Et toi, qu’est-ce que tu manges ?


À l’approche des fêtes de fin d’année, j’ai enfin le déclic qui me pousse à écrire ce post.
Longtemps, je me suis censurée avant même de faire la démarche de le rédiger, me disant que je n’avais pas à parler de moi, ni de ce que je mange, que je ne me considère en aucun cas comme un modèle à suivre à ce niveau, donc du coup, comment en parler sans dire « je » ? Tout ça.
Alors voilà, aujourd’hui j’ai envie d’aborder le sujet de la nourriture et plus spécifiquement celui de la viande. Je ne suis pas une blogueuse « cuisine » (même si j’ai entamé une nouvelle rubrique que je devrais alimenter vraiment plus souvent – hoho -), je ne partage pratiquement jamais d’Instagram de mon assiette, mais je fais 3 repas par jour, comme vous je suppose. C’est donc un sujet important, car je sais que vous me lisez et que vos réactions sont toujours enrichissantes et intéressantes à lire.

Si vous me suivez un peu sur les réseaux sociaux, vous ne pouvez avoir manqué de voir passer des tweets, des relais de pétitions, des photos choc et coups de gueule divers, tous concernant la cause animale.
J’admire énormément les gens qui sont impliqués dans cette cause et en ont fait leur quotidien. Ma timeline Facebook est emplie d’associations et particuliers faisant F.A (famille d’accueil) et c’est non-stop que je vois passer des horreurs. Heureusement, parfois de bonnes nouvelles apparaissent : ci un sauvetage de chiens laissés à l’abandon chez un particulier négligeant, là une famille de chats adoptés tous ensemble par une bonne âme, ou encore une mobilisation commune participant à une cagnotte pour sauver un cheval de club équestre destiné à l’abattoir, etc.
Il n’y a pas que du négatif, mais il représente 80% environ de ce que je vois passer.

Il me semble donc logique de partager ces réflexions ici, même si je ne suis pas forcément à l’aise dans la catégorie « Blabla » : c’est plus par envie de susciter vos réactions, que j’espère nombreuses.

Spaghetti aux légumes bio du jardin
Prise de conscience ou syndrôme de l’autruche ?

Il n’est quasiment pas possible que vous soyez passé(e)s à côté : tous les magazines féminins et pas mal de journaux ont abordé le sujet ces derniers temps, il y a même eu ce très bon documentaire diffusé sur Arte « L’adieu au steak » (qui dure 62 min, mais vaut vraiment le visionnage).
J’ai également lu le témoignage édifiant de Jonathan Safran Foer : « Faut-il manger les animaux ? » il y a quelques mois. Comment traitons-nous les animaux que nous mangeons ? C’est en résumé le sujet qu’aborde le livre mais tout ce qu’on y apprend est profondément choquant; cette lecture est forcément un sursaut, et donne à réfléchir sur notre façon de consommer tout ce qui est issu des animaux.
Pour ma part, je pense avoir eu une réelle prise de conscience cette année, suite à cette lecture. Avoir clamé que je ne mangeais plus de viande a été super bien accueilli, mais en utilisant à tort le terme « végétarien » je me suis fait taper sur les doigts : dans mon cas, il est plus juste de parler de pescétarisme : « désigne le régime alimentaire d’une personne omnivore qui s’abstient de consommer de la chair animale à l’exception de celle issue des poissons et des fruits de mer. Il ne s’agit pas littéralement d’un régime végétarien, puisque le végétarisme suppose l’exclusion de toute chair animale. » (source Wikipédia).
Il est intéressant de pouvoir mettre des mots sur comment l’on consomme, mais aussi faut-il s’être posé des questions et savoir si on a réellement envie de savoir… Ah ! Car c’est là la véritable question : est-on prêt à aller chercher des réponses et des faits insoutenables ?
Faut-il aller chercher l’information qui dérange ou faire l’autruche pour vivre sereinement ?

Un de mes déjeuners type, chez moi
C’est quoi le problème ?

Je remarque que, d’une façon générale, la plupart des gens sont plein de bonne volonté ou curieux, mais ne savent pas comment et où chercher, afin de modifier leurs habitudes (qu’elles quelles soient).
En France, on mange 50 kilos de viande de boeuf chaque seconde, soit 1,55 millions de tonnes de viande par an, dont 18% sont importés, malgré l’importance de l’élevage bovin en France. Cela représente 55 grammes de viande de boeuf par jour par personne en France.
Entre 2007 et 2016, selon la FAO et l’OCDE, la production mondiale de viande devrait augmenter de 9,7% pour le boeuf, de 18,5% pour le porc et de 15,3% pour le poulet.
D’ici à 2050, la production de viande pourrait ainsi doubler ! (source pour ces chiffres)
Cela fait froid dans le dos, vous ne trouvez pas ?
Il n’est pas question de devenir absolument tous végétariens, mais simplement commencer par acheter moins de viande et apprendre à remplacer les protéines animales par des protéines végétales.
On nous serine dès l’enfance qu’il FAUT consommer de la viande « pour les protéines », « pour être fort », « pour bien grandir »… Or de nombreuses études ont prouvé que consommer trop de viande rouge industrielle peut non seulement menacer la santé, mais même raccourcir l’espérance de vie. Quant aux viandes blanches, elles contiennent bien souvent des résidus d’antibiotiques, injectés aux animaux pour éviter les maladies entre eux. De manière générale, les élevages sont devenus des usines « high-tech » dans lesquelles on oublie totalement que les animaux sont des êtres vivants sensibles et non de simples produits. Sans parler des abattoirs, dans lesquelles beaucoup de vidéos en caméra cachée ont été tournées et que vous n’avez absolument pas envie de visionner. Je vous assure.
Je n’aborde que le sujet de la viande ici (car sinon, bonjour la longueur du post), mais l’élevage industrielle de poissons n’est pas plus reluisante et on assiste aux mêmes dérives, soyons clairs.
Avoir une consommation plus responsable et repenser sa façon d’acheter sont donc indispensables.

Veggie burger au Cafe Madam
150 rue Saint Denis
75002 Paris
Revoir sa consommation, ok, mais comment ?

Il existe désormais dans absolument tous les supermarchés, un corner (plus ou moins grand) dédié à la nourriture bio ou végétarienne, dans lequel on va souvent trouver des choses idéales pour changer le contenu de son assiette.
Il y a avant tout le soja. C’est l’ingrédient numéro un utilisé en alternative à la viande. Grâce au soja, on peut presque tout faire : du lait, des steaks, du haché végétal, des saucisses, des biscuits… Et c’est très bon ! Il existe pas mal de controverses autour du soja, notamment de son action sur les hormones, nous en avons parlé cet été avec la mère de mon copain. Cela dit, en manger de temps en temps (pas tous les jours, de même que la viande rouge) ne fait pas de mal. De plus, il faut savoir que cet ingrédient est déjà présent dans beaucoup de ce que nous consommons tous les jours (comme par exemple les plats cuisinés). En raison de sa culture souvent abusive et des pesticides utilisés à outrance, mieux vaut le choisir bio. C’est l’un des produits simili-carnés les moins chers.
Dans la famille des simili-carnés, on a aussi un large éventail de fausse « charcuterie », vendus sous des appellations telles que « jambon végétal », « bio mergez 100% végétales  » etc. Mes copines et copains vegan sont partagés sur le sujet : certains trouvent ça formidable et en mangent, d’autres sont consternés pas les appellations liées à la viande qu’ils rejettent tout simplement et n’en achètent jamais.
Personnellement, je trouve que cela peut être utile pour :
1) les gens en phase de transition vers le végétarisme, pour garder un peu leurs repères.
2) pour adapter des recettes ou des plats qui contiennent à la base des produits animaux.

Sinon, les céréales type « galettes » sont délicieuses : au boulghour, sarrasin, tempeh, seitan ou lupin, sont celles que nous achetons régulièrement. Avec ces galettes, il est ultra simple de confectionner des burgers végétarien en un rien de temps. On peut les marier avec des pâtes, du riz, des légumes, de la salade…
Pour se fournir, ces magasins en proposent tous et dans des saveurs différentes : Naturalia, Bio C’Bon, Biocoop, La vie claire. Si vous n’avez pas ce type de magasin près de chez vous ils offrent tous la possibilité de shopper en ligne, au même titre que le site Un Monde Vegan qui vous permettre de faire vos courses en ligne et d’être livré(e)s à domicile !
Enfin, acheter directement aux producteurs de votre région est désormais possible et très facile grâce à La Ruche qui dit oui ! C’est un système d’achat de produits régionaux via le site, qui permet de rencontrer les agriculteurs ou producteurs ainsi que des gens qui font comme vous et se créer un réseau de consommateurs soucieux de leur bonne alimentation.
C’est plutôt original et assez formidable, non ?
Je reste quand même assez déçue par l’offre générale en France, pour les végétariens : à Londres ou à Berlin (par exemple), il est clairement plus facile de se passer de viande. L’offre est bien plus accessible, partout ! Que l’on soit au restaurant, dans un petit supermarché de quartier ou chez un géant de l’alimentation : la mention « Suitable for vegetarians » ou « vegan » est fortement mise en avant. En Angleterre ou en Allemagne on estime à 9% le nombre de végétariens (les estimations varient de 7 à 11% pour l’Angleterre), en France nous sommes un peu moins de 2%. (source de ces chiffres).

Enfin, je tiens à glisser un mot sur le lait de vache, que nous consommons beaucoup trop et peut être la cause d’intolérance alimentaire. Dans le cas du lait, il s’agit d’une intolérance au lactose, le sucre du lait. Je vous invite à cliquer sur ce lien et celui-ci, si le sujet vous intéresse, afin d’en apprendre plus. L’idéal est d’alterner sa consommation habituelle avec ces « laits » végétaux pour bénéficier de chacun de leurs différents apports nutritionnels.
Pour ma part, je n’achète plus que du « lait » végétal (de noisette, de riz, d’épeautre, d’amande, de soja…) pour en verser dans mon bol de céréales ou ajouter un nuage dans mon thé : cela m’a changé la vie, je n’ai plus jamais mal au ventre !

Achat tout récent : pour découvrir encore plus d’adresses de restos végétariens à Paris et vous en parler !
Il m’a été bien utile à la rédaction de cet article.
Ah mais, pas question de zapper le foie gras à Noël ! 

En France, cela semble tellement ancré dans la culture, qu’à chaque Noël je vois déferler des tweets et statuts Facebook s’extasiant sur le miam-miam foie gras ou la graouuh dinde rôtie qui trône sur la table familiale…
Chez nous, cela fait maintenant trois ans que la viande n’est plus indispensable aux repas familiaux et que le foie gras a été complètement évincé du dîner de Noël. On s’en passe et on se régale quand même. Convivialité ne rime pas forcément avec viande… Qu’on se le dise. J’essaye également de faire passer le mot à mes grands-parents (qui lisent mon blog, coucou !)
Les canards et les oies ne mangeraient évidemment pas spontanément les énormes quantités de nourriture provoquant la stéatose hépatique qui caractérise un foie gras. Il faut donc les alimenter par la force au moyen d’un tube de 20 à 30 centimètres de long enfoncé de l’œsophage au jabot de l’animal. De part cette pratique et la suralimentation, il en résulte une importante souffrance animale et des taux de mortalité de 10 à 20 supérieurs à la normale reflétant un réel problème de bien-être animal.
Suite au choc du gavage, l’animal est immédiatement pris de diarrhées et de halètements. En outre, les dimensions de son foie hypertrophié qui atteindra presque 10 fois son volume normal en fin de gavage, rendent sa respiration difficile, et ses déplacements pénibles. Les sacs pulmonaires sont compressés, le centre de gravité de l’animal est déplacé. (source de ces informations)
Si cela vous fait réfléchir et que vous éprouvez cette année l’envie de changer vos habitudes et d’alerter votre famille sur ces faits, sachez qu’il existe du « Faux Gras« , substitut du foie gras ! Liste des ingrédients : levure alimentaire, eau, huile de palmiste bio (non hydrogénée), amidon de pomme de terre bio, pulpe de tomates bio, vin blanc bio (3%), huile de tournesol bio, sel marin, levure, épices bio, sel goût fumé, truffe, champagne.
C’est plutôt sain et alléchant, je trouve. Qu’en pensez-vous ?

Petit lexique des profils de végétariens 

Flexitarien : C’est le végétarien « flexible », qui mange veggie chez lui mais invité de temps en temps chez des amis ou au restaurant, ne refusera pas un plat à base de viande.

Semi-végétarien : Ceux qui mangent du poisson et de la volaille (viande blanche).

Pesco-végétarien : Ceux qui ne mangent aucune viande mais consomment poisson et fruits de mer.

Ovo-végétarien : Ceux qui ne mange ni viande ni poisson, ni produits laitiers, mais mangent des oeufs.

Ovo-lacto-végétarien : C’est le végétarien type. Ne mange ni viande ni poisson, mais consomme lait, oeufs, fromage, miel, beurre…

Lacto-végétarien : Ceux qui ont banni viande, poisson, oeufs de leur alimentation, mais consomment du lait et tous ses dérivés.

Vegan : C’est un mode de vie fondé sur le refus de l’exploitation et de la cruauté envers les animaux. Au-delà de l’adoption d’un régime alimentaire végétalien, le véganisme exclut la consommation de tout produit issu des animaux, de leur exploitation ou testé sur eux (cuir, fourrure, laine, soie, cire d’abeille, cosmétiques, loisirs, etc.). Par rapport au végétarisme et au végétalisme, qui désignent simplement des régimes alimentaires, le véganisme vise plus largement un mode de vie rattaché à des choix moraux et politiques, comme ceux du mouvement des droits des animaux.

Végétalien : Tout comme les Vegan, ce sont ceux qui ne consomment rien qui soit d’origine animale, tant que cela reste dans l’assiette. En revanche, eux s’autorisent un foulard en soie ou un sac en cuir.

Plat de pâtes au restaurant végétarien « Mildreds »
45 Lexington Street
London W1F 9AN

J’espère que cet article, bien que très long et fastidieux à lire, vous aura appris quelque chose. J’ai moi-même appris beaucoup en me renseignant sur le sujet. Excusez mes éventuels oublis, c’est un sujet vaste et plein de chiffres, je cite mes sources ci-dessous mais suis avide d’informations que j’aurais omises.
J’ai hâte de lire vos réactions : je vous ai senti très désireuses, à plus d’une reprise, de connaître mon avis sur le sujet. À votre tour de partager vos pensées et réflexions à propos de la façon dont vous mangez.

Des sites pour en apprendre plus ou faire son shopping « végé » en ligne :

Comments

  1. Vraiment génial cet article et très intéressant, je viens d’apprendre, qu’en mangeant du poisson, je ne suis pas végétarienne mais pesco-végétarienne!
    C’est après le visionnage du reportage que tu cites, l’adieu au steak que j’ai décidé d’arrêter de consommer de la viande. Avant ça, j’avais déjà pas mal réduit ma consommation, donc j’ai vécu ça tout à fait naturellement, sans jamais avoir envie de viande.
    Depuis, je cuisine plus et surtout plus sainement : beaucoup de légumes notamment.
    Comme tu dis, on peut manger sans viande, mais manger bien et manger bon. C’est déjà un peu plus difficile quand on mange dehors, sachant qu’en plus je n’habite pas à Paris, il y a encore peu de restau qui propose des alternatives ( je pense notamment aux burgers … ), mais je trouve qu’il y a quand même eu une évolution ces dernières années, c’est positif !
    En tout cas merci beaucoup pour cet article très intéressant !
    Bises

    Alison

  2. Ton article est intéressant, cela pousse à se poser certaines questions… Cependant, la viande de boeuf est ma préférée! J’adore ça et encore plus que le chocolat, c’est pour dire 😉 Je suis une vraie carnivore et j’aurais beaucoup de mal à m’en passer. J’ai essayé le soja et les choses dans ce style, mais ça ne passe pas du tout!… Je ne trouve pas cela bon, ce n’est pas à mon goût. Je mange beaucoup plus de poisson aussi, mais comme tu le dis, cette filière n’est pas très reluisante non plus!… Pour la viande, j’en achète régulièrement au rayon « bio ». Au-delà de ça, les galettes et compagnie de mon magasin bio ne sont vraiment pas réjouissantes! Je ne sais certainement pas les préparer comme des pros, mais en suivant les instructions sur la boîte, non vraiment ce n’est pas possible de manger ça régulièrement!
    Je suis donc consciente du problème, j’essaye, mais pour le moment, les résultats ne sont pas très concluants! 😉

  3. J’essaie moi aussi de manger moins de viande ou déjà d’éviter la viande de supermarché !
    C’est vrai qu’on peut se faire de super bons plats rien qu’avec des légumes et du fromage :p

  4. Je comprends tes motivations mais la photo de saumon fumé (je crois que cela en est) va avec ce que tu dénonces, les saumons sont des saumons d’élevage surchargés, surexploités… Il est très difficile aujourd’hui de prôner une alimentation saine et respectueuse de l’écosystème. Je suis d’accord avec toi concernant les réseaux de proximité comme la ruche qui dit oui, les AMAP ou bien la cueillette à la ferme que tu pratiques aussi.
    Ici on fait de notre mieux tout en mangeant de la viande française, en buvant du lait de vache bio et des yaourts tous issus de l’AB. Mais je refuse d’avoir une attitude extrême, certains ne mangent que ce qui tombent des arbres naturellement, j’ai oublié le nom … je pense qu’il faut être modéré, comme tout… Acheter de la qualité (cela coûte bien plus cher) et de saison. Article néanmoins très intéressant, merci pour toutes ces infos, on lit un peu tout et n’importe quoi c’est bien d’être clairement informé (même si c’est orienté 😉 )

  5. Article très intéressant, pour une cause des plus nobles ! Je n’ai moi même jamais franchi le cap, mais j’ai néanmoins supprimé tout cosmétiques et produits ménagers dont les ingrédients sont testés sur les animaux, ainsi que le cuir.
    Sans méchanceté aucune, je te suis depuis longtemps et suis d’accord avec la plupart des tes opinions, mais je ne comprends pas pourquoi tu es végétarienne et soutient la cause animale, tout en achetant des sacs en cuir ? Je trouve cela un peu hypocrite, tu pense que les animaux dont on prend la peau ont moins souffert que ceux qu’on mange ? Je ne pense pas…et je trouve ça un peu superficiel, pas de mal aux animaux pour un « besoin naturel »(même si on peut très bien se passer de viande je le sais), mais c’est ok pour faire jolie à l’épaule ?
    J’avoue que ça me titillait depuis longtemps de discuter de cela avec toi, même si au fond, tu fais ce que tu veux^^ je te suivrais toujours, comme dis moi je n’ai pas arrêté la viande ( si j’en mange une fois par mois c’est beaucoup par contre…) mais je soutiens quand même cette cause qui est pour moi celle qui mérite le plus grand combat.
    Bonne continuation !

  6. Bravo pour cet article complet et détaillé, qui donne l’eau à la bouche! Et surtout merci pour tout tes post concernant la protection des animaux! Un blog est un bon moyen de faire réagir et de véhiculer de bonnes idées comme cela!

