Je ne porte pas de fourrure

fur150 millions d’animaux meurent chaque année pour leur fourrure.
Ce sujet est très très sensible pour moi. Mais nous sommes en pleine saison « propice » et je vois passer tous les jours, des dizaines, des centaines de gens arborant de la vraie fourrure, majoritairement en bordure de capuche sur leur parka. Après le fléau de l’huile de Palme et les alternatives à la viande, il fallait que je vous parle de la fourrure. Oh, je sais que ce n’est pas un sujet très joyeux et qu’il est certainement plus facile de se taire, quand on est pas vegan (je ne suis que pesco végétarienne). Quelle légitimité ai-je, à aborder le sujet, alors que je porte du cuir ? Le cuir est un autre débat épineux, tout comme l’est le foie gras. Aujourd’hui j’ouvre une parenthèse sur la fourrure animale.

La fourrure provient de quels animaux ?

En premier lieu, ce sont les visons, les renards et les lapins qui arrivent en tête des animaux élevés pour leur fourrure. Viennent ensuite les castors, les chinchillas, les lynx, les zibelines, les loups, les coyotes, les ratons-laveurs et les putois.
Au-delà des élevages d’animaux à fourrures, les techniques de piégeage sont également utilisées pour capturer des animaux dans la nature. Néanmoins, ces pièges tuent ou mutilent de nombreuses « victimes collatérales » : chiens, chats, oiseaux, etc. Pour chaque animal à fourrure pris dans un piège, on estime qu’entre 1 et 10 animaux non visés sont piégés « par accident ».
Les trappeurs appellent ces prises des « déchets » en raison de leur valeur économique nulle. Oui, oui, de « déchets »…

fur2

La fourrure en quelques chiffres

La fourrure d’élevage est majoritairement produite en Europe. Celle-ci fournit 70% des visons et 63% des renards. L’Union Européenne compte 6 000 fermes familiales réparties dans 16 pays différents (essentiellement au Danemark, en Finlande, en Norvège et aux Pays-Bas). Le Danemark est le premier pays producteur de vison d’élevage avec 32% de la production mondiale.
D’après la Fondation Brigitte Bardot, qui avait réussi avec d’autres associations à enrayer cette mode dans les années 80-90, il existe aujourd’hui « une recrudescence inquiétante de la fourrure dans les magazines de mode, les défilés, mais aussi dans les rues commerçantes et populaires. Autrefois signe extérieur de richesse, la fourrure se vulgarise et devient accessible à des prix de moins en moins élevés. Je pense que cela n’aura échappé à personne, nous en voyons tous passer. J’ai moi même récemment refusé en cadeau une parka Aigle, à la capuche (amovible) bordée de fourrure véritable. Vous avez dit mal ciblé ?
De fait, le nombre d’animaux sacrifiés est en hausse. D’après la « Fur Free Alliance », 50 millions d’animaux seraient élevés et tués à cette fin chaque année (hors lapins)… 45 millions sont issus de l’élevage, soit 85% du commerce mondial. 5 millions sont des animaux sauvages capturés dans la nature. Certains sont chassés, d’autres sont pris dans des pièges. Autant dire que les conditions de mort des animaux sont atroces.
La France compte 35 élevages d’animaux à fourrure. On y trouve une vingtaine d’élevages de visons qui produisent chaque année 190 000 individus. Une nouvelle race de lapin a même été créée génétiquement chez nous, spécialement pour sa fourrure: l’Orylag®. Il s’agit d’un lapin issu d’une mutation génétique créée par l’INRA (Institut National de Recherche Agronomique) en 1979 dans un but commercial : obtenir une fourrure plus douce et plus dense que celle du lapin traditionnel.
En Poitou-Charentes, près de 100 000 lapins Orylag® sont sacrifiés chaque année dans une trentaine de fermes d’élevages. 70 millions de fourrures de lapins sortent annuellement des abattoirs français pour alimenter le commerce de la fourrure. Quant à Émagny, dans le Doubs, c’est un élevage illégal de 9000 vison qui prospère, malgré les manifestations et pétitions qui sont organisées… Voilà à quoi cela ressemble, en partie (1ère photo) :

fur4fur5

Quelles sont les méthodes d’abattage ?

Ce que l’on ne trouve pas sur les sites des acteurs de la fourrure, ce sont les détails sur les méthodes d’abattage. Et pour cause ! Les animaux propres au dépeçage sont élevés pendant quelques mois et sont abattus généralement dans le courant de leur première année d’existence, en automne ou en hiver, quand leur fourrure est la plus belle et la plus fournie. Les spécimens conservés pour la reproduction sont gardés plusieurs années, dans les mêmes conditions inacceptables. Le taux de mortalités dans les portées est très élevé. Les mères, stressées et souffrantes, peuvent même agresser leurs propres petits.

  • Le gazage : l’animal est tué par du dioxyde ou du monoxyde de carbone. La mort ne survient qu’au bout d’une vingtaine de secondes voir plus.
  • L’électrocution : cette méthode consiste à introduire une électrode dans l’anus de l’animal et à en attacher une autre à sa gueule. Une décharge de 1 000 volts est alors envoyée : le choc traverse le cerveau, puis descend vers le corps. Cette méthode n’assure pas une mort instantanée, mais elle tue par fibrillation cardiaque, laquelle peut être précédée d’une douleur intense.
  • D’autres enfin sont empoisonnés à la strychnine, substance qui paralyse leurs muscles en de douloureuses crampes et bloque leur capacité respiratoire. Les caissons de décompression et la rupture de la nuque comptent parmi les autres méthodes communément employées dans les élevages.

fur3

Comment éviter d’être tenté par de la fourrure ?

La fourrure n’est donc plus réservée à une élite. Il est désormais possible de s’offrir un manteau, un gilet sans manche très « tendance », une toque, une veste avec une capuche en renard, en lapin, ou peut être même en chien viverrin en provenance de Chine pour un prix modique.
Pour éviter d’être tentée et surtout savoir ce que vous achetez (et cela ne vaut pas que pour le shopping « mode », mais également pour le shopping « nourriture ») : lisez les étiquettes. Les étiquettes de fourrures provenant de Chine sont souvent erronées, comme c’est le cas pour la fourrure d’autres animaux (chiens, chats, etc). En effet, les noms sont soit falsifiés (« renard » au lieu de chat), soit traduits ou transformés. Il arrive donc parfois de lire une étiquette « wild cat », « rabbit », « maopee », « goyangi », « katzenfell », « natuerliches mittel », « chat de Chi », « gatto cinesi », « loutre brésilienne » ou « loup de Sibérie » et d’avoir entre ses mains un assemblage de peaux de chats ! Comme votre animal de compagnie, oui.
Ce que j’ajoute à titre très personnel, car je tiens un blog et que je sais combien partager ce que je porte peut être tentant pour vous, qui me suivez; mais sachez également faire la part des choses. Ce que l’on voit sur internet est évidemment tentant, mais il est bon de réfléchir un peu avant un achat impulsif. Des blogueurs et blogueuses portant de la fourrure, il y en a toujours eu (j’ai bon espoir que cela cesse, mais les cadeaux sont agréables à recevoir…). Aussi, réfléchissez par rapport à vos envies, vos valeurs personnelles : pourquoi acheter la même parka ou la même toque que X, qui la porte si bien sur ses photos ? Avez vous envie de donner votre argent à cette marque, qui fait son beurre sur la souffrance animale ?

fur6

Quelles marques de prêt-à-porter son fiables ?

Malgré la banalisation actuelle de la fourrure, de nombreuses chaînes de prêt-à-porter et des créateurs de mode ont pris la décision de ne PAS cautionner ce cruel commerce. Porter de la fourrure n’est pas un signe d’élégance mais un acte de cruauté. Vous ne trouverez donc pas du tout de fourrure dans ces enseignes (seulement de la fausse, garantie 100% synthétique) :

2xmoinscher.com
3 Suisses
Abercrombie & Fitch
Adolfo Dominguez
American Apparel
Banana Republic
Bershka
Bleu Bonheur
Brigitte Bardot Clothing Collection
C&A
Camaïeu
Caroll
Decathlon
Escada
Esprit
Filippa K
Fjällräven
Gémo
GUESS
H&M
Helly Hansen
J.Lindeberg
Lacoste
La Redoute
Mango
Marciano
Massimo Dutti
McGregor
MIM
Peak Performance
Pimkie
Polo Ralph Lauren
Promod
Pull & Bear
Scapa
Stella McCartney
Stradivarius
Zara

Parmi les stylistes qui n’utilisent pas de fourrure, il y a notamment :
Stella McCartney
Calvin Klein
Vivienne Westwood
Jay McCarroll
Tommy Hilfiger
Laure K
Véronik M
Mouléchic
Gabrielle Loodts
Franck Sorbier

fur7

Comment distinguer la vraie fourrure de la fausse ?

  • En la touchant. Faites rouler les poils entre l’index et le pouce. S’il y a une sensation de douceur et de souplesse, les poils s’enroulent facilement autour des doigts : VRAIE FOURRURE
    Si les poils sont plus rêches : FAUSSE FOURRURE
  • En la regardant. Concernant les fourrures faites de poils longs, soufflez sur les poils afin qu’ils se divisent… Elle est souvent composée de plusieurs couches de poils fins, légèrement bouclés. L’ensemble forme une base épaisse, au travers de laquelle les poils plus longs dépassent. La base est en cuir : VRAIE FOURRURE
    Structure plus simple, les poils sont souvent de même longueur et de couleur uniforme : FAUSSE FOURRURE
  • Test du feu. Tirez avec délicatesse quelques poils et portez-les au dessus d’une flamme… Si cela brûle de la  même manière qu’un cheveu humain, odeur similaire (odeur de corne) : VRAIE FOURRURE
    Si cela fond comme du plastique, odeur de plastique brûlé. De petites boules de plastique dures apparaissent sur les pointes : FAUSSE FOURRURE

J’espère que cet article aura pu vous faire un peu réfléchir, prendre conscience de ce que vous portez, si vous cautionnez la vraie fourrure. Les commentaires sont, comme d’habitude, ouverts à la discussion. Ils seront modérés en cas d’insultes, de propos « hors sujet » et d’agressivité inutile. Merci de rester courtois(ses), si vous vous manifestez. J’ai bien conscience que ce sujet sensible va éveiller des réactions fortes.
Sachez que je suis toute disposée à répondre à quelqu’un qui voudra bien m’écouter. Car, comme c’est trop souvent le cas, répondre à quelqu’un qui fait preuve d’intolérance ou d’irrespect dans la formulation de son commentaire, cela augure mal, vous en conviendrez.

Mes sources :
http://www.ecoloinfo.com/2008/11/24/cheres-fourrures-ecolo-info-actsense-31/
http://www.fourrure-torture.com/
http://jeneportepasdefourrure.com/
http://www.infurmation.com/
http://www.veganimal.info/spip.php?article475
http://www.cpepesc.org/Elevage-de-visons-a-Emagny-25-un.html
http://www.laissons-leur-peau-aux-animaux.org/
http://www.veganimal.info/

Comments

  1. Je suis totalement contre la fourrure et voir autant de manteaux avec les cols en fourrure depuis quelques temps me révoltent totalement.
    Jamais je n’en porterai quoi qu’il se passe.
    Merci pour cet article Valentine, en espérant qu’il va pouvoir changer les choses et notamment conduire à une prise de conscience chez certaine personne.

    • Merci mademoiselle pour ton mot.
      Si cet article peut en effet juste servir à faire prendre conscience à quelques personnes, et qu’elles n’achètent jamais de fourrure, cela serait génial.

