Mon témoignage de parisienne recherchant un appart

Photobucket
Avez-vous déjà essayé de trouver un appartement à Paris?
Si la réponse est non, vous avez bien de la chance.
En trouvant ENFIN notre F2 après 4 mois de recherches intensives, il y a presque 2 ans de ça et après 2 ans et demi à bloguer : voici mon témoignage.

Mon copain et moi étions à la recherche d’un 2 pièces, pour en finir avec la petite surface de son studio de célibataire et les aléas du frigo dans la salle de bain, faute de place dans le placard « cuisine »…
Première recherche d’appartement pour moi : les pieds directement dans le marasme des démarches contraignantes, de la paperasse à n’en plus finir et des galères des visites groupées.
On a commencé par viser large dans notre recherche : TOUT Paris. Pas de discrimination d’arrondissements, pour ne pas saboter nos chances de trouver.
Des apparts à louer, il y en a. Mais dans notre fourchette de loyer, ce fut plus complexe à dénicher : nous avions décidé que si on trouvait une surface décente d’environ 40-50m², on aimerait bien être en-deçà de 1000€ par mois.
On rêvait un peu trop : ça n’existe pas tellement en plein Paris, en fait. Les loyers sont atrocement chers.

Pour avoir l’opportunité de pouvoir procéder à des visites d’appartements à louer, il faut éplucher les petites annonces en ligne : le site PAP (de Particulier à Particulier) et Se Loger ont été dans mes favoris/ raccourcis Firefox pendant un certain temps.
Bien évidemment, il faut être au méga taquet et passer des coups de fils aux proprios et agences DANS LA MINUTE où l’annonce paraît. Parfois, leur messagerie vocale était déjà saturée. L’annonce pouvait être rayée de notre liste : fail.
Perso, je n’étais pas préparée à autant de compétition (je vous rappelle que j’ai horreur de ça).
Il faut être sur-motivé et comme à la cantine, la devise d’un bon chercheur d’appart à Paris est : « Premier arrivé, premier servi ». Je parle ici des visites, car cela ne donne pas droit à la location de l’appart pour autant.
Ca se fait sur dossier, et autant en avoir un bien complet.

Une fois notre dossier constitué (s’armer de courage pour tout réunir et avoir accès à une photocopieuse aide grandement pour multiplier les x exemplaires qu’il faut pour les x apparts potentiellement intéressants), nous avons pu commencer à visiter les apparts.
Hahahaha, quand j’y repense.
Les annonces sont parfois mensongères, parfois très courtes et sans photos, parfois très alléchantes et on se met à se projeter dans ce joli F2 lumineux plein ouest sdb  et wc séparés, grande chambre, salon avec parquet moulures et cheminée d’époque, au calme et au 5ème avec ascenseur.
Mais la dure réalité est des fois toute autre : immeuble des années jadis méritant d’être rasé car tout croûlant, appartement perclus d’humidité sur les murs décrépis, cuisine de 1m² débilement agencée, escaliers sentant l’urine et frais d’agence grotesquement élevés.
NEXT!
Ou bien, parfois, un joli mignon appart nous faisait craquer et nous déposions notre dossier…Pour se voir refuser la location. Pas assez millionnaires au goût du proprio, peut-être? 
Le plus ahurissant a été de parfois devoir se plier à un interrogatoire sur place, par les proprios : on a demandé à mon copain d’où il était, vu sa petite pointe d’accent du sud, ou encore combien gagnent nos parents et même une fois : il fallait que nos 4 parents soient présents pour signer le bail….Mais tout à fait : les parents de mon copain vont prendre des billets de train spécialement pour l’occasion, pardi!
Je vous épargne mon coup de gueule contre les agences louches, les agents immobiliers inefficaces car absents au rendez-vous de la visite d’un appart (je me suis retrouvée sur un palier avec 2 autres jeunes femmes, pendant une pause dèjà poireauter débilement pour…rien).

