robe

Fifty shades of beige

Beige argile, son d’avoine, vanille, sable, ficelle, grès, crème anglaise… Quel que soit l’adjectif qui sied le mieux à sa couleur, j’ai trouvé que cette robe en lin était parfaite. J’ai aimé sa coupe, ses jolis détails au niveau des manches et sa teinte neutre, “accessoirisable” à loisir ! Elle existe aussi en vert sapin, et j’ai pas mal hésité entre les deux coloris.
Tenue shootée en plein mois d’août à Paris, donc pas foule pendant que je faisais tournoyer ma robe. De toute façon, je vous l’ai répété assez souvent, je me moque pas mal du regard des passants pendant que je me prends en photo seule. Pour celles qui sont curieuses de comprendre comment je shoote en solo, j’ai dédié un article sur le sujet. Cet exercice me pousse à être organisée, mais surtout assez motivée. Transporter mon matériel photo (trépied inclus) pèse tout de même son poids et est encombrant. Cependant, même si mon amoureux et mon père m’aident de temps en temps quand ils le peuvent, je reste déterminée à rester aussi indépendante que possible car je dois être réactive. Cela induit pouvoir prendre des photos dès que je le dois, sans attendre qu’un proche soit disponible pour m’aider.
Après tout, c’est vraiment une question d’habitudes et de mépris de paraître ridicule. J’excelle dans cet exercice ! ^^

SHOP MON LOOK :

Robe dispo ici
Chaussures via Etam (Sold Out)
Collier dispo ici
Lunettes de soleil dispos ici

SHOP MON LOOK :

Sunflower

♪♫♪ Frank Sinatra – Sunflower ♪♫♪

Escapade en île-de-France, pour shooter des photos dans un champ de tournesols. Très cliché, je suis la première à le reconnaître, d’ailleurs cet été j’ai vu passer nettement plus de photos prises dans des champs de tournesols, que les années précédentes (égalité avec les champs de lavande). Sachant que je follow très peu de blogueuses, j’en déduis que ce sont des lieux recherchés et prisés pour de jolies photos.
Ce qui m’amène à embrayer sur le sujet sensible du  “spot à photos” qui semble faire débat sur les réseaux. Faut-il ou non aller là ou tout le monde va aussi, pour avoir sa photo “clichée” ? Est-il logique de devoir parfois faire la queue, pour réussir à avoir sa photo ? Ce partage de photo “déjà vue” amène t-il quelque chose ? Pourquoi souhaite t-on, nous aussi, avoir la même photo que les autres, quand on se rend sur un lieu déjà montré sous toutes ses coutures ? Un voyage doit-il se préparer en amont, autour de ces fameux spots ?

Autant la plupart des débats en ligne me laissent totalement de marbre (j’ai les débats sur internet en horreur, de toute façon) autant celui-ci m’a amené à réfléchir dans mon coin… Je me sens caricaturale en blogueuse mode suiveuse, d’avoir eu envie pour la deuxième fois, de prendre des photos dans un champ de tournesols. Une de mes followers de l’ombre et pas spécialement bienveillante, est d’ailleurs sortie de son silence pour m’envoyer un lien vers un article de presse canadien, relatant les ravages de la viralité des photos sur les réseaux sociaux. Une ferme de fleurs colorées au Canada (dont des tournesols) faisait payer l’entrée 7,50$ aux gens. Puis, à force de jolies photos prises là bas, géo-localisées, les foules se sont déplacées. Jusqu’à ce qu’un jour il recensent plus de 7 000 voitures garées le long de la route près de cette ferme. Les gens ont commencé à envahir les champs de fleurs, sans payer l’entrée; juste pour faire des photos.
En lisant cela, aucun parallèle possible n’était faisable avec mon “cas”, puisque je n’ai absolument pas géo-localisé ce champ de fleurs, ni n’ai répondu aux “C’est où ?” reçus en nombre… Mon but étant justement de ne pas inciter ce genre de visites, du moins pas là où je me suis rendue, par crainte de déclencher peut-être quelques déplacements.
Mais cela n’empêche que je réfléchis de toute façon beaucoup à mes actes et aux conséquences qu’ils peuvent avoir. Tout ce que je fais étant systématiquement jugé, critiqué, moqué, pointé du doigt, par une minorité de personnes malveillantes .
C’est sûrement idiot, mais je me suis (une fois de plus) sentie obligée de me justifier auprès de cette fille, en lui expliquant que j’étais totalement respectueuse des lieux où je vais, que je n’avais évidemment pas géo-localisé ce champ et pas répondu non plus aux demandes privées de localisation.

