vie(enfin j’en ai que 25 hein :))
    allez, je vais pas en rajouter, je comprends tt a fait ce que tu as voulu dire, je te souhaites encore beaucoup de belles choses à vivre dans ton très beau métier:)
    delphine^^

  42. En accord avec certaines, je viens contraster par rapport aux commentaires positifs que tu as très souvent.
    Je trouve en effet, personnellement, que certains de tes propos (dans cet article comme ailleurs parfois) peuvent paraitre pédants ou/et hautains. En autre: être D.A. n’est pas le graal, c’est clair… Or tel que tu le dis…
    Ca n’a rien de personnel, mais c’est parfois intéressant de savoir comment notre personnalité peut être, à juste titre ou non, perçue par notre façon d’écrire!
    Je ne visite ton blog que par curiosité (ô combien comblée) pour tes looks, mais je me permets ce commentaire exceptionnellement ;)!

  43. Valentine,

    J’apprécie que tu aies pris le temps de me répondre. Je comprends mieux ce qui a motivé tes propos. Je ne cherchais pas à me focaliser sur le négatif, mais certains de tes dires sur Twitter, par exemple, m’avaient déjà choqué et je te l’avais d’ailleurs mentionné à l’époque. Du coup, par association, j’ai mis cela sur le compte de la méchanceté gratuite. Tu as raison, je n’ai pas le plaisir de te connaître personnellement. Entre ce qui est dit et ce qui est écrit, il y a toujours des nuances qui se perdent. Toutefois, tu remarqueras que je ne suis pas la seule qui ait pu être interpellée. Et avec le temps et ce type « d’incident », force est de constater que l’on associe tes dires à ta personnalité. Je ne suis pas là non plus pour verser dans la leçon de morale ou la critique; or, il est parfois utile de partager ses impressions avec la personne concernée, pour son bien et ceux des autres, par pure honnêteté. J’espère que tu le comprends. Bonne soirée : )

  44. Article très intéressant même si ce n’est pas ma branche, c’est bien de ta part de dévier de la mode et d’informer grâce a ton témoignage.
    J’aimerai savoir comment tu peux être à la fois auto-entrepreneuse et en poste dans une entreprise (j’ai pas trop compris)

  45. Bonjour,

    je lis/regarde ton blog depuis des mois, je n’ai jamais posté et ce soir il faut absolument que je rebondisse sur ce sujet ! Je partage ton avis.
    Je suis webdesigner sur Paris depuis 3ans, je recherche un nouveau poste et tout le monde me dit que mon métier est « cool »

    Mon métier est cool: je fais des bannières toutes la journée puis je les mets en ligne. . Je suis une webdesigner éxécutive avant tout. Certains jours, j’aime ça car c’est simple au final, certains jours je me sens vide,

    Mon entreprise est actuellement en phase de recrutement, des Cvs j’en lis quotidiennement et cela me déprime de voir que ces candidats se ressemblent tous et que je leur ressemble ! Il y a beaucoup trop de candidats, parfois j’ai l’impression qu’ils sont devenus graphistes/webdesigners le jour où ils ont installés photoshop.

    Personnellement, je ne regarde jamais le cursus scolaire de la personne. Payer 5000euros une école ne donne pas forcement des compétences, je n’ai pas fais d’école d’art ni de BTS Communication visuelle et je ne pense pas être moins douée, moins compétente. J’ai fais une licence en infographie et j’en garde un horrible souvenir, pour moi c’était une erreur. La licence a été très théorique, très bisounours, ils étaient beaux ces cours où l’on faisait des maquettes de sites web ! Je m’amusais vraiment mes typos, mes couleurs, mes visuels, sauf qu’en vrai on ne s’amuse pas, on réponds à la demande du client, l’objectif est sa satisfaction.
    Je ne travaille plus avec des clients mais avec des commerciaux qui ont des idées très arrêtés sur ce qu’ils veulent, mes années d’études, mon oeil de créa sont des foutaises pour eux, ils veulent du chiffres donc des pastilles promo. (Je ne parlerais même pas des personnes qui « s’y connaissent un peu » et qui te demanderait de rédiger ton site en comic sans ms, parce qu’elle est « cool » cette police)

    L’agence où j’ai eu la chance de faire de l’alternance m’a apprit mon métier, qui m’a confronté à la réalité, sur un site il y a des déclinaisons de maquettes (la page crédits, le formulaire de contact ne vont pas se faire toutes seules !), des bannières et des boutons chiants à réaliser. On s’imagine très peu cette partie là du travail (et je parle même pas du développeur, l’homme de l’ombre !)

    Je rejoins ton avis sur le book, je ne porte aucun intérêt aux collages, découpes, gribouillis. Très honnêtement, je le regarde en Z, ce qui m’intéresse c’est les compétences et le dernier poste occupé. La perle rare c’est quelqu’un qui va me séduire en entretien.

    Aujourd’hui, je reçois des personne en entretien et je passe des entretiens, c’est amusant mais c’est difficile car je sais que nous sommes nombreux (et nous voulons tous évoluer vers le même métier D.A). Il faut du courage, beaucoup de courage surtout en lisant les annonces hallucinantes entre le poste de webdesigners avec multicompétences (pour un poste de webdesigner, il était exigé des compétences en intégration, en vidéo et illustrations en soit cela faisait 4 postes en 1 seul, des notions oui mais des compétences,,,) et des offres de stages qui me font rêver ! Les offres de stages me font plus rêver que les CDI, si je ne peux pas prétendre à ce poste hors stage, à quoi puis-je prétendre avec mes 3 années d’expérience ?

