Blabla

When in doubt go the the library

♪♫♪ Harry Potter Theme Song ♪♫♪

Les livres sont une passion depuis aussi longtemps que je m’en souvienne. J’ai appris à lire tout seule avant d’entrer au CP (cela dit sans prétention aucune) avec les « J’aime Lire » auxquels j’étais abonnée. J’adorais la BD « Tom Tom et Nana » et j’étais tout simplement fan des histoires et illustrations de ce petit livre rouge ! Le logo était un bonhomme-crayon. *Lève la main si tu vois à quoi je fais référence*
Du coup, je me suis un peu ennuyée en classe de CP, quand les autres apprenaient à lire. Mais cela ne m’a absolument pas empêchée d’adorer l’école et de me sentir à ma place tout le temps. J’adorais apprendre et faire des choses manuelles. Par ailleurs, si les mots étaient mes amis, les chiffres étaient tout l’inverse : je n’ai jamais été bonne en maths, car je détestais ça. Pour vous dire à quel point j’étais nulle : en Seconde au lycée (juste avant de choisir l’option « Littéraire » en Première) le prof de maths venait m’aider pendant les contrôles…. ! Ha ha ha ! Malgré cela, si je m’en sortais avec un 2/20 c’était le bout du monde. Mes parents ont assez vite compris que je n’excellerais jamais dans le domaine scientifique et je n’essayais même plus de m’accrocher. Des cours particulier à domicile n’ont rien changé : je n’aimais pas ça, donc je n’avais même pas le désir de comprendre.
Encore très récemment, mon amoureux se moquait régulièrement de moi, quand je devais faire des calculs. Désormais, le paiement de mes cotisations en tant qu’Auto-Entrepreneur est automatisé en ligne; mais avant, je devais calculer mes revenus et surtout le % que je devais reverser trimestriellement au RSI. De bons fou-rires entre nous… ^^ Mais j’adore rire de moi, donc tout va bien. J’assume ma nullité avec les chiffres.

Par contre, lire et écrire m’ont toujours plu. J’avais des tonnes de petits carnets quand j’étais enfant. J’écrivais plein d’histoires farfelues, j’inventais des scenarios improbables, j’ai tenu un journal intime pendant quelques années.
Bien plus tard, vers la vingtaine quand j’étais en BTS Communication Visuelle, la prof d’Histoire de l’Art nous donnait régulièrement des dissertations à faire en dehors des cours. J’allais à l’époque à la Médiathèque de Bagnolet (mon ex habitait le XXème arrondissement) et elle soulignait toujours le fait que mes rédactions étaient originales. Je piochais tout simplement dans des livres et non sur internet pour appuyer mes propos; je pense qu’elle sentait la différence à travers ce que je rédigeais. Aller à la bibliothèque est resté un moment de plaisir et non une corvée. Je suis d’ailleurs inscrite à la bibliothèque municipale de ma ville et au moment où je tape ces lignes, je réalise que je dois m’y rendre aujourd’hui car j’ai trois jours de retard sur mes emprunts. ^^
Tout ça pour en venir au fait : il y a quatre ans, je vous ai présenté Exploratology, dès les début de ce site. Marjorie, sa créatrice, est un amour de nana, encore plus bibliophile que moi. Elle a créé ce concept de « box » mensuelle de livres + goodies. Vous avez plusieurs options d’abonnements, selon que vous êtes un gros, moyen ou petit lecteur. Nous avons abonné ma belle-mère à Exploratology en guise cadeau de Noël et je crois qu’elle adore ! Chaque mois, vous recevez chez vous (si vous habitez en France uniquement) un roman, des sachets de thé et des petites surprises variées. Le t-shirt que je porte est donc totalement en adéquation avec mes goûts et ma passion de la lecture. Je n’envisage pas vraiment une seule journée sans lire quelque chose, car cela m’apporte tellement ! Je lis également des romans en anglais, depuis l’année dernière. Rien de compliqué ou d’inaccessible, mais de ce fait j’apprends des mots de vocabulaire en cherchant sur internet dès qu’un mot m’échappe. C’est hyper enrichissant, je suis fière de moi car rien ne m’oblige à le faire. Je trouve ça juste motivant et cela m’aide à me débrouiller à l’oral comme à l’écrit avec des contacts pros et amis anglo-saxons ou étrangers. Il va sans dire qu’à l’oral, tout le monde détecte en deux mots que je suis française, et trouve ça « soooo charming ! » alors que je trouve vraiment très moche l’accent français, quand on parle anglais.
Well, j’espère en tout cas que vous apprécierez mon t-shirt, la référence à Harry Potter et plus globalement, ce look printanier shooté il y a quelques semaines !