Pour en venir à notre appart, voici comment je l’ai déniché. Je suis tombée sur une annonce de 2 lignes, sans aucune photo jointe.
A première vue ça ne donnait que moyennement envie : F2 de 45m² dans un immeuble de 1930, plein est, 6ème avec ascenseur, cuisine et sdb à part, à 7min du métro, proche banlieue.
Bon, j’étais seule sur le coup (!!!!) j’ai donc pris rdv avec l’agence pour le visiter seule (mon copain ne pouvant se libérer).
On était en plein décembre 2009, il neigeait à gros flocons et une fois dans l’appartement donnant sur le parc de mon ancien lycée, tout recouvert de neige….LE COUP DE ♥ TOTAL !!!
Le chauffage collectif ronronnant, le parquet d’époque réalisé par un menuisier, la cheminée dans le salon, les moulures, la chambre bien à part des autres pièces et la ravissante mosaïque au sol dans la salle de bain et la cuisine : han!
Nous avons signé une semaine plus tard, après l’avoir re-visité ensemble, car le seul autre couple intéressé ne l’était finalement plus : il leur aurait fallu un parking pour leur voiture et l’immeuble n’en a pas.

Je peux vous assurer qu’avoir les clés de son premier Home Sweet Home d’adulte, ça fait quelque chose!
Alors non, nous ne sommes pas dans Paris « intra-muros » mais à 500m, donc c’est vraiment tout comme : il y a le métro; et oui : notre loyer est bien en-deçà des 1000€ prévus, et ça nous laisse l’opportunité de pouvoir voyager régulièrement comme nous le faisons.
Nous sommes chaque jour enchantés d’avoir trouvé ce petit nid douillet, dans un immeuble où TOUS nos voisins sont adorables (je ne dis pas ça car certains lisent mon blog, promis!) et notre gardienne est la dame la plus gentille et efficace qui soit.
Vivement juin prochain pour une nouvelle Fête des Voisins! ;)

Comments

  1. J’ai malheureusement connu cette galère moi aussi. En plus, je venais tout juste d’être embauchée, en CDI, mais en période d’essai et mon copain était en stage.
    Une nouvelle loi venait tout juste de passer, permettant les propriétaires de s’assurer contre les loyers impayés, dans ce cas ce sont les assurances qui regardent ton dossier et tu es éliminé dès qu’elles y voient « période d’essai »! Alors qu’on avait de supers garants, que je gagnais bien ma vie, de même pour mon copain (même en stage!) on a du se résoudre à prendre un meublé (en effet pour les meublés c’est un bail d’un an renouvelable, moins de soucis pour te mettre dehors si tu payes pas ton loyer).
    Bonne chance à ceux et celles qui passent par là, surtout si vous débutez dans la vie active et ne pouvez donc prétendre au « 1 an de CDI » demandé par les assurances !

    Bon, au final on a un appart sympa, pas loin du tien il me semble Valentine !

  2. Quel superbe article, je suis conquise. Il est très vrai et retrace vraiment notre combat de tous les jours afin de pouvoir trouver un logement. Les proprios ont vraiment cette impression que nous sommes milliardaires « mais bien sûr, c’est pour cela que nous recherchons un 35m2 » :/
    En ce qui concerne les garanties, je ne t’en parle même pas!
    Bref, nous espérons trouver avant la fin de l’année *espoir* 🙂
    Bisous
    Jessica

  3. AH article génial =)
    Mon frère qui habite à Caen est aussi en galère, mais je pense que c’est toujours mieux que Paris.

    Et à voir les photos de ton appart’, tu as bien trouvé et en a fait un joli cocon.