    S’accrocher, avoir du courage, de l’ambition, du désir, oui, mais c’est pas marrant d’écrire des lettres de motivation toute la journée, de se demander pour chaque lettre « et là, qu’est ce qui ferait que je serais la candidate idéale ? » et c’est encore moins facile d’avoir un book que l’on n’assume pas

  46. Tout n’est pas faux dans ce que tu dis, mais personnellement ce qui me fait le plus rire, c’est qu’à Paris, tous les graphistes sont « Directeurs Artistiques ». Galvaudé comme terme non?… Aller, un peu d’humilité les créas, et tout se passera bien…
    Sacha

  47. @Sacha : Hahaha euh non, tous les graphistes à Paris ne sont pas Directeurs Artistiques…
    J’ai 28 ans et je n’avais pas ce « statut » jusqu’à ce je sois embauchée là où je bosse actuellement 🙂
    Il n’y a rien de pédant à être désigné comme tel, c’est pas comme si j’avais les chevilles qui enflent juste pour ça tu sais.
    *Miroir déformant qu’est internet*

  48. Hello Valentine,

    Ton article m’a fait sourire et rappeler bien des souvenirs car je suis aussi issue de la filière des Arts Appliqués sauf que j’ai fait les Arts Appliqués dès la seconde et un BTS en design produit suivi d’une formation en design horloger 🙂
    Dans ton article tu as l’air de dire que les formations sont payantes mais les 3/4 sont gratuites car publiques ( mais sur concours).
    C’est clair que se sont des métiers difficiles avec beaucoup de concurrence et il est dur de se faire sa place mais quelle plaisir une fois que ça marche et que l’on travaille dans ce qui nous passionne !!
    J’admire ton travail et ton courage , je sais pas si je ne serais pas capable d’enchaîner mes heures de boulot puis la une tenue d’un blog !
    Je préfère te lire 😉
    Allez bonne journée et bon courage !

  49. bon, mon commentaire n’a aucun interêt par rapport aux autres qui veulent bosser/bossent dans ce domaine mais j’ai trouvé ton post très interessant….ça a l’air d’être rude comme domaine mais j’aime bien la positivité qui ressort de ton expérience….chouette sujet…

  50. On peut entrer dans de très bonnes écoles sur concours et avoir un très beau parcours dans la vie professionnelle à condition d’être passionné par ce métier, volontaire et créatif ! 16 années merveilleuses avec des moments difficiles car grosse presion sur les épaules sur des postes de DA ou responsable création avec des graphistes à recruter, encadrer et diriger… Pas la partie la plus simple ! Faire avec les personnalités de chacun… Je pense avoir connu de belles années question boulot et salaire, j’ai l’impression qu’aujourd’hui c’est encore plus difficile ! Maintenant l’âge aussi y fait beaucoup. A 40 ans, j’ai totalement changé de vie car je n’ai plus les mêmes envies, les mêmes désirs… J’ai fait mes preuves et je suis fière quand je regarde derrière moi ! C’est un métier merveilleux mais il faut l’avouer difficile. Soyez passionné et volontaire avec evidement toutes les qualités d’un très bon graphiste car les places sont comptées ! Bon courage à tous et je vous souhaite autant de bonheurs que j’ai eu à exercer ce métier. Merci Valentine pour ton blog !!! Christelle

  51. Salut Valentine,

    Je trouve que ta façon de parler des femmes au foyer est un peu maladroite, même si j’ai compris ce que tu voulais dire et que je partage ton opinion, j’aurai été mère au foyer j’avoue que j’aurai tiqué (Mais je ne le suis pas ! Et c’est pas plus mal… Pauvres Gosses :D)

    Sinon concrètement je me reconnais un peu dans ce que tu dis à quelques différences près comme le fait que je ne sois pas graphiste…
    Je suis dessinatrice/projeteuse dans un cabinet de maîtrise d’oeuvre spécialisé dans les travaux publics (Ouai moi aussi j’ai un nom de métier un peu long qui fait la classe !), je bosse donc également sur un ordinateur 8h durant… J’aime mon job et j’ai aussi été confronté à des discriminations… « Les Travaux Publics c’est pour les hommes comme si y’avait pas assez à faire pour vous les femmes, y’a les enfants, la couture, la vaisselle ! »
    J’ai même eu droit à un entretien (par une femme en plus) qui m’a sorti: « Mais vous vous voyez où dans 10 ans ? Vous voulez pas avoir une famille ? C’est prenant comme métier, qui va élever vos enfants ? » Euh… J’ai 20 ans Madame laisser moi vivre ce que j’ai à vivre maintenant et pour le reste on en reparle dans 10 ans ! Non mais dingue quoi !

    Donc Valentine pour finir, je t’encourage à persévérer, à kiffer ton job, à changer le jour où ça ne te convient plus, à évoluer, bref à t’épanouir ! C’est la plus jolie leçon de vie pour une femme: Se prouver !