  7. Ton article est super je trouve! Je suis en pleine réflexion en ce moment à propos de la consommation de viande.. J’ai été élevée dans une famille où la viande a une grande importance, tout le monde adore ça. Je n’ai jamais vraiment apprécié la viande à part le steak haché. Mais en ce moment, je réfléchis vraiment à arrêter ma consommation.. Je suis à la recherche d’alternative pour m’aider au départ et je vais essayer les produits dont tu parles. Il y a aussi un point dont tu as légèrement parlé mais qu’il ne faut pas oublier : la consommation de fruits et légumes de saison. Il y a, d’ailleurs, d’excellents articles sur la production horticole espagnole ou hollandaise et qui montrent combien ce genre de production est néfaste pour l’environnement et pour toutes les espèces vivantes. En somme, mon objectif à terme est de ne plus consommer de viande, de consommer des légumes et des fruits de saison et bio si possible. Pour le cas des oeufs et du lait, seulement dans les préparations et je vais essayer les laits végétaux! En temps qu’étudiante, manger sainement peut être compliqué pour une question de budget mais il est primordial de s’adapter et d’en faire une priorité à mon sens. En tout cas, ton article est super et je trouve ça bien qu’une blogueuse comme toi en parle. Merci Valentine 🙂

  8. Pour ma part je ne souhaite pas devenir végétarienne, j’ai mon boucher attitré qui vend uniquement des animaux fermiers c’est à dire des animaux que le fermier a respecté (alimentation ..) cela n’enlève effectivement pas le problème de l’abattoir car en effet tous les animaux doivent être obligatoirement tué a l’abattoir pour être vendu (norme européenne je crois). Ensuite j’ai la chance d’avoir des parents et grand-parents vivant a la campagne des campagnes du coup les oeufs, poules lapins sont élevés d’une manière idylliques, ils vivent en semi liberté, mangent uniquement des trucs qu’ils trouvent par eux mêmes et sont tués par celui qui se dévoue, ok la mort d’un lapin c’est pas top mais c’est aussi la vie. Après pour ma santé et mon budget et par soucis éthique aussi je ne mange pas de viande tous les jours ni de poissons d’ailleurs, c’est un grand plaisir que je me réserve 2 fois par semaine. Quelque chose qui est très important pour moi c’est aussi le gaspillage JE NE JETE JAMAIS DE VIANDE et si par malheur elles se périment (très rare) c’est mes chiens qui se font le grand plaisir de manger les restes .. car au fond c’est peut etre le plus grand problème (restaurant scolaire, restaurant tout court .. le gaspillage est ÉNORME ET AFFLIGEANT!). Alors je ne sais pas si il existe un terme a ma manière de consommer la viande mais pour ma part la viande est un PLAISIR hebdomadaire et je prone une consommation réfléchie et éthique de la viande. Laura C

  9. Salut Valentine,
    Je suis ravie que tu aies rédigé cet article. Je comprends que tu te sois posée 40 fois la question : je le poste ou non ?
    Il est vrai que la nourriture est source d’obsession depuis un certain temps maintenant (programmes culinaires, livres de recettes, reportages sur les pratiques agro-industrielles et j’en passe) et on a l’impression que tout le monde juge la façon dont se nourrit son voisin.
    Je n’aime pas mettre d’étiquette mais si je devais me qualifier, je dirais que je suis fléxitarienne. Comme tu le précises, je ne m’interdis pas de manger de la viande (rouge) de temps en temps (une fois tous les 6 mois?). Non pas que je me l’interdise, mais je n’en ressens pas le besoin et encore moins l’envie.
    Quand je vois un plat avec de la viande cuisinée, je ne vois pas que le morceau de viande, mais l’animal. Je pense à comment il a été élevé, nourris, soigné, tué… Et cela me rebute, ça me dégoute même. Alors on pourra dire que l’Homme a toujours été carnivore et que depuis la nuit des temps il chasse et tue des animaux pour se nourrir mais ça ne me convient pas comme argument pour justifier cette consommation massive de viande.
    Je suis pourtant d’origine Argentine, la viande (boeuf) y est sur-consommée également, étant réputée pour être la meilleure au monde. Il n’empêche que pour moi ce n’est pas naturel d’en manger. Et petit à petit ma famille, mon père notamment, prend le même chemin que moi.
    Je pense que le fait d’avoir une chienne, pour qui je veux le meilleur, a conforté ma prise de conscience face à la consommation de viande. Quand je vois la façon dont elle se comporte, l’amour qu’elle a pour ses maîtres et la faiblesse qu’elle peut montrer parfois car elle sait qui est le « dominant », je me dis que c’est dégueulasse de traiter des vaches, agneaux, cochons, volailles comme des sous races, à leur injecter des antibiotiques à tout va, à leur couper queues et arracher les dents pour qu’ils ne se mangent pas entre eux, à les fouetter pour qu’ils se rendent à l’abattoir, à leur faire manger des farines qu’ils ne sont même pas capables de digérer… Quelle vie on leur inflige… Tout ça pour assouvir l’envie des consommateurs et la soif de profits des industries agro-alimentaires.
    Je respecte le choix de ceux qui en consomment. Je pense juste que le consommateur devrait exiger que l’animal consommé, quel qu’il soit (viande ou poisson), ait été élevé, nourrit, soigné et abattu dans des conditions dignes.

    Je pourrais continuer à écrire mais cela devient long. Je voulais juste te faire part de mon point de vue.

    Excellente journée

  10. Un article qui appele effectivement à la réflexion et à la discution. La question que je me pose est « est-ce que tu envisages d’arrêter également le poisson? » qui serait la suite logique de ta réflexion sur la condition des animaux.

  11. Très bon article, je te rejoints sur de nombreux points !
    Il n’est pas évident de changer ses habitudes et sa « culture » mais il faut vraiment une prise de conscience car au delà de la souffrance animale, c’est la planète entière qui meure de cette surexploitation. Les terres sont contaminées par les excréments des animaux bourrés d’hormones et d’antibiotiques (voir le problème en Bretagne) et il faut bien plus d’eau et de céréales pour nourrir les animaux que ce qui serait nécessaire pour nourrir 1000 fois plus d’humains (d’autant que les vaches ne mangent pas de céréales dans la nature mais bien de l’herbe). Bref, c’est très compliqué et c’est un vaste sujet mais comme tu le dis, si chacun y met un peu du siens en réduisant simplement sa consommation de viandes et produits animaux, tout le monde s’en porterait bien mieux. Et chacun doit y aller à son rythme pour pouvoir y arriver tout court. Pour ma part, je comprends que tu achètes parfois des choses en cuir ou que tu manges du poisson. Rome ne s’est pas faite en un jour et puis ce doit être une action commune, chacun un petit peu… Bref, je pense que beaucoup te poseront encore ces questions mais je suis sûre que beaucoup te comprennent.
    Pour ceux et celles que la question intéresse, il y a de nombreux blogs de vegeta*iens qui sont très bien, notamment celui d’Ophélie http://antigonexxi.com/ qui explique de très nombreuses choses et propose des recettes. Le blog de Philippe Schell http://www.gourmet-vegetarien.com/ est aussi très bien car il propose de nombreuses recettes relativement simples et appétissantes.
    Bon courage et continue de partager ce genre d’article ! hâte de revoir un article de cuisine
    Bonne journée
    M.

  12. Bonjour!
    On apprend beaucoup de choses via ton joli article!
    Moi perso je ne suis pas vegetarienne, mais je consomme plus de legumes et fruis que de viandes…ou poissons.
    Merci ma belle!
    Bon weekend !
    Bises!

  13. Super article très intéressant, qui m’a appris pas mal de choses. J’ai lu l’an dernier le livre de Jonathan Safran Foer ! Bien que certains passages soient insoutenables, il m’a beaucoup intéressée moi aussi, et m’a permis de réfléchir à ce sujet. J’essaie de consommer moins de viande qu’avant, et je me sens beaucoup mieux. A vrai dire je suis arrivée à un stade où la viande me dégoute un peu, je peux très bien m’en passer, contrairement aux fruits, légumes et noix. J’ai bien aimé le passage sur le lait de vache aussi. On en boit beaucoup chez nous, mais c’est vrai que des fois ça me donne un peu mal au ventre. Je vais me renseigner concernant les autres laits que tu cites. Effectivement les Allemands sont beaucoup plus végétariens que nous. J’ai vécu un an à Leipzig (à environ 2h en train de Berlin), et j’ai beaucoup d’amies (allemandes donc) qui sont végétariennes. En y retournant en juillet j’ai été invitée à un anniversaire et tout était végétarien, c’était vraiment excellent. Pour ce qui est du bio je reste un peu sceptique, mes parents étant maraîchers, je sais que dans certains cas on ne peut pas faire l’impasse sur les produits chimiques pour éloigner tel ou tel insecte, pour que la récolte ne soit pas fichue. D’autre part on peut très bien ne pas traiter, mais quand le champ se situe à côté d’un autre où l’agriculture le fait allègrement, il y aura forcèment des traces de produits dans son propre champ (à cause du vent par exemple), et ça on y peut rien… C’est pourquoi l’appellation « bio » me semble un peu surfaite, mais c’est sûr que parfois c’est mieux de payer un peu plus cher pour des produits plus sains que d’autres bourrés d’OGM. Bref, très bel article qui a dû te demander bien du travail. Bonne continuation 🙂

  14. Bonjour Valentine,
    Merci pour cet article intéressant. Je ne suis pas végétarienne, mais j’essaie de faire vraiment beaucoup plus attention à mon alimentation (depuis que tu parles de ton changement d’alimentation, ainsi que suite aux articles d’une autre blogueuse), je me suis dit qu’il était temps de surveiller d’avantage ce que je mange.
    J’ai toujours mangé équilibré et varié, beaucoup de légumes (ma maman faisait des biberons de fenouils, pour que dès mon plus jeune age, j’apprécie les légumes !!). Mais je pense manger beaucoup trop de viandes, c’est pourquoi j’ai réduit cette consommation.
    J’aime beaucoup cuisiné, et j’aime faire découvrir à mon entourage qu’avec seulement des légumes, il est possible de réaliser des plats vraiment délicieux.
    Depuis que j’ai modifié mon alimentation, et depuis que je pratique une activité physique deux fois par semaine, je me sens vraiment mieux dans mon corps.

    Merci encore de partager différents sujets sur ton blogs, c’est top !

  15. Merci pour cet article !

    Tu as pris la peine de documenter tes propos, on sent bien qu’il ne s’agit pas d’une mode mais d’une prise de conscience.
    Et c’est d’ailleurs cet amalgame qui me fatigue, car on me le reproche sans cesse.
    J’aurais aimé savoir quelles ont été les réactions dans ta famille ou avec tes proches, celle des lectrices en général, ont-ils bien accueillis ce nouveau régime ?
    Pour ma part je ne compte plus les regards condescendants, je fini même par m’amuser des réactions comme celles-ci « Comment fais tu pour vivre sans viande ? tu dois être tout le temps affamée… Tu dois avoir de grosses carences, tu tiens le coup ? »

    Je suis consternée de constater qu’en France il y a une réticence vis à vis des régimes sans viande.
    Pire encore lorsqu’il s’agit de menus sans protéines animales. Commander un sandwich, une salade, une pizza sans fromage, poisson ou viande ? c’est le parcours du combattant.
    J’ai tout de même l’impression que les mentalités changent, l’intégration n’est sans doute qu’une question de temps.

    Je te remercie encore de sensibiliser tes lectrices à ce sujet, que nous soyons pour ou contre, on ne peut pas nier ce mode vie, ignorer des enjeux qui sont derrière.

    Je peux désormais dire que je suis pesco-végétarienne !

    Bises

    • Je relis mon commentaire et j’oublie le plus important.

      LE BIEN ÊTRE ANIMAL

      Voila la première raison de mon végétarisme, voila ce que devrait retenir les détracteurs.
      A ce titre le livre de Jonathan Safran Foer est particulièrement vrai.

  16. Bonjour Valentine, j’ai découvert ton blog il y a peu et je profite de cet article pour poster mon premier commentaire! Déjà merci pour cet article très intéressant! Je suis soucieuse de mon alimentation et de son impact sur la nature, je soutiens aussi la cause animale donc je m’informe pas mal sur le sujet. J’achète un maximum de bio (y compris les produits d’origine animale, pour qui le label garantit déjà, si ce n’est pas parfait, un meilleur traitement des animaux, et il y en a de plus en plus à prix abordable en grande surface) et je suis depuis peu membre d’une Ruche qui dit oui, c’est vraiment une bonne initiative et c’est sympa! Je ne suis pas (encore?) végétarienne mais j’essaye déjà de réduire la viande rouge (et finalement moins j’en mange moins j’ai envie d’en manger) en achetant les galettes bio, je n’aimais pas trop au départ mais j’ai testé différents goûts, j’en ai trouvé qui sont très bonnes! Je n’ai pas encore testé en burgers mais ça doit être pas mal! Le poulet et le poisson pour l’instant je n’ai pas changé mes habitudes, je vais probablement réduire aussi. Je ne sais pas si j’arriverai un jour à être végétarienne, mais je vais au moins essayer d’être une felxi-semi-végétarienne… Je n’ai jamais mangé de cheval et si on m’en propose je dis non, alors pourquoi ne pourrais-je pas y arriver avec au moins le bœuf? Je me dis toujours que c’est uniquement psychologique, ça me choquerait de manger un cheval ou un chat, pourquoi ça ne me fait rien de manger une vache ou un poulet? Au final, que ce soit un animal de compagnie ou pas, c’est pareil… Quant au foie gras, j’adore ça mais je crois que je vais m’en passer pour les fêtes!
    Sinon, pour les cosmétiques, ça va faire un an que je n’achète quasiment que du non-testé (Lush, Urban Decay, et les marques de vernis cruelty-free surtout), je vérifie toujours la marque avant d’acheter un produit. Pour le cuir (uniquement celui des animaux qu’on ne tue pas QUE pour le cuir), je pense acheter des bonnes pièces de qualité qui dureront des années de temps en temps et c’est tout! Il m’arrive aussi de manger à Macdo quand des amis me le proposent, mais j’essaye de réduire vraiment au maximum… Tout ça pour dire que c’est dur de nos jours de ne pas avoir de contradictions, mais je pense qu’essayer d’en faire un peu et/ou au fur et à mesure c’est déjà mieux que de ne pas se sentir concerné et ne faire rien du tout!

  17. J’ai l’impression qu’on est nombreuses à s’interroger sur l’alimentation en ce moment!

    Pour moi le declic n’a pas été une video sur la condition animale ou les abattoirs mais une serie de videos trouvées sur youtube (chaine fruity harmony) suivie de la lecture du rapport campbell qui demontre etudes scientifiques à l’appui que toute la viande qu’on mange fait du mal à notre organisme.

    J’ai donc supprimé la viande et quasi tous les produits laitiers. Je me définis comme flexi parce que je veux pouvoir m’autoriser un peu de viande lors de repas de famille ou quand je fais un resto de ouf!

    Le plus dur n’a pas ete de changer mon alimentation, il suffit d’arreter de suivre le paradigme comme quoi un plat c’est un morceau de viande et un accompanement. D’ailleurs je mange relativement peu de simili carne. Je m’inspire des cuisines asiatiques et indiennes et j’adapte pour en faire des recettes veggie.

    En revanche le plus dur, c’est de faire son coming out. Tes amis te regardent un peu comme illuminée « ah nan mais moi je pourrais jamais arreter de manger de la viande ». Deja je ne demande à personne d’arreter la viande. En revanche en manger moins c’est possible pour tout le monde! Meme mon mec qui est tres « un steak une patate » est d’accord, notamment sur l’impact ecologique dramatique de l’elevage intensif.

    Bref personne n’est contraint à rien mais si on fait tous un petit effort (un steak de moins par semaine c’est pas la mort) ca peut faire changer les choses

  18. super article! c’est toujours chouette de lire que d’autres ont fait le même choix que nous!
    je suis végétarienne depuis 2 ans. J’etais une grosse mangeuse de viande mais quand on décide de ne plus vivre dans le déni de la souffrance animale la transition se fait vraiment facilement. j’ai découvert tellement de nouvelles saveurs ces dernières années! j’ai même.créé un.blog pour les partager!
    mais j’ai encore du mal a me passer de fromage et de cuir….

  19. Bonjour Valentine,

    Tout d’abord je m’excuse par avance de poster ce commentaire sous le nom « anonyme » mais je n’ai pas de compte google, ou autre chose permettant de m’identifier autrement.
    Donc je me présente, je m’appelle Hélène et je suis étudiante.

    Je suis, on peut le dire, sensible à la cause animale et par ricochet à ton post sur notre façon de consommer. Mais je pense qu’il ne faut pas mélanger les deux même s’ils s’entremêlent inévitablement à cause de la mondialisation. Il est, selon moi, dans notre nature de consommer de la viande. Finalement cela relève de notre instinct primaire, même si comme tu le démontre, il est possible de vivre sans.

    Manger de la viande ne veut pas dire être insensible à la cause animale. Je fais d’ailleurs, ici un parallèle, mais la plupart des personnes sont sensibles au travail des enfants et pourtant, je suis certaine que vous, Valentine mais aussi la majorité de la population, quand elle achète un vêtement, ne regarde pas toujours où et comment il a été fabriqué? par qui? dans quelles conditions?

    Revenons à notre sujet.
    On peut consommer de la viande tout en respectant l’animal. Encore faut-il prendre le soin de se renseigner sur l’élevage de l’animal, les conditions dans lesquelles il a été abattu. Tout est une question d’information. Manger de la viande, oui mais par à n’importe quel prix et par n’importe comment!
    Aujourd’hui, la frontière entre consommation de l’animal et protection de ce dernier est remise en question par la mondialisation, le profit, la nécessité de nourrir la planète. C’est à nous, consommateur, de se renseigner pour mieux consommer.

    Cela n’est pas si évident. Nous n’avons, je pense, pas tous les moyens, le temps, mais surtout l’argent car c’est bien beau de vouloir manger bio, manger de la viande « saine » mais tout à un coût et je pense que pour bon nombre de personnes, il est un frein à une meilleure consommation.

    En tout cas, je suis contente d’avoir lu cet article, qui offre la possibilité de se nourrir autrement. J’ai appris et je suis tentée par l’idée de gouter et apprendre à cuisiner végétarien même si je l’avoue j’aime vraiment la viande. Je respecte entièrement vos convictions que vous partagez avec sincérité et pertinence.

    Bonne week-end

    Hélène

  20. Bonjour Valentine,

    Je ne suis pas du tout Végétarienne ou quelque chose qui s’en rapproche. J’aime la viande mais si je n’en mange pas ce n’est pas grave, je crois que le plus dur pour moi c’est d’accepter que les protéines se trouvent ailleurs que dans la viande aussi. J’ai l’impression que si je ne mange pas de viande ou d’oeuf il manque quelque chose à mon équilibre alimentaire. La faute à se bourrage de crâne qui nous pousse à consommer des proteines à chaque repas et qui nous martèle (ce n’est pas faux d’ailleurs) que la viande est la plus grosse source de protéines. Je réduis peu à peu ma consommation mais par soucis d’économie (étant étudiante et particulièrement fauchée, s’acheter de la viande n’est pas chose facile quand on voit son prix). J’ai quand même beaucoup de mal à trouver des alternatives aux protéines animales. Je sais qu’il en existe mais je trouve qu’on tourne facilement en rond. Toutefois les  » laits » végétaux je n’ai jamais trop testé mais j’ai  » peur  » du gout que ça peut avoir. En ce qui concerne les steak de soja tout ça, non merci je n’aime pas ça. Le tofu n’est pas non plus à mon goût.
    Bref je mange relativement sainement sans abuser de protéines animales mais j’en consomme quand même assez régulièrement mais je consomme vraiment plus de légumes.