P.S : Lire ou relire mes article « 1 Livre, 1 CD, 1 DVD ».

SHOP MON LOOK :


Blazer via Loavies
T-shirt « When in doubt go to the library » via Exploratology
Jean blanc via Boden
Dr Martens (old)
Sac « Zoé » vegan via Flore & Line
Boucles d’oreilles en raphia Mango

SHOP MON LOOK :


à Bicyclette

♪♫♪ Yves Montand – La Bicyclette ♪♫♪

Quel cycliste êtes-vous ? Utilisez-vous un vélo quotidiennement ? Uniquement le week-end ? Pendant vos vacances d’été ? Jamais ? Les pistes cyclables vous rassurent-elles ou bien sont-elles sources de maints obstacles et dangers ? Quoi qu’il en soit, je suis persuadée que chacune aurait une anecdote à partager sur le sujet du vélo. Personnellement, j’ai mille histoires sur le sujet. Aujourd’hui, Rouler à vélo est très agréable dans Paris… surtout au mois d’août !!! ha ha.
Challenge ambitieux : Les Parisiens aiment tellement le vélo qu’ils ont décidé que leur ville en serait la capitale mondiale d’ici 2020, une initiative forte et audacieuse à l’image de ses cyclistes.

Par ailleurs, j’ai récemment pu rencontrer 7 d’entre vous, mes chères lectrices de blog et chacune possède son vélo. Notre petit atelier de customisation de panier de vélo avec des pompons a été le prétexte idéal pour papoter de notre passion du deux roues écolo ! Cela a pu se faire grâce au BHV MARAIS, dans le cadre de leur grande opération printanière « À Bicyclette » ! Elle a lieu du 13 avril au 27 mai prochain, dans ce grand magasin préféré des Parisiens, situé rue de Rivoli à la station « Hôtel de Ville » (lignes 1 et 11).

Explorez le BHV MARAIS dans son intégralité, une très belle scénographie dédiée au vélo dans l’ensemble du magasin, en vitrines et sur la façade, une exposition de photos « Les stars à vélo » dans l’Observatoire au 5ème étage, des pop-up mode et lifestyle (Solex, Ines de la Fressange, Lee, Dockers,…) et évidemment : des ateliers de customisation.  Pour découvrir toutes les animations A Bicyclette au BHV MARAIS : http://www.bhv.fr/actus/a-bicyclette/

Pour vous présenter cette jolie opé à laquelle je participe, j’ai eu la chance que le BHV MARAIS me fasse confiance. J’ai été très honorée d’être partenaire en tant que blogueuse parisienne à vélo, car je roule à vélo surtout le week-end avec mon amoureux, à Paris et ailleurs. Ce mode de transport green et sportif nous correspond totalement et cela m’enthousiasme énormément d’être assimilée au vélo.
De plus, j’ai eu la géniale opportunité de pouvoir porter du Inès de la Fressange qui vend en exclusivité une ligne de vêtements pour « À Bicyclette ». J’ai choisi des pièces fortes : colorées, imprimées, très gaies. J’adore pouvoir vous présenter du contenu inattendu ou original, après toutes ces années à tenir mon blog. Bientôt 9 ans et je m’amuse peut-être même encore plus qu’au début. C’est simplement grâce à vous. Merci pour ça !
Une jolie célébration du vélo arrive le dimanche 27 mai devant le BHV MARAIS, tout le monde est invité et je serai présente.  Je vous en reparle très vite !