    • Merci Audrey ! Ravie que tu te sois manifestée ici 🙂
      J’espère que ces infos feront « tilt » chez des gens. Même si cela sert juste de source d’une réflexion personnelle, cela serait déjà énorme.

  2. Ah ! Voilà enfin quelqu’un qui ose faire l’article qui devait être fait ! Merci à toi d’oser dénoncer ce genre de chose. Pour ma part, je suis entrée dans un magasin CKS et j’ai lu leurs étiquettes : raton-laveur. J’ai don décidé de ne rien leur acheter!

    • Oui j’ose, je sais que ça dérange, mais tant pis.
      Je ne suis pas du genre à faire l’autruche, dans la vie. Ce qui me fait régir, je le partage, je ne le garde pas pour moi, en le remisant dans un coin de ma tête et de mon coeur. Car on est tous responsables de cette industrie qui, au lieu de cesser, renaît et augmente.
      C’est abérrant, en 2015. J’éprouve du dégoût.

      Quant au raton laveur, pour en avoir vu un de mes yeux dans le jardin de l’amie qui nous a accueills chez elle cet été à Toronto, je peux te garantir que ce sont des animaux facétieux, intelligents, au regard malicieux et qui ne méritent juste pas de finir en capuche……..

  3. Un article nécessaire. Merci Valentine! Peut-être qu’un jour on en finira avec ces pratiques barbares. Pour ma part, je vérifie les étiquettes, et j’aimerais m’affranchir du cuir notamment pour les chaussures mais je n’en suis pas encore là… ça viendra. 🙂

    • Nous sommes sur la même longueur d’ondes, au sujet du cuir… Cela va venir, je le sais.
      Mais contrairement à mon mode d’alimentation, je crains que ça ne prenne plus de temps. Merci en tout cas pour ton mot 🙂

      • 🙂 je suis également un peu entre deux concernant l’alimentation. vegan chez moi (sans la moindre frustration, plutôt émerveillée par les possibilités), flexi chez mes parents, mais ma maman commence à s’adapter, et mon frère s’est mis au tofu fumé après en avoir goûté chez moi! Et je pense qu’avoir des animaux aide énormément à changer de comportement, il faut juste accepter de regarder la vérité en face, de faire le lien entre la fourrure d’un animal d’élevage et celle du chat d’amour qui ronronne tous les soirs sur nos genoux. Bonne soirée, bonne continuation, des bisous à Batman tuxedocat 😉

  4. Hello Valentine 🙂 Des années que je suis une de tes -très nombreuses- lectrices, passive malheureusement par ce que j’ai peur que mon commentaire soit perdu dans le flot de tous les autres au risque de n’être jamais lu mais aujourd’hui tu abordes un sujet qui me touche personnellement et raisonne d’un son particulièrement fort pour moi et j’espère pour beaucoup d’autres. J’ai toujours eu des animaux qui sont pour moi une source de bonheur, de tendresse infinie et qui sont des êtres sensibles -comme cela vient d’être ENFIN reconnu officiellement dans notre pays-, doués d’une grande intelligence et à qui je donne beaucoup d’amour, à tous. Je ne tue aucune animal, pas même un insecte et la pratique de la fourrure pour l’esthétisme me révolte, me révulse, me fait beaucoup de mal. Aujourd’hui c’est un message de remerciement que je t’adresse pour avoir abordé un sujet sensible qu’il faut continuer à véhiculer, partout, pour que ce massacre primitif cesse. Ce qui distingue l’Homme de l’animal c’est sa capacité à distinguer le bien du mal, en avilissant ces êtres plus faibles que nous, en les exécutant de la manière la plus ignoble qui soit, nous montrons que nous n’avons encore rien compris de ce qu’être des êtres humains signifiait; à savoir ne pas utiliser son pouvoir pour écraser et éliminer mais pour faire fructifier et pacifier. Il est de notre devoir de faire cesser toute cruauté envers les animaux, dont la pratique de la fourrure n’est malheureusement qu’une des innombrables manifestations, le braconnage d’espèces en danger de disparition étant un des actes les plus ignobles qui soit. Parce que nous sommes humains, traitons nos animaux avec respect. Bonne continuation pour tes combats, petits et grands!

    • Hello Agathe,
      D’où vous vient cette impression (fausse) que votre commentaire ici, sur mon blog, ne sera pas lu par moi ou « noyé dans la masse » ?
      Déjà, le nombre de commentaires sous les articles de blogs a chuté en quelques années. Donc même s’il m’était difficile parfois de répondre à tout le monde avant, désormais cela serait bien plus faisable. Toujours chronophage, car je ne réponds pas juste « merci » à chacune, mais faisable.
      Vous vous persuadez de choses fausses en tant que lectrices, je m’en aperçois. 🙂
      Je vous lis, avec attention, une fois les commentaires validés par mon modérateur. Cela me touche encore, après 5 ans et demi à blogueur, de vous lire. D’en apprendre plus sur vous, de connaître vos goûts, votre ressenti, vos réactions diverses.

      Ton commentaire me fait plaisir et je suis bien d’accord avec toi.
      La fourrure est un combat général : nous sommes tous et toutes responsables, je ne fais que relayer des faits, des photos et des chiffres, parce que je suis suivie et que c’est top de pouvoir dire les choses « tout haut ». Pour que cela soit impactant, il faut relayer, partager, faire lire à ses proches. Qui eux mêmes, partageront à leur tour.
      C’est comme ça qu’on avance : à pas de fourmis. Mais pas en détournant le regard et en faisant comme si de rien n’était 😉

      • Bonsoir Valentine, Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me lire et de me répondre personnellement, je n’hésiterai plus à réagir la prochaine fois qu’un sujet m’interpelle -comme sur le sujet de l’huile de palme par exemple que tu m’as fais découvrir-. Tu es une des rares bloggeuses à aborder des problématiques plus profondes que les trouvailles de la dernière démarque des soldes et c’est ce que j’apprécie notamment depuis que je te suis. Mes petits lapins heureux, aimés et avec leur fourrure sur le dos agitent la patte à leur collègue Batman en poste sur son canapé =^.^=

  5. Bonjour Valentine,
    Perso, je suis vite (très vite) passée sur les photos d’animaux écorchés – mon âme sensible a failli tourner de l’oeil!
    Parce que l’on peut trouver cela esthétique et ne pas cautionner le mauvais traitement envers les animaux , ce qui est mon cas, j’ai apprécié que tu partages avec nous les enseignes qui n’utilisent pas de la vraie fourrure, et des méthodes pour identifier la fausse fourrure de la vraie en cas d’étiquetage incomplet… Le bord de ma capuche a passé le test –> FAUSSE! Ouf 🙂

  6. Je t’ai déjà laissé un petit mot sur ton instagram car ce sujet est sensible et je partage tes idées.
    Certaines de tes photos sont vraiment horribles à regarder.. malheureusement on ne peut pas toujours les éviter..

    Alors, aujourd’hui et ça depuis toujours, je dis non à la fourrure !
    Rappelons bien que la seule fourrure éthique c’est la synthétique.. Encore combien d’animaux vont être mutilés au nom de la mode ?
    #teambb ♡

    • Merci pour cette double intervention alors !!! 🙂
      Je suis ravie que ce post fasse écho auprès de vous et que vous réagissiez. Il faut partager maintenant. Famille, amis, contacts : ce genre de chose a un impact si on est très très nombreux à boycotter.

  7. Coucou Valentine, je salut tes postes sur la question car moi même je partage ton opinion et je dis non à la fourrure. Cependant je trouve très désagréable que tu postes ces photos, même si c’est pour en faire réagir certains. Je pense qu’il aurait été plus judicieux de dire « cliquez sur ce lien » pour ce qui peuvent supporter ce genre de photos ou ne sont pas au courant et sont donc curieux de comprendre. Après ce n’est que mon opinion mais je trouve dommage que pour pouvoir lire l’article, je sois obligée de voir cela. C’est tout.
    Bisous bonne soirée.

    • Je trouve au contraire très bien qu’elle ait publié ces photos, très désagréables à regarder en effet, même si nous ne sommes pas obliges de nous appesantir dessus.
      Ça nous confronte à la vérité.
      Je crois que beaucoup ferment les yeux que un tas de choses scandaleuses et repugnantes (au sujet de la barbarie animale et pas seulement) parce qu’on se dit toujours « ce n’est pas si terrible que ça », « ils exagèrent »…
      On nous surprotège, on nous assiste, on nous materne, on nous prend pour des bœufs (pardon les bœufs ;-)), pour soit disant nous épargner : dans les pubs môme au cinéma (je pense au merveilleux film « twelve years a slave » sur un lit autre sujet ignoble, qui est très dur mais qui nous pose la vérité pure et dire sans rien enjoliver)
      Mais cela ne fait pas avancer les choses…
      Alors mettons nos sensibilités de côté et faisons avancer les choses en montrant les faits !
      Merci Valentine !

    • Hello Emilie,
      J’entends ton avis, mais suis navrée de ne pas le partager. C’est moche, c’est violent, c’est horrible, mais c’est la triste réalité des choses, à l’heure actuelle en 2015 et pas forcément si loin de chez toi.

      Pourquoi es-tu si impactée ? Tu n’avais jamais vu passer de photos d’animal dépecé ? Pourtant, je pense que tu fais tes courses au supermarché, comme nous tous, et que tu passes au rayon viande.
      En ne consommant plus de viande, je suis quand même bien obligée de voir de la chaire animale rouge et sanguinolante, empaquetée et prête à acheter. Ou alors des poulets embrochés en train de rôtir devant des boucheries, dans la rue…. Cela aussi est choquant, non ?
      Personnellement, je trouve ça répugnant, mais ce n’est que mon avis et pour rreprendre tes termes  » je trouve dommage que pour pouvoir aller prendre le métro ou faire mes courses, je sois obligée de voir cela. C’est tout. »

      Il faut partager cet article, si tu veux que ça ait un impact positif, autrement détourner le regard ne va rien changer et cela n’aidera aucun animal dans le futur. 🙂

      Bisous et bonne soirée à toi

  8. Très bon article, très bien écrit!
    Pour le cuir, il est possible qu’une solution végétale viennent nous aider d’ici qq années, le Pinatex: http://www.nature-obsession.fr/consommation/le-pinatex-un-cuir-base-de-fibres-dananas-pour-remplacer-le-cuir-animal.html
    Je suis aussi tombée sur un site l’autre jour, qui propose de faire filer le poil de son chien! Alors ça ne marche que pour certaines races et avec de la patience (il faut parfois plusieurs mois voir plusieurs années pour obtenir assez de laine pour faire un pull) mais je trouve le concept hyper rigolo et intéressant. Bien sur, la laine est lavée et désodorisée. Je ne sais pas si on peut la teinter mais si vous avez un chien et que vous savez tricoter, c’est l’occasion de tester.
    Voilà, qq notes d’espoir dans ce monde de fous!

    • Merci Orane !
      J’avais vu passer cette news, au sujet du cuir d’ananas !! On arrête pas le progès ! 🙂
      Il me tarde tellement que les animaux soient enfin traités comme des égaux de la race humaine et qu’on leur foute la paix pour de bon.Malheureusement, le profit est Roi, et l’argent mène le monde.
      Le concept du Pinatex est incroyablement fun et la laine en poil de toutou, je survalide.
      Avec Batman qui perd ses poils, je pense pouvoir me créer une pelote de ses poils rapidement et ainsi, me tricoter un snood ou un manchon 🙂 Hahaha

      Monde de tarés oui. Tu as bien raison !