    Sinon j’ai un blog; http://musicalementnotre.blogspot.com

    Y’a plein de musiques à découvrir ou à redécouvrir dessus, et je raconte pas ma vie en plus, enfin une fois…

    La Bise

  52. Tout à fait d’accord avec toi, le monde du travail ne fait de cadeaux à personne et encore moins à ceux qui se présentent par dizaine pour un même poste ;( Je suis moi aussi dans le graphisme, j’ai fait des études d’illustration/photos, j’ai passé un bac arts appliqués/arts plastiques, et un BTS, j’ai obtenu mes diplomes mais ce n’est pas pour autant que je n’ai pas galéré moi aussi…ça été très dur de trouver du taff, même si dans mon coin lillois, c’est le paradis de la VAD ^^…Mais je pense, que si l’on veut quelque chose, ne jamais rien lâcher car un jour ou l’autre, on finit par obtenir ce que l’on cherche (vécu, vécu ^^) … Si certaines personnes arrivent à rester chez elles à s’occuper de la maison et de la petite famille (qui est un métier aussi, mais au passage, quel con ce bonhomme que tu as rencontré), pour ma part, je suis comme toi, j’ai ce besoin de travailler à l’extérieur, de m’évader dans mon monde professionnel ;D
    A très vite, des bizzzzzzz

  53. Coucou!!

    Je viens réagir un petit peu suite à l’article. Je suis mère au foyer (t’inquiètes, je ne viens pas pour te jeter des cailloux). C’est juste que pas de mal de nanas viennent nous défendre, s’insurgent et tout et tout, ça c’est gentil, merci. Mais bon, en même temps, les grossesses ne m’ont pas enlevé toutes mes neurones (enfin, je crois pas) et j’espère avoir encore le sens de l’humour.
    Donc, moi si cela peut te rassurer, en tant que mère au foyer, je m’en fous mais alors comme de la première couche de mes filles de savoir que cette situation cela ne te fait pas triper, c’est bien ton droit le plus strict et encore heureux qu’on ne pense pas tous(toutes) pareil.
    C’est fou, apparemment, on te demande te sortir des « looks » pour écrire ce que tu penses et après on te tape dessus en disant que tu es vilaine…tss tss… Hé! les filles keep cool!!
    Bon courage et sur ce, moi je retourne à mes couches sales…

  54. Désolée, je me suis sûrement mal exprimée…
    Je ne te visais pas puisque je ne te connais pas !! C’est plus dans les différentes rencontres faites dans le milieu parisien que les gens se disent très facilement DA… et sur certains sites d’agence, il y a genre 5 DA et 0 graphiste. C’est ça qui est drôle!! c’est pour ça que je parle d’humilité.

    Bonne journée!

    Sacha

  55. Émilie: Très bonne description du monde du travail, une vraie jungle, où chacun doit faire ses preuves et savoir justifier n’importe quel éléments sur un CV. Si les choix professionnels sont fait selon une certaine logique, pas de problème pour les expliquer (je suis dans les RH).
    Méfiez-vous des études « attirantes », voyez plutôt les débouchés proposés.

  56. J’apprends actuellement le graphisme en autodidacte (voir mon blog) et je me suis senti concernée par ton article !
    Je suis d’accord : avant de s’engager dans une formation il faut s’assurer que cela ne soit pas une lubie et bien connaître les avantages et les inconvénients.
    Mais tu ne parle ici que des inconvénients !
    L’avantage : vivre de sa passion vaut bien tous les inconvénients du monde, non ? 😉

  57. Merci de nous faire partager un peu de ton métier !
    Je suis actuellement en Licence infocom, j’ai des cours sur des logiciels de PAO, et j’aimerais me spécialiser dans le graphisme. (Faire une licence pro en infographie ou un master dans le multimédia… tu me conseilles quoi ? :))
    J’imagine que c’est pas facile à l’heure actuelle de trouver un métier de graphiste, mais dans n’importe quel type de métier on rencontre ce type de problème (« la CRISE », comme on dit), je pense qu’en persévérant un peu, en gardant bien la tête sur les épaules, on peut y arriver… Fin je pense quoi, je ne suis qu’étudiante pour le moment donc je n’ai pas encore totalement conscience du monde du travail.

    Enfin, merci pour nous parler de ce métier, qui me passionne.

  58. Hello ! en réaction à ton article, un peu décourageant pour ceux qui souhaiteraient se lancer. J’ai suivi un cursus Art appliqués en province et j’ai par la suite intégré l’école Boulle pour 4 ans ( une des 4 grandes écoles dont tu parles). D’autres personnes ayant eu un cursus dit « classique  » (sortant de bac S, L ou encore ES ) et ayant fait une année de « mise à niveau » dans cette école ou dans une des nombreuses le proposant ( année gratuite ! et sur concours )… Tout cela pour dire qu’on peut envisager ce type d’étude sans avoir à débourser des sommes folles et cela grace à du travail ! Je ne dis pas que c’est une chose aisée, mais cela vaut le coup de s’accrocher et de bosser comme une dingue car les formations publiques, recrutant leur élèves à leur potentiel et non aux comptes en banque de leur parents, sont pour la plupart très bonnes. Les classes sont souvent composées de bons éléments aux profils variés créant une bonne énergie de travail et d’échange, bien loin de ce que tu décris dans ton BTS. Enfin, Cotoyant des anciens com’ de Dupéré (que tu critiques ouvertement), la plupart d’entre eux travaillent aujourd’hui dans des maisons de qualités (type M&M, ruedi baur ..). Je trouve que tu généralises tes frustrations (peut être dues à une mauvaise formation, ne ne sais pas…)au métier de graphiste, et c’est un peu moche de dégouter les autres ainsi ! tu ne publieras peut être pas ce commentaire qui dérange, mais il serait bon pour certaines personnes de donner aussi une vision positive de ces métiers.

