Biarritz

Le Petit Ballon

♫♪♫ UB40 – Red Red Wine ♫♪♫

Je crois n’avoir jamais abordé mon amour du bon vin rouge, avec vous. Pourtant, s’il y a un alcool que j’aime boire – avec modération – c’est le bon vin rouge. Oui, j’insiste sur bon. Il y a encore quelques années, je n’avais jamais bu de vin, mais à force d’en goûter plusieurs, j’ai fini par savoir quel type de vins j’aime. Pour Noël il y a deux ans, ma belle-famille nous a abonnés mon copain et moi à la box Le Petit Ballon. Chaque mois, vous recevez chez vous 2 bouteilles de vins différentes, accompagnées de La Gazette : un livret expliquant ce que vous avez dans votre box, la provenance du vin, avec quel met l’accompagner, son cépage et enfin l’analyse à la dégustation (oeil, nez et bouche). Enfin, en tant qu’abonné, vous avez -20% minimum sur tous les vins du Petit Ballon.
Ce mois-ci, Le Petit Ballon m’a proposé de parler de leur box sur mon blog. Puisque je connaissais déjà en tant que cliente ou plutôt abonnée, et que j’avais été conquise par ce concept original, il m’a semblé chouette et pertinent de partager cela ici avec vous. Le concept est simple :

  1. DÉCOUVREZ 2 bouteilles de vins finement sélectionnées en fonction de vos goûts
  2. APPRENEZ suivez les conseils pour tout connaître sur les vins… mais sans baratin !
  3. ACHETEZ au meilleur prix tous les vins que vous avez reçus, dégustés et aimés sur leur boutique

Ce qui est pratique, c’est que mon amoureux et moi-même avons exactement les mêmes goûts en matière de vin. Pas pour la musique, pas pour la déco, pas pour les films, pas pour le niveau d’épices dans les plats, MAIS pour le vin nous sommes en totale harmonie. A l’unanimité, nous sommes fans de vins rouges à forts tanins, ceux du Languedoc-Roussillon, là d’où vient Adrien. Cela englobe le Carignan, le Cinsault, le Grenache, la Syrah, le Mourvèdre, le Cabernet Sauvignon et le Merlot. Des vins méditerranéens de caractère. Mais nous apprécions aussi grandement les vins d’Afrique du Sud, d’Argentine ou un bon Pinot Noir (Pinooooot Nooooiiiiir ♪♫)*
Je n’ai pas pu ouvrir les bouteilles car je devais les prendre en photos pour cet article (je ne fais pas un métier facile, avouez) donc je ne peux pas vous parler des vins… Cela dit, je suis prête à parier qu’ils sont divins. Cheers, joyeuses fêtes et consommez l’alcool avec modération !

* Seuls les vrais sauront à quoi je fais référence ici ^^
Chemise via Shein (prise en taille S)
Boucles d’oreilles via Loveless Paris
S’abonner ou offrir un abonnement de 3, 6 ou 12 mois à la box Le Petit Ballon

L’abus d’alcool est dangereux pour votre santé, votre sécurité et celles des autres. A consommer avec modération.
{article sponsorisé}

PHOTOS FAIL #3

helloitsvalentine_fail_2Troisième volet de mes clichés ratés ! Pour revoir mes tronches de cake, cliquez sur : partie 1 et partie 2. On a quand même des soucis dignes de ce nom, quand on passe ses journées entières à se prendre en photos… Imaginez un peu devoir sans cesse remettre vos cheveux en place, garder les yeux bien ouverts, sourire de façon naturelle ou encore n’avoir aucun passant qui squatte l’arrière plan (ou passe parfois devant l’objectif, sans stress)… OKLM, comme disent les jeunes. Rah la laaa, vraiment c’est pas facile facile d’être blogueuse. ^^ Bon, au moins j’espère que ces photos ratées et ridicules vous feront sourire.
À demain, avec un nouvel article… Excellente journée !

P.S : Je VIDE mon dressing et ma cave qui est remplie de vêtements le dimanche 4 décembre prochain, de midi à 18h au Bar à Bulle du Moulin Rouge. Toutes les infos ici ! Minis prix et gros gros gros déstockage, venez nombreuses. On compte sur vous.