  9. Bonjour Valentine,
    Ton article est très intéressant et pointe effectivement un sujet très sensible.
    Cependant, j’aimerais quand même contre balancer un peu le débat: je ne pense pas que le synthétique soit une solution au problème. Les matières synthétiques posent en effet de nombreux problèmes environnementaux, avec leur lot de victimes collatérales…Sans parler des problèmes sanitaires: vous avez déjà discuté avec une vendeuse (ou vendeur) de Zara ou H&M? Les odeurs qui se dégagent des cartons de vêtements sont assez ignobles…et ont des conséquences sur la santé des employés (mots de têtes, allergies…).
    Le gros problème de l’utilisation de la fourrure, mais qui est commun à l’utilisation du cuir, de la laine, du duvet, à la consommation de viande est le traitement des animaux. Évidemment, la fourrure a mauvaise réputation car c’est très visible et plus violent de voir des poils sur sa parka. Mais demandez-vous également d’où vient la laine de votre nouveau cardigan soldé -70% ou bien de votre superbe doudoune en plume qui se glisse facilement sous n’importe quel manteau pour vous tenir bien chaud…

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi Margotte !
      Tout est affaire de nuance malheureusement il n’y a pas LA solution miracle …
      Tout est lié 😉

      • Je n’aurais pas mieux répondu que Léa, Margotte.
        Tout est affaire de nuance et encore une fois : de lecture attentive d’étiquette. Je n’ai pas étendu le sujet, mais il me parait évident que les plumes ou « duvet » sont à proscrire, en toute logique. Les oies sont plumées vivantes, quelle douleur atroce pour elles !!!!!!!
        Donc cela ne passe pas du tout, en ce qui me concerne. La laine, il faut aussi voir de quel animal et l’enseigne.
        On me cite « Ekyog », dans un commentaire : je connais et survalide. Une marque (trop peu) connue pour faire dans l’éthique et l’eco responsable, sans parler du bio.
        C’est évidemment cher, mais pour le moment, qualité rime avec €€€. Malheureusement.

        Il n’y a pas de solution miracle, il n’y a que des prises de conscience, du relais d’information et du boycott de ce qui n’a pas lieu d’être, en fonction de nos valeurs propres. 🙂

  10. Je suis tout simplement hallucinée quand j’entends dire que les ventes de vraies fourrures sont en augmentation. Naïvement, je pensais qu’à l’époque où l’on vit, ce serait le contraire… que cette « mode » passerait, surtout avec l’arrivée des fausses fourrures.
    Tes photos de lapins me font froid dans le dos. Moi qui en ai un, tout mignon, à la maison, je ne supporte pas de penser que l’on en élève rien que pour leur arracher la peau (parce que c’est tout simplement ça).
    Au passage, mon petit Pancho est d’une douceeeuuuur !!! Oh oui, une bien belle fourrure toute douce !!! Mais c’est tellement plus agréable de la caresser sur lui, vivant 😉

    Des bisous et merci Valentine pour cet article !
    Carmelita

    • Pourtant, vu les campagnes d’affichages qu’on ne peut ignorer quand on sort de chez soi et qu’on prend les transports en commun, on voit bien qu’il y a encore un looooooooong chemin à parcourir pour sensibiliser les populations.
      Combien d’abandons d’animaux domestiques avant les vacances d’été ? Toutou ou Chaminou deviennent de gros fardeaux à ce moment là, c’est bizarre… On est entourés de lâches et d’imbéciles, qui ne prennent pas leurs responsabilités. Faire garder son animal ou mieux, l’emmener sur son lieu de vacances avec soi est devenu faisable et facile. Pas toujours gratuits, mais il existe des solutions.
      La nature humaine me navre, je suis scandalisée chaque jour que je consulte mes timeline Facebook et Twitter, car je follow des assos et des sauvteurs d’animaux maltraités et/ ou abandonnés.

      Quand comme toi, on a un animal domestique, il nous parait logique d’en prendre soin. On s’y attache (normal) et on envisage pas un instant de lui faire du mal ou de l’abandonner… Je n’arriverais pas à comprendre ces attitudes ni à les excuser.

      En tout cas, merci de m’avoir lue et commenté ma chère Carmelita 🙂
      Des bisous et à très vite !!

  11. Parmi la liste des marques fiables, je pense aussi à la marque Ekyog que j’aime beaucoup et qui applique une éthique stricte vis à vis du cuir et de la fourrure. Merci pour cet articles!

    Virginie

    • Yep, je connais bien (j’ai été en partenariat avec eux, tu peux consulter mes archives grâce à mon champ de recherche).
      Une jolie marque, dont on entend encore trop peu parler. Mais il faut bien avouer que les prix sont +++ chez eux. Donc pas accessibles pour toutes.

      Merci Virginie en tout cas !

  12. Merci pour ce mail plus qu’instructif.
    Toi même tu sais que je suis loin d’être vegan, végétarienne ou autre. Je mange de la viande (pas quotidiennement mais presque) parce que j’aime çà, il faut bien l’admettre.
    Je ne suis pas fan des animaux: jamais eu d’animal de compagnie, car même petite cela ne m’a jamais tentée.
    Mais malgré tout, je m’intéresse à cette question de la fourrure.
    Je n’ai jamais compris pourquoi les gens achetait de la vraie fourrure, encore moins quand on voit qu’aujourd’hui on peut l’éviter.
    En tant que « carnivore » (ça fait barbare dit comme çà, hihi), je me disais que la fourrure liée à la nourriture finalement c’était pas grave (après tout je mange du boeuf, et je porte du cuir…je mange du lapin donc ne devrais pas être contre la fourrure de lapin).
    Et puis toi, que je suis depuis quelques années maintenant. Tu m’as montré que même dans ce cas, la fourrure de lapin n’était pas celle du lapin que je peux avoir dans mon assiette. Tu m’as sensibilisée, je dois bien l’avouer.
    Au point que l’autre jour, alors que j’allais craquer sur un superbe duffle coat Pablo, j’ai demandé si le col en fourrure était de la vraie…La réponse: oui. D’un coup, ben me suis sentie con avec ma bête porte autour de la tête (sur la capuche)…!!! Idem pour un bonnet Sud Express dont le pompom était en vraie fourrure. Je l’ai reposé.
    Alors oui, je mange de la viande. Du lapin. De l’agneau. Bref, des trucs mignons.
    Mais la fourrure, je passe mon chemin et je n’achète pas.
    Alors merci pour cet article fort instructif.
    Des bécots.
    Sonia, JCVD’s secret daughter
    Mais la fourrure

    • Je suis amie avec une carnivore !!! MON DIEU ! Où va t-on je vous le demande ?!? ha ha
      Comme je suis heureuse de t’avoir rencontrée. Comme je suis contente de notre tolérance mutuelle, tout comme je suis copine avec des gens vegan, qui ne m’ont jamais fait de leçon de morale.

      Pour le sujet fourrure, tu me fais plaisir, mais tu sais que je ne suis pas dans le jugement. J’ai récemment croisé une blogueuse que j’aime bien, qui portait un col en lapin. Bref, ce n’est pas pour autant que je ne la trouve pas hyper chouette, touchante et sympathique. Personne n’est parfait et personne ne peut l’être de toute façon.
      Mais on essaye de faire de notre mieux, je pense. J’espère ?

      Mille bisous

  13. Merci pour cet article, dur à lire mais nécessaire malheureusement…
    Je ne porte pas de fourrure, mais j’avoue avoir une veste en cuir, achetée il y a pas mal d’années maintenant, sans vraiment réfléchir à la question… C’est de l’exellente qualité donc elle durera sûrement encore longtemps, mais à l’avenir je n’en rachèterais certainement plus une en vrai cuir !
    Pour les chaussures c’est plus compliqué, mais j’essaye de prendre du synthétique, sauf que la qualité est parfois très décevante. Mais il me suffit de regarder mes chats pour me rendre compte que je préfère être déçue par des chaussures (fringues ou autres) plutôt que d’avoir la mort d’un animal sur la conscience !! Quand j’en parle autour de moi, je me rends compte comme la consommation de masse nous dé-responsabilise ! On ne « voit » plus les animaux que l’on mange, que l’on consomme… à cause des grandes surface, des usines hors de France, des chaines, des produits modifiés…

    Bref, je me sens aussi très touchée par la cause animale et j’apprécie ton article.
    Bonne soirée !

    • Chère Aude,
      Un grand merci pour ton commentaire ! Ne te justifie pas pour cet achat de perf en cuir !!! Tu as raison, il y a des pièces mode un peu basiques dans ce style, qui durent longtemps si de qualité. Cela évite d’accumuler les vêtements de moins bonne qualité, fabriqués dans des conditions polluantes et exploitant des gens dans des usines de confection. Bref, compliqué de s’habiller éthique, pas trop moche, écolo et pas hors de prix.
      Coudre ses propres vêtements, éventuellement ? 🙂

      Merci en tout cas et bonne soirée à toi !

  14. Simplement merci Valentine ! Tu es un exemple de blogueuse ! Je rêve tellement d’un monde sans cruauté animale, sans cruauté tout court…

    • Non, sincèrement je ne pense pas être un exemple, Delphine.
      Merci mille fois pour ton gentil mot. Il faudrait juste que chacun sensibilise ses contacts, en partageant des pétitions ou ce style d’article.
      Qu’en penses tu ?

      • Je suis 100% d’accord ! Et un dernier petit mot : je ne te connais pas mais à travers des photos, tes articles, je décèle une très très jolie personnalité et oui, un bel exemple de blogueuse, j’y tiens ! ♥

  15. Je n’en ai jamais porté et je n’en porterai jamais. C’est un principe que j’ai depuis toujours, aussi loin que je me souvienne. Mes parents m’ont inculqué l’amour des animaux, ils sont comme un membre à part entière de ma famille. Je sais que pour certains c’est d’un ridicule mais 1. je m’en tape ^^ 2. je l’assume même! En tout cas, c’est bien de lire des articles comme ça qui remettent les choses en place même si j’avoue j’ai caché mes yeux parce que je ne supporte pas de voir un animal souffrir pour du luxe ou un quelconque confort.

    Bisou!

    • Merci pour ton avis, super important pour moi de vous lire !!!
      Encore plus suite à ce type de sujet sensible, que pour complimenter mes looks (même si j’adore vous lire, sans qu’il y ait forcément compliment) 🙂

      Ces photos de lapins dépecés sont effectivement insoutenables, mais elles ne sont que le reflet d’un moment M et rien que pour ça, il faut en parler autour de soi, sensibilier les gens.

      Bisous !

  16. Bravo Valentine pour cet article ! J’admire énormément ta façon d’expliquer les choses, sans chichis et sans faire culpabiliser qui que ce soit. Personnellement j’ai renoncé à porter une marque telle que Comptoir des cotonniers car ils font des bords de capuche en lapin. Gros bisous Valentine

  17. Merci pour cet article qui me redonne foi en l’humanité. Autour de moi je vois aussi proliférer de plus en plus ce port de poils de cadavres sur capuches/bonnets/gilets/écharpes et j’en passe, je trouve ça juste écoeurant. En essayant de raisonner les gens qui en portent à mon échelle, j’ai droit à des réponses tellement sidérantes que je suis réellement prise au dépourvu parfois devant tant d’égocentrisme et de vanité. Car selon moi, les mangeurs de viande (j’en suis une, j’avoue) peuvent invoquer un besoin nutritionnel, mais qu’en est-il des porteurs de fourrure ? Je ne leur trouve aucune excuse.
    J’espère vraiment qu’un article venant d’une blogueuse mode aussi influente que toi pourra faire changer les tendance barbares actuelles ! Je ne suis pas du tout axée blog mode, mais j’aime lire le tiens pour la diversité des sujets des articles (les voyages surtout, mais aussi ce que tu manges, les habits bien entendu ;), et tes coups de gueule). Donc sans trop savoir si c’est déjà le cas, j’aimerais que ce genre de posts se répandent plus sur la blogosphère des modeuses « iconiques » on va dire.