  59. @Anonyme : Tu n’as pas dû perdre ton temps à lire mes réponses à des commentaires précédents le tien…Bien sec et méprisant.

    Comme je l’ai déjà écrit : j’ai suivi un parcours « classique » et ai TENTÉ d’intégrer 2 écoles publiques : mon profil n’a pas correspondu, je n’ai pas été prise.
    DONC je me suis tournée vers le privé.
    Le compte en banque de mes parents n’a rien eu à voir avec mes études, car j’ai fait un PRÊT ÉTUDIANT à la banque, comme une grande, sans dépendre de personne 🙂

    Je n’ai aucune frustration et ne comprends pas bien où tu vas chercher toute cette négativité.
    Ai-je dénigré l’école Duperré? Non.
    Merci de ne pas me faire dire des énormités : j’ai souligné le RETARD dans le projet professionnel final du BTS de cette étudiante que nous avons rencontrée.

    On me reproche mon ton hautain, mes mots, ma façon d’être : je te reproche moi d’être aussi très hautaine à me dénigrer car j’ai étudié dans le privé, à faire des sous-entendu sur les revenus de mes parents (hors sujet) et sur ma frustration (inexistante).
    Ma classe de BTS dans le privé a été ce qu’elle a été : les profs eux étaient compétents et passionnés.
    Ca m’a suffit à obtenir mon diplôme et à être sur un pied d’égalité avec les autres, dans mes recherches d’emploi.

    Ne prends pas tes désirs pour des réalité, chère Anonyme.
    La moindre des choses est de signer d’une prénom son commentaire : la base dans les rapports humains.
    Mais tu as bien dû apprendre ça dans ta grosse boîte de com hype dont tu semble si fière. 🙂

  60. Tu te fatigues pour rien à répondre aux anonymes,Valentine.C’est le tonneau des Danaïdes,ces chercheuses de polémique : comme elles ne comprennent que ce qu’elles veulent et en tirent leurs conclusions,tes explications ne les intéressent pas.Elles me font penser à une bandes de hyènes après une gazelle . Et encore les hyènes faut qu’elles bouffent!Ces ANONYMES faut simplement qu’elles attaquent .

  61. hum hum
    je comprends ton article mais je n’aime pas trop la fin… a propos des femmes au foyer. heu je suis loin d’en etre une j’ai 22 ans et je travaille bon je vie chez mes parents … ma mère a travaillé il y a très longtemps et peu . Elle a eu 3 enfants. elle s’est beaucoup occupée de nsous elle est très présente et heureusement car mon père n’était jamais la (boulot) bon dsl d’étaler ma vie privée mais tout ça pour dire qu’il y a des femmes qui sacrifient leur vie professionnels pour leur maris leur hommes et non pour le plaisir de se faire entretenir… je ne trouve pas qu’une femme reste au foyer par manque d’ambition…
    bon je t’embrasse valentine j’aime ton blog je tenais juste à dire ça….
    julie

  62. Franchement je crois que tu perds ton temps à répondre aux commentaires médisants, bien que je comprenne ta volonté de remettre les points sur les i!
    Moi qui bosse dans un secteur complétement différent du tien, je trouve ton article bien fait, tu décris parfaitement les difficultés du métier mais également ton plaisir de travailler dans ce domaine. Et puis celles qui en veulent plus il y a les CIO (je sais pas si ça existe toujours).

    Bonne soirée et merci de tjs partager tes expériences avec nous

  63. @Julie : Merci de partager ton ressenti, mais peux-tu relire avec attention la fin de mon article?
    Je parle de MOI !!!!
    Je souligne qu’être femme au foyer n’est pas une voie que l’on doit conseiller à une jeune femme au début de sa carrière, c’est un choix personnel ET CA N’EST POUR LE MOMENT PAS MON CHOIX.

    Cessez de tout prendre pour VOUS, de croire que je dénigre des gens ou le fait d’être femme au foyer, c’est EPUISANT!

    Merci. 🙂

  64. Merci beaucoup, je dois dire que j’ai besoin de choses comme cela en ce moment. Etant en licence 3, et souhaitant me lancer dans ce milieu, je suis un peu perdue, car à la fac, on est vraiment délaissé…
    Donc merci 🙂

  65. J’aime bien avoir des retours de graphistes qui bossent en étant salariée. Pour ma part, je ne suis pas passée par la case salariat, j’ai directement sauté sur la case freelance (auto-entreprise). Et ça me convient! 2 ans que ça dure, je suis en province et j’en vis bien!

    Juste, j’ai une question au sujet de ton statut que tu mentionnais tout à l’heure, je pense que je n’ai pas bien compris la situation que tu décrivais: comment peux-tu être auto-entrepreneuse et en même temps « embauchée »? Par embauchée tu entends percevoir un salaire, ou bien travailler pour cette agence et leur facture tes prestations?

    Bonne continuation en tout cas!

    (Ah et sinon, on peut être graphiste ET avoir des enfants de toute façon, pas forcément choisir l’un ou l’autre^^ Pour ma part je me suis pas posé la question: baby arrive en avril, 6 mois d’arrêt et hop, reprise!)

  66. Salut!

    Rien à voir mais j’ai remarqué que tu précises très souvent sur ton blog que tu es parisienne, et « de naissance » comme tu le dis. Est-ce important pour toi ? (je ne juges pas je pose juste la question, ça m’intrigue car perso je ne précise jamais d’où je viens)
    Là dans le titre de ton post je ne comprends pas trop ce que ça vient faire là-… à moins que tu ne sous-entendes que ton exérience s’est fait uniquement à paris ?
    Voilà c’est juste une question comme ça!