    Bonne continuation jolie Valentine, et même si je ne poste pas souvent de commentaires, je suis une lectrice assidue. Des bisous

  4. Les grandes villes, c’est vraiment hors de prix… 😮 J’en reviens pas que vous ayez du constituer un dossier et tout… ^^ Tu n’es pas la seule à détester la compétition ! :s
    Sinon, chapeau pour vivre à deux dans 45m² ! 😉 Je ne saurais pas vivre en ville car j’aime avoir beaucoup d’espace ! Bonne journée ! Biiiz

  5. J’ai cherché un appart sur paris fut un temps et j’ai capitulé, pas assez « Millionnaire » pour la capitale!!!
    Je me suis exilée en province et je peux vous dire que la vie peut y etre tres belle et les loyers beaucoup beaucoup beaucoup moins cher!!!
    Mon premiére appart j’attais etudiante en province donc et je payais 350euros pour 50m2 en duplex avec poutre apparente en pleins centre ville, et tout ca sans dossier j’ai juste dit « oui je le veux!!! ».
    Tu as eu beaucoup de chance de trouver ce joli appartement, garde le!!!
    Grosses bises

  6. Whoua, c’est vraiment génial pour vous d’avoir trouvé cet appartement, votre petit cocoon maintenant. C’est cool de ta part de raconter ‘l’envers du décor’. Et puis, vu tes photos dans paris, j’pensais même que t’habitais intra muros, mais c’est tout comme apparemment. 🙂 Moi, j’suis encore trop jeune mais j’aimerai aller étudier à Lyon ou Strasbourg dans 2 ans, espérons que la recherche soit plus facile.
    Bisous

  7. Ne m’en parle pas, j’ai mis 2 mois et demi à trouver une simple coloc, à « perdre » une dizaine d’heures par semaine dans le métro, les visites, les papotages avec les peut-être futurs colocs.
    Aujourd’hui, j’ai réussi à trouver une sous-location et sûrement un appart en coloc avec une copine pour fin décembre.
    Mais je me demande comment font les gens qui n’ont personne sur Paris… Et puis, une vie en mode squatteuse, c’est pas pratique et ça te fait pas mal culpabiliser.
    J’ai un pote qui a mis 5 mois pour trouver un appart digne de ce nom alors qu’il est juriste en CDI. Bref, Paris c’st juste devenu impossible.

  8. J’aime beaucoup ces petits articles, à l’image de ton témoignage de graphiste parisienne.
    Je peux t’assurer qu’à Lyon ce n’est pas mieux, des dizaines et des dizaines de coups de fils, des annonces alléchantes qui te font vite déchanter, et des demandes de garants hallucinantes. Moi aussi j’ai dû m’armer de patience pour trouver un appartement décent tout proche du centre-ville. Je peux te dire que quand j’ai quitté le foyer familial sur Paris pour me lancer dans la vie étudiante à Lyon, j’ai pris une grosse claque.
    Néanmoins il est vrai qu’en province les loyers sont bien plus abordables pour une très bonne qualité de vie (du moins à Lyon). Pour ce que je paye ici, j’aurai une chambre de bonne de 9m² dans Paris au lieu de mon 25m² en plein coeur de Lyon. C’est aussi pour ça que je n’envisage pas du tout de retourner à Paris, ce n’est pas avec le salaire d’instit que je pourrais me loger décemment.

    Vous avez bien fait de prendre votre temps, visiblement vous avez un chouette appartement dans lequel vous vous sentez bien.

    Bonne journée !

  9. Merci pour tes conseils détaillés et bravo pour la perle rare que tu as dénichée. On perçoit dès les premières secondes si on se sent bien dans un appartement.

    J’ai connu cette période de recherche d’appartement parisien, mais c’était pour acheter! J’ai trouvé, mais j’ai revendu, je ne m’y sentais pas bien…

    Là je suis locataire dans le 92, pas si loin de Paris et je revis, je déménage dans quelques semaines et j’ai trouvé le nouvel appart sur PAP, le propriétaire a eu 40 demandes en 3 jours mais j’avais le bon dossier et j’étais la première sur le coup!