    Bisous !

    • Merci à toi Marina, d’avoir réagi ! 🙂
      Je pense que les blogueuses mode « iconiques » (dont je ne fais pas partie, hein, qu’on soit clairs), ne prendront JAMAIS position pour quoi que ce soit.
      Pour une raison simplissime : porter de la fourrure, c’est ne se fermer aucune porte. C’est pouvoir bosser avec tous les créateurs de Mode, prêt-à-porter comme haute couture. Ouvrir sa gueule et dire « Non ! » c’est se fermer des portes et refuser des cadeaux et des opés rémunérées.

      Je ne tiens pas du tout à en retirer des louanges, je suis juste moi-même. Cela ne plait pas à tout le monde et heureusement.
      Mais n’avoir aucune valeur et dire « Ok ! » à tout, pour être adulée de tous, gagner plein d’arget (et s’en vanter), ce n’est pas ce que je suis. Je pense notamment à la blogueuse star Chiara du blog italien The Blonde Salade. Je l’ai unfollow d’Instagram car récemment c’était de la fourrure à gogo sur ses photos.
      Les commentaires outrés ? Elle s’en torche royal : elle ne les lit pas. Pas le temps. Donc je ne vise pas cette sorte de notoriété, qui m’éloignerait de mes lectrices et de mes valeurs (même si je suis loin d’être un exemple). C’est facile de ne rien faire, de ne pas essayer de faire un peu pour montrer l’exemple, quand on est suivi par des millions de gens

      Bisous et merci de ton soutien en tout cas !

  18. Bravo Valentine pour donner à voir un tel enjeu sur ton blog. Trop d’animaux souffrent de nos modes de vie.
    L’engagement dans la cause animale se fait parfois par des moments difficile, de prise de conscience de ses propres mésactions, car se confronter à la réalité des exploitations peut être violent. Alors après la fourrure, peut-être le cuir puis la laine, step by step 🙂

    • Oui tu as tout à fait raison : la fourrure n’est pas le seul souci ni la seule matière qui fait souffrir les animaux.
      Je t’avoue être en plein questionnement perso quant à cuir. Mais tu le dis très bien : step by step.

      Merci pour ton mot 🙂

  19. Oh et pour lier mode et engagement, je ne sais pas si tu as déjà évoqué Vaulte Couture?
    La démarche ET le style pourraient t’intéresser, j’y ai acheté quelques vêtements (cela reste un peu hors de mes moyens) dont je suis ravie!

    • Merci Marie !
      Je ne l’ai pas évoqué car je ne connaissais pas. Mais je découvre grâce à toi 🙂 Voilà pourquoi les commentaires sont ouverts sur mon blog : vous avez autant à m’apprendre que j’ai à vous dire !
      Merci pour ça.

  20. Certaines blogeuse mode et youtubeuse devrait en prendre de la graine! Certaine font des lookbook où elle n’hésite pas a porter de la fourure , par exeple sur les parka Maje ou comptoir des cotonniers entre autres (theworldofsisters/clélia2612/et pourquoi pas coline en porte ..et bien d’autres )
    Triste …

  21. Bonsoir Valentine,
    Je crois que je n’ai rien à ajouter puisque le commentaire d’Agathe a parfaitement résumé ce que je voulais t’écrire. Seulement, je me suis dit qu’un commentaire de plus soutenant ton article, te ferait probablement plaisir. Tout comme toi, je pense être plutôt optimiste sur les mentalités humaines et sur leurs éventuels changements quant à de tels sujets importants. Et pourtant, lorsque l’on voit que cette lutte ne change globalement rien et que cela stagne voir augmente, mon espoir diminue… Mais il faut que tout le monde soit informé et que cette cause se cristallise dans toutes les têtes. Et tu le fais délicatement et clairement.
    Continue de nous donner le sourire grâce à tes tenues pétillantes et également grâce à ce genre d’article qui compte beaucoup pour de nombreuses personnes qui te lisent.
    ps : et voilà, j’ai sauté le pas en ajoutant moi aussi un commentaire à ton blog ! En espérant qu’il compte 🙂

    • Bonjour Eugénie,
      Un grand merci pour être toi aussi sortie de ton silence en commentant ce post ! Ça me touche beaucoup.
      Tu as raison ; ton commentaire me fait plaisir, car il apporte un avis de plus, une vision supplémentaire sur ce commerce ignoble. Et c’est en étant nombreux qu’on fera évoluer les choses. Si tout le monde se tait, ne voit pas,passe à autre chose, c’est sûr que les animaux ont encore des centaines d’années d’Enfer devant eux. Essayons de partager ce genre d’info, pour sensibiliser les gens.
      Merci pour tes encouragements en tout cas !
      Bises

  22. Bravo Valentine pour cet article !! C’est en en parlant que nous ferons bouger les choses !!
    Pendant les soldes, j’ai acheté une doudoune Jacadi pour mon fils. Quand je l’ai reçue, j’ai constaté avec horreur que la bordure de la capuche était en raton laveur ( ce n’était pas mentionné sur le site ). Non seulement j’ai renvoyé l’article mais je leur ai écrit pour protester contre leur manque de conscience. J’ai eu la bonne surprise de recevoir une réponse stipulant qu’ils avaient pris la décision d’interdire la vraie fourrure dans leurs collections à venir.
    Essentiel de se souvenir que nous avons tous une responsabilité. C’est trop facile de penser que céder à un bel article est sans conséquence !
    Encore merci Valentine d’aborder ces sujets !!

  23. Ravie de voir de plus en plus de personnes s’exprimer contre la fourrure. Beaucoup sont mal informées sur la provenance et la production de la fourrure. S’informer pour ne plus ignorer. Et grâce à internet c’est aujourd’hui facile. Une petite suggestion à tes sites : http://www.animalter.com

  24. bravo pour ton article valentine.
    Je te suis depuis quelques années déjà et je soutient ton engagement pour la défense de la cause animale.
    J’ ai toujours été entourée d’animaux et le sort qu’il leur est parfois réservé me désespère… L’ironie du sort (et les aléas de la vie) ont faits que je je suis devenue maroquinière pour une grande marque de luxe française. Je manipule donc toute la journée des peaux pour en faire des sacs à main… Ce n’était pas pour moi une vocation et le choix de ce métier me pose parfois de vrais cas de conscience. Cependant on note dans ce secteur d’activité une amélioration sensible des conditions de vie des animaux d’,élevage. En effet, les cuirs utilisés proviennent au départ de bêtes élevées pour la viande. Or le prix d’achat d’une peau dépend de sa qualité. Et pour avoir un cuir de qualité il faut donc avoir des animaux correctement nourris , préservés de parasites et des marquages au fer… (ce qui n’était pas le cas il y a encore une dizaine d’années) Je me rends bien compte que tout cela est une maigre consolation mais justement je me « console » en me disant que ce ne sont pas des animaux abattus uniquement dans le but d’en faire des accessoires… Argument qui n’est plus recevable quand je travaille sur du crocodile qui n’est élevé que pour sa peau.
    Voilà je voulais juste partager ma propre expérience qui illustre le fait que ce n’est pas toujours facile de suivre ses convictions et que j’ai parfois le sentiment d’être une grosse hypocrite . ( mais je ne désespère pas de trouver une alternative à cette activité professionnelle!)
    bisous

    • Merci Julie pour ce témoignage hyper intéressant des « coulisses » de l’industrie du cuir.
      Je déplore justement qu’on en sache trop peu, que si peu d’infos « filtrent » au sujet du cuir et qu’on en parle quasiment pas. Quand on parle du cuir, on sait que ça craint (tout autant que la fourrure), qu’il s’agit de peaux d’animaux tués exprès, mais on n’en sait pas tellement plus.
      Je suis donc contente d’avoir appris quelque chose au sujet de la façon dont les animaux sont « utilisés » en amont de leur peau. (Note bien que cett einfo ne me réjouis pas, hein : cela m’intéresse d’apprendre des choses au sujet de la cause animale).

      Tu sais, ce job, il y aura de toute façon quelqu’un pour le faire : tout comme les gens qui ont les mains qui baignent dans le sang dans les abattoirs ou qui gavent de force des oies et des canards pour engraisseur leur foie. Je ne compare pas ton activité, mais simplement : tant qu’il y aura consommation, il y aura de l’offre. Et donc quelqu’un à ton poste pour gérer la production.
      Je crois que la solution vient de la demande : plus les gens boycotteront, moins il y aura besoin de produire. Et ce, dans n’importe quel domaine.
      Enfin cela paraît siiii simple de l’écrire. Ç’en est une autre de l’appliquer à grande échelle.

      Bisous

  25. Au risque de me faire lyncher sur ce site : je porte de la fourrure.
    Premièrement parceque ça tiens chaud, je trouve cela très joli.
    Deuxièmement parceque peut être que naïvement j’ai toujours pensé que les animaux dépecés pour leur fourrure se retrouvent en barquette dans le commerce et sont donc consommés également.
    Quatrièmement je pense que s’il n’y avait pas de régulation de la vie animale, que ce soit naturellement (Darwinisme) ou par la main de l’homme, on se retrouverait avec des catastrophes écologiques.
    Cinquièmement je pense qu’une fois que le mal est fait, c’est du gaspillage que de ne pas utiliser cette fourrure (je parle de fourrure vintage).
    Sixièmement je pense que ne pas porter de fourrure mais porter du cuir ou manger de la viande est hypocrite. N’est ce pas tout autant cruel que d’abattre des animaux pour leur chair ?
    Septièmement, j’ai l’impression que tout ca n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan et que les premiers hommes mettaient de la fourrure et que les derniers en mettront encore.
    Pour moi, la solution idéale serait de n’utiliser que la fourrure d’animaux comestibles et dont la chair serait vendue dans des boucheries (lapin…)
    Peut être arrêter les élevages et se contenter de porter du vintage.
    Le but de mon commentaire n’est pas de contredire ou autre mais de donner mon point de vue.
    Lili

    • Nulle envie de ma part de lyncher qui que ce soit. « Ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse » est ma devise.

      Au contraire de lyncher, je me demandais si quelqu’un qui porte de la fourrure se manifesterait et expliquerait pourquoi. C’est donc intéressant que tu l’aies fait. Merci pour ton point de vue, donc : les commentaires sont là pour tout le monde, du moment que l’on s’exprimer respectuseusement.

      Je tique simplement sur un point précis : oui, les premiers hommes à l’âge préhistorique se vêtissaient de peaux d’animaux, qu’ils chassaient pour se nourrir. Nous sommes en 2015, dans un pays développé où on peut s’habiller avec des matières autres, pour avoir chaud. Alors évidemment; le heatech d’Uniqlo se porte à même la peau, sous les vêtements. Ce n’est pas visible comme la fourrure,mais ça tient chaud en hiver. Pareil pour les bonnets ou écharpes, l’acrylique est 100% « cruelty free ». Mais encore une fois, ce n’est pas « joli » dans le sens où tu l’entends.