    En tout cas merci pour cet article qui a du te demander beaucoup de boulot, il était très bien construit.

    Bonne journée

  21. C’est un très bon article Valentine et pas du tout « fastidieux » ou trop long à lire;) Je fais de mon mieux pour ne pas manger d’animaux : je mange « seulement » de la viande blanche, du porc et du poisson. Je fais de mon possible pour acheter des produits cosmétiques non testés sur les animaux, et je fais moi-même pour « nettoyant universel » pour la maison. Mais je me sens incohérente et coupable de porter chaussures et sacs en cuir:( Je me dis que je fais comme je peux et que c’est déjà un touuuut petit pas et que ce n’est pas si mal. Merci de partager cet article avec tes lectrices, en espérant que ça en fera réagir certain(e)s. xx Christelle

  22. Grâce à toi, je viens d’apprendre que je suis flexitarienne! 🙂
    Le sort cruel des animaux de consommation me rend malade, donc j’évite d’en manger au maximum et je n’achète jamais de viande (ni poisson). Mais si je vais manger à l’extérieur ou chez des amis, il m’arrive encore d’en manger et je n’en fais pas un drame, et ça fait même du bien parfois, je dois l’avouer 😉 Mais ma réflexion continue et à terme, je pense que j’aimerais vraiment trouver des alternatives satisfaisantes pour ne plus participer du tout à cette « boucherie » mondiale, si moche et si triste.

    *Les causettes de Célestine*

  23. Merci pour toutes ces infos! Ton article est très intéressant. Il fait suite de manière pertinente à ton teaser sur Instagram auquel j’ai réagi pour poser la question qui me travaille le plus : la démarche de s’informer sur le sujet est-elle vraiment aussi écœurante que ça? J’entends toutes les mois quelqu’un dire qu’il a appris « des tas de choses sur le traitement des animaux consommés », et suite à ça, je vois ces personnes changer de régime alimentaire de manière plutôt radicale (pas toujours, mais dans l’ensemble). C’est une constatation qui m’inquiète pour deux raisons :

    1/ Si je prends la décision de m’informer sur ce que je mange, je le ferai en détails. Je m’enverrai donc bouquins et documentaires associés au sujet, histoire de savoir de quoi il retourne et d’avoir fait le tour de la question de manière correcte. Oui mais, si après ça, j’ai encore envie de manger de la viande? Ou du moins, si le désir / la gourmandise sont toujours là, mais que repenser à ce que j’ai vu ou lu me dégoûte? Je crains la frustration, à ce niveau. Il se peut que je sois totalement convaincue par les arguments sur lesquels je serai tombée, mais ça n’est pas garanti. Et si je ne suis pas convaincue à 100% mais uniquement rebutée, ce sera alors synonyme de privation et non plus de choix alimentaire raisonné. Or, j’aime beaucoup la viande et si j’arrête d’en consommer, je veux que ça soit par choix assumé et non pas parce qu’on m’en a dégoûtée.

    2/ En travaillant au rayon volaille sur les marchés de Paris le week-end, j’ai croisé beaucoup de gens qui militaient pour la cause animale, bien sûr. Et dans l’ensemble, je trouve que ça va beaucoup trop loin : « Honte à vous de manger des êtres vivants! », « Meurtriers! » etc. Calmons-nous deux minutes… Je trouve cela noble et admirable de défendre une telle cause, il n’y a pas de souci. Mais de ce que j’en ai vu, les militants vont un peu loin dans leurs actes, et leur paroles. Sont-ce les mêmes personnes qui rédigent les principales informations que l’on trouve, à propos de tout ça? Auquel cas, ma « confiance » serait divisée par deux.

    Je suis preneuse de toute information rédigée avec bonne foi, et de tout discours prononcé avec mesure. Mais par exemple, j’avais entamé un volume qui abordait le thème « vegan » : le ton condamnateur, condescendant et moralisateur de l’auteur m’a directement stoppée dans mon élan. Le texte était clairement basé sur la culpabilisation, et en mode « tous les consommateurs de viande sont des ignares, ma vérité vaut pour tous ». Merci bien. Cela dit, c’est une dérive qui doit exister dans tous les domaines, dès qu’on commence à fouiller un peu.

    Bref, tout ce pavé pour dire que je n’ai pas encore franchi le cap! Je m’interroge, je crains les réponses, je crains les effets que certaines informations auront sur moi, je crains les renseignements biaisés et les points de vue non-objectifs qui pourraient passer pour une réalité tangible… Sûrement que cet ensemble de choses m’amènera à en apprendre davantage quoi qu’il arrive, au final. Comme tu l’as souligné, on ne peut de toute façon plus vraiment passer à côté depuis quelques temps.

    Merci encore pour cet article, et passe un bon week-end Valentine 🙂

  24. Tu as bien fait de ne plus te censurer, et de faire cet article !
    Je suis végétarienne (ovo-lacto végétarienne précisément), cela suscite toujours de la curiosité et la question qui revient souvent :  » tu n’as pas de carence ? »
    J’ai également lu « faut-il manger des animaux » qui est édifiant, « vive la malbouffe, à bas le bio » très instructif, vu de nombreux reportages sur les conditions animales et l’agro-alimentaire…
    Je pense que malgré tous nos efforts il est difficile d’être irréprochable dans notre façon de consommer, mais il est important de se questionner et d’essayer de consommer « mieux » !

  25. Bonne idée d’article, j’ai aussi lu récemment le livre « Faut il manger les animaux » et il me pousse à m’engager plus personnellement en faveur du végétarisme.
    Je ne mange plus de viande depuis 6-7 ans, mais sans grande conviction : je ne me suis jamais intéressée au bien être des animaux.
    Je souhaite aujourd’hui consommer mieux, notamment le poisson et les oeufs, qui méritent eux aussi une attention particulière au vu de la manière dont ils sont traités pour arriver dans nos assiettes. Je veux aussi changer ma manière de consommer des légumes, en privilégiant au maximum l’achat de légumes locaux/bio.
    Je trouve cependant que ce point de vue est en général mal vu en société : les remarques concernant le fait qu’on ne mange pas viande sont fréquentes, les moqueries aussi.. je pense que les gens refusent de voir la réalité en face, refusent la prise de conscience des traitements horribles que subissent les animaux, au nom du plaisir carnivore..
    C’est un travail de longue haleine je pense, mais qui vaut le coup.
    Bonne journée Valentine 🙂

  26. Moi depuis quelques temps, peut être deux ans, je ne mange plus de viande rouge… ça me dégoûte ! Et je me demande comment les gens peuvent en manger…surtout quand elle est saignante… Horrible ! Je mange un peu de poulet de temps en temps et du poisson.. Le lait c’est pareil, je l’ai banni, .je bois du lait d’amande, châtaigne, soja à la vanille !
    Merci pour cet article fort intéressant !
    Je ne peux pas te suivre sur twitter, j’y suis bloquée, pourtant je ne t’écris jamais, je ne comprends pas pourquoi !

  27. Coucou!
    Ah en voilà un article qu’il est bien! La base en ce qui concerne l’alimentation.
    Perso c’est en partie grâce à mon premier cursus scolaire (mon cher master en gestion des milieux aquatiques qui ne me sert à rien) qui m’a ouvert les yeux sur pas mal de choses.
    Je suis flexitarienne, mon amoureux aussi. Déjà parce que c’est pas beau de faire souffrir les bestioles, mais aussi parce que produire de la viande et du poisson pollue et détruit à grandes flammes notre environnement.
    Un kilo de viande de boeuf coûte 3000L d’eau. Les cochons c’est mignon mais jte dis pas l’état des rivières en Bretagne. Et l’élevage de saumon pollue.
    Du coup je ne pense pas qu’on s’en sortira en devenant tous végétariens, mais responsables et moins avides de viande. C’est quoi cette idée de s’engouffrer de la viande midi et soir… Pfa!

    Merci pour ce ton juste et non moralisateur, c’est seulement en informant et en laissant le choix libre qu’on peut inciter au changement. Je dis ca parce que j’ai déjà eu affaire à une végétarienne qui fut mon amie et qui m’a harcelée. J’en ai une autre qui ne juge pas les choix alimentaires des autres. Et toc!
    Voilà mon avis!

    A bientôt!!

  28. Bonjour Valentine,

    Magali (un peu plus haut) m’a devancée, on peut très bien comprendre ton engagement pour la cause animale et normalement, personne n’y est insensible. Mais il est vrai aussi que pour être totalement honnête dans tes engagements, tu devrais également proscrire les articles de mode qui sont réalisés avec du cuir comme les chaussures ou les sacs à main. Le fait que tu arbores fièrement régulièrement ce type d’article de mode (souvent de grandes marques) devrait te poser un problème de conscience, comme ce n’est visiblement pas le cas, ton article ne se veut pas aussi crédible que tu le souhaiterais.

    Bon week-end.

    Bon week-end

  29. Bonjour Valentine,

    Merci pour cet article où tu fais preuve de beaucoup de courage car le végéta*isme est un sujet très sensible, surtout en France.

    Je suis végétalienne (sans gluten) depuis environ un an maintenant et c’est très dur de trouver un restaurant ou des produits qui répondent à mes critères.
    Quand on parle de notre « régime alimentaire » la réaction des gens (même si elle est plaine de curiosité) est souvent la même : « que manges-tu ? », « tu vas te transformer en oiseau si tu continue à manger des graines » , »on a des dents pour manger de la viande, pas de l’herbe » Bref.
    Dans les premiers mois de mon végétalisme je prenais le temps d’expliquer ma démarche, les bienfaits sur ma santé; aussi bien physique que psychique. Jusqu’à ce que je me rends compte que peu importe mes arguments, ils m’écoutaient juste par politesse.
    Et je dois avouer que ça me rend triste de voir des gens avec un esprit aussi étroit. Je ne demande pas qu’ils deviennent végéta*iens ni même qu’il comprennent mon choix mais juste qu’ils le respecte et pour l’instant (en France en tout cas) c’est pas très bien partie. Même si de nombreux progrès on été fait sur le sujet !

    Je ne juge pas ceux qui mange de la viande alors pourquoi eux se le permettent-ils ?

    Bisous

  30. J’aime beaucoup le fait que le sujet soit de plus en plus mis au grand jour. Ici, tu parles surtout de la viande, et c’est la première chose évidente à arrêter de manger, arrêter de manger de la torture, de la souffrance et du meurtre à la chaîne ,je ne vois pas tellement en quoi c’est si difficile. Surtout quand on connaît les effets sur la santé (je te conseille absolument de lire « L’enquête Campbell ») . Et le lait de vache alors ? Qui a-t-il de plus contre-nature que ça ? Le lait vient quand une femme/femelle est enceinte, ensuite ,après le sevrage, il n’est plus du tout utile ! Sinon la mère serait pleine de lait à vie ! Depuis quand faut il boire le lait d’une autre espèce,?? N’est-ce pas un peu répugnant ??? Sachant que les pauvres bêtes vivront 1/3 de leur vie normale espérée, qu’elles devront être violée (sperme enfoncee à l’aide d’un énorme tube) pour être enceinte toute leur vie??? Et si on faisait ça aux femmes ???? Bref, lait de soja, steak de soja, fromage végétal, « viande » végétal, fruits, fruits secs, légumes ,céréales entières … L’homme est une espèce HERBIVORE, grande nouvelle à nous tous qui pensions être carnivore. On voit beaucoup d’humain chasser avec leurs griffes et leurs dents,?? Pour finir, je conseille le discours sous-titré français de Gary Yourofsky (YouTube) !
    Merci pour l’article ! Merci de m’avoir lue !

  31. C’est assez intéressant comme article Valentine, et ça suscite diverses réactions en moi. Comme tu à l’air de vouloir des avis, je vais donc essayer d’exprimer les miens. Car oui il y a beaucoup de contradiction dans ma tête :).
    Dans un premier temps je me dit chouette un article sur un mode de vie totalement différent du miens, je vais pourvoir apprendre et m’inspirer pour trouver un équilibre psychologique et physique. Alors je commence à lire, dans un sens je me dit que c’est logique, que tout être humain devrais penser comme ça car tout être bon ne peut faire de mal à un être vivant. Mais d’un autre coté il y a une part de moi qui se révolte, qui se dit « Mais pourquoi elle se permet de juger notre façon de vivre ?! » (avec beaucoup d’énervement a vrai dire), alors j’essaye de comprendre, je me dit « Non elle ne juge pas elle donne son point de vue. » Mais c’est vrai que dans un sens j’ai l’impression d’être critiquée, de ne pas être « bien » car je ne suis pas capable de me priver de viande. Il est la le problème, en expliquant ce mode de vie, en essayant de montrer qu’il est bon, tu touches a notre égo, et a nos faiblesses. La prise de conscience est elle suffisante à un changement de comportement ?
    Et puis je me dis que d’un coté je suis incapable de me priver de bonbons, produit purement chimique, que la viande c’est pareil, elle ne m’est pas indispensable mais elle est ancrée dans mon mode de vie. Depuis que je suis arrivée à Paris (étudiante, faible pouvoir d’achat) je ne mange plus trop de viande, c’est très chère, mais quand je rentre chez mes parents je suis tellement heureuse de gouter toutes ces textures, ces gouts, et ça me fait du bien. Alors on peut se demander si manger de la viande n’est qu’un plaisir purement égoïste. Et s’en ai un, comme la plupart des plaisirs « simples » de la vie. C’est comme manger une bonne carotte du marché, une tarte aux oignions, une part de saumon fumé.
    En fin de compte je me demande si se priver de viande n’est pas une façon de rejeter un plaisir, et de le transférer sur quelque chose d’autre. Enfin là on part dans un truc assez complexe. 😉
    Dans un sens je me dit que je suis devenu Pesco-végétarienne « par défaut », et que lorsque l’occasion se présente un morceau de viande est toujours bien accueilli par mes papilles. C’est peut être un abus de langage, mais dans un sens c’est une façon de penser qui me rassure. Je n’ai pas le courage d’aller à la boucherie pour m’acheter un bon morceau de viande et le manger seule chez moi, par contre partager un morceau de viande bien cuisiné entre amis pour moi c’est avant tout faire plaisir autour de moi.
    Je crois que je n’aurais jamais d’avis sur ce mode de vie en fin de compte, je doit être un peu perdue, mais il est certain que je ne peux que respecter les « tiens » car je vous trouve extrêmement courageux de résister ainsi en sachant quels gouts ont ces mets.
    En tout cas merci pour cet article, il fait réfléchir et peut être mènera plusieurs personnes à ce mode de vie bon et sain. (Je suis peut être sur la bonne voie :).)
    Solene

  32. Très instructif ton article, merci pour toutes ces informations. J’avais découvert ton blog par le biais de ton article sur les pâtes à tartiner, et depuis je n’ai jamais racheté un pot de nutella! Je suis déjà en phase de transition concernant la viande, je pense arrêter progressivement.

  33. Félicitations pour ta démarche alimentaire et assumée. Je savais que tu y viendrais, tu as une telle compassion et une réélle conscience des choses. Je trouve ça très bénéfique que des gens comme toi, j’entends par là, en tant que blogueuse mode, et pas vegan militante, portent ce discours. Je pense que ça a autant d’impact, si ce n’est plus, que les actions militantes des vegans. Ton discours est tout en modestie et cohérent et je crois que t’arriveras à convaincre beaucoup de personnes de suivre ton bel exemple…

  34. Bonjour valentine! Ton article est très intéressant bravo…c’est une belle initiative qu’il faut encourager! C’est un sujet délicat certains peuvent se sentir juger dès qu’il est question de choix alimentaires mais je pense qu’il est nécessaire que la société se rende compte qu’à ce train là on court à la catastrophe! Le réflexe est de se dire « en quoi ça va changer quelque chose d’arrêter de manger mon petit steak » mais il faut essayer de voir plus loin car les enjeux sont énormes aussi bien pour les peuples, la planète et pour notre santé au passage! Et ça les politiques se gardent bien de l’étaler car c’est bien souvent une affaire de gros sous!

    Heureusement, la question de la viande est de plus en plus évoquer…les différents livres et documentaires sur le sujet notamment sur arte aident beaucoup! S’interroger est un bon pas vers une prise de conscience qui je l’espère se généralisera sur notre surconsommation de chair animale. Personnellement j’ai opéré un changement radicale dans mon alimentation cet été…je ne me posais pas plus de questions que cela comme beaucoup de personnes sur le contenu de mon assiette et surtout sur la question de la souffrance animale! Le documentaire « earthlings »m’a totalement bouleversé j’en ai même pleurer de voir le manque d’humanité envers les animaux que nous traitons comme des objets sans émotions et sans ressenti.

    Après cela je ne pouvais plus avaler de chair animale…je ressentais un vrai dégoût ! A partir de juillet j’ai totalement arrêter la viande…j’avais aussi stopper le poisson mais malheureusement j’ai du reprendre car mon système digestif assimile très mal le soja et j’en devenais malade. Même si je sais bien que l’industrie de la pêche et l’exploitation du poisson n’est guère mieux et tout aussi affligeante. Ce que tu dis sur le lait de vache est très vrai! j’ai arrêté d’en consommer dans les céréales même si le supprimer totalement est encore difficile pour moi avec les pâtisseries ou le fromage que je consomme régulièrement. J’aimerais redevenir végétarienne un jour car ça m’a apporté une vraie paix…c’est surtout un véritable cheminement mais aussi une philosophie de vie qui implique de se questionner sur son rapport à l’autre en générale! Je pense que modérer sa consommation est une belle initiative…et puis chacun va à son rythme l’important c’est d’être au clair avec ses convictions et ses choix!

    J’espère aussi qu’à l’avenir on respectera davantage les animaux ça serait déjà énorme! J’ai écris un roman désolée mais c’est un sujet qui me parle beaucoup! Bisette

  35. Merci pour cet article hyper intéressant. Cela fait maintenant deux ans et demi que je suis « vegan »; quoiqu’en anglais, on ne fait pas de distinction entre vegan et végétalien. J’ai gardé ma veste en cuire que j’ai acheté quand j’avais 15 ans, ne voyant pas le but de jeter une veste en bonne condition, cela ne fera pas revenir l’animal d’où est provenu le cuire. Je tricote avec plaisir mais je n’ai pas encore trouvé de laine 100% polyester ou coton. Je dirais que 90% du temps, je suis complètement vegan et le reste du temps, je fais de mon mieux.

    C’est vrai qu’à Londres je n’avais jamais de difficultés pour manger vegan. Maintenant que je vis en Écosse c’est nettement plus difficile; impossible de trouver une barre de chocolat noir sur mon campus d’université! Il faut souvent que j’aille en ville faire grande provision de toute sorte de produit végétalien. La solution pour moi est de manger aussi nature que possible: je prépare presque tous mes repas et desserts moi-même.