{article sponsorisé}

Ma petit robe éthique et green by LES SAUVAGEONNES

Article mode, axé éthique et green : on continue ! Aujourd’hui je vous présente LES SAUVAGEONNES et plus précisément ma jolie robe « Isidore », cousue sur commande dans une popeline 100 % coton BIO certifié GOTS et fabriqué en France. GOTS signifie Global Organic Textile Standard. Le référentiel GOTS intègre toutes les étapes de transformation textile : la fibre brute doit être certifiée en agriculture biologique et tout le processus de transformation doit respecter des critères environnementaux et sociaux.
Si vous me suivez depuis un petit moment, vous n’aurez pas manqué de noter ce petit virage pris début 2018. Je souhaite me recentrer sur des marques plus green et engagées. D’ailleurs, cet article arrive à point nommé durant la #fashionrevolutionweek.
J’adore les vêtements, mais je ne souhaite vraiment pas que des gens souffrent en travaillant dans des conditions déplorables. C’est pour cela que j’ai crée une Story « MODE ÉTHIQUE » mise  à la une, sur mon compte Instagram, que vous pouvez consulter à loisir. J’y parle de différentes marques, à différents moments. J’explique pourquoi je fais ces choix et même si cela soulève heureusement une majorité de réactions positives, je reçois immanquablement des critiques ou messages de sceptiques m’invitant à la prudence sur l’engagement réellement éthique de certains… C’est un vaste sujet, compliqué, opaque. J’essaye de faire au mieux, mais comme je vous le répète inlassablement : je ne suis pas parfaite et ne cherche pas à l’être.
Quand je lis que vous avez craqué pour un vêtement issu d’une marque que je soutiens en la mettant en avant, cela me fait plus que plaisir. Vous entendez mon message et petit à petit, cela s’ancre dans les mentalités : consommer mieux, consommer moins, consommer sans produits issus des animaux (cuir, fourrure…). Je suis touchée qu’à ma petite échelle, je contribue à quelque chose de positif pour la planète et ses habitants. Merci de me suivre et d’entendre ce que je relaye !

LES SAUVAGEONNES est une jeune marque de prêt-à-porter féminin, éco-responsable, fabriqué en France, au style épuré. Léa, la créatrice a créé son enseigne en faisant ce constat simple : celui d’un gaspillage perpétuel. Surconsommation, produits de mauvaises qualités, ou encore modes éphémères sont autant de causes qui expliquent que la plupart de nos vêtements finissent au fond des placards ou à la déchetterie. La solution est la « Slow Fashion », c’est- à-dire ralentir nos modes de consommation sans arrêter de se faire plaisir. Revenir à l’essentiel, voilà notre objectif.
Léa, la créatrice, raconte la création et le  concept de sa marque : « J’étais surnomée dès l’enfance « sauvageonne » par ma mère en raison de mes cheveux dans les yeux. En créant LES SAUVAGEONNES, j’ai imaginé une femme à la fois douce et espiègle, très active et entourée. Quand je pense LES SAUVAGEONNES, je vois mes amies, et toutes les facettes des femmes libres et engagées par des valeurs fortes. La cause environnementale et animale me touche énormément, c’est pourquoi j’ai souhaité inclure à mon projet une dimension éco-responsable.
Les pièces sont créées en éditions limitées ou sont des pièces uniques. De la conception à la confection, elles sont toutes réalisées à la main, à Paris. FABRICATION FRANÇAISE, MATIÈRES ÉTHIQUES. Les matières sont sélectionnées avec soin pour répondre à l’éthique de la marque : tissus made in France, bio certifié GOTS ou encore issus de surplus de grandes maisons de couture.
 »

Cette robe Isidore, Léa me l’a cousue quasi sur mesure. Elle l’a faite plus courte car je mesure moins d’1,60m et j’assume cette « longueur ». Le modèle standard est légèrement plus long, mais n’hésitez pas à la contacter pour toute demande : c’est ça le gros plus de commander auprès d’une créatrice accessible, qui travaille en toutes petites quantités.
J’espère que ce type de post vous plait, car j’ai prévu d’en poster d’autres sur le même thème « engagé ». Cela me tient à cœur de soutenir des créatrices qui se battent pour inverser les dégâts causés par l’industrie du prêt-à-porter. Il n’y a pas de planète B, ne l’oublions pas.