      Bonne soirée

    • Bonjour Lili,
      n’aies crainte je ne viens pas ici pour te « lyncher » mais au contraire pour te donner quelques informations.
      Non la fourrure ce n’est pas les « restes » de l’industrie de la viande. Certains animaux tels que les renards ou les visons ne sont élevés QUE pour leur fourrure: as tu déjà mangé un rôti de vison? un steak de renard?
      Concernant la régulation animale c’est un argument vieux comme le monde (et repris entre autres par les chasseurs) totalement infondé: chaque année, près de 20 millions d’animaux (faisans, lièvres, lapins, perdrix, etc.) sont élevés ou importés pour être lâchés par les chasseurs dans la nature, parfois le matin même de la partie de chasse. Ceci dans l’unique but de fournir suffisamment de cibles vivantes. De plus, les prédateurs, authentiques régulateurs naturels, sont systématiquement détruits par les chasseurs. Renard, martre, fouine, belette, putois sont même classés « nuisibles », un non-sens écologique, et sont ainsi tués toute l’année. Il en est de même pour la fourrure.
      Ensuite tu parles de la viande et du cuir et tu dis que de toute façon on tue les animaux alors tant qu’à faire autant prendre aussi leurs poils…Pour moi c’est comme si tu disais: « il y a bien des meurtres et des agressions alors pourquoi pas des viols? »
      Quant à la goutte d’eau dans l’océan avec ce raisonnement on n’avance tout simplement plus et on ne fait rien.
      Heureusement qu’il y des gens comme Valentine pour donner une voix à ceux qui n’en ont pas.
      A bientôt Lili

    • Hello, je me permets de réagir à ton commentaire parce que je ne comprends pas bien tes arguments :

      # Premièrement parce-que ça tiens chaud, je trouve cela très joli. > Certes, mais tu as aussi de jolies fausses fourrures… Et puis, est-ce qu’un morceau de fourrure sur une capuche tient vraiment si chaud que ça ? Nous ne sommes plus en période glaciaire 😀

      # Deuxièmement parce que peut être que naïvement j’ai toujours pensé que les animaux dépecés pour leur fourrure se retrouvent en barquette dans le commerce et sont donc consommés également. > J’ai longtemps pensé ça aussi, mais puisque maintenant nous sommes mieux informés, ça peut être l’occasion de revoir son mode de consommation, non ?

      # Quatrièmement je pense que s’il n’y avait pas de régulation de la vie animale, que ce soit naturellement (Darwinisme) ou par la main de l’homme, on se retrouverait avec des catastrophes écologiques. > Ah bah dans ce cas-là, faudrait voir à réguler la vie humaine aussi, parce que nous sommes beaucoup trop nombreux sur cette planète, ce qui engendre trop de demandes et du coup trop de dérives. Et les catastrophes écologiques, on en a déjà pas mal, sans que les animaux n’y soient pour quelque-chose si je ne m’abuse…

      # Cinquièmement je pense qu’une fois que le mal est fait, c’est du gaspillage que de ne pas utiliser cette fourrure (je parle de fourrure vintage). > Bah s’il n’y avait plus de demande, il n’y aurait plus de mal de fait, donc plus de production de fourrure (ça s’applique à tous les domaines d’ailleurs).

      # Sixièmement je pense que ne pas porter de fourrure mais porter du cuir ou manger de la viande est hypocrite. N’est ce pas tout autant cruel que d’abattre des animaux pour leur chair ? > Bah non, tu ne peux pas être sur tous les fronts non plus, c’est un peu fataliste de dire ça. Personne n’est parfait, mais faire un effort sur sa consommation (de viande, de fourrure, de vêtements, etc) est déjà positif je trouve.

      # Septièmement, j’ai l’impression que tout ça n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan et que les premiers hommes mettaient de la fourrure et que les derniers en mettront encore. > Oui, mais nous ne sommes plus au temps des premiers hommes où ils n’avaient un peu que ça à porter :D. A l’époque, c’était une question de survie (je simplifie à l’extrême hum), aujourd’hui non, c’est une question de « style » donc on peut tout à fait se passer, vu les souffrances que cela engendre.

      J’ai essayé de ne pas être dans l’attaque ou la morale car j’ai vraiment beaucoup de mal à comprendre les pro-fourrures. J’espère que le post de Valentine sera l’occasion pour toi (et les autres) de repenser à tout ça car il y a beaucoup de choses dont on peut facilement se passer. Attention, je ne dis pas que les anti-fourrures sont irréprochables, mais c’est le débat du jour donc je m’en tiens à ça :).

  26. J’attendais avec impatience que tu abordes le sujet, je suis navrée que ce débat soit si urgent, mais ravie que tu le relaies ici.
    Comme toi je suis pesco-végétarienne et militante pour la cause animale. Et puis au delà de la consommation des animaux, je me suis rendue compte que mes choix de vie étaient plein de contradictions, notamment mes achats vestimentaires. Je m’insurge contre la souffrance animale mais je compte de nombreux articles en cuir dans ma penderie… (Comme tu le disais un peu plus haut dans les commentaires, la solution viendra, j’espère voir un jour des articles de cuir synthétiques aussi résistant que le véritable.) J’ai renoncé au port de fourrure peu de temps après avoir banni la viande de mon assiette, naturellement et par acquit de conscience. Cet article m’a tout de même appris des choses et j’espère de tout coeur qu’il sensibilisera tes lectrices.
    Comment peut-on prétendre aimer les animaux et ignorer leur exploitation grandissante dans de nombreux domaines comme l’industrie agroalimentaire, la mode, les cosmétiques… ?

    Je suis donc ravie de lire que tu refuses les cadeaux qui porteraient atteinte à tes convictions.
    Merci de rappeler ce combat Valentine, et de dénoncer par là-même l’hypocrisie qui nous gagne, pas d’excuses pour ne pas s’informer.

    Bonne soirée & plein de bises

  27. Coucou Valentine,
    Ton article est très intéressant, je trouve effectivement que l’on voit de plus en plus de fourrure dans la rue. Et dans les magasins les prix sont vraiment de plus en plus bas. Ce qui pose vraiment la question de comment arrive t-on à des prix aussi bas!!!Et tu réponds parfaitement à mes interrogations. Le problème est que peux de consommateurs se posent la question de la provenance et des conditions de fabrications
    Alors, article à faire circuler le plus possible!
    Bonne soirée.
    Anaïs

  28. Coucou,
    très bel article, c’est bien d’enfin oser dire tout haut ce que beaucoup de personnes pensent.
    ton article me plaît beaucoup car je suis sensible à la cause animale et suis flexitarienne, du haut de mes 16 ans 1/2.
    J’aurai aimée justement savoir pourquoi manges-tu encore du poisson, car j’ai lu que tu étais pesco-vegetarienne ?
    pour ma part je porte encore du cuir, car c’est dommage à dire, mais c’est de la bonne qualité.
    Jamais j’ai porté de fourrure jusqu’à aujourd’hui et je compte bien poursuivre ainsi, je ne dépenserai pas un centime pour ça !

    Belle soirée à vous 3.

    Bises jolie Valentine

  29. J’ai pour ma part arrêté de manger de la viande il y a un peu plus d’un an et essaye de faire attention aux matières que j’achète.

    Je suis un peu étonnée de voir H&M dans ta liste. Ils ne font peut-être pas de fourrure mais en tous cas ils utilisent d’autres matières animales. J’y ai acheté un petit top en viscose effet satiné et dentelle, et là, horreur en voyant une minuscule étiquette à l’intérieur portant la mention « contains non-textile part of animal origin ». Je pense qu’il s’agit des petits boutons au dos peut-être faits avec de la corne!? Du coup j’ai un doute sur leurs engagements envers la cause animale…

    J’ai également rayé de mon dressing tout ce qui contient de l’angora : pulls, bonnets, écharpes, collants…
    La plupart de ces produits (en provenance de Chine notamment) sont faits à base de fourrure de lapins dont on arrache littéralement les poils, jusqu’à ce que sa peau soit complément à vif. Ils attendent que les poils repoussent et recommencent… Mais peut-être sais-tu déjà cela ?

    En tous cas c’est un très bon article, j’espère que ça ouvrira les yeux a celles qui continuent à porter de la fourrure et alimentent ce commerce atroce…

  30. Je ne cesse de me répéter mais je suis absolument FAN de toi.
    Tous tes articles sont parfaitement travaillées, maîtrisés et ils font toujours mouches … que ce soit en jupe dans les rues de Paris ou ces photos qui me laissent un peu nauséeuse.

    Je n’ai jamais eu d’animaux de compagnie (enfin si un lapin petite) mais je suis très sensible envers les animaux ; mon papa était garde forestier et j’ai toujours en tête ce bébé bambi qu’il avait ramené à la maison car il était gravement blessé.
    Habitant maintenant à Chamonix, c’est toujours avec étonnement que je vois déambuler l’hiver ces femmes avec des graaaands et loooongs manteaux en fourrure. C’est un véritable défilé, les chapka, les gants, les chaussures, les manteaux, les parkas, les gilets, …. Et là pour le coup, c’est de la vraie. Brrrrrrrr

    Ce qui est marrant c’est que dans ma bouche, quand je parle de fourrure c’est systématiquement du synthétique. J’adore la « fourrure-fausse »
    J’avais d’ailleurs trouvé sur A Little Market une fille absolument adorable qui faisait que des pièces (trousse, étui iphone, bandeau,…)en fausses fourrure, elle faisait des choses à la demande et sur-mesure.
    Il faut dire que maintenant on peut aisément et très facilement se passer de fourrure car la technologie fait que c’est de mieux en mieux imiter. Et quand j’ai un doute, je fais les mêmes tests que tu mentionnes dans ton article.

    En tout cas, bravo pour ce que tu es car tu as une ligne de conduite à laquelle tu te tiens et ce n’est plus le cas pour beaucoup de personne qui change dès que le vent tourne.

    Belle soirée Valentine
    Bises de nos montagnes bien bien enneigés 🙂

  31. Merci pour cet article, c’est une des raisons pour lesquelles j’apprécie ton blog années après années c’est que tu ne te mets par de barrières, tu oses aborder des sujets difficiles, sensibles et quelque part tu te mets en danger car ça pourrait faire fuir certains lecteurs ! J’admire les efforts que tu fais chaque jour pour vivre le mieux possible en accord avec la nature, je n’ai pas ce « courage » et cette volonté. Toutefois j’essaye à petit niveau de faire attention. Et ça passe par la fourrure. Un manteau, un col, un chapeau en vraie fourrure ça ne m’a jamais fait envie. J’adore les animaux ( depuis toute petite je voulais être véto, j’ai tenté le concours malheureusement sans succès, je suis cavalière depuis de nombreuses années et j’ai deux adorables chats) et rien que les imaginer se faire sauvagement dépecés pour leur peau et uniquement pour ça j’en ai envie de vomir. Surtout que de nos jours on a des alternatives tout aussi belles. Alors merci pour cet article et continue d’oser en secouer certains et de partager ces sujets qui te tiennent à coeur, un blog mode ce n’est pas que des sujets futiles loin de là. Bises

  32. Je suis moi choquée par ce genre de photo, mais je trouve ça un peu hypocrite de dénoncer la fourrure quand on porte par ailleurs du cuir, qu’on mange de viande, qu’on porte des cosmétiques testés sur les animaux…. Je ne dis pas ça contre toi Valentine, j’aime beaucoup ton blog, mais au lieu de dire non, le message ne devrait-il pas plus être : consommez responsable, acheter plus en friperie ou dans des magasins solidaires, des trocs de vestiaire…

      • Charlène et Line,
        Je l’ai écrit noir sur blanc : oui, je porte du cuir, mais refuse fourrure, viande, foie gras.
        Ton discours Charlène est gentil, mais simpliste, à mon humble avis. Tu sembles sous entendre qu’il ne faut pas parler de ce grave sujet lié au commerce mondial et ignoble de la fourrure, qui tue 50 MILLIONS d’animaux par an, mais plutôt promouvoir les friperies et les magasins solidaires ? Enfin si j’ai bien compris.
        Dans les friperies, on trouve surtout des vêtements ultra démodés, aux coupes peu flatteuses et, oh, ah oui : de la fourrure en pagaille. Je ne suis pas pro « ah mais si la fourrure est vintage, alors ça va ! Ouf, les animaux ont été tués il y a plus de 20 ans, donc c’est bon ! » Euh… On peut m’expliquer ce que cela change que ce soit du vintage ou pas, en ce qui concerne la fourrure ?