    A bientôt

    Clara

  67. @Working Mama : Oui ça n’était pas clair : je ne suis pas « embauchée » car je suis A.E et fais des factures à mon responsable.

    Le but de la startup où je viens bosser en A.E chaque jour est de m’embaucher en CDI dès que possible 😉

    @Clara : Je tenais à préciser « parisienne » pour cet article, car nous sommes énooooormément de graphiste en île de France, et c’est aussi à Paris que j’ai fait mes études.
    Bref, non je n’en suis pas « fière » et je n’en tire aucune gloire personnelle, je suis juste née ici et voilà.
    Mon copain fait le même boulot que moi et vient du Sud de la France, ça ne change rien non plus.
    😉

  68. Merci Valentine pour ta réponse, je comprends mieux 😉

    Sinon pour Clara: il est clairement très différent d’être graphiste à Paris que d’être graphiste à Clermont-Ferrand comme moi. Sur ce genre de boulot, la province et la capitale, c’est le jour et la nuit. Ici pas de souci pour trouver du taf, à Paris c’est la jungle. C’est sans doute parce que je suis « du métier » mais quand j’ai lu le titre la première question qui m’est venue c’est « alors, en étant à paris, elle s’en sors ou pas? »

    Voilà, je m’en retourne à mon logo, huhuhu^^. Bonne journée!

  69. Je suis d’accord avec ce que tu dis mais c’est vrai que comme Pauline j’ai été un peu « choqué » par la façon dont tu parles:

    EXTRAIT: « Je me permets, suite au nombre élevé de cas sociaux, échoués dans notre classe et qu’on a dû se coltiner pendant deux ans de BTS. Inaptes à étudier quoi que ce soit d’autre, mais sachant « dessiner », les parents les avaient collés là depuis le BT (équivalent de la seconde dans la voie générale) à 5 000€ l’année, il sont nombreux à ne pas avoir obtenu leur BTS (5 ans d’études à 5 000€ l’année…Beau fail!!) »

    Cela dit même si je ne l’aurait pas formulé de la sorte j’ai constaté la même chose pendant ma Manaa. J’étais moi aussi dans le privé et j’ai dû faire un prêt étudiant pour payer (comme toi 5 000 euros) et je côtoyais des « fils/filles à papa » qui n’avaient pas leur place dans cette école (aucun intérêt pour les arts, aucune motivation..)et qui « foutaient le bordel » en cours alors que d’autres (comme moi donc) voulaient suivre ces cours.

    Bref je n’ai pas vraiment un bon souvenir de cette année car j’ai eu l’impression de jeter mon argent par les fenêtres tout ça à cause des « autres ».

    Cela dit mes profs étaient géniaux car comme tu le dis la plupart ont un vrai métier à côté.

    Voilà et aussi (même si tu précises que ce n’est que ton avis) j’ai été un peu touché par la façon dont tu parles des mamans au foyer. Je suis une toute jeune maman et le fait d’être la plupart du temps à la maison à cocooner ne fait pas de moi une « cassos ». Je suis aussi étudiante en arts, j’ai beaucoup de projets et j’adore ma nouvelle vie!

    (attention je ne te critique pas TOI (chacun pense ce qu’il veut hein ^^) mais juste la façon dont tu t’exprimes qui peut blesser. Cela dit j’adore ton blog et je continuerai de venir ici 🙂 )

    je te souhaite une bonne continuation dans ton boulot et un bon week-end.

    Bises

  70. Etant graphiste aussi, je me reconnais entièrement dans tes paroles, c’est exactement la réalité. Merci pour cet article.

    Je pense qu’il faut une réelle vocation et motivation pour exercer ce métier. Graphiste est devenu un métier cool et combien de jeunes rentrent dans cette voie parce qu’ils kiffent les affiches, les magazines, les images, le design, la photo….
    D’où l’engouement des écoles privées, où on peut se retrouver avec des camarades de classe qui n’ont pas de réels talents, ni motivation mais qui sont là pour le « m’as-tu-vu » et qui te sortent ensuite qu’ils sont « graphic designer » et les milliers de graphistes sur la marché du travail.

    Il faut être ouvert d’esprit, aussi bien connaître les dernières tendances que des choses plus classiques, traditionnelles mais qui plairont forcément à la plupart des clients parce qu’il faut être réaliste, il y a un énorme décalage entre les années d’études où on bosse sur des projets super cools, trendy et le boulot où parfois, c’est aussi alimentaire car on n’a pas tous les jours des projets culturels…

    Mais pour rien au monde, je ne changerais de boulot, on a la chance de faire quelque chose de créatif, loin de la routine.

  71. Salut,

    moi qui adore écrire des articles pleins de tartines sur mon blog
    j’espère qu’il n’est pas indigeste pour tout le monde ….

    Bon courage dans ton avenir pro, ma meilleure amie à les mêmes problèmes que toi dans ce métier.

    Mél

  72. Bonjour,
    je voulais juste rebondir sur le thème « mère au foyer » même j’entends bien que la discussion est clause et j’ai bien compris que ton but n’était pas de les dénigrer.

    Seulement ce que tu dis me touche particulièrement puisque cela fait écho à mon propre parcours.
    Je tenais donc simplement à préciser qu’à la manière dont tu dis ça il semblerai que « mère au foyer » soit l’insulte ultime à faire à une femme ambitieuse.
    J’ai bien compris que ce n’est pas ce que tu penses mais c’est ce que j’ai ressentis à la première lecture de ton article d’où mon besoin de lire les commentaires et d’en laisser un.