    Je te félicite pour tes choix, c’est n’est pas chose facile de changer son style de vie et de réévaluer ses idéologies. Je venais justement de marquer le livre de Jonathan Safran Foer dans ma liste de livres à lire, j’ai hâte de le commencer.

    Si jamais tu as besoin d’inspiration pour des recettes, mon blog est dédié aux recettes végétaliennes, surtout les desserts (et j’ai l’intention de créer toute une série de plats de Noël!) – http://www.thevegancookiefairy.com

  36. Salut ! Je m’intéresse pas mal au sujet de la viande, même si je suis une accro ! J’ai déjà vu plusieurs reportages, donc le sujet que tu abordes m’est familier. As-tu vu le film Fast Food Nation ? Il existe aussi en livre. Il traite principalement des conditions d’élevages et de la viande dans nos repas (et fast food). Je suis assez d’accord avec toi, il est difficile de se passer de viande en France et d’être un « vrai » végétarien. Une amie Anglaise qui a vécu un an dans le sud de la France disait que c’était bien plus facile de trouver des plats végétariens qu’à Londres. Je suis également d’accord sur le fait que les élevages intensifs sont monstrueux. Je suis souvent déprimée après avoir vu les images… Etant étudiante, je peux rarement m’acheter de la viande, et c’est avec plaisir que je dévore un steak quand je rentre chez mes parents. Le problème est là. Quand on a un budget serré, il est souvent difficile de trouver de la viande non industriel et au même prix que le supermarché. Alors, on pourrait se dire qu’on peut tout simplement choisir de mettre un petit budget pour acheter de la qualité ou bien s’en passer. Mais étant donné que je ne mange ni poisson, ni fruits de mer, je choisis d’acheter un steak de temps en temps plutôt que de m’abstenir.
    Evidemment, je déteste aller dans les fast food où je sais que je mangerai tout sauf de la vraie viande de bœuf.

    En tout cas cet article est intéressant et nous fait réfléchir… Même s’il reste subjectif, tu as bien fait de l’écrire.

  37. Bonjour Valentine,
    Il est vrai que depuis quelques mois, le végétarisme est un sujet qui fait parler de lui de plus en plus. Et notamment depuis le scandale de la viande de cheval ! J’espère que tout cette agitation médiatique n’est pas superficielle mais vraiment fondée. J’espère qu’on ne devient pas végétarien car toutes les blogueuses influentes le deviennent – et encore faut-il bien choisir le mot qui qualifie son rythme alimentaire – car entre flexitarien, demi-végétarien, lacto-végétarien, il y a de quoi se perdre ! J’ai l’impression que cela devient une mode, comme l’a été le « consomons bio » il y quelque année, et j’en ai très peur de cet effet de mode. Je ne sais pas si il n’y a que moi qui ressent cela, mais j’ai peur que le bisness écrase les vraies valeurs du végétarisme.
    Evidemment, une grande majorité de personne est végétarienne/vegan depuis de nombreuses années, et proclame ses valeurs fondamentales si importantes et heureusement !
    Ne plus manger de viande demande beaucoup d’effort. Pour ma part, je ne pourrai pas devenir complètement végétarienne, bien que j’ai banni la viande rouge (avec les polémiques sur le halal, où de plus en plus d’abattoirs utilisent cette manière car c’est bcp plus rentable pour eux, vu qu’il n’y a pas de quotas sur le nombre de bêtes à tuer) car je n’ai pas envie de manger une bête qui a agonisé 20′ après avoir été égorgée, et la viande issue des bébés animaux.
    J’ai eu la chance d’être élevée dans un petit village, où l’on s’échangeait les œufs des poules du champs d’a côté, les légumes du jardin, le lait de l’agriculteur du coin…Donc évidemment, cette prise de conscience du bien être de l’animal m’ai apparu bien plus tard. Aujourd’hui vivant en ville, c’est beaucoup plus compliqué ! Quand je retourne chez mes parents, j’en profite pour faire le plein d’œufs où je suis certaine que les poules auront gambadé dans les champs, et non pas été enfermées dans des hangars. Le poulet du dimanche et la dinde de Noël, c’est la même chose, ils viennent de la ferme de l’agriculteur du coin ! je pense qu’aujourd’hui, la question primordiale est de savoir dans quelles conditions sont élevés les animaux. Pour revenir à mes œufs et poulet du voisin, quand je mange ces derniers, je ne culpabilise pas puisque de tout temps, les poules ont pondu des œufs, les vaches ont produit du lait…En revanche, si je décide de limiter ma conso de viande c’est pour la simple et bonne raison que je ne suis pas sûr de la manière dont sont élevés ces animaux quand j’achète une escalope en supermarché. Heureusement qu’il existe des producteurs locaux qui viennent sur le marché et proposent leurs produits frais au supermarché, mais j’avoue, il faut que le porte monnaie suive parfois !!
    Pour résumer ma position, je ne mange de la viande que quand c’est de la très bonne qualité. Je pense qu’il ne s’agit pas de bannir totalement la viande de nos assiettes, mais de voir plus large. Depuis toujours ont a élevé des animaux pour les consommer, le problème aujourd’hui c’est que certains de ces élevages ne sont plus raisonnés et se fichent pas mal du bien être de l’animal. Malheureusement, l’engrenage est parti pour durer, car l’on consomme de plus en plus de viande malgré tout comme l’explique J. S dans « Faut-il manger les animaux ». Bien que cela se passe aux EU, en France aussi on coupe le bec des poussins pour pas, qu’une fois grand ils puissent se manger entre-eux dans les hangars ! Pourtant je suis persuadée que dans 50 ans, la viande sera une denrée très chère (comme le caviar aujourd’hui), car là, c’est la planète qui ne suivra plus : plus assez d’eau pour produire les les céréales destinées à l’alimentation des animaux, plus assez d’espace pour les fermes…et là on sera bien obligé d’être végétarien !!

    Je pourrais parler des heures de ce sujet !
    Sur ce, il est 13H, bon appétit 🙂

  38. Bonjour Valentine,
    Merci beaucoup pour cet article. J’avoue que c’est grâce à toi que je me suis intéressée au végétarisme, moi qui aime et me préoccupe des animaux, l’idée de me passer de viande ne m’avait pourtant jamais effleuré l’esprit moi qui vivait au sein d’une famille carnivore (de la viande 2 fois par jour).
    Aujourd’hui, vivant avec mon copain (un mordu de viande) je deviens curieuse, essaie les steaks de soja, le tofu…J’ai même réappris à manger en cuisinant davantage de légumes. Mais je ne suis pas végétarienne, c’est encore difficile aux repas de famille d’échapper à de la viande sous peine de ne manger que le dessert, mais je diminue considérablement la viande, moi qui en mangeais il y a encore quelques années 2 fois par jour, j’essaie de ne pas dépasser 2 fois par semaine.
    Mais le problème reste pour moi l’entourage qui voit ça comme un caprice, un effet de mode ou encore un régime. Alors pour moi la solution est selon le terme que tu as donné « flexitarien », manger de la viande aux repas entre amis et famille, sans pour autant en abuser.
    En tout cas, merci pour la prise de conscience et pour l’article.

    Une fidèle lectrice qui poste rarement des commentaires 😉

  39. Salut,

    Tu as très bien fait de faire un article sur ce sujet!

    Je suis devenue végétarienne (la végé « type », je mange oeufs, lait, beure..) il y a 15 ans pour des raisons à la fois éthiques et de goût (ou plutôt de degout!)…
    Il y a encore quelques années, je dirais 5 ou 6 ans, les gens avaient tendance à m’attaquer gentiment là dessus, car je suis aussi membre d’une association de défense des animaux pour laquelle je fais des dons réguliers, et j’entendais souvent des choses comme « ah mais y a des choses plus graves, tu devrais donner pour les enfants qui meurent de faim »…ce genre de choses en gros…Je leur répondais juste en leur demandant, « ah, c’est bien d’être engagé, tu fais partie de quelle association alors pour les enfants? »…et là, 100% des fois la personne était bien embêtée car bien sûr elle n’était engagée concrètement nulle part..

    Bref! Depuis quelques temps, j’avoue que je n’ai plus de remarques, on me demande parfois quelles sont mes raisons, mais avec bienveillance, juste par curiosité. Je me plais donc à croire que les choses évoluent quand même, les gens sont plus ouverts à d’autres modes de vie que le leur.
    Je précise que je n’ai jamais essayé de « convertir » qui que ce soit, je vis avec un non végé et ça ne me gêne pas du tout qu’il mange de la viande!

    Une dernière chose: au début j’ai informé mon médecin de mon choix et il m’avait dit sans aucune équivoque que le régime végétarien était très bon et que je ne devais vraiment pas m’inquiéter. Cela m’a été confirmé par la suite par le médecin de la médecine du travail etc.

    Je dois dire que je suis plutôt contente de voir que c’est un sujet qui intéresse de plus en plus de monde, et que même des gens très accroc à leur steak comprennent les enjeux désastreux de l’industrie de la viande telle qu’elle est devenue aujourd’hui.

    Voilà pour ma petite expérience!

    Voilà pour mon expérience perso!

    • Oups..je relis mon comm…désolée pour le doublon à la fin 🙂

      Désolée aussi de publier en anonyme mais je n’ai pas de compte google 😉

      C.

  40. Ton article est très intéressant et va susciter des réactions oui !

    Personnellement ce qui  » m’énerve  » c’est cette tendance à vouloir diaboliser les gens qui décident de continuer à manger de la viande et pourtant la cause animale me tiens vraiment à cœur. Alors j’ai simplement décider de consommer intelligemment (du moins j’espère que c’est intelligent) : pas d’oeufs de batterie, viande bio et surtout d’un élevage où l’animal est respecté. Je ne consomme pas non plus énormément de viande. Alors certes il y a la partie abattoir mais au final ce n’est que la mise à mort telle qu’elle était pratiquée lorsque nous étions encore que des hommes préhistoriques, sauf que maintenant c’est un peu plus moderne. Je rejoins ce que d’autres personnes ont déjà relevé, le poisson de nos jours ça revient au même que pour la viande.

    A mon sens je pense que l’on peut concilier respect des animaux et alimentation carnivore tant que l’on fait les bons choix.

    Après c’est difficile de ne pas être hypocrite. Je déteste la souffrance animale et pourtant je continue à manger du foie gras, d’acheter des sacs/chaussures/veste en cuir et d’aller au Mcdo… C’est notre société, le monde est comme ça, rien n’est parfait, il y aura toujours quelque chose à redire. Alors je me dis que j’essaye de faire de mon mieux avec mes petits moyens et que c’est toujours ça de pris.

  41. Salut!

    J’ai arrêté de manger de la viande depuis février dernier, après avoir lu « No steak » d’Aymeric Caron. J’ignore si tu l’as lu, honnêtement c’est un bon livre qui regroupe des questions plutôt philo (pourquoi mangeons nous des animaux morts, alors que nous avons chez nous des animaux dits de compagnie que nous choyons? entre autres questions philosophiques) et effectivement chiffres et infos toutes plus horribles les unes que les autres.

    Je n’avais jamais aimé la viande rouge que je mangeais très cuite mais j’adorais le poisson. Ce que j’ai lu dans le livre d’Aymeric Caron m’a fait couper court au poisson et à la viande, d’une part pour la souffrance animale mais tout ce qu’il y a autour (gagner du fric sur l’élevage au maximum au risque de mentir aux gens, mais surtout de les mettre en danger (empoisonnement ou impact sur l’environnement, les lobbys… et ça vaut aussi pour le lait de vache -deuxième boisson essentielle après l’eau… tu parles).

    Le livre de Jonathan Safran Foer, m’a encore plus choquée. L’histoire des poulets douchés au chlore, ou des éleveurs qui disent aimer leurs animaux… J’ai beaucoup de mal avec ça. Mais c’est les Etats Unis. Ce qui est terrible, c’est que l’Union Européenne prends le même chemin que les Etats Unis pour ce domaine. Il faut savoir qu’en France une poule bénéficie d’un espace réduit en élevage (une feuille A4) pour vivre, qu’on lime les dents des cochons et qu’on leur coupe la queue en tirebouchon parce que le manque de lumière les fait stresser et donc ils mordent ce qu’ils peuvent (et ce qu’ils trouvent devant eux, donc le derrière du cochon devant eux)…
    Autant de chose, qui m’ont bouleversée et surtout bouleversé mon alimentation et la vie en société.

    Etre végétarien (un peu beaucoup passionnément à la folie) c’est connaître encore plus les gens autour de toi. c’est le vivre ensemble.
    du « quoi t’es végétarienne? franchement sors quoi » au « c’est quoi ce steak? tu fais gouter? ah c’est du soja et de l’épeautre? c’est pas mauvais »
    C’est au début le plus dur… Mais ça devient vite une fierté. on ne mange pas ce qu’on veut nous faire gober. et c’est facilité quand tu as une famille, un copain et tes amis qui te soutiennent (même si la côte de bœuf c’est leur plat préféré surtout si elle est pas cuite)…

    Après du point de vue des carences, il faut savoir que la seule carence obligatoire quand on ne mange plus de viande, c’est le manque de vitamine B12. (qu’on trouve en pharmacie en cachet…)
    toutes les protéines sont dans les pois chiches, le soja, le quinoa…. entre autre.
    et ces protéines dites végétales sont les seules protéines à ne pas entraîner de maladies comme le cholestérol.

    Comme quoi être végétarien n’est pas un problème, c’est une des solutions….

    Bonne continuation et bravo pour cet article.

  42. Article vraiment intéressant et fouillé (je trouve même qu’il est un peu court du coup 😉

    Je me défini plutôt comme flexi, surtout parce que je ne vais pas spontanément vers la viande, et j’ai commencé à m’intéresser au vegan depuis une grosse remise en question. Et ça me fait le plus grand bien !

    Je vais tester les galettes de céréales la prochaine fois (ce sera toujours mieux que de manger au CROUS …)

    Mais c’est vrai que c’est parfois dur de dire aux gens « non je ne mange pas de viande ». On te regarde tout de suite comme une illuminée. Je me souviendrais toujours des premiers jours où j’ai mangé à la cantine avec mes collègues, ils ne comprenaient pas que je prenne « seulement » des légumes et des féculents … Ou le jour où un de mes collègues nous a raconté comment il découpait tel viande après la chasse … J’ai cru mourir !

    Je suis sûre que si chacun faisait un effort, cela pourrait faire changer les choses 🙂

  43. Cela fait très plaisir de voir des articles, de plus en plus nombreux, sur ce sujet. Cela montre qu’il y a un éveil des consciences, et un possible changement pour demain. J’ai eu la chance de grandir dans un univers végétarien, ma mère ne mangeant aucune viande. Mettre du lait de soja ou d’avoine dans mes céréales bio à 8 ans quand je regardais la télé me semblait très naturel. De même que manger des galettes de soja aux olives ou au fromage pour accompagner mes coquillettes, c’était tellement bon. A la cantine, au restaurant, chez les autres, je n’aimais pas les viandes rouges, ni la charcuterie. Je remercie mes parents de m’avoir transmis cette éducation alimentaire, diététique, respectueuse des animaux et du corps humain (tu as raison quand tu dis que la consommation de produits laitiers – lait de vache – est trop importante aujourd’hui et inadaptée au corps humain). J’applique ces principes également dans ma consommation de produits cosmétiques ou d’entretien, que je veux absolument bio, naturelle, et régionale si possible.

    Je pourrais écrire des lignes et des lignes à ce sujet, alors je m’arrête là 🙂 Merci pour cet article, et tes plats pris en photo ont l’air absolument délicieux.

    Fanny du blog http://lespetiteschosesdefanny.blogspot.fr/

  44. Vraiment voici un article très intéressant, je ne saurais envenimer le débat puisque je suis totalement d’accord avec toi! Je viens d’apprendre le mot « pesco-végétarien », merci, car c’est bel et bien mon profil tout comme toi. Moi non plus je ne souhaite pas imposer mon opinion aux autres, mais les aider à prendre conscience de ce que représente manger de la viande aujourd’hui, et à se responsabiliser, peut-être… Pour moi aussi la lutte de protection des animaux et une de mes priorités, et j’essaye à mon échelle d’améliorer les choses, non pas seulement dans mon assiette, mais aussi auprès d’associations. Je continue de m’informer, d’en apprendre et d’essayer de faire plus, car je peux faire plus. Et effectivement pour ceux qui ne se sentent pas de devenir végétariens, cela est tout à fait compréhensible, et je pense qu’il peuvent apporter leur pierre à l’édifice d’une autre manière, en aidant par d’autres moyens. Malheureusement peu de gens prennent la protection (ou au moins le respect) des animaux comme une priorité. Alors que, même sans s’investir au niveau alimentaire ou associatif, juste en réduisant leur consommation, ils permettraient déjà d’apaiser certains problèmes si violents… En tout cas chapeau pour ton article qui soulève des questions essentielles et apportera à chacun des lecteurs de toute façon une réflexion riche.
    Bien cordialement! xxx

  45. Pour moi, ce serait être Vegan ou rien, sinon je ne vois pas l’intérêt d’être végétarien (et toutes ses formes) ou végétalien, si la cause animale préoccupe tant… mis à part pour suivre encore un autre effet de mode (ce que je trouve autant détestable que ringard ou ironique) ou choisir un autre mode de consommation.

    J’ai réellement conscience du problème, mais j’aime trop la charcutai, la bonne viande, le foie gras, le fromage… (comportement tout à fait égoïste, certes). A part ça, je suis inscrite à la Ruche qui dit oui, je vais au marché chaque semaine pour faire mes achats de la semaine, je ne mets quasiment plus les pieds dans les grandes chaines et grands magasins, je diminue ma consommation de lactose, je n’achète plus de magazines féminins depuis longtemps, j’essaye d’être le moins possible en contact avec toutes publicités… (pour parler plus de consommation en général, même si j’ai conscience de m’éloigner du sujet…)

    En attendant, je ne mange que très rarement de viandes ou de poissons parce qu’étant étudiante, je ne peux pas me le permettre. Mais ça reste une situation « malgré moi ».

  46. Bonjour Valentine,

    Article peut-être long, mais très intéressant, j’ai tout lu d’une traite. Je suis en plein changement alimentaire, depuis quelques temps j’ai du mal à manger de la viande (rouge ou blanche) et face à cette situation inattendue j’ai beaucoup de mal à retrouver une alimentation qui m’apporte ce dont j’ai besoin et qui me donne du plaisir. Concrètement je ne sais pas comment remplacer la viande. Alors merci pour ton expérience, tes astuces et le partage de tes sources d’informations. En tout cas une chose est sûre : Je me sens beaucoup mieux physiquement depuis que je ne mange plus de viande et mentalement par rapport à tout ce que j’ai pu apprendre sur les élevages. C’est toujours rassurant de lire que d’autres partagent cet état et d’apprendre que c’est BON pour nous.