Trench Pimkie (old)
Robe « Isidore » via LES SAUVAGEONNES
Babies à talons en simili Zara (old)
Boucles d’oreilles Zara
Sac à main « Zoé » vegan via Flore et Line
Lunettes de soleil dispos ici

[article sponsorisé]

Gotta keep those lovin good vibrations

♪♫♪ The Beach Boys – Good Vibrations ♪♫♪

Je suis dans ma période « Beach Boys » en ce moment; je ré écoute en boucle toute leur discographie. Petite anecdote folle, en 1967 mon père était à Londres en vacances avec son cousin. Ils sont allés au club « The Marquee » un soir, il y avait une scène. Un présentateur a annoncé dans le micro la présence « d’un petit groupe tout droit venu de Californie : « The Beach Boys ». Mon père a eu la chance incroyable de les découvrir en live par hasard, lors de leur première représentation à Londres !!!! Complètement dingue. Je suis extrêmement envieuse de cette époque durant laquelle mes parents étaient jeunes. Comme je vous le répète souvent, je n’écoute presque pas l’actualité musicale, je ne connais quasi rien, je suis « has been » total en ce qui concerne les groupes des années 2000. La musique des années 60, 70 et 80 restent mes références absolues, vous ne trouverez que ça dans mon téléphone. Mon copain se fout de moi. Il appelle ça « mes vieux tubes poussiéreux du grenier », mais je sais qu’il adore quand même quelques groupes de jadis 😉 Nos trajets en voiture sont les seuls moment où l’on écoute de la musique ensemble. Je peux vous assurer que c’est assez drôle, quand j’adore la chanson, je chante fort (et faux) et il réinvente les paroles en chantant des bêtises. Quand c’est sa playlist, c’est plus du rock/punk plutôt récent et j’adore The Interrupters, Brody Dalle, The Dropkick Murphys, Flogging Molly… J’adore nos univers très différents !
Je trouve que la chanson qui accompagne cet article colle bien avec mes lunettes en forme de cœur ♥♥ Quand je les porte, les gens que je croise ont immédiatement le sourire (ou me regardent avec curiosité, je dois leur sembler immature à souhait, haha). D’ailleurs, il paraît que la chanson préférée de Sir Paul Mc Cartney est « God Only Knows » des Beach Boys. Je ne sais plus où j’ai lu ça, mais je peux totalement le croire.
Quant à la combi au décolleté plongeant, vous avez pu la découvrir ici et ma petite poitrine et moi assumons totalement 🙂
J’ai shooté ces photos seule, avec mon Nikon D5500, mon objectif 50mm 1,4 Sigma ART et le 16-80mm prêté par Nikon (pour les photos grand angle).


I am in my « Beach Boys » period right now; I listen on a loop to all their discography. A crazy little anecdote, in 1967 my father was in London on vacation with his cousin. They went to the club « The Marquee » one night, there was a scene there. A presenter announced in the microphone the presence of « a small band coming straight from California : « The Beach Boys ». My father had the incredible luck to discover them live, by chance, during their first performance in London !!!! Totally crazy. I am extremely envious of that time when my parents were young. As I often say, I do not listen to music news, I know almost nothing, I am « has been » total for groups of the 2000s. The music of the 60s, 70s and 80s remain my absolute references, you will find only that in my phone. My boyfriend does not care about me. He calls it « my old dusty tubes from the attic », but I know he still loves some old bands 😉 Our car trips are the only time we listen to music together. I can assure you that it’s quite funny, when I love the song, I sing loud (and off-tune) while he reinvents the lyrics by singing nonsense. When it’s his playlist, it’s more recent rock / punk and I love The Interrupters, Brody Dalle, The Dropkick Murphys, Flogging Molly… I love our very different worlds!
I think that the song that accompanies this article fits well with my heart-shaped glasses ♥♥ When I wear them, people I cross immediately smile (or look at me with curiosity, I must look quite immature, ahah ). Besides, it seems that the favorite song of Sir Paul Mc Cartney is « God Only Knows » by Teh Beach Boys. I don’t know where I read that, but I can totally believe it.
As for the plunging neck jumpsuit, you could have discovered it here and my small boobs and I totally assume 🙂


SHOP MON LOOK
:

Manteau Soldes Mango (hiver 2017/2018)
Combi-pantalon via Missguided (similaire ICI et )
Boots en simili Asos (old)
Bandeau dans les cheveux : ceinture d’une combi-short
Lunettes de soleil dispos ici
Montre « La Garçonne » via Cluse
Collier médaille dispo ici

SHOP MON LOOK :