Sachant que vous qui me suivez, êtes des adultes d’environ 30 à 35 ans en moyenne, ma façon de m’adresser à vous est d’égal à égal. Je n’ai aucune envie d’entre dans une espèce de rapport de prévention ou de sermon moralisateur, car recevoir ce type de message a fortement tendance à être infantilisant. Ce qui est, soyons francs, ultra chiant et rédhibitoire. Je ne vous le dis pas souvent, mais j’ai une haute estime de vous, car nos échanges quotidiens sont très enrichissants. D’ailleurs je parle de vous dans tous mes mails aux marques qui me contactent, car j’accepte des collaborations si j’estime qu’elles peuvent vous intéresser. Je réfléchis à créer du contenu pour vous plaire, vous inspirer, vous faire voyager, vous amuser, etc. Il ne se passe pas une journée sans que j’échange avec au moins une douzaine d’entre vous. C’est la base de mon quotidien et j’en suis plus qu’heureuse. Vous faites simplement partie de ma vie.

Le fait que je m’expose inclut que je m’expose au positif comme au négatif. Cela fait plus de neuf années que j’ai ouvert ce blog et il ne se passe pas un mois (grand maximum) sans que je reçoive un message agressif, me tapant sur les doigts pour X ou Y raison. Par conséquent, j’ai énormément modifié ma façon de communiquer et m’empêche presque toute spontanéité. C’est triste oui, je ne devrais pas changer de façon d’être, vous êtes très nombreuses à me le dire en m’envoyant beaucoup d’adorables messages.
Ne pouvant pas me cacher, puisque mon métier est de m’exposer (j’adore enfoncer des portes ouvertes ^^) j’essaye de trier au maximum ce que je partage. Beaucoup de choses restent ainsi pour moi, dans mon “jardin secret” et vous êtes très nombreuses à le comprendre et à m’y encourager, même.

Alors, est-ce que faire des photos au milieu d’un champ de tournesols désert est “répréhensible” ou alors simplement chouette à regarder ? Est-ce que je vire “so cliché” en imitant ce que je vois ailleurs ? Ces photos vous donnent-elles envie de faire pareil ? Est-ce que finalement toutes ces fleurs jaunes sont simplement très jolies à observer et qu’aucun mal n’est fait à personne ? Doit-on se justifier de tout, tout le temps, quand on s’expose ? Au final, est-ce que j’aurais dû vous écrire tout cela ? Vous ne venez pas consulter mon blog pour y lire de quelconques “prises de tête” je le sais, mais le sujet m’a paru plutôt intéressant à aborder… Je n’ai pas réponse à tout, alors j’aimerais bien lire vos avis.
Mon souhait n’est jamais d’entrer dans un débat qui finit par être houleux, mais de vous laisser vous exprimer posément, si l’envie vous prend. Je vous laisse réagir en commentaire si vous le souhaitez, ils sont là pour ça ! 🙂

Chapeau Lack of Color
Robe Asos (old)
Espadrilles New Look (old)
Lunettes de soleil Forever 21 (achetées en boutique, pas trouvées sur leur site)

Garçon ? Une grenadine, s’il vous plaît

♪♫♪ Gorillaz – On Melancholy Hill ♪♫♪

Une terrasse de café ombragée, une grenadine bien fraîche et ce look estival photographié rapidement. Je portais une robe d’une marque dont je n’avais jamais entendu parler, avant de tomber par hasard sur un magasin qui se trouvait sur mon chemin. Leur cible est définitivement jeune (adolescentes, d’ailleurs il n’y avait que des ados dans la boutique) mais j’ai craqué pour deux choses assorties : cette robe smockée à encolure Bardot et le foulard que j’ai noué dans mes cheveux.
De toute façon, j’assume totalement ma part régressive et ne tiens pas du tout à “avoir l’air d’avoir mon âge”, quel que soit mon âge. Cela vaut pour les années à venir, je trouve qu’il n’y a rien de pire que de paraître plus âgée parce qu’on s’habille comme quelqu’un d’âgé. Il en va de même pour la coiffure qu’on arbore, le maquillage que l’on porte et tout ce qui fait partie de notre vie. Être et rester “jeune” c’est dans la tête avant tout. Je connais des gens peu âgés qui sont déjà “vieux dans leur tête”, vous voyez probablement de quoi je veux parler.