    Je tenais juste à dire, (j’entends bien que tu n’as pas dis le contraire et ce que je développe est un sujet annexe au tient) qu’être ambitieuse et être une maman peut aller de pair!
    Je suis actuellement encore étudiante (après avoir fini histoire de l’art, actuellement je suis en droit, études plutôt corsées donc, on dira ça comme ça) mon bébé à 6 mois aujourd’hui, ce qui implique que j’ai passé mon année dernière enceinte, j’ai été en cours jusqu’au bout, j’ai passé mes partiels 3 semaines après mon accouchement qui fut plutôt difficile, et cela ne m’a pas empêché d’avoir mon année haut la main.
    Actuellement je suis en plus de mes cours et de ma vie de maman (et de femme) en stage dans une galerie d’art où je me donne à fond et où on ne sais pas que je suis maman parce que ce n’est pas « bancable ».

    Je suis lassée de ces gens (je ne dis pas que tu en fais partie) qui croient qu’être maman annule toute autre prétention, et qu’être maman implique que l’on se cultive qu’avec « parents magasine ».

    Enfin je suis triste que « mère au foyer » puisse presque apparaitre comme une insulte (c’est ce qui transparait dans la manière dont tu nous rapportes ce qui t’est arrivé avec ce fameux D.A.)
    Personnellement je mène tout de front et souhaite apporter ce témoignage très égocentrique, j’en conviens, pour signifier qu’être une maman, n’est pas de tout repos, qu’être une maman n’annule pas les ambitions et enfin que je respecte (comme toi j’ai bien compris) les mamans au foyer, car c’est pour moi un des métiers qui demande le plus d’abnégation et de courage car il est souvent exempt de reconnaissance.

    Sache enfin que j’apprécie vraiment ton blog et te félicite d’avoir osé écrire un article sur ce sujet brulant, avec lequel, je pense, tu savais que tu n’allais pas faire l’unanimité. C’est une belle prise de risque!

    Enfin je conviens avec toi que le négatif est à fuir, et que si on veut avancer mieux vaut avoir toujours prêt de soit un verre à moitié plein!

    Sur ce, très bonne continuation 🙂

  73. @charline : Effectivement, j’aimerais que ce débat soit enfin clôt, mais personne n’arrive à lâcher enfin l’affaire.
    Je ne comprends pas trop que chacune y aille de sa biographie perso et de son expérience de mère au foyer, car le sujet n’a pas lieu d’être.

    Je suis moi-même choquée des réactions disproportionnées et stupides que je peux lire (et modérer : on est pas sur un forum de déversement d’insultes ici, merci -ma réaction est très agressive là, hein?-).

    Très peu de filles m’ayant laissé un commentaire ont COMPRIT mon message, pourtant limpide : quand on démarre sa carrière, se voir donner comme recommandation (même pas bienveillante) par un homme de 45 ans, de devenir femme au foyer PLUTOT QUE de travailler DU TOUT…
    Mais moi LES BRAS M’EN TOMBENT, PUTAIN!!!

    Peu de filles ont eu l’air outrées, mais bordel c’est quoi ce macho ??
    Vous avez toutes l’air à côté de la plaque, les mères au foyer…
    Vous trouvez donc ça NORMAL qu’un homme dise à une jeune femme de cesser de bosser?
    APPAREMMENT. lol.

    Ai-je critiqué l’activité de femme au foyer? NON
    Ai-je seulement prétendu qu’être graphiste était mieux? NON
    Ai-je dénigré qui que ce soit? NON

    J’aimerais que ce débat prenne fin car les messages enflammés que je continue de recevoir me semblent tellement ridicules, car auto-centrés, injurieux et vraiment INUTILES.

    Vous me pompez l’air les meufs, c’est rien de le dire.
    Si vous n’êtes pas d’accord avec moi, et je peux le comprendre, mais employer du « connasse », « ordure » etc. ne sera pas publié, ni même lu en entier : vous perdez votre temps pour des prunes.

  74. Cet article est super ! Je suis actuellement en Bts communication mais pas visuelle. Je trouve très intéressant d’avoir ton point de vue et ta carrière. Et pour les enfants je pense comme toi, qu’il faut avoir une stabilité dans son travail et surtout en avoir envie, perso je ne sais pas si ça m’arrivera un jour, on verra où va la vie 🙂

  75. Salut Valentine,

    je pense que la phrase la plus importante restera : « gardez toujours une bonne estime de vous même »
    car dans ce métier on tombe aussi sur beaucoup d’escrocs, des gens qui ne sont là que pour se servir de vous, faible petit graphiste en quête du moindre petit boulot (ridiculement) payé et du Saint Graâl CDI.

    alors souvent après s’être fait berné on se sent naz et bête, on se dit qu’on aurait jamais dû accepter, mais qu’en même temps y avait pas le choix.

    j’ai moi-même donné beaucoup d’energie, de temps à aider des « amis », été payée des cacahuètes (alors les futurs graphistes kikoo : sachez que j’ai atteint le 500e par MOIS, au black, en 35h + heures supp). Faute de trouver mieux, j’accepte en esperant l’évolution qu’ils me promettent.