♫♪ BIRDY + RHODES – Let It All Go ♫♪

helloitsvalentine_fail_1 helloitsvalentine_fail_20helloitsvalentine_fail_3 helloitsvalentine_fail_4 helloitsvalentine_fail_6 helloitsvalentine_fail_7 helloitsvalentine_fail_8 helloitsvalentine_fail_10 helloitsvalentine_fail_11 helloitsvalentine_fail_12 helloitsvalentine_fail_13helloitsvalentine_fail_9helloitsvalentine_fail_13helloitsvalentine_fail_14helloitsvalentine_fail_15helloitsvalentine_fail_16helloitsvalentine_fail_21helloitsvalentine_fail_17helloitsvalentine_fail_18helloitsvalentine_fail_19« I’d luv to kiss ya, but I just washed my hair. »
{quote by Bette Davis}

Mes 10 séries préférées

helloitsvalentine_tv_shows_laptop_1Cet article traîne dans mes brouillons de posts de blog depuis très longtemps. J’ai enfin pris le temps de le compléter, car quelle meilleure période de l’année que l’automne/ hiver pour se caler devant ne bonne série, emmitouflée dans un plaid avec une bonne tasse de thé à la main ?!
Pour essayer de ne pas me disperser (je suis la reine des digressions ^^) j’utilise les résumés Wikipédia de ces séries; plus simple pour ne rien omettre. Je ne les ai pas forcément classées par ordre de préférences, cela aurait été bien trop compliqué, car quasiment aucune n’est dans le même style que les autres… Précision importante : je regarde toutes ces séries en V.O, sous titrées. Impossible de regarder une série anglais ou américaine (ou même un film) en français, je suis psychorigide là dessus.
J’espère que vous aurez envie de réagir à cette liste, dans un commentaire ? J’adore vous lire et j’aimerais bien savoir quelles ont été vos séries préférées !

Breaking Bad

Très certainement la meilleure série de tous les temps, à mon sens. Je m’y suis mise tard, mon copain a tout regardé avant moi, et en jetant un coup d’oeil parfois à son écran de tablette, je me disais que cette série avait l’air trop violente, trop sombre, que je n’accrocherais sûrement pas… Grave erreur !
Démarrer cette série, c’est mettre le doigt dans un engrenage inévitable. On est directement happés par l’excellent scenario, le jeu bluffant des acteurs (aucune surprise qu’ils aient tous été plusieurs fois nommés et récompensés pour leur performance) et l’intrigue absolument haletante. Oui, l’univers est violent, anxiogène, stressant et malsain. Une série qui laisse complètement K.O à l’issue de chaque épisode. Je n’ai jamais été aussi « à fond » dans une série. Si vous l’avez déjà regardée, vous comprendrez sûrement pourquoi.

Résumé Wikipédia : « L’histoire se déroule à Albuquerque, au Nouveau-Mexique et se concentre sur Walter « Walt » White, un professeur de chimie sur-qualifié et père de famille, qui, ayant appris qu’il est atteint d’un cancer du poumon en phase terminale, sombre dans le crime pour assurer l’avenir financier de sa famille. Pour cela, il se lance dans la fabrication et la vente de méthamphétamine avec l’aide de l’un de ses anciens élèves, Jesse Pinkman. »

The Walking Dead

Vous n’aimez pas du tout les zombies ? Qu’importe ! Ne passez surtout pas votre chemin, cela serait vous priver d’un excellent show télévisé. On tremble, on sursaute, on pleure, on a des frissons d’angoisse. The Walking Dead démarre très très fort et la tension ne se relâche jamais. Plus on avance dans les saisons, plus on s’attache aux personnages car de fréquents « flash-back » nous racontent quelle a été leur vie avant la situation actuelle. Le jeu des acteurs tutoie la perfection, ce qui est à mon sens primordial pour qu’un film ou une série soit crédible. On ressent clairement le succès de la série, au fil des saisons : de moyennement réussis au début de la saison 1, les zombies deviennent de mieux en mieux réalisés et encore plus effrayants au fur et à mesure que l’on progresse dans les saisons. Ils ont obtenu plus de budget pour tout et la qualité n’en devient que meilleure. Dans cette série, tout est possible. N’importe qui peut mourir à tout moment, l’intrigue est souvent haletante, impossible de s’ennuyer.
Je pense que toutes celles qui guettent la saison 7 comme moi, sont dans un attente quasi insoutenable suite au terrible, atroce, ignoble, barbare et inhumain cliffhanger du dernier épisode de la saison 6… !!!!!
Résumé Wikipédia : « Après une épidémie post-apocalyptique ayant transformé la quasi-totalité de la population américaine et mondiale en mort-vivants ou « rôdeurs », un groupe d’hommes et de femmes mené par l’adjoint du shérif du comté de Kings (en Géorgie), Rick Grimes, tente de survivre…
Ensemble, ils vont devoir tant bien que mal faire face à ce nouveau monde devenu méconnaissable, à travers leur périple dans le Sud profond des États-Unis. »

helloitsvalentine_tv_shows_laptop_3

Stranger Things

Un petit bijou, cette seule et unique saison de 8 épisodes (les producteurs ont annoncé une suite, mais aucune date d’annoncée, encore). Au départ, je ne suis pas franchement amatrice de science-fiction horrifique. Mais impossible de ne pas se laisser happer par l’intrigue, dès le premier épisode terminé ! Le scenario est dingue, le jeu d’acteurs (ils ont entre 11 et 12 ans pour les plus jeunes) est bluffant, les « effets spéciaux » extrêmement bien faits et le tout fiche une frousse incroyable. Nous avons regardé la moitié de cette saison dans la maison familiale de mon copain, seuls sur le canapé au milieu du salon, dans le noir complet… Ha ha !
« Les créateurs de la série ont cité les œuvres des années 1980 de Stephen King et de Steven Spielberg comme étant leurs principales influences » et pour la fan inconditionnelle de King et Spielberg que je suis, tout es dit. ^^ Cette série parlera à toutes les trentenaires qui, comme moi, ont grandies en ayant vu « Les Goonies », « Stand By Me », « E.T » et plein d’autres films des années 80-90.