    Bon weekend à toi 🙂

    bisous

    Mathilda

  47. Bonjour Valentine,
    Cela fait longtemps que j’attendais ce genre d’article sur ton blog pour mieux comprendre certaines démarches. Chacun est libre de ses choix, on est d’accord, et quand on prend conscience des dérives de l’industrie agro-alimentaires (de l’élevage jusqu’au conditionnement des plats préparés), on peut rapidement être tenté de changer ses habitudes.
    De mon côté si j’ai réduit ma consommation de viande, c’est simplement par goût et pas par conscience, je ne ressens pas le besoin d’en manger tous les jours et ça s’arrête là. Mes parents s’approvisionnent notamment en viande exclusivement chez des producteurs locaux vivants dans notre entourage proche, ce qui nous permet de manger des choses plutôt « saines ».
    Toutefois j’attire ton attention sur le fait que passer au bio permet de faire le choix de ne plus contribuer au système agro-alimentaire tel qu’on le connaît ; mais vivant dans une région plutôt agricole je peux t’assurer que les dérives sont les mêmes, et ce, malgré les labels et autres certifications… Les filières dites « bio » ne le sont pas forcément de A à Z et certains producteurs ne jouent le jeu qu’en façade : il n’est pas difficile de se rendre compte de certaines choses pas très clean quand tu vis à côté.
    Après si chacun peut changer quelques petites choses dans ses propres habitudes, ce sera toujours mieux que si personne ne fait rien, mais je doute que les choses puissent vraiment évoluer dans un autre sens…
    Bonne continuation 🙂

  48. Super article! Même si un peu court je trouve car on en apprend jamais assez 😉
    Je ne suis pas, à la base, une grande consommatrice de viande mais j’ai éliminé peu à peu la viande et le poisson de mon frigo ainsi que le lait de vache et le beurre pour le remplacer par des produits végétaux. Néanmoins lorsque je mange à l’extérieur il est difficile d’y échapper notamment lors des repas en famille car ils ne comprennent pas (ou ne veulent rien savoir…). Je ne pense pas devenir végétarienne un jour mais j’essaye de trouver un bonne équilibre à tout ça en me limitant et surtout en faisant attention à ce que j’achète.

    Cela fait un moment que je veux lire « faut-il manger les animaux? » mais j’appréhende beaucoup le contenu…

    Je vais aller voir ce que donne ces boutiques en ligne car près de chez moi il est compliqué de trouver ce genre de produit.

  49. Bonjour,

    Je limite aussi mes consommations de viande et quand j’en mange c’est de la viande bio acheté en gros que je congèle. Meme si la finalité, l’abattage de l’animal pour le consommer est la même que les autres viandosores, la bien-etre animal est fortement pris en considération.
    Au niveau de la consommation de poisson, je suis très partagé… Il y a l’élevage qui je l’admet n’est sans doute pas beaucoup mieux que ses congénère élevé pour leur viande. Mais surtout la façon de pécher, une part des poissons meurt directement dans les filets, l’autre sur le bateau asphyxié ou sur la glace en refroidissant progressivement leur corps. Une grande quantité des poissons n’étant pas bon pour la consommation ou ne rapportant pas grand chose sont tout bonnement mort pour rien. Des espèces de poissons disparaissent. Les animaux péchés actuellement sont 5 fois plus petit que ceux péché par nos grands-parents, n’ont pas le temps grandir et n’atteignent pas l’age de reproduction nécessaire pour le maintien de leur espèce. Sans parler des dégats provoqué sur l’écosystème marin par la peche intensive. Je pense que le poisson est un produit encore plus à bannir de notre alimentation que d’autres. Reste encore les fruits de mer, peché, transporté vivants hors de l’eau, pour finir très souvent par mourir directement dans nos casseroles.
    Je n’émet aucune critique personnel envers toi, c’est juste que j’ai un peu de mal à comprendre comment on peut encore manger ces aliments en prêchant la volonté de lutter contre la souffrance animale.

  50. Bonjour!

    Super intéressant votre post ça fait un moment que je veux lire ce livre, mais j’appréhende beaucoup, je sais que ce sont des vérités tellement dures à lire… J’ai travaillé un moment sur la thématiques des OGM dans l’agriculture et l’alimentation , et notamment dans l’alimentation des animaux dont on consomme la viande et/ou le lait ce qui a été un choc total, donc depuis longtemps pour moi c’est viande œufs lait bio exclusivement (sachant que dans la plupart des restos bien sur, je sais qu’il vaut mieux fermer les yeux sur la qualité de ce que je mange..).

    Maintenant pour le poisson que je mange ca va etre pareil, j’ai fini d’etre convaincue par un reportage récent sur les pesticides et la quantité d’antibiotiques et carcasses de leurs congénères qu’on fait ingurgiter aux poissons et les conditions dans lesquelles ils sont élevés, on a même pas conscience qu’on a aucune information sur les effets à long terme pour les humains qui les mangent…

    Je privilégie aussi le bio pour les légumes et fruits, à ce sujet je voulais dire, attention warning la chaîne de magasins Naturalia a été rachetée par Monoprix, niveau déontologie, éthique et respect des employés, on repassera! Pour moi ce sont des valeurs qui vont de pair avec la conception de l’agriculture bio, donc je ne m’y rends qu’en cas d’urgence et dans ces moments – là j’ai toujours quand meme un peu honte…

    Et pour finir je confirme, les galettes de céréales sont souvent très bonnes, ainsi que le tofu cuisiné ( le Pesto Rosso et le Amandes sésame de Taifun coupé en petits dés et revenu avec oignons et légumes est juste une tuerie!)

    Manger moins de viande c’est déjà un pas énorme mais pour notre santé, celle des animaux et de notre planète, n’oublions pas la qualité du reste de ce que nous consommons 🙂

    A post un peu détaillé, commentaires un peu interminables on dirait bien! 🙂
    Bon weekend,
    Laura

  51. Merci beaucoup pour cet article Valentine !
    Tu viens de m’apprendre que je suis semi-vegetarienne 🙂 Même si je ne manges plus de viandes rouges ou vraiment quand je n’ai pas le choix (invitations, fêtes de famille), c’est encore difficile pour moi de me passer de viandes. A chaque fois que j’achète de la volaille ou du poisson je ne peux m’empêcher d’imaginer les conditions d’élevage… Et quand on a un budget étudiant c’est encore plus dur de savoir quoi acheté dans les rayons.
    En tout cas merci d’avoir abordé ce sujet et ton expérience, je trouve courageux d’assumer ce choix, j’imagine que c’est peut être plus facile dans une grande ville. Ca peut paraître cliché mais lorsqu’on a grandit dans le sud ouest et qu’on vit dans une petite ville du cantal, faire l’impasse sur le foie gras, le magret, la charcuterie…ect ça paraît toujours étrange au gens.
    Alors encore merci pour cet article, ça fais du BIEN !

  52. Très intéressant ton article Valentine.
    Pour ma part, je fais très attention à l’origine de mes produits, que ce soit les légumes, ou la viande. Concernant les légumes, je me fourni exclusivement chez des producteurs de ma région, et ce via La Ruche Qui Dit Oui, une sorte de plateforme qui met en relation producteurs locaux (légumes, fruits, viande, boulangerie, cosmétiques, …) et les clients afin de créer un échange plus « juste »: cela permet de court-circuiter la domination des enseignes de la distributions qui demandent toujours plus de rendements aux producteurs, avec des produits toujours plus « calibrés », et ce pour des prix toujours plus dérisoire. On a donc des produits de saison, cultivés de façon traditionnelle, et l’on fait vivre l’économie locale.
    Pour la viande par contre j’en mange toujours, moins souvent mais mieux: j’ai découvert l’association Bleu Blanc Coeur, qui prône l’agriculture bio bonne pour l’environnement, les bêtes, et les hommes. Comme ils le disent eux-même, rien n’est très novateur puisque les bêtes sont exclusivement nourries avec des graines de lin, de colza et autres céréales cultivées de façon « naturelle ». Mais cette agriculture, « à l’ancienne » (et donc moins « productive ») avait disparue pour faire place à celle que l’on connaît aujourd’hui.
    Bref, j’essaie aussi, à ma façon et à mon échelle, de prendre au final soin de mon corps tout en soutenant ces groupes de personnes qui se battent au quotidien pour une vie plus saine, et en luttant contre ces maltraitantes que l’on fait finalement aux animaux comme aux hommes (car il faut voir aussi les rendements que les enseignes de la grande distribution demandent aux agriculteurs qui, au final, ne gagne quasi-rien sur leur production dont la moitié est au final jetée avant même d’avoir quitté leur usine ! Bien sûr, là c’est un autre débat de « ils l’ont voulu ils l’assument » mais je pense que cela n’est pas aussi simple).
    Concernant les produits laitiers, je suis intolérante au lactose donc n’utilise que des laits végétaux. Néanmoins, mon allergologue m’a bien avertie qu’il est très important de manger, de temps à autre, un peu de produits à base de lait de vache et ce pour ne pas développer à terme une allergie (qui là, serait beaucoup plus grave). Par contre, il est vrai qu’arrêter les produits à base de lait de vache à un effet tellement bénéfique sur le corps !!! Seul petit bémol, je suis toujours à la recherche de la recette d’un vrai bon chocolat au lait pour tremper mes tartines l’hiver. J’ai bien essayé avec les laits végétaux mais étant donne qu’ils sont moins épais que le lait de vache, le résultat est bof. J’ai aussi essayé en ajoutant du fécule de maïs pour épaissir mais là aussi, échec… Mais je ne désespère pas 😉

    En tout cas merci pour cet article, c’est un sujet qui est encore bien trop peu mis en avant et c’est toujours bien de pouvoir lire les témoignages d’autres personnes afin de connaître leur point de vue, leur façon d’appréhender cette problématique, …

    A très vite,

    Fanny

  53. Bonjour Valentine,

    Tout d’abord je voulais te dire que je suis contente que tu oses aborder ce sujet qui peut susciter beaucoup de réactions négatives. Je vois que le bien être animal et la question de la sur-consommation de viande prennent de plus en plus d’importance dans le débat public et je trouve ça très bien que des blogueuses s’emparent de ce sujet pour le rendre accessible à tout le monde.

    J’ai récemment lu les articles des blogs d’Eleonore Bridge et de Coline qui traitent très bien la question. J’ai également lu le livre de Jonathan Safran Foer « Faut-il manger les animaux ? » que j’ai trouvé formidable pour avoir un aperçu de tout ce qui se passe derrière l’industrie de la viande. Récemment un reportage sur les activistes vegan a également été diffusé sur canal plus dans l’émission Le supplément.

    Je mange de la viande depuis toute petite en quantité raisonnable. Je parle de « quantité raisonnable » car mon père a longtemps vu la viande comme un facteur favorisant les maladies cardio-vasculaires et ma mère est une adepte des plats végétariens à base de quinoa et de boulgour par exemple. A la suite de la lecture des articles et du livre j’ai pris conscience qu’il fallait que je réduise ma consommation de viande et surtout que je consomme autrement. Je veux réduire ma consommation de viande et surtout arrêter au possible d’en acheter de l’industrielle. Je suis étudiante donc je ne peux pas me payer de la viande de qualité mais je peux tout de même éviter au possible de favoriser l’industrie de la viande en lui donnant mon argent pour maltraiter les animaux.

    A ce stade de ma prise de conscience, je pense qu’en adoptant une conduite alimentaire respectable en favorisant les producteurs de proximité et les éleveurs respectant des conditions de vie optimale pour les animaux on arrivera à faire changer les choses. Et il ne faut pas qu’on crie au scandale parce que nous, français, vivons dans une société amatrice de viande. On peut continuer à manger de la viande en moindre quantité et continuer à perpétuer notre culture de la cuisine française. Je ne paraitrai surement pas assez extremiste aux yeux de certains mais chacun doit envisager le combat contre l’industrie de la viande à sa manière.

    Encore un grand merci pour cet article ! 🙂

    Bises

  54. Merci Valentine , c’est un super article 😉 !
    Mon père est agriculteur bio , et fait de la viande de génisse . Donc nos repas sont composé de beaucoup de viande rouge (bio et qui viennent de chez nous ! ) , et mes parents adorent cuisinées de la viande (blanche aussi car mes grands parents ont une ferme de poulets bio ! 😉 ) Je n’est jamais vraiment réfléchi sur ce sujet (moi pourtant qui pleure dès que je voit dans un film un petit chien blessé ! :'( ) Ton article ma fait réfléchir , beaucoup réfléchir même ! Mais je ne pense vraiment pas que j’arrêterais de manger de la viande ! Par contre ce qui est sur c’est que je diminuerait les doses ! 🙂
    Merci , milles merci pour ton superbe article très intérressant !
    Bisous , et bon fin de week-end ! xxx

  55. Oh que cet article est intéressant.
    Tu sais j’en suis presque convaincu mais le plus dure (du moins en France) quand tu es végétarien, c’est le regard des autres qui est le plus difficile…Dès que tu explique tes convictions a d’autres on te prends pour un marginal, mais je pense que les gens se comporte comme ça parce qu’ ils ont, comme tu as pus le dire, le syndrome de l’autruche…Dès que tu t’intéresse a la cause animal, tu est obligé de changer tes codes …Pour ma part le faire d’être devenue végétarienne est une des meilleurs décision que j’ai put prendre 🙂
    Il y a un autre documentaire qui s’appelle « earthlings » et apparemment, il est très intéressant…Pour ma part je ne l’ai pas encore vu car il est très difficile à regarder…
    En tout cas merci pour cet article, car je pense que c’est très important dans parler 🙂
    A très vite jolie Valentine

  56. Tünde
    Pardon, je vais devoir poster mon com en plusieurs parties, c’est trop long mais en même temps c’est un sujet qui me tient à coeur et j’espère que certains le liront.
    Merci Valentine, c’est un billet très bien écrit et c’est une super manière d’en parler à tes lecteurs, à voir les commentaires, on sent que personne ne se sent agressé et que finalement quand on aborde les choses avec douceur, on trouve en face des esprits ouverts, à moins de tomber sur des abrutis, comme on en voit trop dans les forums parlant de végéta*isme.
    J’aimerais apporter ma petite pierre (un pavé, en l’occurence, étant très concernée par le sujet).
    Perso je suis une flexitarienne à tendance végétalienne, puisqu’à la maison c’est du végétal à 99%. Je suis en phase de tranisition, donc ce pourcentage augmente progressivement, aujourd’hui, pas d’oeufs ni de produits laitiers dans mon frigo.
    La prise de conscience est venue après le visionnage de 2 documentaires déjà cités, « earthlings » et « le discours le plus important de votre vie » de Gary Yourofsky, que je te suggère d’ajouter à l’article, d’ailleurs, de même que « l’adieu au steack » qui est passé sur arte. Les images sont toujours plus convaincantes que les livres, la preuve ici avec ceux qui disent avoir lu les livres et pourtant manger encore de la viande.
    Si certains, que j’admire, arrivent à devenir vegan du jour au lendemain, la plupart progressent au jour le jour, c’est pour ça que je n’aime pas les critiques, car personne n’est parfait, je trouve assez offensif qu’on te repproche de porter du cuir ou de manger du poisson, par exemple, même si ces 2 consommations sont aussi à remettre en question, c’est indiscutable. Mais à moins d’ętre 100% vegan, chacun ferait mieux de balayer devant sa porte. Moi par exemple, il n’y a que depuis 2 mois que je ne mange plus de viande non plus au restaurant. Chez des gens, j’ai encore du mal à refuser, manger c’est quand-même aussi un acte social, de partage, un lien avec les autres, je me voyais mal enlever trier dans la paella que la maman de mon ami espagnol nous avait préparée, et de toute façon si on est cohérent à 100%, on mange pas le riz non plus, imprégné de viande et de poisson. Bref, je lui aurais fait de la peine, je me sentais impolie de le faire, j’ai mangé. Un jour peut-être je le sentirai d’en faire plus, j’y suis pas encore.

  57. Tünde
    J’envie ceux qui disent ne pas aimer la viande et les végés qui disent en être dégoûtés á la longue, moi j’adore toujours autant ça, ça me fait toujours envie, mais voilà, il y a un moment où on ne peut plus par égoïsme participer à ce carnage. Je ne pourrais jamais tuer une vache ni un cochon, ni même un poulet ou un poisson, pas plus qu’une écrevisse, alors je les mange pas. Par contre, les similis carnés à mon avis ne valent que pour ceux qui ont déjà laissé tomber la viande, j’ai jamais goûté un faux saucisson qui pourrait faire renoncer un carniste à son steack argentin. Par contre, souvent j’invite des amis et leur prépare cake salé en entrés, pâtes au pesto, moussaka d’aubergines sans viande, et du coup ils ont mangé végé, se sont régalés et ne remarquent même pas l’absence de viande. Un plat de pâtes aux truffes est plus convaincant qu’une tranche de tofu, c’est ce que je veux dire.
    Concernant le lait, il n’y a pas que le problème d’intolérance, ça va plus loin que ça. A lire ou voir les propose de Thierry Souccar, ostéoporose, cancer et autres sympathique maladie inflammatoires sont aussi dûs en parti à notre consommation de produits laitiers.
    A ceux qui traitent les végétaliens d’extrémistes, j’ai envie de répondre (sans ton moralisateur, puisque j’en consomme aussi encore parfois) que ce qui est extrémiste, c’est de passer des milliers de poussins mâles au broyeur car ils ne pondront pas, séparer un veau de la vache (vous n’avez pas envie de voir les vidéos de ça non plus, croyez-moi), bref être vegan, c’est pas extrémiste, c’est courageux et difficile.
    Je terminerai en disant, puisque la majorité des gens capables de réflexion en arrivent aux mêmes conclusions que les vegan, que le plus important, c’est de rester ouvert et de faire de son mieux et essayer de progresser. Vous pouvez pas vous passer de viande? Déjà boycottez totalement la viande non biologique, qui torture les animaux pendant leur courte vie. De toute façon cette viande est malsaine et impropre à la consommation. Vous ne pouvez pas vous le permettre financièrement? Il est temps de vous rendre compte que consommer la quantité que vous ëtes capable de vous acheter bio est la quantité juste, on est pas censé mange de la viande tous les jours. Idem pour les produits laitiers et les oeufs. Si déjà tout le monde se limite aux produits animaux bio, on aura fait un grand pas, car automatiquement ça voudra dire moins de consommation, moins de carnage.
    Ouf, merci pour ceux qui ont lu tout mon pavé 🙂
    Tünde

  58. Tünde
    Une dernière chose, ça m’irrite autant qu’on nous repproche ce qu’on fait encore de mal quand on n’est pas vegan à 100% que quand on dit « c’est vegan ou rien, aucun intérêt à être juste végétarien ». Aucun effort n’est négligeable et je sens que ce discours décourage ceux qui ont envie de faire des efforts au prix de sacrifice individuel. Chacun sa cohérence et son chemin, j’estime en faire plus pour la cause animale avec le fait d’être à 99% végétalienne flexi qu’un végétarien inflexible qui mange des oeufs et des produits laitiers non bio à chaque repas. Alors non, on est pas là pour se juger et se taper sur les doigts les uns les autres, mais pour réfléchir et avancer, dire « ça sert à rien », à mon sens c’est une manière de se donner bonne conscience à ne rien changer. Genre « puisque seuls les vegan sont 100% cohérents et que je trouve trop dur de le devenir, je vais pas changer mon assiette au quotidien ». Vous voyez?
    Tünde

  59. Bonjour Valentine et merci pour ton article intéressant.
    Pour ma part j’ai fait la même démarche que toi, jusqu’à revenir en arrière après de graves carences alimentaires, contrairement a toi je ne mangeais pas de poisson et certaine vitamines essentielles (au bon fonctionnement du cerveau par exemple !) ne se trouvent que dans les protéines animales (donc soja, lentilles etc. remplacent l’apport en protéine mais pas en vitamines). Je trouve qu’il vaut mieux manger un peu de chaque protéine animale finalement car si tu ne mange plus de viande et volaille tu compense forcément en mangeant plus de poisson et si tous le monde fait comme toi les océans se videront encore plus vite ce qui n’est pas très éthique malgré la démarche bonne à la base. Je mange donc un peu de viande et volaille label rouge et un peu de poisson et d’œufs label rouge voilà à mon avis une alimentation éthique et bonne pour ma santé, même si je déplore de manger des animaux et malgré la noble idéologie, tous les livres et témoignages que j’ai lu mon expérience malheureuse pour ma santé m’a fait changé d’avis.