Dedicated To The One I Love

♪♫♪ Mamas & Papas – Dedicated To The One I Love ♪♫♪

Poser en couple n’est pas un exercice auquel nous nous plions souvent. Néanmoins, j’ai eu envie de faire participer Adrien pour une fois. Qu’il ne soit pas uniquement derrière l’appareil photo le week-end, le temps d’un shooting. Quand la marque Tom Hope m’a contactée pour me proposer de porter un de leurs bracelets, j’ai adoré leurs modèles en corde, façon nœuds de marin. Ces bracelets conçus artisanalement en Suède, ont donc été le prétexte à un moment photos en duo (avec mon trépied) derrière la Fondation Louis Vuitton. Beaucoup de gens nous ont observé avec curiosité, en train de faire nos photos sans l’aide de personne. Je dois avouer que cela a fortement écourté les choses, Adrien n’étant pas à l’aise du tout face à ce public imposé… J’ai tendance à m’en fiche complètement, car je sais pertinemment que je ne les reverrai jamais et que quoi qu’ils puissent penser de moi, je suis en train de travailler (au soleil, avec mon amoureux et nos vélos). ^^ Si jamais qui que ce soit nous jugeait, cela me serait parfaitement égal 🙂
Au sujet des bracelets, voici une courte description de la marque : « Par amour pour le monde du nautisme, inspirés par les océans et ceux qui les traversent, nous avons créé des bracelets raffinés avec un cordage marin. Les bracelets Tom Hope, très personnels, sont portés par les personnes qui partagent la même idée de l’aventure et de la découverte. Nous croyons au design pur, sophistiqué, parfaitement mixte et totalement intemporel. » Ils arrivent chez vous sans suremballage inutile, dans de simples petites boîtes en carton bleu marine. Très sobres et élégants, avec leur ancre marine au centre, ils sont également faciles à mettre et retirer seul ! Point important, car rien ne m’agace plus qu’un bijou difficile à mettre ou enlever sans l’aide d’autrui. Adrien a choisi un modèle noir à triple cordes et l’ancre argentée, j’ai voulu un modèle simple, bleu marine et rose avec l’ancre dorée. Nos tenues sont accordées à ces tonalités, bien que je reste fidèle à ma passion du mix and match d’imprimés.
J’espère que ces clichés en amoureux vous plairont ? Je lis tous vos commentaires et vous remercie très sincèrement de me suivre depuis tant d’années.


Posing together isn’t an easy exercise we often do. Nevertheless, I wanted to involve Adrien for once. I wanted him not to be behind the camera, like he often is during the weekend. When the brand Tom Hope contacted me to propose to me to wear one of their bracelets, I loved their rope models, like sailor knots. These Sweden handmade bracelets, were therefore the pretext for a duo moment (with my tripod) behind the Louis Vuitton Foundation. Many people watched us curiously, doing our photos without anyone’s help. I must admit that it has greatly shortened things, Adrien not being comfortable at all with this imposed audience… I tend to do not care at all, because I know for sure that I will never see them again and that whatever they may think of me, I’m working (in the sun, with my lover and our bikes). ^^ If anyone ever judged us, I wouldn’t care. 🙂
About the bracelets, here is a short description of the brand: « 
For the love of the boating world, inspired by the oceans and those who cross them, we have created refined bracelets with a sailor rope. The very personal Tom Hope bracelets are worn by people who share the same idea of ​​adventure and discovery. We believe in pure, sophisticated, perfectly mixed and totally timeless design. » They arrive at your place without unnecessary wrapping, in simple little boxes made of navy blue cardboard. Very sober and elegant, with their marine anchor in the center, they are also easy to put on and take off alone! Important point, because nothing annoys me more than a jewel difficult to put or remove without the help of others. Adrien chose a black triple-string model and silver anchor, I wanted a simple model, navy blue and pink with golden anchor. Our outfits are tuned to these tones, though I remain true to my passion for the mix and match of prints.
I hope you will like these romantic pictures? I read all your comments and thank you very much for following me for so many years.

SHOP MON LOOK :

Adrien porte le bracelet Triple Black via Tom Hope
Chapeau Trliby Brixton via Headict

Je porte un blazer pied-de-poule via Loavies
T-shirt Zara (old)
Pantalon Renewal via Urban Outfitters (Des articles flambant neufs créés à partir de stocks d’invendus ou de surplus).
Le bracelet Rose Gold via Tom Hope
Vans slip-on damiers via Urban Outfitters
Lunettes de soleil dispos ici
Boucles d’oreilles via Loveless Paris

SHOP MON LOOK :

{article sponsorisé – Un grand merci à la marque Tom Hope pour sa confiance}

Follow @hellovalentine on Instagram

Copyright © 2018 · Theme by 17th Avenue