Résumé Wikipédia : « Un soir de l’année 1983 à Hawkins, dans l’Indiana, le jeune Will Byers, 12 ans, disparaît brusquement sans laisser de traces. Plusieurs personnages vont alors tenter de le retrouver : sa mère Joyce, ses amis menés par Mike Wheeler et guidés par l’intrigante « Eleven » (Onze) ainsi que le chef de la police Jim Hopper. Parallèlement, la ville est le théâtre de phénomènes surnaturels liés au Laboratoire national d’Hawkins, géré par le département de l’Énergie (DoE) et dont les expériences dans le cadre du projet MKULTRA ne semblent pas étrangères à la disparition de Will. »

Game of Thrones

« Fantasy médiévale » nous dit Wikipédia pour décrire le style de cette saga. Initialement, il s’agit d’une suite de romans écrits par George R. R. Martin, depuis 1996, elle-même inspirée par exemple de la suite romanesque « Les Rois maudits » écrite par Maurice Druon.
Je suis quasiment certaine que vous avez toutes déjà vu cette série, mais elle est d’une telle excellence que je ne pouvais l’omettre de mon « classement ». Si l’histoire peut sembler compliquée, de par la multitude des personnages et les différents lieux où ils se trouvent, l’excellente réalisation fait oublier cela. Si vous n’avez jamais regardé « Game of Thrones » et êtes à la recherche d’une série « fleuve » pour occuper vos soirées/ weekends, foncez ! Même si, sur le papier (enfin, l’écran) cela semble rébarbatif, ne vous y trompez pas, cette série est génialissime et j’ai personnellement beaucoup jubilé face au courage, à la perfidie, à l’intelligence machiavélique ou à la cruauté de certains personnages. Haha ! WINTER IS COMING….

Résumé Wikipédia : « Sur le continent de Westeros, le roi Robert Baratheon gouverne le Royaume des Sept Couronnes depuis plus de dix-sept ans, à la suite de la rébellion qu’il a menée contre le « roi fou » Aerys II Targaryen. Jon Arryn, époux de la sœur de Lady Catelyn Stark, Lady Arryn, son guide et principal conseiller, vient de décéder, et le roi part alors dans le nord du royaume demander à son vieil ami Eddard « Ned » Stark de remplacer leur regretté mentor au poste de Main du roi. Ned, seigneur suzerain du nord depuis Winterfell et de la maison Stark, est peu désireux de quitter ses terres. Mais il accepte à contre-cœur de partir pour la capitale Port-Réal avec ses deux filles, Sansa et Arya. Juste avant leur départ pour le sud, Bran, l’un des jeunes fils d’Eddard, est poussé de l’une des tours de Winterfell après avoir été témoin de la liaison incestueuse de la reine Cersei Baratheon et son frère jumeau, Jaime Lannister. Leur frère, Tyrion Lannister, surnommé « le gnome », est alors accusé du crime par Lady Catelyn Stark.
Au nord-ouest de Westeros, le jeune bâtard de Ned Stark, Jon Snow, se prépare à intégrer la fameuse Garde de Nuit. Depuis plus de 8000 ans, cette confrérie protège et défend le royaume de ce qui vit de l’autre côté du Mur, un gigantesque édifice fait de glace, de pierre et de magie, formant la frontière septentrionale entre les contrées glacées du nord et les Sept Couronnes. Si les Sauvageons ne sont pas une menace directe, le retour d’une race d’anciennes créatures appelée les Marcheurs Blancs est en revanche beaucoup plus inquiétant.
Sur le continent d’Essos, au sud-est au-delà du Détroit, l’héritier « légitime » en exil des Sept Couronnes, Viserys Targaryen, se prépare à reconquérir le royaume. Prêt à tout, il marie sa jeune sœur, la princesse Daenerys Targaryen, à Khal Drogo, seigneur de guerre des Dothrakis, afin d’obtenir le soutien de la puissante horde de cavaliers nomades qu’il dirige. Mais le lunatique Viserys va hériter du même sort que celui de ses parents, laissant à Daenerys le projet de recouvrer sa place sur le Trône de fer, aidée en cela par ses trois dragons. »