  60. J’adore la viande et ne pourrai jamais m’en passer… à moins de devoir tuer une bête moi-même, j’avoue! Cela dit, je réalise que je n’en mange pas souvent (je parle du bon gros morceau de boeuf). Pour moi, tout est question de conditions dans laquelle les animaux sont élevés. Je n’achète jamais oh grand jamais de viande qui ne soit pas Suisse (oui, je suis Suisse) et surtout qui ne soit pas bio ou ayant un label que je connaisse, tout comme jamais je n’achèterai d’oeufs provenant d’un pays de l’est, d’élevages en batterie (quelle horreur!). J’estime que l’on peut très bien payer un peu plus cher certains aliments et récompenser ainsi des productions respectueuses. De là à devenir vegan…… perso la surpêche est pour moi une problématique beaucoup plus conséquente et actuelle, cela dit, en y réfléchissant, je mange encore moins de poisson que de viande, mais qu’est-ce que ça m’agace de me dire que tous ces thons rouges (et saumons) sont décimés pour en faire des sushis! Mégane

  61. Coucou Valentine,
    Je trouve cet article vraiment très intéressant. Alerter les gens sur ce qu’ils mangent est parfois très difficile. J’aime la viande et je pense que je ne pourrai jamais y renoncer définitivement, mais il faut vraiment être conscient que ce n’est pas nécessaire et surtout pas bon pour la santé en grande quantité. C’est pourquoi je réduis déjà à un repas par jour la consommation de viande, et bien sur je mange bio au maximum ou bien produit par des agriculteurs raisonnables, qui ne traitent pas et ne bourrent pas leurs animaux d’antibiotiques et autres cochonneries. Par contre une chose qui me révoltent fortement et que tu as énoncé rapidement, c’est le problème du lait ! Je suis horrifiée par les pubs qui prônent « les produits laitiers sont nos amis pour la vie », le lait n’est pas la seule source de calcium, et en plus c’est mauvais pour la santé (artères bouchées, cholestérol, acné, …). Effectivement tes alternatives végétales sont les meilleures ! Au final le lait d’amande, de soja, … Apporte le même effet et bien moins de méfaits que le lait de vache, qui devrait être considéré comme une gourmandise et non pas comme un aliment nécessaire à l’alimentation. Si l’allaitement des bébés humains ou animaux a une fin c’est que la nature n’est pas si bête, et qu’on en à plus besoin.
    Bref tout ça pour dire que j’encourage ton alimentation, que je suis contente d’avoir découvert des sites internet qui vendent aussi des galettes et des adresses gourmandes, j’ai pris plaisir à lire ton article.
    Je te fais des bisous

    Pauline M.W

  62. Ce sont bien des graines germées dans ton assiette sur la photo??J’aimerais bien en faire pousser moi-même mais j’hésite…J’ai peur que ça ne soit pas bon…Qu’en penses-tu toi?
    Merci de me répondre.
    Marion.

  63. Merci pour cet article Valentine!
    Je fais partie des personnes « pleines de bonne volonté » dont tu parles qui ont envie de changer leur alimentation… Je réalise en lisant les coms ci dessus que nous sommes nombreux dans ce cas là!!
    J’avoue que tes différents articles m’ont aidé à me sensibiliser sur le sujet du « bien manger » tout en étant par ailleurs très sensible à la cause animale. D’ailleurs, suite à un de tes posts Facebook, j’ai ouvert les yeux et je signe régulièrement des pétitions sur le net contre les dégâts (pour ne pas dire les horreurs…) que provoque la culture intensive de l’huile de Palme et j’œuvre quotidiennement à sensibiliser les gens autour de moi sur ce problème (même mes enfants de 4 et 8 ans ont compris pourquoi nous n’achetons plus de Nutella…).
    Ton article me parle vraiment. J’essaye depuis quelques mois maintenant de limiter ma conso de viande et de la remplacer par des « substituts »… Les galettes de Céréales achetées en grande surface sont délicieuses et je me suis même mise à cuisiner le Tofu (bien que très sceptique au départ, bien cuisiné et mariné au préalable, c’est pas mauvais ;)) Reste maintenant à convaincre mes enfants (mon cher et tendre est plutôt ouvert sur le sujet) qui ne sont pas fan-fan!!
    Bref, tout ça pour te dire merci de nous faire partager tes convictions alimentaires, à notre petit niveau je suis sure que nous pouvons tous faire un petit effort pour réduire notre conso de viande… Ce que tu partages avec nous est important d’autant que tu as l’air très bien renseignée sur ce sujet.
    Je t’embrasse jolie Valentine.
    Ju

  64. Bravo pour cet article et pour les liens à la fin qui vont m’être bien utiles ! J’essaie de manger de moins en moins de viande et de poisson, ce n’est pas toujours facile, mais le livre Faut-il manger les animaux m’a vraiment aidée : je ne peux plus voir un morceau de viande sans penser à l’animal qui est mort pour que je le consomme :/ Il m’arrive de craquer, au resto notamment, ou chez moi quand je n’ai pas d’idée de repas et que les vieux réflexes reprennent le dessus, mais peu à peu, j’avance… Mon copain est motivé lui aussi, ça aide !

  65. Bonsoir Valentine,
    Agée de 28 ans, je suis ovo lacto végétarienne depuis 11 ans maintenant.
    Très mal jugée par mes proches qui ne concoivent toujours pas mes choix de vie et étant malade depuis mon plus jeune age ( plus de colon et de multiples opération digestives) très mal perçue par le milieu médical.
    J’ai choisis ce mode de vie, par prise de conscience envers la cruauté humaine.
    Merci pour tes écrits, je te suis depuis le début de ton blog.
    Pensées de cœur.

  66. C’est un article très intéressant. Pour ma part je ne mange pas de viande depuis que je suis toute petite. Je n’achète quasiment plus d’oeufs, même bio et j’ai remplacé le lait par des laits végétaux comme toi. Je mange encore du fromage, mais tjs bio ! Je tiens à réagir à ton article car pour toi, le fait d’arrêter de manger de la viande a été bien accueilli par ton entourage ! Tu as de la chance, car ce n’est vraiment pas mon cas. Je me prends énormément de réflexions. Les gens « s’inquiètent » pour ma santé, alors que ça devrait plutôt être l’inverse finalement ! Ça les dérange, mais ça je ne sais pas pourquoi. On m’a même dit que je me privais trop, que je m’emprisonnais ! J’ai longtemps arrêté de me défendre, de « répondre » car cela devenait fatigant. J’ai même commencé à penser que j’avais tort sur le fait de ne plus manger de viande. Mais quand je vois le nombre de végétariens ou vegan ou peu importe l’appellation qu’on leur donne, sur la blogosphère, je me dis que finalement je n’ai pas si tort que ça ! Et puis c’est prouvé que le régime végétarien est bénéfique pour la santé quand on voit tous les antibio que nos pauvres petites bêtes ingurgitent. J’ai décidé de ne plus trop écouter ceux qui essaient de me décourager, je ne subis plus leurs réflexions et de temps en temps je les remets en place ! Je mange ou ne mange pas ce qui me plaît après tout ! Ce n’est pas évident d’être végétarien en France, pays où la viande a une place importante dans l’alimentation ! Mais je croise de plus en plus de personnes ne mangeant plus de viande et c’est motivant ! Merci pour cet article ! Bises !

  67. j’ai appris grâce à ton article que je suis semi-végétarienne.je ne mange plus de viande rouge depuis 2 ans maintenant et impossible d’en remanger .Je suis très sensible à la cause animale, je n’achète plus de produits testés sur animaux car l’idée qu’on torture des animaux juste pour avoir un beau gloss et 1 ride en moins m’est insupportable! Donc je te suis sur ta position et je suis contente que de plus en plus de personnes mangent moins de viandes c’est une bonne chose car de toute façon trop de viande c’est pas bon pour la santé.
    Merci pour avoir osé parler d’un sujet qui ne concerne pas la mode!
    Cynthia
    http://www.look-at-my-shoes.blogspot.fr

  68. Je commente rarement mais admire tes photos, tes looks presque quotidiennement. Le sujet que tu abordes aujourd’hui me touche particulièrement et je trouve que tu le traites de manière très claire, précise, documentée, argumentée et personnelle. Tes photos donnent faim !!! Bref je le trouve super cet article ! J’ai eu une période de végétarisme, suite à une intoxication alimentaire à la viande. Je suis revenue petit à petit à manger carné mais peut très bien m’en passer. Chez nous nous tentons de ne manger de la viande qu’une fois par jour voir moins que cela. Ce n’est pas toujours évident, la facilité va à faire un plat de viande mais quand on voit dans quelles conditions sont élevées et abattues les animaux, les cochonneries qu’elles avalent et que nous avalons ensuite cela fait peur ! Manger bio coûte cher malheureusement et en dehors de Paris les circuit court sont difficiles à trouver mais on essaie, tout de même de manger « mieux ».
    Merci pour cet article et bravo !

  69. Bonjour,
    Merci pour cet article, je ne m’y connais du tout, mais c’était très intéressant! J’ai juste une question, qui est peut-être ridicule, mais je me lance : Que penses tu de la consommation de fromages? est ce que c’est la même chose du coup que la viande sachant que cela vient des animaux?
    Merci pour ton article !

  70. Apparement je suis flexitarienne 🙂
    En fait je n’ai jamais été une très grande fan de viande et ça tombe bien 🙂
    Pour moi tout à vraiment commencé l’année dernière lorsque je suis tombée enceinte… c’est là que j’ai commencé à faire attention aux aliments que je mangeais et aussi à leur qualité… mais sans pour autant revisiter TOUTE mon alimentation.
    En plus de faire attention à ce que je mangeais, j’ai aussi commençé à faire attention aux produits cosmétiques, d’entretien que j’utilisais…
    Et c’est comme ça que depuis j’essaye de changer petit à petit toutes mes habitudes en consommant bio, éco , en soutenant la cause animale, en achetant beaucoup moins de viande qu’avant ( j’en mange très peu mais je sais que j’aurais du mal à la rayer totalement de mon alimentation).
    Mon mode de vie ne sera jamais parfait mais je fais des efforts 🙂
    Ce qui m’intéresse maintenant c’est de me renseigner plus profondément sur ces sujets ( j’ai quelques livres que j’ai achetés récemment mais que je dois encore lire : tels que « Arrêtons de manger de la merde » de Jean-Pierre Coffe, « Vive la malbouffe, à bas le bio! », « le livre anti toxique » de Laurent Chevalier, et il y en a encore plus d’un sur ma wishlist! :p
    J’aimerais aussi apprendre à cuisiner ces aliments que je ne connais pas bien , comme le tofu, soja et autres…
    Alors si tu as envie de partager tes recettes avec nous, fais toi plaisir 😀

    Merci pour ton article très intéressant 🙂

    Bon dimanche !

  71. Ton article est super !
    Je ne suis pas végétarienne. Je mange de la viande souvent.
    Je partage ton point de vue « ne pas tous être végétariens, mais consommer moins de « protéines ». C’est vrai que depuis quelques années je mange plus souvent du poisson et des fruits de mer. Ca change. Je mangeais très souvent du boeuf à une époque, et maintenant j’en suis limite écœurée.
    Je prends donc plaisir à mangé de la viande certes, mais avec modération.
    Bravo encore pour ce post !

  72. Je viens de lire ton article qui est vraiment très bien fait et fait réfléchir. Depuis quelques mois, je repense moi aussi ma façon de manger, même si je ne suis pas végétarienne et que j’aime manger de la viande (peut être aussi parce que ce type de plats fait partie de ma culture familiale). Cependant, je trouve ça très intéressant de s’intéresser à d’autres produits alternatifs : c’est comme ça que j’ai notamment commencé à troquer le lait de vache (qui est sûrement la cause de petits soucis…) contre des laits végétaux comme le lait d’amande ou le lait de soja. Le changement n’est pas forcément facile (le palais est trop habitué au goût du lait de vache) mais je me dis que je vais bien finir par trouver un lait végétal qui me convienne gustativement parlant.

    Je pense aussi que je vais enfin franchir le pas de lire le livre de Jonathan Safran Foer, ça fait un moment que j’hésite à oser le lire (je sais, c’est très bête). Me reste juste à essayer de consommer mieux avec mon budget actuel ! 🙂

  73. Merci Valentine de mettre ton blog au service d’une si noble cause qu’est la protection animale (via ce voile qui se lève sur les abattoirs, la maltraitance etc..), tu es une chouette blogueuse. J’espère de tout mon cœur que beaucoup liront cet article plutôt complet (et personnel, mais tout à fait lucide à mon sens) et auront un début de prise de conscience.
    Merci mille fois et bon courage pour la suite de ton cheminement vers ces changements alimentaires (j’en suis au même point que toi – mais là en pause car enceinte et en grande carrence de fer… -).
    Bises à toi, wonder-blogueuse 🙂

  74. Coucou Valentine,

    What a good read! J’ai pu pratiquer mon français, et j’ai élargit mon vocabulaire concernant le sujet. En fait, hier soir j’ai eu une conversation autour du sujet de la consommation de viande aux États-Unis et en France. Moi aussi, je suis pescétarienne et j’ai trouvé que c’est encore plus difficile de suivre mon régime pendant mon séjour à Paris. Mais, je dirai aussi que c’est plus facile manger sain en France qu’aux États-Unis. J’ai entendu que l’usage des OGM dans la nourriture est illégal en France.. par contre, ils sont partout dans la nourriture aux USA. J’ai remarqué que, pour faire la comparaison en tant qu’une américaine à Paris, les produits bio sont plus disponibles qu’avant en particulier en France. Les français ont peut-être un point de vue plus compréhensif de quoi s’agit la controverse de la nourriture modifiée et l’importance de l’eviter. Il y a certainement des marchés à Los Angeles comme Sprouts et Whole Foods (et aussi à The Grove) qui sont **super** (hihi quelques conseils pour ton séjour au côté ouest)!! Mais tout d’abord je pense qu’il faut éduquer le public. Les américains ne mangent pas seulement beaucoup de junk food, mais en plus nous pensons qu’un plat n’est pas complet sans la viande (pour les protéines « bien sûr »). En outre, nous mangeons vite, pour le plaisir (le goût), nous n’avons pas plus une culture qui accueille quatre personnes à la table pour manger tous ensemble à la fin de la journée… C’est dommage. Il y a pleine de choses que je pourrais dire concernant ce sujet… Toute ma famille est péscatarienne sauf mon frère qui est vegan. Nous sommes très conscients de la controverse sur la nourriture modifiée, nous nous tenons au courants en regardant des films comme « Forks Over Knives », « Food, Inc », « Foodmatters », et « Fat, Sick, and Nearly Dead » (pour te donner quelques exemples) et en lisant des livres comme The China Study et Fast Food Nation. Merci pour cet article. J’ai tout lu, et j’espère que tes réflections vont convaincre à quelqu’un de réfléchir à ce qu’il mange et surtout à ce qu’il croit.

    Amicalement,
    Diamond Troutman

    Paris Elsewhere Blog
    http://www.pariselsewhere.blogspot.fr

  75. Merci pour cet article.
    Cela dit, moi je ne dis pas non à la viande. J’en mange peu parce que c’est pas ce que je préfère mais évincer la viande complètement de mon alimentation, quand même pas. Et puis je suis sûre que si j’en mange plus, je vais devenir limite un peu « obsédée » par la viande, je préfère pas. Mais effectivement du coup, quand j’en prends, je me tourne plus vers le bio.

  76. On peut se trouver toutes les bonnes excuses du monde pour ne pas être vegan, parce-que c’est une démarche difficile, mais on ne peut pas laisser dire que le corps humain ne peut se passer de produits animaux, c’est complètement faux. @Laure, si tu as eu des carences, il fallait voir un nutritioniste ou naturopathe spécialisé en végéa*isme, il n’y a aucun raison pour laquelle il n’y aurait pas eu une solution à ton problème. Il y a tout, absolument tout ce dont on a besoin dans les végétaux. Seule la vitamine B12 pose problème, mais même dans une alimentation carnée, son apport est artificiel, puisqu’elle est administrée aux animaux en même temps que tous les autres traitements. C’est l’appAuvrissement des sols et l’hygiénisme qui est en cause, en mangeant des carottes mal lavées avec encore un peu de terre, on aurait notre dose, si le sol en question en contenait.
    Bref, chacun est libre de ses choix, mais faut arrêter de dire qu’on a « besoin » de manger de la viande. Non, on a pas besoin, c’est un choix, pas une nécessité.
    Tünde

  77. Article intéressant, cependant je regrette
    1/ l’illustration de ton article avec une photo de saumon, quand on sait ce que la consommation de ce poisson implique, qu’il soit d’élevage (99% du temps) ou non
    2/ les néologismes du genre pesco-végétarien ou semi-végétarien, on est végétarien ou omnivore, tout simplement.
    Bonne soirée !

  78. Végétarienne depuis de nombreuses années ça fait du bien de voir que les mentalités changent et de lire des articles tels que celui-ci. Merci encore pour toutes ces explications très claires, je pense envoyer le lien URL à toutes les personnes qui n’arrivent pas à cerner la différence entre végétarien, végétalien et flexitarien 🙂

    Merci encore pour tout ce que tu partages au quotidien.