    Vous me direz MER IL ET FOU, je vous répondrai que quand un enfoiré décide de te baratiner, c’est pas de la blague.

    c’est pourquoi il faut à tout prix toujours garder une bonne estime de soi pour ne pas sombrer dans l’enfer de la remise en question inutile.

    et surtout, SURTOUT : accepter de dépanner un pote pour le logo de son nouveau bar à cougar, OK pour cette fois, mais au bout d’un moment il faut savoir dire STOP.

    STOP LES TARIFS DÉRISOIRES. AYEZ CONFIANCE EN VOUS.

    Valentine, bonne chance pour la suite.

  76. Salut Valentine

    Tu sais, par rapport à tout ce truc de femme au foyer du recruteur ça aurait aussi bien pu être un truc pour te tester. Dans mes études, j’ai entendu BIEN PIRE que ça ; et tu es tombée droit dans le panneau (attention c’est qu’une hypothèse, mais c’est très courant dans le milieu du travail)

  77. moi ça me révolte ces propos !! je n’ai toujours travaillé que dans des milieux de femmes et n’ai eu souvent que des collègues féminines. Les rares fois où j’ai eu des collègues masculins, et bien tu peux me croire, mais ce ne sont jamais eux qui se coltinaient les tâches ingrates (ménage, sortir les poubelles et je t’en passe). Il y a une réelle inégalité entre hommes et femmes au travail, inacceptable de nos jours. Alors, oui, je suis d’accord avec Valentine et trouve révoltant et arriéré de tels propos !! A 27 ans, heureusement qu’une femme a d’autres ambitions que celle de procréer !! A lire à ce sujet le fabuleux livre d’Elisabeth Badinter « Le conflit : la femme et la mère » : affligeant de réalité où l’on voit comment la femme revient en arrière (allaitement, esclave de son enfant…). C’était mon côté libraire qui ressortait, là !! Alors vive les femmes libres et indépendantes !! Non mais 🙂

  78. L’art visuel♥
    Tu parles ici d’un métier qui m’a toujours fortement attirée..

    mais le fait de travailler dans une boîte et d’être souvent « forcé » à créer pour des choses qui ne nous intéressent pas forcément est l’inconvénient majeur.
    Rien ne vaut le free-lance!! t’es bien partie pour 😉

    Bonne continuation&bon week-end!

  79. Très chouette article Valentine ! Et non une femme ce n’est pas que faire des enfants, le ménage etc..on n’est plus dans les années 40 ! après chacun ses goûts c’est certain !! au lieu d’être offuquées certaines lectrices devraient comprendre que « femme au foyer » ne fait pas forcément rêver, avoir une carrière et une passion c’est important aussi pour certaines femmes !!

  80. Moi je ne suis pas du tout choquée pour les propos, Valentine, tu as une grande répartie et j’adore.
    Oui, il faut voir la vie de manière positive, et que les gens arrêtent de tout prendre pour eux !

  81. Valentine,
    merci de cet article qui explique vraiment des réalités de ce métier. Étant en Terminale L je commence a me poser de sérieuses questions sur mon orientation professionnelle, et le métier de graphiste m’intéresserait tout particulièrement, grâce à toi j’ai pu obtenir des informations supplémentaires qui ne sont que très rarement notifiées dans les bouquins d’orientation, merci pour ton témoignage.Autrement j’adore vraiment ton blog qui est plein de gaieté et de fraicheur 🙂

  82. Hey

    Bonjour valentine, je viens découvrir ton blog et cet article, moi je suis plutôt une vieille graphiste, mais super d accord avec toi.
    Et quand j ai commence a 25, bin tout était génial, j avais fait mon contrat de qualif dans une super agence j ai enchaine avec un stage dans une boite de cinéma parisienne après m être fait virée, j ai bien déchante enchaine les missions pas super funky pour un salaire pas si genial…. Alors je vois certains potes graphistes s en sortirent plutot bien sans doute ils ont le talents que je n ai pas mais surtout je vois les jeunes qui arrivent avec des formations plus complète que les nôtres et c est normal … Donc graphistes il faut se dire qu il y pas mal de concurrences que dans les entretiens tu tombes sur des gens en plein ego trip de ouf ….
    Que tu dois être près a faire de l alimentaire mais si tu t en sors que effectivement tu fais des petits plus a cote ça ne peut être que génial…et surtout osez frapper a toutes les portes .Ah oui graphiste c’est pas artiste , il ne faut malheureusement pas tout mélanger

    Pour ma part, j ai lâche sans lâcher vraiment, je crée ma marque de vêtements je galère a cote mais la je sais pourquoi hey hey

    En tous cas valentine jolie blog jolie vêtement et les petits jeunes ne lâchez rien hihihi

  83. Hello Valentine,

    C’est incroyable comme les gens ne retiennent qu’une petite phrase et te lancent des reproches en pleine face! Faut arrêter là! S’ils ne sont pas contents ils n’ont qu’à aller voir ailleurs! Je suis toutefois totalement d’accord avec toi et suis révoltée!

    PS : j’adore ton blog et je le consulte tous les jours. Tes photos et tes looks sont supers. Continue comme ça!