helloitsvalentine_tv_shows_laptop_4

Penny Dreadful

Ma série du moment, celle qui je viens tout juste de terminer. Plus j’avance dans mon avis sur les séries que j’ai aimées, plus il m’est compliqué de ne pas me répéter en utilisant les mêmes adjectifs, les mêmes mots… Ici, on est dans le registre du drame, de l’horreur et de l’occulte. Le jeu des acteurs est parfait, mention « wahouuu » à Eva Green, que je redécouvre dans ce rôle de Vanessa Ives, à la voix grave et aux grands yeux verts perçants. Elle y apparaît fragile et forte, entourée de personnages que l’on connaît tous : Dr. Frankenstein et la créature qu’il a créée, Dracula, Dorian Gray, ainsi que des sorcières… Tout semble bizarrement mélangé dit comme ça, pourtant cela fonctionne vraiment bien ! L’ensemble de l’intrigue paraît naturelle et logique. Happée dans cette série de 3 saisons (seulement) j’ai dévoré les épisodes baignant dans une atmosphère bien sombre. Oh et… Josh Hartnett joue le second rôle principal. Voilà voilà ^^

Résumé Wikipédia : « Londres, 1891, une menace quasi invisible massacre la population. Vanessa Ives, une jeune femme aux pouvoirs puissants et hypnotiques, rencontre et propose à Ethan Chandler, un homme rebelle et violent de s’allier à elle ainsi qu’à Sir Malcolm, un homme riche d’un certain âge aux ressources intarissables, pour combattre cette nouvelle menace.
La série propose de revisiter tour à tour tous les contes et histoires d’horreur qui se lisaient à cette époque-là dans les revues (les fameuses Penny dreadful, nommées ainsi car elles coûtaient un penny et étaient effrayantes), intégrant les personnages, les créatures et les intrigues dans le Londres victorien. »

The Night Of

Attention, pépite ! Seulement une saison de 8 épisodes, mais quelle saison… Accrochez vous à votre canapé, vous allez tout simplement devenir accro dès le tout premier épisode. Leur durée est d’environ 1 heure chacun, vous avez donc 8 heures de pur scénario à découvrir sans que rien ne semble téléphoné ou prévisible à l’avance. On sait pertinemment que le personnage principal est innocent, mais tout, absolument tout le désigne comme coupable. D’un début très sombre, on plonge encore plus profond dans la noirceur de l’âme humaine dès lors qu’il met les pieds en prison et que démarre son procès. Procès où s’enchaînent les témoins ayant tous l’air plus coupables les uns que les autres…
J’ai parlé de cette série à absolument tout le monde autour de moi et j’espère bien que certains s’y sont mis ! Vous passerez à côté d’une excellent affaire judiciaire, autrement.

Résumé Wikipédia : « Nasir « Naz » Khan est un étudiant américano-pakistanais vivant dans le Queens, à New York. Alors qu’il emprunte le taxi de son père pour se rendre à une fête, Naz se retrouve à conduire une jeune fille chez elle. Mais ce qui avait commencé comme une soirée idéale se transforme en cauchemar lorsqu’il se réveille à côté de sa compagne poignardée à mort.
Incapable de se souvenir des événements de la nuit, il quitte les lieux en vitesse, mais est arrêté peu après pour une banale infraction au code de la route. La police finit par trouver l’arme du crime sur lui et plusieurs témoins le désignent comme coupable. »

helloitsvalentine_tv_shows_laptop_2

Mr. Selfridge

Je crois bien n’avoir jamais terminé une série en étant autant en larmes que pour Mr. Selfridge. Promis je ne spoil pas ! Mais c’est tout simplement une très très belle fresque. D’une part car l’histoire se déroule à Londres et relate la création en 1909, puis l’ascension fulgurante de Selfridges, le tout premier grand magasin Britannique d’avant guerre par Harry Gordon Selfridge. Un personnage à lui tout seul, pivot central de cette fresque qui traverse les décennies et les révolutions d’alors. Tout est un tourbillon de nouveautés, la publicité voit le jour, l’audace de cet homme d’affaire américain attire les foules. Du fait de ses nombreuses frasques, la presse n’est jamais loin… Le souci du détail dans les costumes, les décors, les acteurs choisis… J’ai été à fond, telle une groupie de la ville de Londres que je suis. On en ressort pas indifférent, ma soeur aussi a utilisé une boîte de Kleenex à l’issue de cette merveilleuse série.

Résumé Wikipédia : « L’histoire vraie d’un homme d’affaires du début du XXe siècle dont le grand magasin londonien va devenir le théâtre des bouleversements de l’époque.
Londres, 1909 : l’homme d’affaires américain Harry Gordon Selfridge, ouvre un grand magasin sur Oxford Street, avec mode, accessoires et parfums. Avec son sourire foudroyant et ses méthodes flamboyantes, il bouscule les conventions du commerce britannique. Il multiplie les coups publicitaires en s’associant aux vedettes du moment et met en avant des articles autrefois tabous comme le maquillage. Si son caractère explosif et son opportunisme fascinent l’aristocratie londonienne qui le soutient dans un premier temps, ses démons vont vite le rattraper : ses maîtresses et son goût pour le jeu vont mettre son mariage en péril. Le grand magasin Selfridges est également un lieu où les employés issus de différentes couches sociales se côtoient, se jalousent, s’aiment, se séparent… Chef du personnel, comptable, styliste, vendeuses et magasiniers sont les témoins et les acteurs de la mutation d’un pays régi par des codes encore rigides prêts à voler en éclats.
 »