    PS: je lance mon blog mode/beauté/future maman si ça vous dit d’y faire un tour 🙂

  10. Quel cul bordé de nouilles tu as (vous avez) comme dirait l’autre !
    Je vous envie grandement.
    Comme quoi, faut pas s’arrêter aux annonces qui ne payent pas de mine et vraiment TOUT éplucher, quitte à en visiter une cinquantaine.
    Mais comme tu le dis si bien, quand on tombe sur la perle rare, LE gros coup de coeur : quel bonheur.

    Ravie pour vous ^^

  11. Paris c’est horriblement cher c’est indecent et anormal.
    J’habite a toulouse et je paye 480euros pour un 40m²!! En tout cas le tien est tres mignon (tu l’as bien decoré :)) et c’est ce qui compte mais bon !
    Bisous 🙂
    charlotte

  12. Hé ben… je suis bien contente d’être belge!
    Chercher un appart à Bruxelles est une sinécure à côté!
    Mon copain et moi on vit depuis 2 ans dans un 4 pièces de 65m² dans un quartier branché de la capitale belge, avec plancher et hauts plafonds moulurés pour 600€/mois. Tout ça sans devoir rentrer un dossier et fiches de salaires. On était sans emploi (mais nos parents se sont portés garants, quand même). Maintenant qu’on bosse, avec ce ptit loyer, on peut se permettre toutes les sorties que BXL offre et aussi les voyages!
    Je compte d’ailleurs visiter Stockholm, séduite par ton reportage et puis Berlin, d’office, passage obligé dans ma conquête touristique de l’Europe!

    Au passage, merci, Valentine, de nous faire partager tes bons plans et tes belles images!
    Et contente que toi aussi tu aies trouvé ton chez toi idéal! (c’est le pied, hein?;-)

    …et bon courage à ceux qui cherchent à Paname!

    Steph (de Gelbique)

  13. Dans certaines grandes villes de province, c’est aussi bien la galère… « Mis à la porte » de sa colocation, mon chéri devait retrouver un appartement au plus vite. Sauf que quand on a des horaires de fou, c’est une véritable épreuve! Je m’y suis donc attelée pendant les vacances scolaires enchainant jusqu’à 5 visites par après midi aux quatre coins de la ville…
    Quand j’appelais les agences, on nous prenait pour un couple d’étudiants et on me raccrochait limite au nez! Il a fallu que je dise que nous sommes ingénieur et prof pour pouvoir espérer qu’on nous écoute!
    Finalement, on a trouvé un petit nid douillet en plein centre ville de Bordeaux qu’on adore.
    Maintenant, on recommence les recherches… mais pour acheter! Et c’est reparti pour un tour car ça aussi c’est une immense galère!

  14. Je suis terriblement admirative de vous, les parisiens, lorsque vous recherchez un appartement… Je savais plus ou moins tout ce que tu décris mais ça doit être tellement relou à vivre au quotidien.

    Moi, je vis à La Roche-sur-Yon, en Vendée. J’aimerais bien vivre à Nantes mais là-bas aussi c’est la galère pour se loger. Certainement pas autant qu’à Paris mais bien suffisamment pour mon petit courage ! Actuellement, je loue un appartement T1 bis de 45 m² (chambre, sdb et WC séparés, mezzanine suffisamment grande pour y établir mon salon) et je paye 400 € par mois… ça fait rêver, non ? Et là, je viens d’acheter un appartement de 81 m² qui ne m’a coûté « que » 107.000 €, mensualités d’environ 600 € pendant 20 ans… Alors il est vrai que je vis dans une petite ville tranquille mais je suis à 1/2h de la première plage, 1h de Nantes, 1h30 de La Rochelle, tout est tellement facile… Du coup, Paris je n’y vais que pour voir les copains 🙂

  15. Super sympa ton article aussi bien sur la forme que sur le fond. Et puis la fin, … elle donne envie d’habiter dans le même immeuble que toi.

  16. Haha, la petite provinciale que je suis s’est frotté à la jungle parisienne en début d’année, et autant dire que je comprend totalement la galère que tu as vécu!