    Une lectrice fidèle

  79. J’ai été végétarienne pendant 10 ans (je mangeais du poisson, pour moi, comme dit Cécile, on est végétarien ou omnivore). A l’époque, ça avait un sens, car le poisson n’était pas ce qu’il est aujourd’hui. Je ne sais pas si tu as vu l’émission sur le saumon (99% vient des élevages norvégiens), eh bien ils utilisent un antibiotique contre le poux des mers qui est considéré en Europe comme un pesticide. Donc en gros, en ne mangeant que du poisson, tu avales plus de merdes que si tu mangeais de la viande. La Norvège a même fait passer un communiqué demandant aux Norvégiens de limiter leur consommation de saumon à 2 fois par semaines, et de ne pas en donner aux petits enfants et aux femmes enceintes… Je trouve cela flippant.
    Après, ce qui me choque un peu dans ton article, c’est que tu sembles défendre la cause animale, mais les poissons sont des animaux qui sont élevés et tués dans des conditions aussi dégueulasses que les vaches ou les poulets, donc si c’est être végétarien parce qu’on veut défendre les animaux « mignons », mais que les moches ont s’en fout, je ne vois aucune logique dans ton raisonnement.
    J’ai recommencé à manger de la viande, car j’en avais marre des carences de toutes sortes (en fer notamment), car il est très difficile d’être végétarien en France. Lorsque je vivais en GB ou en Australie, c’était bien plus facile, il y avait des plats végétariens dans tous les restaurants, et des burgers végétariens au Mac Do, la France est donc très loin d’offrir aux végétarien un service digne de ce nom, ce qui est vraiment dommage.
    Enfin, je trouve que c’est difficile lorsqu’on a un mari qui mange de la viande, puis des enfants, de rester végétarien; j’ai une amie qui l’est depuis 20 ans et qui fait manger de la viande au reste de la famille, ce que je trouve courageux, parce qu’imposer ça à ses enfants, je trouve que c’est dangereux.
    Bref, après, tout ça est une question de choix, je trouve dommage qu’il y ait autant d’incompréhension autour des végétariens (les proches et les autres ne comprennent pas), nous sommes libres de nos choix!
    J’ai préféré me tourner vers le bio pour ma petite famille, c’est plus simple, je mange très peu de viande, mais assez pour ne pas retomber dans l’anémie.
    Bon courage en tout cas!
    Mafalda ❤
    http://www.mafaldadotzero.blogspot.fr

  80. Salut Valentine !
    Je me lance sous cet article (je ne suis pas du genre à laisser de commentaire, mais il y a un début à tout !). Je suis moi-même végétarienne depuis 8 ans maintenant, j’ai commencé au lycée (j’ai 24 ans), et j’ai eu la chance d’être bien accueillie et soutenue auprès de mes parents (qui eux mangent de la viande). J’ai longtemps consommé du poisson et des fruits de mer mais je suis passée du côté obscur de la force en arrêtant totalement toute viande ou chaire ayant nécessité l’abattage d’un animal ou d’un poisson. Les réactions sont souvent un peu bêtes ; j’entends souvent des « oh, mais tu as l’air en forme pourtant ! » (comme si manger végétarien enlevait toutes nos forces vitales…), ou encore « ce doit être difficile, tu as du courage » (je ne pense pas être particulièrement courageuse, j’ai juste changé la façon de m’alimenter et tout va bien). J’espère que ton nouveau régime se passe bien, et que tu seras soutenue toi aussi dans ta démarche (avec les fêtes, il le faut plus que d’habitude…).
    Merci pour ton article, je vais aller voir ce que donne le Faux Gras de suite !

    (et promis, je tâcherais de m’exprimer plus souvent ici…).

    Des bisous sucrés =)

  81. Ton article est très intéressant ! Je peux dire que depuis que je te suis, c’est bien toi qui m’a sensibilisé sur tout ça. Tu m’as poussé à me poser des questions, à ne pas faire l’autruche et à prendre vraiment conscience du bien être animale, et que tout n’est malheureusement pas rose, mais plutôt rouge. On n’est effectivement, et malheureusement pas dans le monde des bisounours.

    J’ai commencé par acheter le livre « Faut-il manger les animaux », connu grâce à toi. Puis j’ai suivi des pages facebook sur la cause animale… et tout est parti de la.
    Petite, j’étais végétarienne, pour finalement remangé de la viande à nouveau, et je prenais même plaisir à en remanger. Mais j’ai toujours eu cette image de l’animal qu’on tue face à mon steak ou autre viande. Grâce ou à cause de mon entourage, j’arrivais facilement à passer au dessus de cette image, en me disant que c’était comme ca, qu’il fallait bien se nourrir, que les animaux sont élevés pour ça (très grave de penser ça, j’en ai honte) et qu’ils ne souffrent pas de tout façon. Faux ! J’ai donc je peux dire, toujours été un peu sensible face à la souffrance animale, mais c’est comme si je faisais l’autruche, surtout par méconnaissance.
    Maintenant, je ne dirais pas que je suis végétarienne… puisque je m’autorise de temps en temps de la viande. Je suis plutôt flexitarien / semi végétarien. Je mange un peu de viande blanche, et je mange beaucoup moins voir rarement de la viande rouge. Par moi même je n’en mange pas, mais si je suis chez des amis ou dans la famille, je vais en manger, un peu. Je ne me régale plus comme avant avec un steak de toute façon. Et je peux même dire que la viande m’écœure de plus en plus. La viande que je m’autorise s’espace même de plus en plus.

    De plus, je n’achète plus de viande industrielle, je n’aime pas le lait donc n’en boit pas, et je ne mange plus de foie gras. Ce qui est chiant c’est de toujours devoir se justifier, et les gens ne comprennent pas pourquoi je mange certaines viandes et pas d’autres… « Tu ne manges pas d’agneau, mais tu manges bien du poulet !! », « mais goûtes c’est bon !! » et la je réponds que j’ai déjà goûté, que c’est effectivement bon en goût, mais non merci… alors la c’est le gros blanc, et ils comprennent encore moins ! Ils disent aussi ce que je pensais avant… « il faut bien se nourrir, c’est comme ca… etc … »

    Ma sensibilisation va un peu plus loin, j’essais aussi de limiter les produits testés sur les animaux. Je dis j’essais car il est difficile de changer des habitudes comme ça, du jour au lendemain. Surtout qu’énormément de produits sont testés sur les animaux !!! J’ai déjà commencé par ma fille, je ne lui prends que des produits Catier.
    Désolé pour le gros pavé en plus ! (j’espère ne pas avoir été trop brouillon ni avoir fais trop de fautes)

    Bises

    Cynthia

  82. Super article (j’avais hate de le lire!) Je suis végétarienne depuis l’age de 14 ans (donc depuis 19 ans), et contrairement à tout ce qu’on m’avait annoncé, j’ai continué à grandir en taille (et je suis bien plus grande que la plupart de mes amies carnivores), je suis sportive et je fais beaucoup de montagne, je ne suis pas anémiée, et pourtant je ne passe pas mon temps à surveiller mes protéines! Bref, je n’ai fait aucun sacrifice pour etre végétarienne.
    Un petit conseil de végétarienne au long court: le soja et tout ça, c’est bien, mais la cuisine traditionnelle que nous aimons depuis notre enfance, c’est mieux. Le soja est pratique de temps en temps, mais j’ai vu beaucoup de néo-végétariens renoncer à leurs bonnes résolutions parce que trop déconnectés de leurs repères gastronomiques. Il est dur de renoncer aux gouts que nous connaissons en meme temps qu’à la viande. Cela donne l’impression de prendre une décision un peu extreme, difficile à tenir sur le long terme. Notre cuisine offre énormément de recettes végéariennes, des flans, clafoutis, cakes, gratins, pates, risottos, omelettes, salades composées, poellées, soupes, couscous etc. Pour les végétariens classiques dont je fais partie, les oeufs, les produits laitiers et l’association céréales-légumineuses nous donnent toutes les protéines dont nous avons besoin, et c’est bon!

  83. Je suis partagée sur cet article. Je n’ai entre autres pas compris la pique et la généralité faite sur les « végétaliens », qui se « permettent un sac en cuir », je pense qu’il s’agit de cas isolés, sachant qu’il y a beaucoup de végétariens qui tiennent à mort à leurs belles pompes en cuir ou les anti-fourrures qui se rendent à leur manif bardés d’autocollants engagés avec leur beau petit sac en peau de bête.

    Personnellement, je ne suis pas végétarienne mais mange surtout de la viande blanche, par goût et par connaissance des méfaits de la viande rouge sur la santé.

    Ce qui m’aurait intéressé c’est de savoir pourquoi certains se disent végétariens en ne mengeant que de la viande blanche ou du poisson. Je me suis déjà entendue dire « parce que une poule c’est pas pareil qu’un veau niveau conscience animale », c’est à la fois pathétique et hilarant.

    Quand on s’engage dans une cause, on ne s’aménage pas une zone de confort, c’est trop facile. Je n’ai pas de respect pour ces gens-là que je qualifie de « clown ».

    Cependant, je comprends parfaitement et respecte tout autant la vraie philosophie de vie d’un végétarien, j’attends juste de lui qui ne me l’impose pas à tout prix. Mais j’en discuterais avec plaisir avec lui.

    Un article très complet ! ^^

  84. @Cécile,
    Je ne vois pas en quoi les néologismes te dérangent, il faut enrichir le vocabulaire et c’est essentiel d’avoir des mots pour décrire les nouvelles habitudes alimentaires. Ne serait-ce que dans la restauration, si un client dit « qu’avez-vous pour moi, je suis « pesco-vg, végétarien, végétalien etc. » Ça évitera qu’on serve des plats avec du fromage à un végétalien.
    Je trouve même qu’il n’existe pas assez de mots, par exemple quelqu’un qui fait une journée sans viande par semaine peut se dire flexitarien, alors que ce n’est pas du tout pareil que le flexitarien qui va manger un bout d’animal tous les 36 du mois quand il sent qu’il n’a pas le choix.
    Ensuite, effectivement je trouve certains termes impropres, je trouve aussi que « pesco-végétarien » donne l’impression qu’un poisson n’a guėre plus de conscience et sensibilité qu’un légume, d’ailleurs ça me semble aussi dommage que beaucoup n’aient pas la moindre compassion pour un poisson et passent le pas de ne plus manger de mammifères sans se poser la moindre question sur le poisson (surtout que d’un point de vue écologique, la consommation de poisson est bien pire que celle de viande, des espèces en voie de disparition type dauphin et tortues de mer se prennent et meurent dans les gigantesques filets, d’autre part on vide les océans et vole leur nourriture…)
    Bref, le vocabulaire devient plus riche et c’est très bien. C’est vraiment caricatural de dire « on est végétarien ou omni, point », non. Déjà l’humain est omnivore, ce n’est pas parce-qu’il décide d’éviter certains aliments qu’il perd cette classificatio, de même qu’on ne peut pas dire « carnivore » concernant ceux qui mangent de la viande. Ce sont des carnistes, terme apparu il y a une dizaine d’années. A ce sujet, je vous conseille la lecture ou les videos de celle qui a écrit « why we love dogs, eat pigs and wear cows », qui a inventé ce mot, ses réflexions sont vraiment très intéressantes.
    Enfin, je ne peut que bondir quand j’entend qu’il serait dangereux de « priver » les enfants de viande. Ce que je trouve dangereux, ce sonles habitudes alimentaires classiques qu’on transmet de génération en génération. On sait déjà que les végés qui ont une alimentation équilibrée ont une espérance de vie plus longue (jusqu’à 10 ans apparemment pour les hommes), alors pourquoi ne pas prendre les bonnes habitudes dès le départ plutôt que d’avoir ensuite des adultes frustrés de devoir changer de régime alimentaire? A mon sens, la contrainte va dans le sens contraire, avec des messages officiels du style « produits laitiers et protéines à chaque repas »! Comme si on ne trouvait du calcium et des protéines que dans la viande et le fromage! Un enfant vg avec une alimentation équilibrée sera en parfaite santé, plus qu’un carniste, alors non, c’est pas « dangereux »
    Tünhe

  85. @Tünhe : effectivement j’étais carencée en B12 mais aussi en B9, zink etc… J’ai vu différents professionnels de la santé, ils ont tous eu le même discours… Et je me suis rendu compte que mes prescripteurs vegan mangeaient en réalité très mal pour leur santé : trop d’œufs, de lait, de poisson… ou alors ils m’ont avoués qu’ils étaient eux aussi en carence…
    Toi même qui a l’air assez engagée manges tu vraiment de manière saine pour toi sans aucune carence ? Depuis quand ? Si c’est le cas peux tu m’expliquer comment dans les grandes lignes ? Car j’ai vraiment lu pendant des mois sur le sujet et tout respectée jusqu’à m’en rendre malade ..!

  86. Bonsoir, je trouve ton article très intéressant, cependant je me posais une question, n’y vois aucune agression, je me demandais pour qu’elle raison « t’autorisais » tu à manger du poisson et des crustacés alors que tu ne manges pas de viande ? (Par rapport à la protection des animaux quoi…)
    Merci 🙂

  87. Tu sais ce que je pense du végétarisme, étant végétarienne, et évoquant assez souvent mon mode de vie sur mon blog/ailleurs, donc bon, juste merci d’en parler, car c’est en se posant des questions (et en faisant probablement réfléchir tes lecteurs) qu’on arrive à changer les choses, et j’en suis heureuse 🙂

    A bientôt Valentine <3

  88. Bonsoir,

    Ton article est intéressant certes, mais ne participe-t-il pas d’un phénomène de mode autour du sujet? Cf les articles récents d’autres bloggeuses sur le sujet et cette tendance à la diabolisation de tout ce qui est animal et tout ce qui provient de l’animal.

    Alors je vais peut être faire tâche parmi tous ces commentaires élogieux mais je dois avouer en avoir marre de cette position bien attendue sur le sujet. Bahh les pauvres animaux qui souffrent! Bahhh les viandes pleines d’hormones et compagnie!!!

    Plutôt que de stopper toute consommation de viande, si la motivation est vraiment celle de consommer plus sainement, pourquoi ne pas se tourner vers un boucher et acheter des viandes dont on sait qu’elles proviennent d’élevages en plein air, etc?

    Parce que je trouve quand même très hypocrite de cesser toute consommation de viande mais de continuer à s’alimenter de produits venant de la mer. Tout d’abord, les poissons sont de nos jours bien souvent d’élevage. Mais, en outre, les mers ne sont-elles pas extrêmement polluées? Ce qui en provient n’est donc pas assuré d’être réellement sain.

    Voilà, je pense qu’il faut avant tout être un consommateur conscient, attentif à l’origine des produits que l’on achète et consomme. Mais exclure totalement de son alimentation toute une catégorie de produits est peut être non seulement néfaste pour la santé, mais au surplus inutile quant à l’objectif que l’on souhaite atteindre, à savoir s’alimenter mieux et être respectueux de ce que l’on consomme.

  89. @Laure, c’est pas si compliqué d’avoir un régime vg équilibré, mais effectivement le premier piège consiste souvent à compenser avec les oeufs et le fromage. C’est rare ceux qui deviennent vegan du jour au lendemain. Moi-même, je suis en transition, chacun fait à son rythme, c’est normal. Je te conseille un groupe sympa, sur facebook, « happy veggies:végétariens, végétaliens et curieux », tu y trouveras une ambiance sympa et toutes les réponses à tes questions!
    Tünde

  90. Je ne suis pas contre le végétarisme ce qui me peut gêner ce sont les nanas  » ho non je ne mange rien qui viennent des animaux, c’est bien trop horrible ! ».
    Mouais et tes chaussures sont en plastiques of course ?

  91. @Tünde : c’est pas si compliqué mais toi même tu es en transition…
    Parles de ce que tu connais alors 😉 C’est facile les beaux discours !

  92. Coucou Valentine!

    Merci pour cet article fort intéressant. Je m’intéresse de plus en plus à ce thème malgré le fait que je ne sois pas végétarienne et que je ne compte pas le devenir. Cependant, je suis d’accord avec toi sur le fait qu’il ne faut pas consommer trop de viande. Je n’en mange pas tous les jours et ça ne me pose aucun problème. J’essaye d’alterner avec d’autres sources de protéines en me dirigeant certes vers le poisson et les œufs mais j’essaye aussi des alternatives vegan comme le tofu ou des galettes. D’ailleurs un nouveau restaurant vegan a ouvert dans ma ville et je me réjouis d’y aller pour expérimenter une entrée, plat et dessert totalement vegan.

    Biz

  93. Bonsoir Valentine,
    J’avoue que j’ai mis un peu de temps à lire cet article, mais je tenais quand même à le lire en entier, et à participer au débat.
    Etant fille d’éleveur de bovins, et d’ovins, ma famille n’est pas forcément ouvert à ce type de pratique alimentaire. Depuis que je suis petite, nous consommons donc les produits de la ferme produit par mon père, et les légumes que mes grands parents produisent dans le grand jardin qu’ils cultivent pour leur plaisir personnel, et pour le notre aussi.
    J’ai donc toujours eu l’habitude de savoir d’où provenait ce que je mangeait, et de consommer des produits frais, sain, et non traités, mais aussi issue de l’élevage. Seulement, l’an dernier je suis partie faire mes études à plus de 600km de toute ma famille, et donc de toutes ces habitudes. De ce fait, j’ai commencé à remettre en cause mes habitudes alimentaires, boudant les grandes surfaces et leurs systèmes de consommation, les fruits et légumes pas frais, les plats préparés, etc. …
    Le problème c’est qu’a à peine 19ans, on ne sait pas toujours vers où se tourner, où se renseigner. Ton article m’a éclairé sur certains point, et c’est pourquoi je voulais te remercier d’avoir pris le temps de l’écrire, et de t’investir autant dans ce blog, pour éclairer et informer les personnes qui sont dans mon cas.
    Je te souhaite une bonne soirée. Bises

  94. Comme d’habitude, je réagis bien assez tard à ton sujet, mais cela me tenait à cœur de réagir.
    J’ai parcouru quelques réactions, je suis du même avis que certaines, d’autres, leurs propos me gênent ou me choquent. Je vois que certaines se sont beaucoup documentées, c’est toujours intéressant !
    Pour ma part, je ne suis pas végétarienne, mais sur le devenir, et avec mon mari, nous nous sensibilisons petit à petit sur le sujet; ma cousine étant végétarienne depuis qu’elle a 13 ans, elle nous donne des conseils et nous rassure. Disons que je me sens dans la partie qui s’intéresse au sujet, mais qui progresse petit à petit. Il est vrai que la souffrance animale y est aussi pour quelque chose, et j’apprends de nouvelles choses tous les jours. J’ai une petite réserve sur certains végétaliens qui diabolisent les gens comme moi car pour certains, c’est TOUT ou rien, mais je trouve que prendre conscience de ce qui se passe et comment nous mangeons, modifier nos habitudes alimentaires (achats, cuisine…) peut prendre du temps pour ceux qui n’y sont pas initiés. Je pense que chacun doit suivre sa propre voie, pourvu que l’on arrive au même résultat, c’est à dire apprendre à se nourrir autrement, modifier sa façon de faire les courses, éduquer, stopper le gâchis … Je pense qu’une partie des Français n’est pas prête pour cela, malheureusement trop d’égoïsme, et de routine dans les habitudes, de « traditions » qui ne signifient plus grand chose en réalité. A nous de montrer que c’est à la portée de tout le monde avec un peu de volonté, la volonté de bien faire. Rome ne s’est pas faite en 1 jour, et mon chemin est encore long, mais je sais qu’il nous attend de belles choses.
    Merci à toi de partager cela au quotidien avec nous, je te conseille le site de PIGUT qui renferme des petits trésors, et jette un coup d’œil à Chef Chloe Coscarelli qui a sorti aux Etats-Unis des livres de pâtisseries végétaliennes, elles ont l’air toutes plus alléchantes les unes que les autres, en tout cas pour moi, tout est source d’inspiration !
    A bientôt
    Fanny

  95. Bonjour Valentine 🙂
    J’ai trouvé ton article très intéressent, sachant que je me pose de plus en plus de questions sur mon alimentation en ce moment. Depuis quelque temps je ne regarde plus la viande de la même façon et j’arrive à être dégoûtée de celle ci alors que je ne l’avais jamais été avant. J’essaye de manger du poisson dès que je le peux mais malheureusement je n’ai que 17 ans et dans ma famille c’est plutôt viande à tous les repas ainsi qu’au lycée. Comment annoncer à mes parents que j’aimerai devenir semie ou pesco végétarienne au fur et à mesure ?
    Je me renseigne de plus en plus sur ce genre de sujets qui m’intéressent beaucoup plus qu’avant, j’aimerais beaucoup faire attention à ce que je mange mais c’est compliqué à 17 ans sachant que je ne fais pas de courses ou quoi que ce soit…
    Encore merci pour cet article 🙂

    dugardlisa@yahoo.fr

  96. Bonjour Valentine,
    Cela fait un moment que je suis ton blog et j’apprécie d’y lire ce genre d’articles (cf celui sur l’huile de palme) tant ils sont rares sur beaucoup de blogs « mode ». Pour moi la façon dont je mange est un véritable acte politique et j’ai beaucoup de mal à faire passer le message. Pour ma part je ne suis pas végétarienne mais je mange très peu de viande autant par choix que par manque de sous. Et oui, pour une étudiante manger de la viande n’est pas bon marché. C’est grâce à ma consommation raisonnée de viande que je peux me permettre d’acheter des aliments de meilleure qualité (bio) et c ‘est souvent ce que je dis à mes colocs ou amis pour qui manger bio reste encore un luxe qu’ils ne peuvent pas se permettre: tout est une question de choix. Pour ma part, je délaisse les steaks hachés des grandes surfaces gavés de colorants oranges ou les poulets plein d’eau pour être plus lourds et préfère acheter de la bonne viande au marché bio une fois par mois. Souvent cela ne me revient pas beaucoup plus cher (la proximité avec les vendeurs du marché permet de nombreuses ristournes et bonnes affaires) et c ‘est bien meilleur. Un jour j’espère pouvoir devenir végétarienne mais en attendant je fais attention à ce que j’achète. J’aimerais enfin rajouter que concernant le poisson, il faut faire très attention à notre consommation également. Plusieurs sites proposent des listes des espèces menacées (http://www.consoglobe.com/acheter-poisson-menacer-biodiversite-1824-cg/2). Les poissons sauvages de mer ou de rivière(certifiés bio ou non) sont souvent gavés de produits chimiques tandis que les poissons d’élevage non bio sont gavés d’antibiotiques. Manger du poisson est donc souvent bien pire que manger de la viande si on ne fait pas attention. Pour finir je voudrais juste dire que penser sa consommation de nourriture doit s’inscrire dans une réflexion sur sa consommation en général! Quitte à paraitre un peu extrême, mon seul regret pour cet article est de voir la photo de Glamour, magazine féminin décérébré qui se contente de suivre le mouvement sans s’intéresser au fond des choses et qui en bonus nous sert des clichés affligeants dur la femme et nous assène de « bons conseils ».