Community

Enfin, une série drôle ! Bon, de ma liste des 10 séries, je crois que c’est la seule que je n’ai pas terminée. Mais je vais justement reprendre, ayant fini Penny Dreadful tout récemment. Si vous avez envie de vous marrer, regardez quelques épisodes et je pense que vous risquez de bien accrocher ! Cela dit, l’humour est propre à chacun : on ne rit pas tous des mêmes choses. En l’occurrence, Community repose énormément sur l’humour absurde, la folie des personnages qui sont camarades d’études en étant pourtant très différents et les situations complètement loufoques parfois.

Résumé Wikipédia : « Community met en scène un groupe d’étudiants d’un community college, établissement d’enseignement supérieur américain souvent considéré comme inférieur à l’université et qui accueille pour cette raison de nombreux élèves en difficulté ainsi que des adultes souhaitant reprendre leurs études.
Le personnage central est Jeff Winger, ex-avocat à tendance manipulatrice qui doit récupérer son diplôme après avoir été exclu du barreau. Autour de lui gravitent six autres étudiants : Britta Perry, jeune femme un peu paumée ; Abed Nadir, passionné de cinéma à l’allure toujours détachée ; Troy Barnes, autrefois star de football américain au lycée qui a perdu sa bourse d’étude après une blessure ; Pierce Hawthorne, qui a pratiqué un peu tous les métiers et a été marié sept fois ; Shirley Bennett, ancienne mère au foyer récemment divorcée et souhaitant retrouver du travail ; Annie Edison, tout juste exclue d’une université pour sa dépendance à la drogue, maintenant guérie.
Au début simple groupe d’étude pour les cours d’espagnol (délivrés par le tyrannique Señor Chang) leurs caractères souvent opposés et les interactions avec les personnalités un peu déjantées qui peuplent leur établissement (étudiants comme professeurs) les entraînent parfois dans des situations surréalistes…
 »

helloitsvalentine_tv_shows_laptop_7

Orange Is The New Black

Grosse claque, cette série. Tout se déroule à la prison de Litchfield aux Etats-Unis et démarre sur l’arrivée de Piper Chapman, jeune femme blanche et bourgeoise, condamnnée pour blanchiment d’argent au service d’un trafic de drogue. On découvre alors la vie en prison à travers ses yeux. Puis, au fil des épisodes, son histoire occupe de moins en moins de place pour laisser la vedette aux autres personnages/détenues. Dans toute cette série racontant la vie de femmes dans une prison américaine, je pense que ce qui absorbe complètement est l’empathie profonde que l’on ressent pour chacune d’entre elles. Les blanches, les blacks, les latinos… Grosse diversité de profils et de « crimes » commis, mais la dure réalité de la vie carcérale rend ces femmes parfois encore plus violentes et criminelles qu’elles ne l’étaient en arrivant à Litchfield.
Pour celles qui attendent la suite avec impatience, comme moi, combien de Kleenex avaient vous utilisés lors des deux derniers épisodes ? Ma soeur a préféré s’arrêter à la fin de l’avant-dernière saison, sur une note positive… ^^

Résumé Wikipédia : « Piper Chapman est incarcérée dans une prison de sécurité minimale pour quinze mois car elle a transporté une valise d’argent issu du trafic de drogue, dix ans plus tôt, pour son amante d’alors, Alex Vause. Elle tente de se faire à la vie en prison, entre le clanisme, les réseaux et les fortes personnalités des autres détenues. »

The IT Crowd

Toujours terminer sur une note positive, telle est ma devise. Une autre série très très drôle, à l’humour 100% British : ce que j’adore !! Quatre saisons de six épisodes chacune, c’est court. Trop court ! Depuis, la phrase gimmick « Have you tried turning it off and on again ? » est notre référence Culte à mon copain et moi, dès qu’un appareil électronique ne fonctionne pas ou qu’il bug. Redémarrer est effectivement LA solution, dans 80% des cas. Même sans être un geek ou un nerd dans l’âme, on passe de très bons moments devant cette série, en enchaînant les fou-rires. Mention spéciale à Moss, ses chemisettes à carreaux et sa raie sur le côté dans sa boule afro ♥