    Mais au final, tu es quand même assez chanceuse : tu as un chauffage, un ascenseur (deux choses que je rêverais d’avoir !!) ^^

    Bises !

  17. C’est curieux, car j’ai vécu la même expérience : un appartement peu mis en valeur par l’annonce.
    Uniquement donc 2 candidates dessus, en plus grand, bien situé !
    Je l’ai su par une candidate au logement, moi, j’avais écarté l’annonce et j’ai eu tort, car il était vraiment pas cher pour la surface et les prestations.
    Je ne parle pas des files d’attente dans l’escalier : les entretiens les uns après les autres avec les dossiers déposés.
    C’est comme les entretiens de recrutement, voir la « concurrence » déprime.
    Donc, la leçon à retenir c’est de ne pas se fier à l’annonce.

  18. Aah ça me rapelle mes souvenirs d’il y a un an…
    Entre les appartements complètement insalubres, et ceux trop chers (même pour paris…)
    J’ai fini par trouver un appart’ car par chance l’agent immobilier faisait du tennis dans ma campagne natale, ce qui a engagé la discussion 🙂

  19. Ton article reflète tellement bien la vérité…Avant de débarquer à Paris, j’habitais à Toulouse qui est aussi une grande ville mais les recherches moins galères et surtout loyers plus abordables!! Pour nous, la galère ça a été pour l’achat de l’appartement, trouver le coup de coeur à un prix raisonnable, un emplacement idéal et surtout ne pas se faire avoir (tous les petits détails si importants tels que l’humidité, chauffage, état des murs et j’en passe). Et puis finalement, au bout de 3 mois et avec un peu de chance nous avons trouvé notre superbe duplex quasi neuf au coeur de la défense (donc relativement bien situé avec tous les modes de transport possibles). Bref je n’aurais même pas envisagé une recherche dans Paris intra-muros… Le votre est une très belle trouvaille 🙂

  20. Haha (je préfère en rire), je vis dans le même appartement de « célibataire » que tu as connu : la douche dans la cuisine (ou la cuisine dans la salle de bain), avec peu de rangements, un BZ pour dormir, qui une fois déplié mange les 3/4 de mes 15 m2. Je suis bien d’accord trouver un appartement à Paris nécessite beaucoup de courage et de temps, et avoir un bon dossier et de bons garants est nécessaire. Je vais bientôt une fois de plus connaître cette galère, mais pour mon plus grand bien, car il y a beaucoup d’appartements « pièges », en effet. Je ne savais pas que l’appartement où je vis avait de gros problèmes d’humidité (murs, fenêtres qui moisissent en hiver…), qui a notamment déclenché une invasion d’acariens (ceux qui envahissent les caves) au printemps dernier.
    J’espère alors aussi trouver un cocon pour mon chéri, nos montres (un hamster et une furette) et moi 🙂
    Le fameux parc, serait-ce celui du lycée Michelet ? 🙂

  21. J’ai aussi connu cette dure réalité MAIS au bout de 2 mois d’acharnement et un certain nombre de visites (souvent groupées), j’ai réussi à me dégoté un 2 pièces de 50m² avec balcon et cave dans Paris (quartier très sympa) à moins de 900€ charges comprises (chauffage collectif compris) et voisins/gardienne super sympa. Sans pour autant avoir un salaire de ouf (mais 2 garants), ni aucun piston (je suis passée par SeLoger.com)
    Comme quoi ce n’est pas impossible 🙂 Mais comme tu le décris bien, il faut être prêt, réactif et super motivé !