    Loliledespres

  84. Ton article est tombé à pic même si je viens seulement de tomber dessus :p
    Je suis graphiste depuis deux ans, après un parcours lycée très classique aussi (bac ES anglais renforcé et option arts plastiques) et trois ans dans une école d’arts appliqués privée sur Casablanca. En ce moment je suis en pleine remise en question, j’envisage carrément de changer de voie tellement j’ai peur de finir dégoûtée par ce qui était à la base une passion. Le stress, la désorganisation, les charrettes imprévisibles ont eu raison de moi, et parfois aussi la sensation de faire un métier ingrat (beaucoup d’éxé, ou des gens qui croient que si tu as choisi cette voie c’est parce que t’étais sans doute nulle en cours, ce qui est totalement faux). J’ai l’impression que je retrouve tout ce que j’ai cru fuir en faisant un métier créatif.
    Là je refais mon book, histoire de voir un peu ailleurs, malgré la peur de tomber sur pire… Et je me donne quelques mois encore d’ici l’été pour décider si j’ai vraiment envie de faire ça toute ma vie malgré les dures conditions ou si c’est finalement juste une passion comme j’en ai d’autres. Si le verdict est négatif, j’espère pouvoir reprendre mes études mais en journalisme cette fois ci.
    PS: Mon amoureux fait le même métier, mais il me semble qu’il y trouve plus son bonheur que moi.
    Bises du Maroc
    http://www.coral-and-mint.blogspot.com

  85. deuxieme lecture, je m’attendais pas a trouver ce genre de discussion ici, mais finalement ca donne encore un peu plus de corps a ce blog definitivement pas superficiel et « lifestyle » uniquement…

    je suis pas graphiste, mais architecte (DESA), ayant passé presque 8 ans avec une ex designer (Camondo), et je me reconnais enormement dans ta vision du metier et meme du monde de la « comm » sous toutes ses formes. Des premieres années assis a coté de gens qui seraient bien mieux ailleurs, aux premiers recrutements parfois epiques, en passant par les stages et les books… C’est exactement ca je trouve. Tu depeinds parfaitement cet univers complexe, faut pas que ca effraye les « jeunes », mais ce sont des etudes et un milieu professionnel assez durs, surement tres injustes parce que soumis a beaucoup de subjectivité (bref… evitage de tartine)

    j’ai beaucoup ri au « mais faut savoir dessiner »… Non en effet, rien a voir, par contre tout comme pour « bien » dessiner, faut une sensibilité certaine, presque une fragilité, pour etre « poreux » au monde qui nous entoure je pense (ce que tu as definitivement, rien que quand je parcours ce blog). Completement d’accord aussi sur le fait que cette sensibilité est au service d’une commande, d’un projet, d’un but, ce n’est donc pas de l’art, et meme si c’est ca fait tres mal (ca fait vachement mal je vous promets lol), faut souvent ravaler tout ca pour servir de la merde bien politiquement correcte, sans ame, sans concept…

    Quand a la mere au foyer… je comprends pas trop le debat, je vais pas remettre ca sur le feu hein, juste de ce que j’ai pu lire certaines confondent ambition et vocation (slightly different), mere au foyer est une belle vocation, a respecter certes… En seul mec de la region je vais me faire lyncher en disant que je suis pas pressé pour les enfants et que je partage cette ambition d’un accomplissement personnel, d’une recherche de moi finalement, et le milieu de la créa, meme dur, c’est un super « media » pour se realiser, faut pas lacher…

    damned c’est un pavé, promis je parle plus pendant un mois.

  86. En même temps le métier de graphiste c’est pas un métier d’artiste… sauf pour certains les plus renommés ! Mais tous les jours il faut que les boulots plaisent aux clients et à la direction… On travaille pas pour soi. Je suis tombée récemment dans une boîte où les goûts des boss étaient plus qu’à chier… on me faisait constamment recommencer jusqu’à ce qu’on m’éjecte de la période d’essai (en même temps je l’ai voulu aussi car la boîte pas intéressante du tout, harcèlement moral etc…).
    Des fois je me dis est-ce mieux de se mettre à son compte malgré que la recherche de contrats et de clients soit aussi difficile que de trouver un travail qui nous corresponde dans ce domaine…
    J’ai à peine une année d’expérience… J’essaye d’être polyvalente. J’aimerais aussi refaire une formation pour être bien câlée en webdesign. En alternance c’est chaud pas de place ou faut avoir déjà de bonnes expériences antérieures… (enfin pour moi ça va pendant un temps les stages etc… déjà si compliqués à trouver et encore moins, rémunérés !).
    Et marre des offres d’emploi à PE insuffisamment détaillées ou au contraire sur d’autres sites méga détaillées pour me faire déprimer, dans le genre j’ai pas les 3/5 voir 10 ans d’expé !!! Et je sais pas tout faire dans ce qui est demandé !!!!

    … Compliqué. Quand on est étudiant on ne pense pas forcément à cette galère après la sortie des études :-/

  87. Métier qui fait rêver beaucoup de « djeuns » mais qui me semble un peu bouché en terme d’emploi. Rien que dans ma bonne ville d’Aix-en-Provence, il y a déjà une dizaine d’école de graphisme …

  88. Salut Valentine !
    Je suis tombée sur cet article en faisant des recherches sur les formations d’infographie ! Je recherche une formation courte de quelques mois (6 mois max) pour me perfectionner en Photoshop, InDesign et Illustrator, en complément de mon diplome actuel. Sauf que je ne trouve que des formations longues 🙁 N’ayant aucun contact dans ce secteur (j’ai fait du commerce), je me demandais si tu connaissais des écoles, organismes ou autres qui font ça, et qui ne soit pas de l’arnaque ?
    Merci beaucoup !!
    Passe une belle semaine !
    xx
    Lina – http://lcommechill.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow @hellovalentine on Instagram

Copyright © 2017 · Theme by 17th Avenue