Résumé Wikipédia : « La série met en scène les employés de l’IT Crowd (en français, « les gens du département informatique ») d’une grande entreprise londonienne. Leur bureau se situe au sous-sol du siège de Reynholm Industries, une entreprise fictive dont on ne connaît pas l’activité. Leur lieu de travail, sombre et désordonné, contraste avec l’aspect moderne et luxueux du reste de l’entreprise.
Moss et Roy, les deux principaux agents du département informatique, sont des caricatures de geeks, voire de nerds. Bien que la compagnie ait besoin d’eux pour assurer la maintenance des ordinateurs, les autres employés les méprisent et vont parfois jusqu’à les esquiver. Il est vrai que les protagonistes passent leur temps à éviter de répondre au téléphone en espérant que ce dernier arrête de sonner. Ils utilisent également un répondeur pour poser automatiquement des questions aux employés faisant appel à eux (« Avez-vous essayé de redémarrer votre ordinateur ? », « Êtes-vous certain qu’il est bien branché ? », etc.).
Jen, la responsable du département, est affectée à ce poste bien qu’elle soit totalement incompétente en matière d’informatique, contrairement à ce qu’elle prétend sur son CV.
 »


J’adore aussi :

Downtown Abbey, Peaky Blinders, Mr. Robot, Homeland, Flesh & Bone (une série sur la danse classique au sein d’un ballet new yorkais) Vikings, True Detective (saison 1, pas vue la seconde) Fear the Walking Dead, Awkward, Ally Mc Beal, 2 Broke Girls, New Girl, F.R.I.E.N.D.S, Desperate Housewives, Malcolm… et bien d’autres que j’oublie très certainement !

Je n’ai jamais regardé ou pas du tout accroché :

Mad Men, toutes les séries médicales (Grey’s Anatomy, Dr. House, Urgences – passées les trois premières saisons -) Dexter, les séries pour ados (type Pretty Little Liars, Ugly Betty, Beverly Hills nouvelle version, jamais fini Gossip Girl) American Horror Story, Six Feet Under, Girls…

Et vous ???

helloitsvalentine_tv_shows_laptop_5 helloitsvalentine_tv_shows_laptop_6 Bomber Asos Petite
Pull Zara (Soldes été 2016)
Mug géant Monoprix (collection actuelle)
Lunettes e-Polette « e-Olivia » via L’Usine à Lunettes
Thé bio Clipper Tea, très bon ^^
Laptop Asus ZenBook UX305 via Asus
Handira via Oranjade

helloitsvalentine_tv_shows_laptop_9

Comment je prends mes photos seule

helloitsvalentine_howto_shooting_solo_1

♫♪ Peggy Lee – Why don’t you do right ♫♪

Tenir un blog « mode » implique pas mal de choses, notamment de prendre en photo ses looks de façon régulière. Derrière chaque blogueuse (ou Instagrameuse ^^) il y a généralement un petit ami photographe (amateur ou pro) qui se plie à l’exercice des shootings de tenues. Mon petit ami ne fait pas exception à a règle, puisque régulièrement il est mis à contribution pour m’aider à prendre des photos.

J’ai ouvert ce blog il y a un peu plus de sept ans. Durant la première année, c’était systématiquement lui qui s’occupait de me prendre en photo, le weekend et durant nos voyages essentiellement. Mais passé ce laps de temps j’ai ressenti l’envie et le besoin d’y arriver toute seule; dépendre de lui me freinait énormément.
Aussi, je me suis intéressée à la manière de devenir indépendante pour prendre mes looks en photo et ai acheté mon tout premier petit trépied… Cela m’a permis de commencer à shooter quand je le voulais et pouvais et non plus en fonction de l’emploi du temps de mon amoureux.
Vous êtes nombreuses à régulièrement découvrir que je procède ainsi pour mon blog. Vos questions ainsi que vos réticences personnelles m’ont donné envie de vous en dire plus. Je suis persuadée que tout le monde serait capable de prendre ses photos en solo, en faisant fi du regard des passants.

SHOP THE POST !

helloitsvalentine_howto_shooting_solo_2

Mon matériel

Mon appareil photo est celui-ci, que je trouve excellent pour l’usage que j’en ai. J’ai cet objectif 50mm 1.4 et cet objectif dit « du voyageur » 18-200mm. Pour protéger les lentilles de mes objectifs, je les ai équipés de ces filtres UV neutres. J’utilise ce trépied, haut jusqu’à 1,75m, vendu avec une housse noire avec sangle, pratique à transporter sur le dos. Celui-ci est assez imposant une fois déplié et ouvert, un peu lourd, mais c’est ce qui me convient. Pour avoir déjà expérimenté un trépied plus léger qui s’est effondré sur le trottoir à cause d’une bourrasque, entraînant mon réflex Nikon dans sa chute, je ne changerais pas pour un modèle plus léger. Voir se casser un appareil photo à 500€ devant mes yeux, sans que je puisse empêcher cet accident m’a bien bien bien refroidie. Plus jamais.
Comme je suis un peu étourdie, j’ai également acheté deux autre cache lentille car ces accessoires légers mais indispensables ont une fâcheuse tendance à s’égarer.
Enfin, le plus important : la télécommande. Il faut en choisir une compatible avec votre modèle de réflex. La mienne vient d’Amazon, j’en ai acheté 4 d’un coup (ça se perd, s’oublie au fond d’un sac, la pile s’use à force…). Enfin, dernier conseil : ne comptez jamais sur une seule batterie. J’en ai toujours une autre « de secours » dans mon sac. Combien de fois ai-je dû interrompre mes photos car la batterie de mon appareil photo était à plat ? Idem pour la carte mémoire pleine : investissez dans une de 32Go de mémoire, pour être tranquille. On apprend de ses erreurs. ^^
Ma sangle d’appareil photo vient de cet e-shop.
helloitsvalentine_howto_shooting_solo_2-2 helloitsvalentine_howto_shooting_solo_3helloitsvalentine_howto_shooting_solo_5

Comment procéder ?