    En tout cas, ce que tu laisses à voir de ton appart est charmant et tout à fait à ton image 🙂

    Emma

  22. @Juliiie : Alors, oui c’est bien ce lycée. De toute façon j’ai percuté bien récemment que mon adresse perso était visible sur mon CV sur mon portfolio en ligne.
    J’imagine que les haters ne vont pas venir m’attendre avec un couteau à beurre en bas de chez moi pour me faire la peau? hahaha
    J’ai eu beaucoup de chance d’aller à ce lycée, classé Monument Historique de la ville.
    Courage pour tes recherches 😉

  23. Oh la chance. Il a l’air canon (au vu de tes photos). Avec mon copain, on veut déménager (murs suintant l’humidité, prises électriques défoncées), mais l’idée de devoir refaire un dossier (pas assez « friquement » fourni), se taper les visites groupées, encaisser les refus… ça démotive.

  24. Haha, ça me replonge dans toutes mes angoisses de te lire.
    Si y’a bien un truc flippant à Paris, c’est ces histoires de logements…
    Quand je pense que mon chéri, lorsqu’il a emménagé à Paris, s’est retrouvé à vivre dans 5 mètres carré pendant plus d’un an (OUI vous m’avez bien lue!! Et faussement déclaré comme étant 9m2 sur le bail!) pour la modique somme de 400 euros/mois. :’)
    Tu fermes la porte, t’as même pas la place de te retourner quoi.
    Tout ça parce que malgré un très bon salaire, personne ne veut des intermittents du spectacle! Les gros clichés pourris.
    BREF. Le cauchemar :'(
    Des bisettes 😉
    Pandore

  25. Ah ça me rappelle la recherche de notre premier petit nid à Paris.
    Finalement, on a trouvé un studio…dans le 91. C’était la même galère.
    Ensuite, quand on a voulu déménagé pour la Somme, je me suis dit: « oh non, cela va être pénible! »
    Sauf que, non. On a trouvé notre bonheur (75m²) en deux visites.

    Une semaine plus tard, on quittait la région parisienne.

    Alors, je suis admirative :o)
    LAe*

  26. Parfois derrières les annonces les plus courtes se cachent les meilleurs bien.
    Nous avons également eu le coup cœur pour un 2 pièces alors que l’annonce était vraiment très très basique!

    Parfois on se demande pourquoi on se prend la tête à chercher si loin alors que notre appart est sous notre nez (ou presque)!!
    ^^

    http://jiwilo.eklablog.com

  27. tu as une chance folle, et je sais ce que tu as vécu moi je cherche un appartement depuis le moi de juillet, et toujours rien car pas de garants, je demande donc avec une caution bancaire a croire que personne ne veut de mon argent, ce matin je suis allée a une visite ou il y avait au moins une 50 personnes avec moi, j’ai cru devenir folle. mais bon je ne lache pas … en plus avec mes cours je dois m’absenter ce qui commence a agasser fortement mes profs j’espere avoir un cou de chance 😉

  28. Bonsoir !

    Malgré tout ça, le côté un peu « bouché » de mon futur métier sur Nantes et l’Ouest dans sa globalité, j’ai très envie de tenter l’aventure parisienne. Pas un jour où je n’y pense pas, et où je vous envie de vivre dans cette ville, de tous les évènements qui s’y déroulent, de l’accès facile à toute la culture ect. Exit la foule du métro, la pollution, la perte de mon grand jardin de 1300m² et de ma maison de 175. Il est possible que je revienne vers toi. Ton expérience est pour le moins très intéresse pour moi. Je m’obsède tellement à rêver l’appart’ dans le centre ou l’ouest parisien intra muros ! 😉
    Bises à vous deux dans votre nid douillet.

    Clémence (clemence1209@hotmail.fr)

  29. ah et bien moi je suis justement en pleine recherche avec mon copain…il nous reste deux mois pour trouver…pfffiou! armons -nous de patiente!
    Merci pour ce chouette article!