Cela dit, j’espère avoir suffisamment d’auto-critique en stock pour arriver à continuer à me juger en fonction. Pour cette robe, je l’ai embarquée directement avec moi sans l’avoir essayée en magasin. Je déteste essayer en magasin, c’est une perte de temps considérable. D’autant que si ça n’allait pas, on peut toujours rendre ou échanger.
Une fois que je l’ai enfilée, j’ai été très sincère envers moi-même : est-ce qu’elle me va, est-elle portable “vu mon âge” (comprendre “ne dirait-on pas que je l’ai piquée à ma petite sœur”) etc.
C’est systématique avec tout ce que vous me voyez porter sur mes photos, que je passe au scanner d’auto-critiques. De toute façon, la vie est courte, le temps file et je porte ce qui me plaît, tant pis si ça ne passe pas toujours au scanner de mon amoureux (cf. cette robe). On ne peut déjà pas toujours se plaire entièrement soi-même, alors souhaiter plaire à tout le monde, tout le temps serait une mission impossible.

Et vous, arrivez-vous seule à décider ce qui vous va et vous plaît, ou bien avez-vous besoin d’un œil extérieur et de l’avis d’une tierce personne ?

SHOP TA ROBE “COLD SHOULDER” :

Robe Subdued (en noir ici)
Sandales vegan Asos (old)
Foulard Subdued
Boucles d’oreilles Mains Frida via Nimzu
Bagues via Agnès de Verneuil
Lunettes de soleil coeur dispos ici

SHOP TA ROBE “COLD SHOULDER” :

Have A Nice Day

♪♫♪ Stereophonics – Have A Nice Day ♪♫♪

L’année dernière j’avais fait du shopping en ligne sur Marks & Spencer juste avant mon départ en vacances sur l’île de de Ré : relire mon article ici. Il y avait eu également ce look shooté à Paris, la veille de mon départ.
Cette année, j’ai fait du shopping en ligne, directement depuis l’île de Ré et ai reçu ma commande là bas. Ce qui m’amuse en comparant mes choix d’une année sur l’autre, est avant tout le fait que je n’ai plus rien engrangé de noir dans mon dressing, depuis un très long laps de temps. Peut-être bien un an, d’ailleurs. La raison principale étant que j’ai déjà pas mal de vêtements noirs et que j’avais envie de passer totalement à autre chose.
L’autre raison, que je vous confesse (non sans rire de moi, car cela semble saugrenu) est mon feed Instagram. Quand je remonte dans le temps, je le trouve très sombre : je portais beaucoup de noir, sans me poser de question. Le noir est un choix facile, peu d’erreur possible en s’habillant de sombre. C’est classique, intemporel, souvent élégant sans en faire trop. Je mixais un peu de noir avec des couleurs, mais malgré tout, j’ai pris la décision de stopper net les vêtements noirs : j’en ai déjà. Tout comme j’ai décidé de stopper le cuir, même si c’est un autre sujet.
Alors dans la lignée de mon changement de cap, cette commande Marks & Spencer a été composée de tons pastels et de deux pièces colorées. Dont un trench magnifique mais pas encore de saison; je vous le montre très vite promis.
J’espère que ces deux tenues vous plairont ? Je trouve motivant de mon côté de me renouveler, d’essayer de ne pas me (ni vous) lasser en postant du contenu ici. J’ai à cœur de vous intéresser toujours, en vous inspirant si je le peux. C’est mon “défi” quotidien, et savoir que vous m’encouragez dans cette voie m’enthousiasme très sincèrement !