Une fois tout votre matériel en votre possession, c’est assez enfantin. Il suffit de disposer votre appareil photo sur la tête du trépied (normalement, aucune difficulté à ce niveau) puis d’allumer votre réflex. Faites les réglages manuels pour la lumière, ensuite, rendez-vous dans le menu de l’appareil : Mode de déclenchement > Télécom. temporisée (+2 sec). Cela signifie qu’une fois face à l’objectif, en appuyant sur le bouton de la télécommande, votre appareil va logiquement faire la mise au point sur le sujet le plus proche de lui (= vous). La mise au point faite, après avoir appuyé sur la télécommande, vous avez 2 secondes pour sourire, vous figer et clic clac ! La photo est dans la boîte.
Par conséquent, je n’ai absolument aucun mérite à prendre mes photos seule : l’appareil photo fait le gros du job. Je n’ai qu’à faire les réglages et poser. Appuyer sur la télécommande, poser, recommencer, etc.
Le gros plus de mon Nikone D5500 : son écran pivotable : je le tourne vers moi et je vois instantanément le résultat. Effet miroir très pratique. Si je suis trop à droite dans le cadre, je me décale, si mes pieds sont coupés, je bouge ou je réoriente l’inclinaison de l’appareil… Bref, du bidouillage !
helloitsvalentine_howto_shooting_solo_8 helloitsvalentine_howto_shooting_solo_4 helloitsvalentine_howto_shooting_solo_6

Où shooter en solo ?

Si vous cherchez un semblant de calme et peu de passages pour faire vos photos seules, évitez les grosses avenues, rues passantes ou quartiers bondés entre midi et deux. Je pars généralement faire des photos en milieu d’après-midi, après avoir abattu le gros de mon travail, quand le soleil est un peu descendu. Le lumière est importante, mais vous noterez que je prends quasiment tout le temps mes photos à l’ombre. Tout simplement car je ne trouve pas la lumière du soleil de face très flatteuse, ni facile à gérer.
L’ombre me permet de faire un seul et unique réglage sur mon appareil, et zou : je peux enchaîner mes photos sans avoir à régler les ISO, l’ouverture du diaph, etc. Il y a des jours où la météo me rend chèvre, je vous en parlais ici, d’ailleurs…
Globalement, je pense que n’importe quelle rue peu passante fait l’affaire. Dans mon cas, vu que j’utilise un objectif 50mm, il me faut pas mal de recul pour poser mon trépied. Environ 5m de distance maxi, entre l’appareil photo et moi. Parfois il est de l’autre côté de la rue, opposé à moi. Cela nécessite donc qu’il y ait peu de passage, je ne veux gêner personne sur le trottoir.
helloitsvalentine_howto_shooting_solo_15helloitsvalentine_howto_shooting_solo_10 helloitsvalentine_howto_shooting_solo_11

Bon à savoir / Craintes et interrogations

Se prendre en photo seule implique forcément que les gens vous regardent, s’arrêtent et parfois fassent un brin de causette avec vous. C’est logique et humain : il est rare de voir quelqu’un s’auto photographier. Au delà de l’aspect assez narcissique de la chose, c’est effectivement curieux, insolite : comprendre ce que fait cette personne en intrigue plus d’un(e). Même dans les petites rues calmes, à des heures où les gens sont supposés manger/ travailler/ être à l’école, il y aura du monde. Croyez-moi, les lieux où je peux être totalement seule avec mon trépied sont plus que rares. Mais cela ne m’ennuie pas de discuter avec des inconnu(e)s, au contraire ! Il en ressort des échanges souvent très rigolos, insolites, décalés et enrichissants. Les personnes qui m’abordent sont toujours très gentilles.
On m’a prise pour une géomètre, une fois… ha ha! Les petites filles et jeunes filles me demandent si je suis mannequin ou blogueuse (Ah ah, mannequin, évidemment ! ^^) La jeune génération est clairement aux faits de ce qu’est un trépied et l’usage que j’aurai de mes photos. Logiquement, les plus âgés sont moins à même de comprendre ce que je fabrique avec ce matériel, toute seule. C’est loin d’être évident pour eux et je le conçois très bien. Parfois j’ai le temps de papoter et je réponds à leurs questions; parfois je suis plus évasive et leur montre gentiment que je suis pressée.