  30. Je ne connais pas vu que je ne suis pas parisienne mais Lilloise et avec mon ancien copain, on visitait les appart et c’était la galère aussi, annonces mensongères etc les loyers sont moins cher quand même 😉

  31. Travaillant et étudiant à Paris depuis le 1e septembre, je me trouve dans cette situation! Impossible de trouver un appart en raison de mon statut étudiante/salariée (la réponse des agences « ah mais non, on ne sait pas quelle case cocher, donc on accepte pas votre dossier »), et de mes horaires de folie (env 40h/semaine).
    Resultat, je fais des alleers-retours Caen/Paris tous les jours… En attendant de tomber mon futur nid!

  32. Copain en galére aussi, et moi dans un an … Vivre Paris ! En tout cas c’est cool de nous faire partager ton expérience, c’est le genre de témoignage réaliste et pas trop fataliste qu’on cherche partout sur le net, alors merci 🙂

  33. Hello Valentine,

    J’ai beau le savoir mais à chaque fois que j’entends les prix de l’immobilier à Paris, je frémis! Je suis une provinciale, nous habitons Mulhouse dans un magnifique duplex de 😯 m2 avec cuisine moderne entièrement équipée (frigo, lave-vaiselle, plaque vitro…) pour 640 euros/mois et là je me dis on est bien en province 😉
    Bonne journée à toi!

  34. ah je me retrouve tellement dans ton article! une vraie galère… moi j’ai fait le contraire, au début, j’étais pleine d’espoir alors je visais que certains quartiers, je voulais absolument pas de rez de chaussée, cuisine séparée, etc, puis à force de voir des tonnes d’appart me passer sous le nez (trop tard, trop cher, trop je sais pas quoi), j’ai commencé à ratisser plus large et à revoir mes exigences à la baisse… mais oui effectivement c’est une véritable galère déjà de trouver l’appart idéal avec un budget pas trop élevé, de réussir à obtenir une visite (souvent ils sont déjà plus dispos deux minutes après la mise en ligne) et d’avoir son dossier accepté… pas simple tout ça et franchement démotivant!
    bon week-end 🙂

  35. Ohlala quelle galère l’immobilier, je suis en province et j’ai eu du mal à trouver la perle, je n’imagine meme pas le parcours du combattant que ça doit être à Paris :/.

    Petite question : D’ou vient ta blouse ? Elle est super jolie 🙂

  36. Super cet article « expérience ». J’ai adoré. Et félicitation pour cette longue bataille qui a finalement porté ses fruits.
    N’empêche que moi, petite provinciale, ça me fait halluciner un deux pièces à 1000€, quand je pense qu’ici on peut avoir une maison de tarée avec piscine intérieure et tout le tralala pour ce prix… C’est vraiment dingue.
    Enfin, je vais commencer à mettre de côté pour ma part, parce que vivre en ville, même s’il ne s’agit pas de Paris, me tente beaucoup.

    Au plaisir,
    Aline

  37. Je ne connais pas encore les galères de trouver un appart sur Paris, mais ca ne va pas tarder, dans un an si tous se passe bien, je rentre à mon tour dans cette galère pour trouver un petit nids simpa pas trop chers sur Paris paris, autant dire que je suis toute exitée, mais que j’ai peur d’être bien vite dessus et de ne rien trouver… Enfin je verrais bien encore un peu de temps =S
    Des bisous

  38. Je suis déja passée par cett corvée et j’ai décidé que vraiment, maintenant je ne déménagerai plus a Paris. C’est trop crevant. Il faut dire qu’une chose qui aide un peu avant de se lancer dans une recherche qui n’en finit pas et dans les déceptions, c’est de comparer un peu les prix dans l’arrondissement ou on veut aller.