        Les magasins solidaires ? Qu’entends-tu par là? Emmaüs ? Kiloshop ? Guerrisol ?
        Même topo que les friperies. Pas mieux niveau « vêtements tendance » que les gens souhaitent acheter en 2015. Je ne parierais pas sur un succès général des fripes et autres accessoires de seconde main. Cela dégoûte beaucoup de gens d’enfiler des vêtements qui ont eu une vie avant eux, et je ne te parle pas des chaussures, souvent déjà « faites » aux pieds d’un précédent propriétaire. On ne peut pas laver des chaussures, c’est donc aussi une question d »hygiène qui rebute énormément de monde.

        Le troc, oui. On trouve ce genre d’événement « BoBo » dans les grosses villes, dur de banaliser cela mais en effet ce serait une possibilité de départ pour moins acheter.

        Bref, on s’éloigne du sujet en fait….

        • Bonjour Valentine,

          tout d’abord merci pour ton article, il est bien rare de voir sur les blogs mode de tels sujets abordés.

          Je suis moi aussi tout à fait d’accord avec Charlène et Line, et je ne trouve pas ça « gentil mais simpliste » (par contre je trouve cette expression assez méprisante, pour le coup, mais je suis certaine que ce n’était pas le but) que de dire qu’au final, l’une des meilleures façons de protéger les animaux est de modifier sa façon de consommer en général, et pas que sur quelques aspects, comme la fourrure.

          Les habits que l’on trouve en friperie ont déjà été achetés par d’autres gens, leurs « impacts » sur l’environnement ont déjà été fait. C’est bien dommage qu’il n’y a pas plus de friperies, comme dans d’autres pays européens, et que les gens soient si rebutés par l’aspect « non hygiénique » d’un habit déjà porté. Quand au troc, ce n’est pas que « bobo », bien heureusement! J’habite à la campagne, dans la Drôme, et ici et là des événements de ce type s’organisent, pour les habits ou pour d’autres objets.

          Alors certes, tout ça ne concerne pas uniquement et directement la fourrure, sujet de ton article, mais je trouve intéressant de le mettre en perspective et de voir le système d’une façon plus globale. C’était bien le but de l’article que de créer une discussion, non? 🙂

        • Bonsoir Sarah,
          Comme tu le soulignes, ces propositions de fripes et trocs ne sont pas directement liées au commerce de la fourrure ni à son arrêt.
          Ce sont des idées, qui sont, à mon sens, légèrement moins réalisables et envisageables par une majorité de gens.
          Arrêter d’acheter de la fourrure est une chose. On peut s’en passer, à notre époque et en France (pays au climat relativement tempéré).

          À mon sens, le troc de vêtements a sa cible, tout comme la fourrure. Tout le monde n’adhère pas et tout le monde n’est pas prêt à changer sa façon de consommer (fringues, comme nourriture). La discussion est utile mais un peu utopiste, je trouve 🙂

  33. Coucou,
    Merci pour cet article. J’avoue être passée très vite sur les photos, une telle cruauté envers les animaux est inadmissible. Tout ça pour avoir un vêtement plus « doux »… Lamentable.
    On devrait rappeler aux porteurs de fourrure qu’ils portent la peau d’un être vivant, doué d’une sensibilité (désormais reconnu par la loi).
    Aurélie

  34. Bonjour valentine,
    je t’avoue que je suis passée très vite sur les photos car elles sont insoutenables…
    J’adore les animaux depuis toujours mais j’ai acheté il y a quelques années dans une vente notre dame des sans abris (équivalent emmaus) un chauffe épaule et une chapka en vraie fourrure. je l’assume en partie car c’est du vintage mais il est vrai que je ne les porte pas…et je ne le referai pas(cet achat). Quand au lapin et au cuir je croyais naïvement que c’était les animaux de boucherie qui étaient utilisés ce qui n’est apparement pas toujours le cas.
    je ne suis pas végétarienne sans être une grande carnivore…mais il est difficile d’être complêtement clean sur ce sujet de la souffrance animale beaucoup de cosmétiques et bien sur les médicaments sont testés sur les animaux.
    En résumé je pense qu’ il faut essayer de consommer au mieux en sachant ce qu’il en est.
    Magali.

  35. Bonjour Valentine,

    Bravo pour cette article engagé et très bien écrit. Je suis sensible aussi à ce sujet. Il est vrai que nous ne pensons pas forcément à vérifier les compositions du vêtement sur les étiquettes, mais c’est un réflexe effectivement qu’il faut adopter et c’est très bien que tu le rappels.
    Cela nous permet de montrer notre désaccord de ne pas acheter un produit contenant de la fourrure même si elle est en « petite » quantité sur une capuche par exemple.
    Valentine, merci encore de rappeler qu’il faut donner du sens à nos achats.
    Bonne continuation.
    Bises

  36. Bonjour Valentine, je viens de me lever, jour de congé oblige , je me prépare un café et… Je tombe sur ton article.. Que je n’ai pas pu lire jusqu’au bout! Je trouve extrêmement bien que l’on puisse traiter d’autre chose que de beauté, de participer ainsi à la réflexion du monde qui nous entoure, mais ces photos de lapin ou je ne sais quoi que l’on dépece cela m’a été difficile dès le matin et je crois que ma journée va en être marquée. Non que ce soit de ta faute mais je ne peux pas admettre que l’on puisse faire cela à des animaux. On leur vole déjà leur terre que l’on pourrie, et on leur fait cela et des gens portent la mort en l’appelant « mode »… Autant rester nu.
    Très bonne journée jolie Valentine.

  37. Bonjour Valentine,
    Je trouve ton article, comme toujours, très bien fait : tu cites tes sources, propose des listes de marques sans fourrure, et ne fais pas l’impasse sur les photos. Merci pour tout ce travail de recherche !
    Je suis pour ma part complètement atterrée de voir que la fourrure revient par « la petite porte » : c’est peut-être moins choquant d eporter une parka avec juste un peu de fourrure sur la capuche qu’un manteau tout en fourrure, beaucoup plus visible et « connoté ».
    Là où je tique encore plus, c’est quand il m’est arrivé de lire des articles dans certains magazines de mode qui avaient fait une sélection en fonction, justement, de vraie fourrure, comme s’il s’agissait d’un « matériau » anodin pour la confection d’un vêtement, sans même s’interroger sur la provenance de ce « matériau » que je trouve révoltant…
    J’avais eu une conversation avec une dame dans un tramway, je l’avais gentiment interrogée à propos de son manteau en fourrure, ça avait donné lieu à une conversation ubuesque (mais courtoise), où elle m’expliquait qu’elle adorait les animaux, qu’elle avait elle-même un chat. Mais comment peut-on posséder un animal de compagnie qu’on aime, et en porter un mort sur le dos sans problème ?
    Pour nuancer, j’ajoute que j’ai un blouson en cuir, mais c’est de la seconde main achetée en friperie, je n’ai donc pas l’impression d’alimenter sciemment un commerce particulier. Et dans l’absolu, je dois bien reconnaître que selon mes principes, je ne devrais pas l’avoir acheté !

    Je ne sais pas, j’ai le sentiment que la fourrure est assez inutile et synonyme de boucherie, c’est vraiment dommage d’en être revenu à ça alors que tant d’autres alternatives existent…

  38. Bonjour Valentine,

    Merci pour ton article.
    J’ai constaté (avec horreur) depuis un moment qu’on voit de plus en plus de fourrure dans la « mode » en général, sur les capuches de doudounes et manteaux en particulier et ça me révolte. Je croyais qu’on était en 2015??
    Pour ma part je regarde attentivement les étiquettes et me garde bien d’acheter de la vraie. Elle est quand même assez facile à reconnaître. (« tiens, cette sensation me dit quelque chose, comme le poil de mon chat quand je le caresse…ARGGH! »)
    Tu m’as appris ce qu’était l’Orylag, quelle tristesse…
    J’ai aussi renoncé à m’acheter une jolie petite doudoune toute fine, ayant découvert que même pour les plumes et duvet d’oie il pouvait y avoir cruauté…
    Non mais dans quel monde vivons-nous?
    Acheter moins mais mieux et responsable, c’est un vrai travail de tous les jours.
    Bises

  39. Bonjour Valentine!

    Lectrice assidue de ton blog, c’est bien la première fois que je me lance à te laisser un commentaire!
    Je trouve ça très courageux de ta part de te lancer dans la rédaction d’un tel article qui va, forcément, susciter bon nombre de réactions mais en même temps, je reste quelque peu dubitative. Porter de la fourrure, c’est mal, OK. Mais la fourrure de lapin est quand même du « recyclage »! Il ne faut pas oublier que c’est un animal que l’on mange. Je trouve cela plus « acceptable » que de la fourrure de raton-laveur ou de renard par exemple. Et puis, je trouve ça aussi très hypocrite d’être par exemple végétarien et de porter tout de même du cuir. Au final, l’animal a quand même été massacré. Attention, je donne simplement mon avis et je ne critique personne! Je ne suis pas là pour me faire attaquer mais simplement échanger mon point de vue avec d’autres. Un jour, les mentalités changeront et peut être que nous arriverons à consommer et manger sans passer par le sacrifice de nombreux animaux! Je l’espère sincèrement et le fait que les animaux de compagnie soient maintenant reconnus comme des « êtres vivants dotés d’une sensibilité » est à mes yeux un beau pas en avant!

    Bonne journée et bonne continuation! 🙂

  40. Hello Valentine,
    Je ne suis pas une habituée des commentaires mais je ne pouvais pas rester sans voix à la lecture de cet article très bien écrit et qui me « ravit », dans le sens où il faut relayer cette réalité, comme tu l’as si bien fait ici. Les photos sont terribles, mais elles ne m’ont pas choquée (j’en vois pas mal sur OneVoice ou Gaia dont je suis les comptes Facebook) car il faut prendre conscience des conséquences de nos actes, même si c’est dur (ça l’est toujours bien moins que pour ces petites bêtes ^^).
    Je n’ai jamais porté de fourrure, ça ne me viendrait même pas à l’idée. Par contre oui, comme beaucoup, j’ai quelques pièces en cuir (une veste, deux ou trois sacs) mais je n’en rachèterai plus. Tout comme l’angora. Et j’essaie de faire comprendre subtilement cela à mes proches – il faudrait peut-être que j’arrête les subtilités d’ailleurs :).
    Bref, on te reprochera sans doute ton incohérence face à tes autres choix de consommation (je crois d’ailleurs avoir déjà vu deux-trois commentaires dans ce sens), mais pour ma part, tant qu’un effort est fait, on ne peut que l’encourager !

  41. Quand je pense que ce genre d’article est encore nécessaire, ça me révolte tout autant… C’est impensable pour moi de porter de la fourrure, au point de refuser un gilet sans manche en fourrure que l’on voulait me prêter parce que j’avais froid à une soirée.
    Comment des créateurs peuvent ils encore cautionner ce genre de pratiques ??