Enfin, quant à la peur de se faire voler mon matériel : oubliez. Un trépied ouvert est imposant. On ne part pas en courant avec ça en deux secondes. Défaire l’attache de l’appareil photo dessus nécessite de connaître le « truc ». Ce n’est pas long, mais pas évident au premier coup d’oeil. Sincèrement, je n’ai jamais eu peur de me faire voler le tout, les gens ne sont pas motivés et raclures à ce point (pas là où je décide de me poser en tout cas, je croise les doigts pour la suite) ! J’évite d’être parano et comme je l’ai souvent entendu dire « la peur n’évite pas le danger ».

Gardez en tête que oui, prendre ses photos toute seule nécessite du temps (j’estime ça au double de temps, quand c’est mon amoureux qui tient l’appareil) un peu de cran, de l’ouverture d’esprit et l’envie de discuter ou sourire aux passants. La timidité n’a pas à être un frein : je peux être intimidée, comme tout le monde. Mais finalement, ces gens qui passent et me jugent (peut-être) qu’est-ce que je peux bien en avoir à faire ? Neuf fois sur dix, je ne les reverrai jamais de ma vie… On ne peut pas contrôler ce que les autres pensent de vous, pourquoi cela devrait être un élément dont il faudrait tenir compte ?
Je fais mes trucs sans embêter personne (d’où ma règle de ne jamais avoir de quidam sur mes photos) par conséquent j’estime que personne n’a à m’embêter en retour. Il y aura toujours des relous (des mecs, dans 100% des cas) qui, pour faire marrer leurs copains, veulent poser avec moi, m’aider à prendre mes photos, que je les prenne en photos entre potes… Un grand sourire et un « non merci » règlent tout. Jamais eu de prise de bec ou quoi que ce soit de grave. Les deux personnes les plus chiantes à qui j’ai eu à faire étaient des personnes âgées aigries. J’ai passé mon chemin, internet, les blogs = l’inconnu total pour eux, et je ne les blâme pas.
helloitsvalentine_howto_shooting_solo_12 helloitsvalentine_howto_shooting_solo_13 helloitsvalentine_howto_shooting_solo_14helloitsvalentine_howto_shooting_solo_16Combi-pantalon via Miss Selfridge
Cardigan long New Look
Baskets via Superga
Collier pendentif en coquillage Etsy
Boucles d’oreilles via Loveless Paris

J’espère que cet article vous aura plu et vous sera utile, si vous avez décidé de vous « lancer » dans la prise de photo seule ? N’hésitez pas à partager votre expérience, vos questions ou conseils, dans un commentaire ci-dessous. Je répondrai à toutes les interrogations.

SHOP THE POST !

Photos fail #2

Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_1Suite à un premier article « photos fail » j’ai collecté précieusement mes clichés foirés. Parce que je suis toujours la première à rire de moi (plus rarement des autres, disons que j’ai du mal à trouver drôle les gens qui tombent ou qui vivent un moment de ridicule total… Cela me mets plus mal à l’aise qu’autre chose) j’avais envie de partager ces photos. Bien que l’humeur du moment ne soit pas forcément à l’hilarité générale, je pense qu’il n’y aura de toute façon jamais de « bon moment » pour ça…
Si vous pensiez qu’une blogueuse qui se prend en photos depuis plus de sept ans est toujours à son avantage, raté ! Au fur et à mesure du temps, on apprend à connaître son « meilleur profil » à poser de manière un peu plus naturelle, à sourire sans se forcer… Heureusement que le numérique existe, parce qu’à l’ère de l’argentique avoir des clichés inutilisables était onéreux et très décevant. Je suis évidemment persuadée que cet article fera la joie de mes petites haters (coucou les trolls !) Je vous fais des bisous, enjoy !

Following a first « pictures fail » article, I’ve carefully collected bad shots. Because I’m always the first to laugh at me (more rarely laughing at the others, for example I don’t think it’s funny to see people falling or have a ridiculous moment… That put me rather ill-at-ease) I wanted to share these photos. Although the humor of the moment is not necessarily for the general hilarity, I think that there will never be a « good time » for that anyway…
If you thought a blogger who takes pictures of herself for over seven years is always looks her best, missed ! According to time, we get to know our « best side » to seem a little more natural, to smile without forcing… Fortunately the digital exists, because at the age of argentic photos, having unusable clichés was expensive and very disappointing. I am obviously convinced that this post will delight my haters (hello trolls !) Gros bisous, enjoy !

♫♪ Tim Timebomb and Friends – Bad Luck ♫♪

Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_2 Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_3 Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_12Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_14Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_4 Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_5 Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_6 Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_7Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_8 Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_9 Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_10

Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_13Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_15Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_16Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_22Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_17Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_17_2Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_18Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_19Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_20Helloitsvalentine_photos_ratees_fail_21« Laugh loudly, laugh often, and most important, laugh at yourself.« 
{quote by Chelsea Handler}

Latest from Instagram

Copyright © 2017 · Theme by 17th Avenue