    Restons curieux et ne considérons jamais rien comme acquis c’est la seule façon d’avancer de façon éclairée!
    Bonne continuation et merci!

  97. Hello Valentine 😉
    Je m’appel Mélanie, et depuis plusieurs années je suis régulièrement tes articles. Ton blog a été l’un des premiers que j’ai découvert et je suis très heureuse de constater son évolution plus que positive. Sans entrer dans un tas de compliments comme tu en reçois chaque jour, je tiens à te dire que je trouve ta personnalité très singulière et constante c’est ce que j’apprécie.
    Aujourd’hui je découvre ce post, et que dire : mais ouiiiii, , j’aime et j’apprécie X10000, bref au top
    Je suis devenue végétarienne il y a plus de deux ans, et ce qui est marrant c’est que les choses ne sont plus perçu de la même manière, car dès lors que je le suis devenu, c’est à ce moment la, que j’ai remarqué les liens envers la cause animale que tu avais mis sur ton blog. J’ai de ce fait été curieuse de savoir si toi aussi tu avais fais le choix de vie de ne pas/plus contribuer aux horreurs qui existent. Je t’avais posté un commentaire, mais n’ai jamais eu de réponses 🙁
    Peu importe aujourd’hui j’ai ma réponse et je suis très satisfaite :). Je trouve ça courageux de ta part de poster un article de ce type, avec un pour simple but, l’INFORMATION, et la résultante de nos choix/actions (car pour moi c’est le meilleur moyen de sensibiliser autruit)
    Je connais l’impact qu’ont les blogs à l’heure actuelle, et j’espère que ce post va faire quelque peu réfléchir certain voir même bouger quelque conscience 🙂
    Pour ma part, le déclic a été sans retour, parmi tant d’autres sources d’information, j’ai eu l’occasion de visionner earthling, et pour faire simple je ne voulais plus être responsable de cela. Je me rends compte maintenant que les idées reçues sont nombreuses, et ce qui est alarmant c’est qu’elles nous sont inculquées dès la naissance. Et cela pour une question de bussiness
    Il y aurait tant de choses à dire, mais ton blog n’est pas un défouloir, et on en perdrait l’idée principale pour laquelle je t’écris 🙂
    Encore une fois merci pour ce post, et bravo pour ton choix, c’est déja un bon début 🙂

    J’espère en savoir d’avantage sur ton parcours
    mélanie

  98. Je viens de découvrir ton blog et j’étais entrain de flâner sur toutes tes pages et je tombe sur cette article (qui, il faut le dire, dénote un peu du reste du blog). Mais je trouve ça chouette que tu nous donnes ton point de vu ! Et plus loin que ça même, je trouve ça chouette que tu ailles au delà des clichés de la bloggeuse mode !
    Du coup, en réponse à cet article: la plupart des choses que tu dis sur la viande, je le savais déjà, mais c’est toujours aussi choquant (et ne parlons pas des vidéos en caméra caché dans les élevages intensifs…).
    Depuis toute petite, comme toi, j’ai été bombardé de « fausses » informations comme quoi, un repas, c’est de la viande et des légumes. Quoi?! Un repas sans viande?? Mon père est un vrai carnivore. Depuis que je suis partie de chez mes parents, je consomme beaucoup moins de viande. Est-ce que c’est une contre-réaction? Est-ce que c’est par conscience écologique (si tout le monde était végétarien, tout le monde pourrait manger à sa faim)? Est-ce que c’est par préoccupation animal? Pour des raisons de santé? Surement un peu pour toutes ces raisons.
    Mais j’en mange encore, je l’avoue. Quand je mange à la cantine de mon boulot, je prend une assiette normale, quand je vais au restaurant, il m’arrive de prendre de la viande. Par contre, je n’en achète jamais, ou très peu (et quand j’en achète, c’est au boucher du marché d’en bas de chez moi).
    Du coup, j’achète énormément au marché de petits producteurs d’à côté de chez moi. C’est locale, la plupart du temps raisonné, et de saison. Pour le reste de mon alimentation (riz, pâtes, graines), j’achète en vrac à « la vie claire ».
    Je cuisine plus, j’utilise des épices, des graines, je découvre des alternatives délicieuses (le lait de riz… hum) et je produis beaucoup moins de déchets aussi. J’achète mes légumes dans des sacs de tissus, et je réutilise les sachets en papier pour le riz et les pâtes.
    Et quand on vit plus simplement comme ça, on revient aux petites choses authentiques de la vie, et ça fait du bien :).

  99. Bonjour Valentine, moi aussi je prends plaisir à flâner devant tes jolis photos, et tes gouts vestimentaires m’inspirent…
    Toutefois ça ne pousse pas forcement à commenter… Alors que ce type de sujet, moins « superficiel » donne aussi envie de suivre tes pérégrinations pour ton implication dans la vie…
    Personnellement je n »ai vraiment commencé à me soucier de ce qu’il y’avait dans mon alimentation en devenant maman… et depuis je fais nettement plus attention et tout comme tu le décris, je prends la mesure de la souffrance animal, et je fais de mon mieux pour ne pas trop donner le gout de la viande à mes filles… Merci pour ces informations et les liens que tu as mis… Cette année j’ai même commencé une campagne, pour ne pas consommer de foie gras à Noël… mais ce n’est pas gagné, c’est drôle comme dans ce genre de situation les gens tiennent aux traditions… 🙂 Bonne continuation…

  100. Un article sympa, pas trop moralisateur mais avec les infos quand même!

    Je suis fléxitarienne depuis 4 ans et demi et depuis 1 mois, avec mon Brun, nous avons décidé d’arrêter totalement la viande. Ce qui fait de nous des « Pesco-végétarien », mais uniquement à l’extérieur, car on en mange jamais à la maison. Notre séjour de 3 semaines en Californie nous a pas mal aidé à sauter le pas, car même en mangeant dehors très souvent, aucun problème pour trouver de quoi manger végé là-bas, même dans un bled de 70 habitants!

    Pour les associations de FA d’animaux, connais-tu le CDA? Nous avons adopté notre matou là-bas il y a 3 ans et il y a 1 an nous n’avons pas pu nous résoudre à rendre la petite chatte que nous avions en famille d’accueil. On a donc 2 chats à la maison!

  101. Merci pour cet article qui explique très bien nos convictions et nos choix sans tomber dans le moralisateur ou l’extrémiste de la cause animale. Et je peux enfin mettre un mot sur mon mode de vie alimentaire (végétarien mais avec consommation de poisson).
    Cela fait maintenant 6ans que je ne mange plus de viande et je suis en parfaite santé, en fait j’ai presque oublié le nom de médecin tellement mes visites chez lui sont rares !

    Et finalement le principal soucis des végétariens ce n’est ni leur santé ni le manque de viande, si indispensable aux yeux de certains, mais bien le regards des autres. Je déteste crier haut et fort que je suis végétarienne, car je me heurte le plus souvent à des yeux écarquillés et la fatal question  » mais pourquoi, c’est stupide, l’animal est déjà mort, en plus c’est trop bon la viande ! »
    Bon je ne débattrais pas du pourquoi du comment de mon choix, étant déjà assez bien résumé dans ton article mais j’aimerais savoir si toi aussi tu te heurtes à l’incompréhension des gens, qui te regardent comme un alien quand tu oses mentionner ton régime alimentaire ?
    Et parfois même des remarques méchantes, des petits phrases qui essayent d’ébranler ta conviction, de te montrer que ce que tu fais n’est pas normal et que tu déranges. Peut-être quà Paris c’est un peu plus facile mais venant d’Alsace, région très éloignée de la mer et dont la cuisine est très riche en viande (même si ça reste de la très bonne cuisine), c’est des fois un vrai combat. Est-ce que je me permets de juger ceux qui mange de la viande ? Non, bien sur que non, je comprends parfaitement que certains ne puisse pas s’en passer mais j’ai aussi mon choix et mon opinion et je ne comprends pas pourquoi, certaines personnes se braquent immédiatement et essaye de me prouver à quel point mon choix est stupide. Est-ce si difficile à comprendre ? Ou à défaut, de respecter ce que je mange ?
    Alors certes le régime végétarien n’est pas absolument ce vers quoi l’homme moderne doit tendre mais il est clair que notre consommation de viande est beaucoup trop excessive et que nous devons revoir notre façon de consommer.

    En tout cas merci pour cet édifiant article qui renforce ma conviction et la certitude d’avoir fait le bon choix 🙂

  102. Bonjour, bravo à toi et pour ton blog, ça me fait toujours plaisir de me reconnaître et de lire des choses en accord avec mes convictions 🙂 Je me permets de partager cet événement : la veggie pride, le 10 mai prochain à Paris. Nous sommes de plus en plus nombreux à devenir végétariens/liens et il me semble primordial de « nous faire voir » encore davantage ! https://www.facebook.com/events/1380950808836847/?fref=ts

  103. Très belle article Valentine! Personnellement je ne suis ni végétarienne ni quoi que ce soit mais je suis d’une famille ou manger de la viande tout les jours n’a jamais été une habitude au contraire. Ma mère sans être elle non plus végétarienne a toujours défendu l’idée que manger de la viande tout les jours n’était pas bon et c’est tout naturellement qu’une fois le nid quitté je n’ai continué à consommer de la viande qu’une fois par semaine environs parfois moins.
    Depuis un an j’ai commencé des études de diététique et j’ai passé une phase assez difficile car toutes les choses auxquelles je crois en matière d’alimentation et me venant surtout de ma mère, sont constamment contredit (par les profs ou les autres élèves qui me prennent pour un ovni): on nous apprend qu’il faut obligatoirement une pars de protéine animal chaque jours pour avoir le bon apports d’acides aminées et pouvoir créer de bonnes protéines assimilables et on nous le prouve par a+b à l’aide de cours de biochimie etc pour autant je n’ai pas forcément changé mes habitudes et je n’ai jamais eu à me plaindre: je n’ai jamais fais d’anémie et ai toujours eu une bonne musculature même à l’époque ou je faisait 15h de danse par semaine et avec quasi 0 apport en protéine… Du coup je trouve cette question très complexe et intéressante mais je pense que cette promotion de la viande en France , qui explique aussi le peut de place laissé aux produits végétarien, est d’une part très culturelle ( nous somme un pays agricole, d’élevage) et absolument économique (pour les même raisons). Pour ma pars je n’ai pas forcément une vraie volonté d’arrêté la viande car j’aime ça ( même si il ne faut pas que je pense à ce que je mange^^) mais je n’en consomme que rarement, préférant naturellement le poisson. Au delà de la quantité , ce qui prime pour moi est la qualité, et je trouve surtout important de privilégié la viande d’un animal élevé dans de  »bonne » conditions. Alors quand j’ai envie d’un morceau de viande je fais attention au Label, à la provenance etc quitte à payer un peu plus chère ( comme c’est occasionnel on peut se permettre). Manger du poulet de batterie ou même juste les œufs d’une poule qui ne gambade pas à l’air libre ce n’est pas possible pour moi…
    Ma position par rapport à la viande c’est qu’il n’est pas mauvais d’en manger mais en petite quantité (voir très petite de l’ordre 1/mois) et surtout de qualité (très important à mes yeux) . Ceci pour une questions d’acides aminées qui forment les protéines et dont certains sont déficient dans la plupart des céréales (Et parce que je ne peut quand même pas totalement ignorer mes cours de biochimie et de physiologie qui sont pour le coup des donnés scientifiques et normalement objective sur le rôle et la composition des protéines.) Mais il existe certaines associations permettant de recréer de « bonnes » protéines comme: céréales + légumineuses ou encore céréales + fromage.
    Pour ce qui est du soja je suis très sceptique à cause de l’effet sur les hormones et surtout il est obligatoire de le consommer Bio car le soja est une des céréale la plus traité et modifié .

    Pour ce qui est du Lait je fais partis de ceux qui le déconseille fortement ( je n’en consomme que très rarement). Pour l’anecdote, qui rejoins d’ailleurs ce que je disais sur la viande, une des première chose que nous avons appris en biochimie c’est que le lait ne peut être digéré par notre organisme adulte tout simplement car nous ne possédons pas l’enzyme qui permet la digestion du lactose ( qui est un ose = un sucre). Il semble alors abérant que quelques jours plus tard la prof de nutrition nous apprennent que nous devons obligatoirement inclure un laitage à chaque repas! (ou est la logique!) Pour moi ceci montre bien que cet pub pour le lait est juste économique mais ne tiens pas compte des réels besoins de notre corps! ( j’exclue les personnes âgées pour qui les laitage sont important au sein de l’alimentation) .
    Je dois dire que je suis très déçu de mes études de diététique, je me suis rendu compte quand France le diplôme auxquels on nous prépare ne tiens ni compte de la pars sociologique ou psychologique de l’alimentation et encore moins d’un questionnement autours de ce qui est sain pour notre corps. J’ai l’impression d’être formé pour répéter les mêmes choses sans réfléchir et je pense que c’est un gros problème en France car finalement les professionnels du milieu sont engrainé des le début de leur études. On ne nous apprend pas à réfléchir sur l’alimentation mais à continuer la propagande mise en place autour de l’alimentation dans un intérêt qui me semble de plus en plus purement économique -_-

    Par rapport à la viande je crois qu’il existe également des livres qui parlent des répercutions sur l’homme des souffrances de l’animal au niveau énergétiques etc, je pense que ça peut également être intéressant…

    Enfin bref au moment ou je t’écris le boucher juste en dessous de chez moi a du remettre des poulet à rôtir pile en dessous de ma fenêtre et je dois dire que l’odeur de chair qui commence à peine à cuire me dégoûte au plus haut point :/ ( en plus pour le coup je n’ai pas du tout confiance en la provenance de sa viande)

    Voilà mon rapport à l’alimentation est surtout de privilégier la qualité, la diversité et d’écouter mon corps. Je pense que si l’on fait attention à ses trois choses et qu’on ne se laisse pas dicter nos choix par la pub ou les effets de mode souvent dans les extrêmes (car certains courant de consommateurs sont à mon avis également dangereux) alors on se respectera et on aura également une démarche respectueuse de l’environnement .

    En tout cas je n’avais jamais laissé un commentaire aussi long nul part ^^

    http://aswildchild.blogspot.fr/

  104. Je suis tombée sur cet article grâce à ton article contre la fourrure (je suis ton blog depuis seulement quelques mois !) et j’ai un peu hésité à commenté (notamment parce que je n’ai pas lu tous les commentaires déjà postés …).
    Je trouve ton article vraiment très intéressent et j’avoue que ça m’aide un peu de lire des articles comme ça, afin de « choisir » mon régime alimentaire … Je n’ai pas mangé de viande ni de poisson pendant 5 ans (tout en continuant à manger des oeufs et des produits laitiers), puis je suis partie vivre en italie dans un petit village de campagne, et jai un peu eu l’impression de m’être « trompée », je mangeais du lait et des oeufs produits en masse achetés au supermarché et refusais viande ou poisson peu importe la provenance …
    Mes gentils voisins italiens (que je remercie mille fois pour tous ce qu’ils m’ont apporté) élevaient des poules (pour les oeufs et pour la viande) et je me suis dis que je préférais manger cette poule que des oeufs ou du lait provenant d’animaux élevés dans de tristes conditions …
    Bref tout ça pour dire que rien n’est simple ! Aujourd’hui, je suis revenu m’installer en France, et je mange de nouveau de la viande (rarement), mais seulement celle achetée à de petits producteurs bio, je mange également des oeufs et des laitages (au maximum bio, mais on fait pas toujours ce qu’on veut dans la vie!). Evidemment je suppose qu’il n’y a pas vraiment de « recette miracle », la méthode parfaite, mais j’avais juste envie de témoigner sous ton super article !! Merci, ton blog est vraiment chouette 🙂
    – je ne me relis pas, sinon je sens que je ne vais pas poster mon commentaire 😉 désolée pour les fautes d’orthographe ou d’expression ! –

  105. Je suis très contente d’être tombée sur cet article, merci pour ce travail approfondi ! J’ai eu ce déclic en Decembre dernier, et je compte bien le partager désormais sur mon blog asap! Mille merci et bravo pour ton engouement, je te suis à 300% !
    Bises
    Lauriane

  106. j’ai adoré cet article, je l’ai trouvé vraiment complet et j’ai appris un tas de chose, notamment que je suis pesco-végétarienne je savais que je n’étais pas végétarienne mais je ne savais pas le nom que porter une personne consommant poissons et fruits de mer.
    Malgré la longueur de ton post, je m’y suis totalement plongée et j’aurais pu continuer pendant des heures 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow @hellovalentine on Instagram

Copyright © 2017 · Theme by 17th Avenue