    Merci pour ces articles qui vont peut être faire prendre conscience à certain(es)…

  42. Coucou Valentine,

    Je tenais à te dire bravo parce que ton article, en plus d’être courageux et malheureusement nécessaire, est vraiment très complet ! Je n’ai jamais porté de vraie fourrure et je ne le ferais jamais. Je me sentirais vraiment mal d’avoir ça sur le dos (la première photo est très représentative d’ailleurs !)

    Ces animaux ont des sentiments et c’est bien qu’il y ait des personnes comme toi pour le rappeler. Bravo ! (et si je veux profiter de leur fourrure je préfère largement faire des bisous dans le cou de mon chat, en plus d’être doux, c’est tout chaud et ça ronronne 😉 )

  43. C’est rude ! Et pourtant je te dis merci de participer au relais de ce type d’information. Je ne porte pas de fourrure, ça me semble logique et je dois avouer que je « tilte » sur la quantité de vraie fourrure que je vois au quotidien surtout avec les température qui tombent. Je ne comprends toujours pascar il y a tellement d’alternative à la fourrure ou pour avoir chaud ! Bref, tant de personnes se voilent la face que parfois il est bon de faire une petite cure d’électrochocs.

  44. Merci Valentine pour ce bel article ! Peu de blogueuses oseraient s’aventurer sur ce sujet épineux !
    Je n’ai jamais porté de fourrure parce que je trouve ça joli…mais seulement sur les animaux vivants et libres de courir où bon leur semble. Je dois même avouer qu’il m’est arrivé de retirer la fausse fourrure d’une parka Vero Moda que j’avais achetée !
    Je ne vais pas raconter ma vie, mais bien que je ne sois pas végétarienne, j’essaie de limiter ma consommation de viande le plus possible (je peux très bien m’en passer) et je suis très sensible au bien-être des animaux. Nous en sommes nous aussi, donc il faut les protéger comme nous nous protégeons !

    A très bientôt,
    Camille.

  45. Même chose pour les fameux manteaux à la mode Canada Goose et le rebord sur le capuchon en fourrure. Ça me fâche tellement de voir des gens en porter !!!
    Jai vu un reportage sur une dame qui s’est commandée un manteau contrefaçon de Canada Goose pour ne pas avoir de vraie fourrure. Elle l’a commandé sur ebay et le produit venait de Chine. Finalement, je ne sais pas comment cela se fait, mais elle a fait des recherches et a appris que la fourrure n’en était pas de la synthétique comme prévu à la base, mais de la fourrure de CHIEN . C’est horrible. Il faut faire attention avec les produits chinois car de plus en plus de chiens sont sacrifiés pour cette industrie. Fourrure à bas prix….

  46. Bravo Valentine pour cet article courageux! Les humains sont des barbares. C’est honteux!! J’ai parfois honte d’appartenir à cette espèce qui n’a jamais véritablement évoluée. C’est révoltant. J’ai récemment acheté un manteau avec imitation col fourrure chez Promod mais c’est bien entendu du synthétique. Je ne porte pas de vraie fourrure. J’aime trop mes chiennes pour cela.

  47. Merci Valentine pour cet article engagé et courageux.
    Ma mère avait beaucoup de col et vestes en fourrures il y a une trentaine d’années, la sphère artistique bobo dans laquelle mes parents vivaient, devait certainement aussi jouer un facteur en terme d’habillement. Un jour, elle m’a proposé de porter une veste en loup argenté, je l’ai touchée, j’ai tellement était horrifiée que je n’ai pas pu l’enfiler. Ma mère a donné ses dernières pièces quand elle a vu ma réaction. Alors oui c’était doux, mais c’était comme caresser un animal mignon mais mort. Ma sensibilité est trop forte pour que je puisse toucher une fourrure sans être touchée par le sort de cette pauvre bête.
    Jamais je ne pourrais porter de fourrure.
    Mes collègues portent des doudounes Moncler, canada goose et autres marques qui plument les oies vivantes, malgré une discussion à ce sujet qui leur a ouvert les yeux et appris les conditions de fabrication de leur manteau d’hiver, ils me rétorquent que le duvet d’eider est le plus chaud alors pourquoi prendre autre chose et que le col et capuche totalement en fourrure c’est doux et chaud. Le haut de gamme et la souffrance animale sont importants pour leur apparence et leur classe sociale élevée… Je n’adhère pas et ne comprendrai jamais 🙁

    Merci pour ton article,
    A bientôt.
    Kloé

  48. Merci Valentine, pour cet article qui est une belle cure de rappel concernant la condition et l’exploitation animale de manière générale.
    Je n’ai jamais compris les personnes s’habillant avec de la fourrure. Que ce soit la torture pratiquée ou l’élevage en lui-même (sans qu’il y ait torture, ça existe), cela me rend folle.
    Dans un autre registre, j’ai écrit il y a peu cet article sur les pratiques de domestication des éléphants en Asie : http://bullesdinspirationdhelychrise.blogspot.fr/2015/01/tourisme-eco-responsable-au-coeur-de.html
    Si cela peut permettre de faire circuler l’information.
    Bises

  49. Bonjour Valentine !

    Merci pour ton article. Il est vraiment prenant et surtout il m’a confronté a une réalité que je pensais obsolète… Sincèrement j’étais loin de savoir qu’il y avait des élevages pour la fourrure en France. Je suis vraiment très étonnée voir choquée que des choses pareilles se passent encore sur le sol Français. Dans les « pays nordique » même si je suis contre la fourrure, on peut dire que ça fait d’avantage parti de leur culture, si je puis dire.

    Très récemment j’ai été tenté par la fourrure, j’ai une amie qui a un superbe manteau en fourrure qui appartenait à sa mère. Et oui je dis superbe car c’est ce que j’ai pensé en le voyant.. D’ou ma réflexion sur  » les fourrures vintage ». Mais on dirait que ton article tombe à pic et m’a ramenée à la réalité. Alors oui ce manteau était beau, élégant etc… Mais ça reste de la fourrure d’animaux et je ne pourrais jamais accepter d’en porter.
    C’est même au-delà de penser a mon pauvre chat sur une capuche de parka, c’est de me dire que des animaux sont venu au monde dans le seul objectif d’être tué sauvagement pour leur fourrure. Uniquement pour cela.
    C’est quand même une chose horrible que de se dire qu’un animal est destiné a mourir, après un élevage dans des conditions lamentables, pour sa fourrure.
    Je ne suis pas végétarienne contrairement à toi pour la bonne raison que je mange très peu de viande ( on pourrait me dire que justement comme j’en mange peu je pourrais ne plus en manger),1 une tranche de rosbeef aux repas de famille et basta pour la viande rouge, et principalement de la volaille que j’achète en ferme et où les animaux ont été élevé en plein air, dans la nature. Je ne ressens donc pas le besoin d’être végétarienne car je ne me considère pas comme étant dans le système de surconsommation de viande. Pour ce qui est de la viande je pense que l’être humain en a besoin ( point de vue relatif, je parle au sens large) et que du moment ou il traite avec respect l’animal, que s’est une consommation plus raisonnable et plus juste, non ? C’est ainsi que je vois les choses
    Désolée mon commentaire est un peu confus !
    Revenons a la fourrure !
    Mais je partage ton avis, la mode depuis plusieurs saisons remet sur le tapis la fourrure et comme j’ai pu le faire, beaucoup de filles commencent a trouver ça élégant et joli. Sans se rendre compte finalement de tout ce que cela représente.
    J’espère que d’autres filles qui comme moi, pourtant opposée dans leur conscience profonde, liront ton article et se souviendront pourquoi justement elles condamnent la fourrure !

    Bise a toi Valentine ! Merci encore pour ton article !

    Amandine;

  50. Bonjour Valentine,
    Je réagis à ton article sur la fourrure pour rajouter deux ou trois choses.
    Il y a quelques années j’ai vu une vidéo sur internet qui montrait comment on tuait les chiens viverrins pour récupérer leur fourrure. J’ai été profondément choquée car les animaux étaient torturés avant d’être dépecés vivants!
    Sinon j’ai lu dans le Glamour de ce mois-ci qu’une styliste faisait des pièces en fourrure en les récupérant à partir d’animaux écrasés sur les routes. (Je n’ai plus le nom de cette styliste en tête).
    Bises Valentine.

  51. TI am new to this blogging world and I spent almost an hour on this site reading some top quality blogs. I will definitely visit this site again because I learned a lot and got very helpful informatio.Thanx alot

  52. Bonjour Valentine 🙂
    D’abord félicitations pour cet article, car ce sujet est souvent tabou ! C’était très intéressant ! J’avoue que je suis un fan de fourrure …. Je n’avais jamais vraiment prêté attention aux conditions dans lesquelles les animaux prévus à cet effet étaient traités, pourtant j’adore les animaux. Flemme ou peur de voir la vérité en face ? Mais voilà, ton article m’a ouvert les yeux 🙂 Merci ! Je pense que je vais m’éloigner de ce genre de produit dorénavant … Et me renseigner un peu plus à ce sujet 🙂
    Bonne après-midi, bises ! 🙂

  53. Bonjour Valentine,

    j’aimerai avoir ton avis sur un point de la question des fourrures. Je plante le décor d’abord!
    Je vis au Canada et comme on le sait, les températures hivernales ici sont beaucoup plus rudes qu’en Europe. Il est donc nécessaire d’être convenablement équipé pour pouvoir faire des tâches qui semblent banales comme prendre le bus ou aller chercher du pain sous peine de se transformer en Elsa de la reine des neiges! En ce qui me concerne, je me suis équipée avec des pièces comportant des empiècements de fourrure (fausse évidemment). Je dois dire que pour supporter notre habituel -20 c’est très convenable, les technologies ayant beaucoup évoluées ces dernières années. D’où le fait que je m’insurge lorsque je vois des marques comme Canada Goose qui trappe des milliers de coyotes chaque années (sous couvert du gouvernement) pour en mettre uniquement sur le pourtour des capuches et fait le gros de son CA dans les grosse villes comme Montréal où des empiècements de VRAIES fourrures ne sont clairement pas nécessaires.
    Maintenant, et c’est là où pour moi il y a une nuance et que je voudrais ton avis, les territoires du nord comme le Nunavut, le Nunavik etc… ont des températures pouvant descendre jusqu’à -80 avec le facteur vent et là, à ce jour LA meilleure matière isolante reste (malheureusement) la fourrure.
    Tu remarquera que je « légitime » l’usage de la fourrure uniquement dans le cadre de températures extrêmes et non d’un point de vue mode, ce qui concerne qu’un infime pourcentage de population mondiale.
    Toutefois je dois dire qu’on voit de plus en plus de marque comme Harricana qui récupère de vieille fourrures dans des Third shop et les transforment en gant, bonnet, sac et autres, initiative que je trouve plus « responsable » puisque ces marques arrivent à produire des pièces en fourrure sans tuer aucun animal.
    Voilà, tout ce laïus pour savoir ce que tu en pensais.
    Bonne soirée!

    Marjorie

    • Bonsoir à nouveau Valentine, je scrute cet article tous les soirs depuis l’écriture de ma question pour voir si tu as eu le temps d’y répondre mais je vois que non. Au risque de te sembler insistante (c’est pas le but) je te sollicite à nouveau parce que j’aimerai vraiment connaître ton avis sur ce point de l’utilisation « légitimée  » de la fourrure compte tenu de ses performances isolantes et chauffante dans des conditions extrêmes UNIQUEMENT.
      Quoiqu’il en soit je ne l’avais pas mis dans mon precedent commentaire mais je salue ton article qui j’en suis sur permettra à beaucoup de remettre les choses en perspective.