Robe blanche spéciale PETITE via Marks & Spencer
Chapeau colombien via Siriri Handmade
Sandales KJacques (old)
Boucles d’oreilles palmiers Zara
Petit panier Zara (old)

Débardeur rose pale via Marks & Spencer
Pantacourt coupe large via Marks & Spencer
Mules Zara
Lunettes de soleil via Pimkie
Chapeau Lack of Color

[Cette collaboration est sponsorisée par Marks & Spencer et Shopping Links
This collaboration was supported and sponsored by Marks & Spencer and Shopping Links]

Barbapapa

♪♫♪ Générique – Barbapapa ♪♫♪

Les jours se suivent et ne se ressemblent heureusement pas tous. Ce jour là, par exemple, j’ai eu envie d’embarquer des ballons gonflés à l’hélium et de shooter ma tenue en solo. Je suis contente de pouvoir être à même de ne compter que sur moi si j’ai envie de me prendre en photo. D’ailleurs j’ai dédié un article à ce sujet : Comment je prends mes photos seule.
Forcément, il a été impossible compliqué de passer inaperçue à cet endroit là, accompagnée de mes gros ballons flottants au vent. Pour la petite histoire, je les ai prêtés à deux reprises, à des couples de touristes (des italiens et des ukrainiens habitant Narbonne ^^) puis je les ai moi-même shootés avec leur appareil photo respectif. #multitaches

Vous réagissez souvent de la même façon en apprenant qu’il m’arrive de me photographier avec mon trépied : avec surprise, mais surtout très effrayées qu’on puisse me voler mon matériel. Cela fait bientôt 9 ans que je sors régulièrement toute seule avec mon matériel photo : le seul souci que j’ai rencontré est le vent. Par deux fois, mon trépied a basculé et mon appareil et/ou l’objectif s’est cassé sur le trottoir… L’angoisse totale,. J’ai ré-investis deux fois dans un appareil photo Nikon à chaque fois légèrement plus haut-de-gamme. Celui que j’ai actuellement est parfait et j’en prends extrêmement soin. J’ai même un sac de transport spécial.
Je n’ai jamais eu peur qu’on me vole mon trépied ouvert avec mon réflex dessus : les gens sont juste amusés et curieux de me voir agir ainsi.  Alors évidemment, je touche du bois pour que cela continue ainsi. De toute façon “la peur n’évite pas le danger” et je dois fonctionner ainsi pour continuer à vous proposer régulièrement du contenu ici. Quand je pars en mission photos, je n’ai absolument jamais ce type de crainte ou pensée en tête; pourtant j’ai arrêté d’être naïve il y a longtemps ! ha ha. Dans certaines situations où je sens une pointe de stress si jamais un groupe de personnes marche vers moi ou si je vois des gens me regarder avec insistance, je me rapproche de mon trépied et fais semblant de “bidouiller” dessus, le temps que ces gens s’en aillent. C’est tout. Les gens ont leur vie et ils n’ont pas toute la journée pour vous observer 😉 Je les laisse regarder si ça leur chante, je papote avec ceux qui viennent me parler, je souris à ceux qui me sourient et je laisse passer devant mon objectif ceux qui n’ont même pas remarqué mon trépied ouvert.
De ce fait, j’ambitionne de sortir mon premier livre de photos ratées, car ma collection commence à être conséquente ! 😀

Près du manège entre le Trocadéro et la Tour Eiffel, il y avait du vent, mais j’ai lesté mon trépied à fond et ai en plus calé un gros sac fermé avec ces affaires dedans, pour éviter qu’il vacille. Au final, même si j’aurais pu varier plus les angles de vue et les poses si j’avais eu l’aide de quelqu’un, je suis assez contente du résultat.
Mon manteau (acheté en Soldes) me fait penser à une barbapapa, d’où le titre de mon article. Il est aussi doux et chaud que se doit de l’être un manteau d’hiver, en plus d’être dans un coloris que j’ai redécouvert depuis le début d’année. Le rose a investit mon dressing, avec pas moins de 6 ou 7 vêtements. J’adore !
Enfin, les ballons n’ont pas réellement “d’utilité”, même si j’ai shooté ces photos le 14 février dernier (Saint Valentin oblige). J’ai gardé mon âme d’enfant et depuis ils flottent gentiment au plafond de notre salon. Nos chats adorent jouer avec le bolduc qui pend ! Tout le monde est content. ♥

SHOP MON LOOK :

Deux photos “LOL” pour illustrer mon propos ci-dessus 😉
Manteau Mango (SOLD OUT)
Pull via Pimkie
Robe en velours côtelé Mango
Cuissardes en simili daim Shein (old)
Béret Asos (old)
Ballons en mylar gonflés à l’hélium via My Little Day

SHOP MON LOOK :

Follow @hellovalentine on Instagram

Copyright © 2018 · Theme by 17th Avenue