  39. Personnellement, j’ai eu BEAUCOUP de chance ! J’ai connu la galère des messageries saturées, des « non on a déjà 4 dossiers » et des visites d’appart complètement glauques (par exemple: des miroirs PARTOUT, qui servaient carrément de murs, creepy ! ). Par chance, je n’ai connu ça que 2 semaines et déjà je revoyais mes attentes à la baisse (je voulais une prise pour machine à laver, appart vide ou meublé mais beau, avec cuisine séparée ou vraiment bien agencée, proche du métro et à moins de 35 minutes en transport de mon boulot à Boulogne, bref c’était pas gagné). J’ai appelé des agences au pif « non on n’a pas de studio en ce moment » 234 fois. Et un jour, une agence m’appelle « j’ai eu un désistement donc je peux vour faire visiter un appart à 13h » Je venais de me lever il devait être 11h30 vite vite vite !!! Appart PARFAIT, à Boulogne à 5 minutes à pied de mon travail (bon j’aurais préféré être à Paris intra muros mais bon, tant qu’il y a le métro ! ) et TOUS mes critères respectés et même un peu plus grand que ce que j’espérais et a des moulures, je me sens vraiment parisienne (je suis du Sud)

    Je peux dire que j’ai eu de la chance de trouver aussi rapidement parce que déjà au bout de 2 semaines je pétais un câble ! Je vivais chez une amie qui a un studio j’avais l’impression de m’imposer.

  40. J’ai fait remonter ce post car je vais certainement devoir revenir sur Paris, mon copain vient d’être muté … et moi je viens d’avoir le concours de professeur des écoles à Lyon ! Quand je vois la galère que ça a été de trouver un appartement décent sur Lyon, je suis plus qu’inquiète pour Paris.
    Mais ton témoignage me laisse l’espoir de trouver quelque chose de correct à un prix disons … abordable. Merci !

  41. Ma chère Valentine, je suis ton blog depuis des années et je suis très émue de tomber sur ce billet que je n’avais pas vu à l’époque et qui est, hélas, toujours d’actualité. En effet, je viens d’apprendre tout à l’heure que le dernier dossier que nous avions déposé pour un appartement, mon chéri et moi, vient d’être refusé. Je suis juste anéantie, c’était exactement l’appartement dont nous rêvions (même s’il n’était pas sans défauts), j’ai passé quatre jours à attendre le verdict en me rongeant les sangs et c’est le dixième dossier qu’on nous refuse, après plus d’un an de recherches. J’étais donc en quête de témoignages sur la difficulté de trouver un logement à Paris histoire de me sentir moins seule et de me consoler un peu quand je suis tombée sur ton billet. Je suis parisienne, née à Paris et j’ai miraculeusement réussi à trouver un studio il y a maintenant 8 ans, mais à deux depuis 8 ans, ce n’est vraiment plus possible. Nous habitons le 14ème et aurions beaucoup voulu y rester. Je pensais naïvement que ce serait un critère de poids pour les agences/propriétaires, un couple qui aime tellement son quartier qu’il veut y rester après 8 ans et qui a une attestation de son propriétaire comme quoi il n’y a jamais eu un problème pendant tout ce temps. Erreur! Je pensais que travailler dans une galerie prestigieuse depuis, encore une fois, 8 ans, en CDI, avec un bon salaire serait suffisant. Erreur! Avoir deux garants, dont un ami fonctionnaire très bien payé, formidable. Erreur! Que mon chéri, intermittent, fasse ses heures sans problème dans la même boîte depuis des années, avec une attestation en béton de ce même employeur, sans problème, gagner à deux plus de trois fois le montant du loyer, en net, appeler instantanément à la parution de l’annonce, présenter bien, être souriant, se montrer enthousiasmé, venir tous les deux, en avance, déposer un beau dossier, archi-complet, bien propre et classé avec sous-chemises, rappeler pour montrer sa motivation, etc. On a tout fait, en vain. Sincèrement, je suis désespérée. Se sentir rejeter par la ville dans laquelle on a vu le jour et où on a toujours vécu est un sentiment extrêmement dur. Aussi suis-je sincèrement touchée de partager ça avec toi que j’ai un peu l’impression de connaître. Merci encore pour ton blog et pour tes articles qui font du bien. Je t’embrasse virtuellement! Camille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow @hellovalentine on Instagram

Copyright © 2017 · Theme by 17th Avenue