      Marjorie

      • Bonjour Marjorie,
        Récemment j’ai interviewé et partagé les réponses du musher Nicolas Vanier, sur mon blog.
        Un monsieur qui aime la nature, ses chiens de traineau et respecte les deux, évidemment. Pas possible de traverser la planète si on n’aime pas ses chiens qui font un travail extraordinaire, basé sur la confiance en leur musher et en son amour pour lui. BREF.
        Nicolas Vanier porter de la fourrure, pour traverser la Sibérie, la Taïga, la Russie, le Grand Nord, etc. dans le cadre de son activité de musher.

        On m’a reproché cela, sous mon article, étant donné que je suis personnellement contre la fourrure.
        J’aimerais rappeler qu’être extrêmiste n’apporte rien de bon, voir tout en blanc ou tout en noir n’est pas logique, puisque tout est fait de nuances dans la vie. Quant à donner mon avis : qui suis-je pour « condamner » un monsieur qui accomplit des choses dont je serais bien incapable ? Il écrit des ouvrages, tourne dans des documentaires et des films pour sensibiliser les gens comme moi (citadins) à ce qu’il se passe ailleurs, au sujet de la fonte des glaces liée au réchauffement climatique.
        Alors aller critiquer le fait qu’il porte de la fourrure sur lui, pour réussir à dormir par – 50°, près de ses chiens, serait un peu mal venu, à mon sens. Je ne vis pas dans ces conditions météo (et ne le souhaite pas! ha ha).
        Quant au facteur qui doit livrer son courrier par -80° : il a bien du courage !

        Je ne comprends pas trop que mon avis semble t’importer autant, mais je te remercie de le demander.
        À mon sens, il n’y a pas du tout de comparaison possible ni de gens à critiquer quand les températures négatives font que c’est une question de survie. Les Inuits, toutes les populations vivant très au Nord ou très au Sud sont obligés de se vêtir de fourrure. Eux mangent la viande des rennes qu’ils élèvent : cela fait, je trouve, une sacré différence avec les crétin(e)s parisien(ne)s et leur capuche de parka Canada Goose dans le métro et dans les rues…..

        Belle journée Marjorie 🙂

        • Merci pour ta réponse! 🙂
          Je n’avais pas pris le temps de lire ton article sur Nicolas Vannier. Je me suis particulièrement intéressée à cette personnes ces derniers temps puisqu’un de mes amis film au moment même où je t’écris sa course entre le Yukon et l’Alaska (très très intense visiblement!!).
          Comme tu l’as mentionné, tu avais été critiquée pour cet article car NV porte de la fourrure pour ses explorations et ses courses, ce qui me laisse à croire que certaines personnes ne sont pas en mesure de remettre les choses dans leur contexte. Compte tenu de la visibilité de ton blog, il me semblait important que dans des conditions particulières, on ne peut pas condamner la fourrure. Mais bien sur comme tu le dit si bien « cela fait, je trouve, une sacré différence avec les crétin(e)s parisien(ne)s et leur capuche de parka Canada Goose dans le métro et dans les rues » (la phrase était tellement belle que je ne pouvais pas la modifier haha!!)

          Sur ce je te laisse, passe une très belle journée!

    • Je ne sais pas si c’est de l’ironie, mais je refuse au quotidien de plus en plus de choses et d’argent, car tout n’a pas sa place ici.
      Ce n’est pas une question de force de caractère du tout, juste du bon sens et de la droiture envers mes convictions et mes envies. 🙂

  54. Bonjour Valentine.
    Merci de nous faire partager ton point de vue. Je trouve cela de plus en plus difficile de nos jours car il faut ensuite se battre envers et contre tous pour des détails et internet permet de se cacher, et donc d’être agressif et grossier.
    Je voulais juste mentionner le fait que les humains ont toujours chassé, certes pour se nourrir et s’habiller. De plus en plus, des réglementations apparaissent sur la chasse des animaux, provoquant des conséquences parfois désastreuses sur notre environnement. Par exemple, les ratons laveurs sont en train de détruire l’éco-système des campagnes. Ils sont trop nombreux et empêchent d’autres races d’animaux de prospérer et de se développer.
    Idem pour les lapins en Australie…
    Je ne cautionne donc pas la façon dont ses animaux sont traités/tués, mais je voulais juste faire valoir un point qui me semblait important, et qui avait été un peu laissé de côté dans ton article. Je conçois qu’il est évidemment très très difficile de parler de tout. Merci encore de prendre ton courage à deux mains et de lancer un tel débat!

  55. Je suis moi aussi contre la fourrure. Quand je croise des personnes qui en portent, et il y en a beaucoup en Suisse, ça me donne la nausée…

    J’ai des parkas avec la capuche en fausse fourrure. Quand j’en achète une, je vérifie toujours les étiquettes, j’ai toujours très peur de ce que je vais voir inscrit dessus.
    Je ne comprends pas comment on peut tuer un animal pour ensuite porter sa fourrure sur son dos, je trouve ça tribal et tellement horrible.
    Mon chat a des poils très longs, c’est un persan, j’ai parfois l’impression de voir sa fourrure sur le dos de certaines…

    Si seulement ton post pouvait faire réfléchir certaines blogueuses…

    Bisous Valentine et bon weekend

  56. Coucou Valentine,

    La vraie fourrure vs la fausse fourrure, c’est l’histoire du serpent qui se mord la queue.
    D’un coté, il y a la défense de la cause animale, de ‘autre la défense de l’environnement, qui a un sévère impact sur la nature, les animaux et les hommes.Je vois beaucoup trop de monde ici dire oui au synthétique sans réfléchir plus loin…
    Il faut savoir que pour produire ces matières synthétiques, on utilise une quantité astronomique de pétrole entres autres produits chimiques extremement polluants dont les déchets sont rejetés dans les océans ( on s’en tape de la vie sous-marine?) , l’air et la terre.
    Les nappes phréatiques en sont remplies : trinquent donc les végétaux et ceux qui les consomment (les animaux et les hommes).
    Il ne faut pas oublier non plus que ces jolies matières synthétiques sont produites dans des pays ou la main d’oeuvre est bon marché, les conditions de travail appliquées, on en parle?Que dire de l’impact de ce mode de fabrication sur la santé de ces gens?Que dire de l’impact sur ceux qui portent du synthétique lorsqu’on voit, entre autres exemples, des pyjamas qui s’enflamment tout seuls et des chaussures qui provoquent de graves maladies de peau?
    Lorsqu’on a une vue d’ensemble, il me parait difficile de condamner plus ceux qui portent du cuir, de la laine et de la vraie fourrure que ceux qui portent uniquement du synthétique…

    Je salue ta démarche d’avoir ouvert ce débat,
    Bonne journée.

    • Coucou Virginie,
      Note qu’au sein de mon article, je ne fais aucunement la « promotion » de fausse fourrure… Je vois de toute façon passer tellement de parkas/ doudounes à capuche bordée de fourrure (vraie et fausse) que même le synthétique commence à me sortir par les yeux.

      Je ne « condamne » personne, j’informe, je donne des chiffres et des faits. Je ne suis pas dans le jugement à proprement parler. Mais il est vrai que mes convictions personnelles et ma sensibilité à ce sujet ne sont pas très loins et que je fais un rejet pur et simple de la fourrure. Cela me dégoûte, me choque, me fait énormément de peine. C’est comme ça, je ne changerai pas.

      Ravie que tu salues ma démarche, j’espère que cela fera un peu réfléchir certain(e)s à la lecture de ces faits.

      Bonne fin de journée

  57. Bonjour!

    J’espère aussi que je ne vais pas me faire lyncher mais ce que j’ai lu plus haut m’encourage à m’exprimer 🙂
    Pour ma part, j’ai porté beaucoup de fourrure, toujours vintage d’ailleurs, tout simplement parce que je trouve que c’est chaud. La France a beau avoir un client tempéré, une vie sous les tropiques ne s’oublie pas si vite et je n’ai jamais trouvé de manteau vraiment chaud (et les parkas sont tout de même moins élégantes). J’en porte de moins en moins cependant, parce que je réalise que même s’il s’agit de fourrures vintage, cela contribue à banaliser le port d’animaux morts, ce que finalement je préfère éviter.
    Je comprends ta démarche et ta position par rapport aux animaux, mais pour ma part, à tord probablement, je considère toujours qu’il est plus grave de tuer des hommes. Une grande partie de marques sans vraies fourrures que tu cites font teindre leurs jeans et fabriquer leur t-shirts dans des pays qui n’ont pas encore les moyens de faire autrement aujourd’hui que de laisser les gens s’empoisonner, développer des cancers dramatiques et même faire naître des enfants déjà malades, sans parler des conditions dangereuses dans lesquelles ils travaillent. Je suis vraiment beaucoup plus choquée par cela par exemple que par des poulets qui rôtissent dans une vitrine, du coup je suis une grande adepte des fripes, du troc et de tout ce qui me permet de me dire que j’encourage moins ce genre de commerce. Et pourtant, une grande majorité des gens trouvent qu’il n’y a rien de choquant à faire son shopping chez Zara.
    Je crois en fait assez peu aux vertus du boycott, à mon avis très peu efficace, voire générant l’effet inverse de celui escompté (à savoir générer un phénomène de rareté, une hausse des prix dans le cas des fourrures, un appauvrissement des producteurs dans le cas des vêtements). De même, la culpabilisation du consommateur à outrance réveille probablement certaines consciences, il faut l’espérer, mais souhaite-on vraiment dégouter ou faire peur ou plutôt faire évoluer la façon dont les vendeurs et les acheteurs réfléchissent?

    En tout cas, tu as du mérite, du courage et un certain panache, on ne peut pas te l’enlever. Tu dis que les « grosses blogueuses » n’oseraient pas prendre de telles positions de peur de s’attirer les foudres des grandes marques. J’ai envie de te dire, who cares? Il est quand même plus intéressant de promouvoir des marques auxquelles on croit vraiment et dont l’éthique nous correspond non?

    Je te souhaite une belle route Valentine!
    PS: moi aussi j’ai très peu commenté sur ton blog mais je me dis que cet article en valait la peine 🙂

  58. Merci pour cet article !
    J’espère de tout cœur que l’humain reflechira un jour un peu plus loin que le bout de son nez et arrêtera de penser qu’à sa petite personne !
    Juste pour rebondir sur les marques qui ne commercialise pas de vrais fourrures ! Malheureusement Mango a fait deux manteaux avec de la vrais fourrure cette collection, de source sur car j’y travaille…

  59. Hello Valentine, Je ne laisse rarement de commentaire sur les blogs car je trouve justement que c’est un peu trop superficiel, donc ça me fait très plaisir de tomber sur cet article !
    En un an, tu as surement du avancer sur la voix du veganisme, une fois qu’on a mis le pied dedans, on ne s’arrête plus et on a envie d’apporter sa pierre à l’édifice !
    Pour le cuir tu as le documentaire Hazaribag, cuir toxique, qu’y était passé sur Arte et qui est assez fou, pas du tout centré sur le animaux par contre, mais sur les conditions de travail et de vie des tanneurs, et sur les répercussions environnementales ! Si tu as l’occasion de faire un article sur le cuir, tu peux parler de ce docu 😉

    Bonne continuation à toi !
    Et peut être à bientôt !

    Julianne

Trackbacks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow @hellovalentine on Instagram

Copyright © 2017 · Theme by 17th Avenue